Les guerres éternelles


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Bataille de Célestia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Akuma Tsubasa
¤ Démon du 7eme cercle

¤ Démon du 7eme cercle
avatar

Nombre de messages : 89
Statut :
Date d'inscription : 22/09/2007

Feuille de personnage
Race: Démon
Grade: Démon du 7e cercle
Autre: Schyzofrène, paranoïaque et anthropophage

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Mar 1 Avr - 23:48

Akuma fit rapidement l'inventaire des troupes démoniaques, puisqu'il semblait un des seuls démons présent assez charismatique pour les guider lors de la sanglante bataille. Ils avaient perdus un nombre important, et les foudre frappait au hasard ceux que venaut de compter le démon. Il commencer à s'énerver à force de recommencer le compte à chaque fois. Il restait à peu près 25 000 démons de son côté, dont 35% des 3 premiers cercles. Le reste, était majoritairement du 5e. Soudain la foudre se stoppa, et frappa leurs adversaires ... Encore un tour de Fenris, elle était sur tous les fronts celle-là. Mais il fallait à présent profiter de cet avantage, en allant disloquer les rangs adverses. Celestia était mise à feu et à sang à présent, et même si la bataille était perdue, le démon avait toujours le moyen de secours donné par la déchue. Finalement, Appolyon avait peut-être raison, peut-être qu'Uriel les avait jeté dans la gueule du loup pour détruire la majorité de l'armée et faciliter une contre-attaque angélique. Ca n'avait que très peu de chances d'arriver, mais prudence est mère de sagesse ... à moins que ce soit patience ... encore un de ces dictons humains idiots et insignifiants. Ils créaient des expressions pour chaque phénomène, quelle ineptie ! En parlant d'eux, ils n'étaient plus très présents dans la bataille actuellement, sans doute n'avaient-ils pas fait le poids contre les troupes "extra-terrestres". Il brandit son épée, enfin celle que Lucifer lui avait offert. Etrangement, elle semblait avoir épaissi, sans doute un effet du sang ruisselant dessus.

- Il est temps de mener un dernier assaut, pour nous, pour les enfers ! Oui, à la suite de cet assaut nous raserons Celestia, égorgerons les femmes et les enfants, et surtout, nous brûlerons les Terres et les sèmeront de sel pour les rendre infertiles ! Pour que ces anges soient rayés de notre civilisation, hurla-t-il d'une voix qui perça les rangs de ses alliés. Pour Satan !

La masse hétérogène démoniaque s'élançait déjà à pleine vitesse conformément aux dires de la grande archange déchue et du dirigeant de l'armée démoniaque qui était déjà aux coudes à coudes avec les déchus. La vague s'écrasa contre les solides résistances organisées des anges, et battit en retraite, couverte par les archers démoniaques, puisque les elfes étaient à présent morts ... Même le petit prétentieux, dirigeant elfe dont il avait eu des échos par ses fidèles. A propos de ceux là, ils détenaient une arme mineure par rapport aux artifices d'Uriel, mais qui aiderait largement à percer les rangs. Ils étaient une cinquantaine encore, ça faisait à peu près 150 ... Mais il ne fallait pas lancer de suite, il fallait épuise un peu les armées démoniaques, histoire qu'une fois le barrage franchi, elles ne se disloquent pas et se fassent massacrer. Le démon ailé faisait ça tout en sachant le nombre de ses congènères qui mourraient à chaque assaut, mais ce nombre équivalait à peu près au nombre perdu par les ennemis. La continuelle boucle que les armées infernales accomplissaient pour à chaque fois se déverser violement contre les troupes ennemies était répétitive, Akuma en avait réélement marre de ce petit manège. Il fit ordre que toutes les troupes battent en retraite. Une fois que cet ordre fut executé, il donna un autre ordre.

- Garis, Troal, Phyd, lancez les munitions, hurla-t-il à plein poumons.

Les trois noms prononcés était une sorte de code, il s'agissait des trois plus "fidèles" démons à Akuma. Mais cet ordre sous entendait que tous ceux qui disposaient des munitions devaient tirer. Des vingtaines de fioles volèrent en l'air devant les anges qui ne s'en préoccupèrent pas. Fatale erreur, puisque lorsque les fioles éclataient au sol, le liquide qui s'y déversait gelait le sol et pouvait bloquer, blesser ou affaiblir les ennemis. De plus, au contact du sol, un éclat de glace géant touchait les anges à 50 cms, puis ceux à 1 mètres avaient les pieds bloqués, et ceux qui étaient plus loins étaient gênés, ralentis ou affaiblis par le froid généré. Une fois que toutes les fioles furent lancées, l'armée se relança dans un dernier élan, et ... Les défenses angéliques craquèrent à plusieurs endroits, mais les démons étaient tués dès qu'ils franchissaient la barrière humaine constituée d'anges. Les démons avaient su reprendre à peu près le dessus, et bien que cela ne se ressente pas énormément, ils mettaient à mal les anges qui avaient du mal à tenir leurs positions. La seule chose qui maintenait les armées locales encore debouts, il s'agissait des archers et magiciens anges.

La bataille sanglante entraînait un nombre incommensurable de décès et de pertes humaines ... enfin angéliques, démoniaques, humains et elfiques, en gros les quatre mondes, en proportion différentes. La férocité des démons ne s'était pas aliénée, et le courage des anges non plus, sans doute ce qui faisaient de ces races, en plus de la supériorité numériques, les dernières debouts, et encore loin d'être éradiquées de Celestia, la bataille promettait encore d'être longue. L'épuisement des troupes de chaque côté ne risquait pas de la stopper, elle semblaient impossible à stopper dans leur tâches. A présent, pour courrir, il fallait enjamber les cadavres de toute sortes, rendant l'atmosphère de la place morbide. Cela puait la mort, et toutes les minutes, au moins une personne mourrait du virus importé par Uriel. Elle les feraient peut-être gagner la bataille finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Anaëlle
¤ La Féline Blanche

¤ La Féline Blanche
avatar

Féminin
Nombre de messages : 280
Age : 26
Localisation : Chez Lulu :D
Armes : Fouet
Pouvoir : Illusioniste.
Statut :
Date d'inscription : 13/05/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe
Grade: Vagabonde
Autre: Un charme intense, inexplicable et sauvage entoure son incroyable beauté.

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Mer 2 Avr - 17:21

/!\ (encore.. oui je sais ^^ Non je suis pas pervers... xD)

- Di... dou...di...da...dou... chht... repose toi... voilà... c'est bien... ferme les yeux... laisse toi faire... chtchtcht... ça ira... tu ne sentiras plus rien...
Ô sanglante féline, puisse tu épargner de tes sarcasmes ne serait-ce qu'une seule personne que tu verrais... Puisse tu ne pas transformer la beauté en sauvagerie, telle que tu es. Puisse tu laisser cet homme, ces hommes en paix... Sauvage félone, tu ne seras pas la plus puissante de cette bataille, loin de là. Tu ne seras pas non plus la plus indispensable, bien plus loin encore puisque tu t'en es pris à bon nombre d'alliés. Peut-être pourras tu alors te vanter d'avoir été la plus cruelle, sournoise... Le sadisme serait-il vraiment ta seule passion ? Et si ton sadisme se transformais en force, serait-tu la plus forte ? Tu aime la souffrance, mais tu n'aime pas que l'on te l'afflige, est ce une méthode pour toi d'éviter les malheurs en attaquant la première ? Mais qu'est ce que t'apporte les hurlements, les cris de douleurs et les pleurs de tes victimes ?

Des gémissements étouffés sortait de la bouche de cet Elfe. De la salive également, mais il n'avait plus aucun membre capable de retenir cette liane qui l'étranglait. Ses bras ? En morceaux... Etalés à terre, autour de lui. Ses jambes ? La dague qui avait servir à couper le reste était assez solidement plantée dans les deux pieds de l'homme pour qu'il ne puisse les écarter. Il ne pouvait plus regarder son agresseur, n'ayant plus que deux trous noirs là où devaient se trouver ses pupilles. Il ne pouvait plus l'entendre maintenant, ses petites oreilles pointues déchirées par un morceau d'armure trouvé au sol.
Elle... Elle contemplait son œuvre qui mourrait à petits feux. Tel une femme regardant avec tendresse son époux, une enfant s'occupant de sa poupée, elle chantonnait sous les bruits d'aciers, de cris qui les entourait. Personne ne s'occupait d'eux, une aura entourait la Féline, elle se servait de ses illusions pour que personne ne s'intéresse à son petit jeux pourtant si excitant. Elle respirait de grandes bouffées, profitant d'une exaltation étonnante qui traversait son corps à chaque mouvement de l'elfe, chaque gémissement... La dame ne serrait pas la liane si fort, mais l'heure de la mort allait très bientôt sonner. D'une douceur extrême, son visage se rapprocha de celui de sa proie, puis elle posa délicatement un baiser sur le front du malheureux, avant de descendre plus bas pour trouver son nez, ses lèvres, son menton... Puis son cou, où elle sortit son petit morceau de chair rose pour mouiller la peau, se procurant ainsi un plaisir interdit.
Il se calme, se laisse envahir par le doux parfum de la Féline, par sa beauté, son charme et sa manière d'être. Il se dit qu'il ne pouvait plus rien faire, plus rien dire, qu'il était soumis. Même la douleur semblait partir, alors qu'en vérité, c'était lui quii partait... Il voulut fermer les paupières, ah non, c'est vrai, il n'en avait plus. mais quelle importance maintenant ? Il voulut lever un bras vers le ciel, ah oui, plus de bras. Peu importe, il voulut donner un visage concret à cette beauté invisible, non, il ne pouvait plus. Pourquoi n'avait-il pas pu la regarder avec plus d'attention avant ? Il n'avait plus mal. Il était bien, seul le bruit des doux baisers de cette reine lui parvenait, il aurait aimé pousser un gémissement, mais pas de plainte cette fois. Les bruits s'estompèrent autour, sa respiration également...

Elle lâcha la pression sur son fouet. Il avait rendu l'âme, enfin. La dame posa la tête du cadavre à coté, avant de se redresser, se passant la langue sur les lèvres comme le voulait son tic favoris. Elle leva les yeux au ciel, ce même ciel qui était rouge à présent... Que l'on gagne, que l'on perde la bataille, peu importait, elle avait eu sa soif de désir, comme un vampire qui venait de se gaver de sang. Trois démons, deux elfes et cinq anges. La Féline était fière. Elle voulut se lever, lorsque soudain... Un maux de tête...

- Non... Va t'en...




Des morts ! Anaëlle se releva précipitamment avant de cracher cet affreux goût de sang dans la bouche. Ses cris fusaient tandis qu'elle découvrait l'horreur dans laquelle elle était. Et ces morts au sol.. démembrés... Eventrés... Egorgés... Un remous la prit, et elle se pencha sur le coté pour faire sortir ce qui lui remontait en travers de la gorge.
Après avoir vomi, elle cracha à nouveau de dégout et fit un pas en arrière. Partout du sang, du combat, et les illusions s'étaient estompés, des personnes faisaient attention à elle, d'autres non.

- Lucifer !
Il fallait fuir... Elle ne pouvait pas rester là, c'était horrible, ignoble, monstrueux ! Elle avait les mains pleines de sang, les habits tâchées, elle était totalement traumatisée.
-[color] Lucifer ![/color] Hurla t-elle dans la foule avant de reculer davantage. Les larmes lui étaient montés aux yeux, elle voulait à tout prix retrouver le déchu, elle sera en sécurité auprès de lui... Mais où pouvait-il bien être . Si cela se trouvait, il était... Non !
- Lucifer ! Reprit-elle d'une voix plus faible pour éviter les regards qui se tournaient vers elle. Un des anges vint vers sa silhouette, il connaissait Lucifer, c'est sûr, et maintenant il allait la tuer... Anaëlle cria un 'non' avant de reculer à nouveau, elle fit demi tour et se mit à courir le plus vite possible en espérant ne pas être suivie. Tout ce qu'elle voulait, c'était s'éloigner du combat, et elle hurlait à pleins poumons en courant, les larmes coulant et les sanglots l'envahissant.
-LUCIFER !!!
Elle criait ce nom partout où elle allait, courant de rue en rue pour essayer de trouver le déchu ou un abri. Elle criait toujours, 'LUCIFER ! LUCIFER ! LUCIFER', étant totalement paniquée pour savoir ou elle allait, comme un enfant qui aurait perdu sa mère dans les bois...
-LUCIF...
Elle se stoppa net en tournant dans une rue. Il était là. Mais... il n'était pas seul... Un démon au sol.. mort ? Un ange devant lui, couvert d'une belle armure, Lucifer... tenant une jeune femme et la menaçant de ses armes. Comment avait-elle pu être si naïve, et croire que le déchu serait surement en train de cueillir des fleurs ou quelque chose de ce genre ? Lui aussi était cruel, c'était la raison pour laquelle il était chef des déchus, pour cela et sa puissance... non ?
- Lu...Lucifer... Gémit-elle en s'appuyant sur un mur, son visage ravagé par les larmes observant le déchu. Ses pieds glissèrent, et elle se laissa tomber contre le mur, ses membres étant bien trop tremblants pour réagir. Elle avait des points de coté, et n'arrivait plus à contenir ses larmes.
- Ces anges... ces elfes... démons... torturés...
Les paroles sortaient dans des bribes de phrase, n'arrivant plus à parler correctement. Elle avait si peur que l'évanouissement était proche..
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy-land.forumsline.com/
Gabriel
¤ Messager de Dieu

¤ Messager de Dieu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 26
Armes : épée d'or
Pouvoir : glace
Statut :
Date d'inscription : 10/06/2007

Feuille de personnage
Race: Ange
Grade: archange
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Sam 5 Avr - 14:37

La douleur, la souffrance, les larmes, le sang, la mort, tel étaient ce qui régnait sur Celestia, autrefois enivrante terre de paix et de bonheur, désormais terre maudite, ravagé par la guerre et souillé par le sang des démons, elfes, humains et anges ; par le sang de toute les races qui combattaient ici. Et pourquoi cette futile tuerie ? Pourquoi toute cette violence, tout ce massacre, toute cette haine qui suintait de chacun d’entre ceux que la vie animait encore d’un faible souffle ? Pourquoi, oui pourquoi ?
Gabriel fut agitait d’un soubresaut et dût s’appuyer sur un mur rougi par le sang des hommes versés pour ne pas choir au sol. A chaque minute, chaque instant, chaque infime seconde qui passait le fier messager divin faiblissait. Inexorablement, son triste destin se refermait sur lui, tel les serres d’un rapace se saisissant de sa proie. Il avait beau crier, couiner, se débattre, c’était un acte de vain, et même les sursauts de l’agonie ne le sauveraient pas.
Tout était fini. Il allait mourir, et plus personne ne se souviendrait de lui ; tout, jusqu’à son propre nom serait oublié ou relégué dans les archives poussiéreuses de vieux manuscrits que l’on placerait en haut d’une étagère pour plus jamais les ouvrir.
Un sentiment de désespoir infini s’empara de Gabriel. Une nouvelle convulsion agita son corps tremblant de fièvre tandis qu’il se penchait pour répandre sur le sol une espèce de liquide orange et rouge qui lui brûlait la gorge déjà irritée par les relents âcres de chairs brûlée. Au loin, il entendait encore le chant des armes s’entrechoquant avec violence ainsi que la clameur des soldats vagissant en répandant la mort autour d’eux ; Gabriel pouvait presque entendre les gémissements des cadavres des anges tombaient aux champs d’honneur et répandant leur sang et entrailles sur le sol, appelant désespérément l’aide de leur compatriote qui, l’un après l’autre, subissait le même sort et criait, gémissait à leur tour d’une voix feutré ; et ces morts, ces cadavres vivants, semblaient rire en arborant un terrible rictus sur leurs visages déformés et railleurs.

L’archange trébucha et manqua de tomber. Il n'en pouvait plus. Il voulait mourir. Vivre nécessitait trop d’effort, il n’en avait plus la force, il n’en avait plus la volonté. Lentement, le messager divin, pitoyable ange parmi tant d’autre, glissa lentement à terre, la tête basse, nuque découverte, prêt à entendre le glas amer de la mort sonner pour lui.
Il ne voyait plus rien que le sang, la douleur atroce qui envahissait ses poumons, la faucheuse qui se riait de lui et inéluctablement s’approchait de lui ; en voile passa devant ses yeux. Un sentiment d’engourdissement l’envahit en même temps que son esprit se détachait de son corps, devenait légère, légère. Peu à peu, la douleur qui le transperçait de part en part diminua jusqu’à ne plus exister ; puis tout changea. Il y’eut une explosion de couleur qui s’entremêlait les unes dans les autres en un écheveau complexe et indémêlable.
Le bonheur, l’extase l’envahit et tout entier Gabriel s’adonna à la douceur de la mort.
Et puis, ce fut le noir complet. Les couleurs chatoyantes, ondulantes disparurent, ne laissant place qu’au néant calme et sage. Mais Gabriel s’en fichait. Plus rien n’avait d’importance désormais. Après tout, qu’avait il à faire du monde et de ses intrigues futiles ? Rien ! Qu’elles se débrouillent les pitoyables existences éphémères qui peuplaient ce monde stupide et vain ! Tôt ou tard, elles le rejoindraient dans les abysses profondes et danseraient avec lui la valse macabre et sordide de la mort.

L’âme de Gabriel glisse, frémis, s’envolent vers l’azur des cieux plus accueillent et purs où brillent un soleil chatoyant. Et soudain, un cri retentit. Il déchire le voile qui obscurcit la vision de Gabriel, son jugement, l’induit sournoisement en erreur ; ce cri, ce hurlement le retient fermement sur la terre tel une ancre retenant un bateau. L’âme de Gabriel hésite, torturée entre l’envie de goûter à la divine ambroisie et la tentation d’avoir le suave luxe de vivre. L’âme cesse d’osciller, son choix est fait et elle revient vers le corps inerte de Gabriel qui gît au sol, sans vie.
Cette voix qui la retient, l’enchaîne, la rive au sol est trop puissante. Souvenirs…

-DAYÂN !

La cri à jaillit de la poitrine oppressée de Gabriel. Brusquement l’ange se relève et jette un regard hagard autour de lui. Son corps lui fait mal, si mal… Pourtant, il trouve la force de se remettre debout. Parce que c’est son devoir de vivre. Vivre pour protéger, vivre pour servir, vivre pour Dayân. Il avait oublié, sot qu’il était les douces heures passaient avec sa si chère sœur sous l’astre luisant à jouer naïvement, à discuter de ci et ça, cancaner pour ne rien dire tel un orateur prolixe ; il avait oublié la douceur de vivre et s’était laissé emporté par son désespoir.
L’archange fit un pas, puis un autre. Son cœur battait à tout rompre, mais jamais plus il ne tomberait. Pour Dayân.

Et où était elle donc à présent ? Il avait crû entendre sa voix, tout proche. Etait-ce un rêve, une illusion projeter par son esprit ? Non, il LA sentait. Elle était là, si proche de lui et pourtant si lointaine…
Un bruit attira son attention. Un bruit feutré, imperceptible pour quelqu’un de non averti. Et pourtant, lui, Gabriel l’avait perçu. Les mains moites, animé d’une force nouvelle venue d’on ne sait où coulait dans ses veines.

Pas après pas, le sang martelant ses tempes, la fièvre annihilant toute sa volonté, Gabriel parvint finalement dans une ruelle où s’amoncelaient des dizaines –des centaine même- de corps. Des silhouettes se découpaient à l’horizon. L’une d’elle attira le regard de Gabriel comme un aimant. Cette posture, ces cheveux, ce visage identique au sien et ce regard limpide. Le doute n’était pas permis : Dayân.
La joie envahit Gabriel, et sans même s’apercevoir de la présence des autres protagonistes, il courut vers sa sœur, tant bien que mal.
Et enfin, il s’aperçut de leur présence, et surtout de SA présence. Dés qu’il le vit, Gabriel su qui était cet ange aux ailes noirs, au kat ana aussi tranchant qu’un rasoir et qui ressemblait étrangement à Michaël. Lucifer, l’ange déchu, frère du séraphin de la guerre. Le cœur du messager se serra en voyant sa propre sœur ainsi menacer d’une mort odieuse :

-Lâche là, gronda sourdement Gabriel à l’intention de Lucifer.

Instinctivement, l’archange porta sa main au fourreau où pendait son épée d’or. Coûte que coûte, il défendrait sa sœur. Même si cela devait le mener directement dans cette tombe de marbre gris noire, si froide, qui tant de fois déjà l’avait appelé. Qu’au moins, sa sœur, tout ce qui le reliait encore à ce monde, vive. Qu’importait son existence !

-Tout de suite ! Ajouta sauvagement l’archange en tirant à moitié l’arme de son étui. La lame étincela un court instant sous le soleil vespéral qui perçait à travers la brume froide et bleuté qui recouvrait le champ de bataille et le glaçait, d’un éclat non pas doré, mais noir. La lame chuinta doucement dans l’atmosphère glacée et fendit les frimas, décrivit un arc de cercle étincelant et se pointa droit sur Lucifer. Le carillon fatal de l’arme retenti un instant en une note pure. Puis, sans crier gare, Gabriel, fondit sur Lucifer.
Jamais il ne le laisserait accomplir ces tristes desseins voués à l’échec.
Pour tous les anges qui avaient donné leur vie, versé leur sang, abreuvant le terre et formant des rivières, des fleuves de désespoir ; pour tous ceux qui voulaient vivre en paix et surtout, surtout, pour Dayân.
Tout en sachant sa tentative aussi vaine et éphémère que les étoiles du matin qui disparaissent bien rapidement, Gabriel fit décrire à son arme un arc de cercle en direction du cou de Lucifer offert à sa lame, prêt à être tranché d’une épée punitive !
Revenir en haut Aller en bas
http://watashinokuni.canalblog.com/
Dayân
¤ Intermittente du spectacle divin

¤ Intermittente du spectacle divin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 663
Age : 27
Armes : deux katanas courts en verre enchanté
Pouvoir : apaiser les âmes
Statut :
Date d'inscription : 06/05/2007

Feuille de personnage
Race: ange
Grade: Ange, intermittente du spectacle divin
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Sam 5 Avr - 20:20

Elle courait. Elle courait à en perdre raison. A moins que sa raison ne se fut véritablement barrée en apercevant la silhouette de Gabriel. Oui. Ca devait être ça. Mais comment aurait elle pu résister à l'envie d'aller le retrouver alors qu'il attérissait juste sous ses yeux. Bon, un peu plus loin, certes. Le connaissant, il était capable ne n'importe quelle bêtise si elle ne s'occupait pas de lui. Et puis elle voulait savoir dans quel état il était. Vivant, déjà.

Mais alors qu'elle s'évertuait à poser un pied devant l'autre en faisant attention à de pas les emmêler. Ou à ne pas glisser en passant trop vite sur une flaque. Ou tout simplement à rester debout, car en dépit de l'adrénaline que procurait la vision de son frère, elle était au bout du rouleau. Ainsi donc, alors qu'elle courait, on interrompit son élan en lui attrapant les poignets et en repliant ses bras derrière son dos. Une vague de colère farouche se déversa en elle. Sur le moment, elle ne vit même pas la lame s'arrêter près de son cou.

- Mais dégage! s'offusqua l'artiste.

La danseuse se tortilla tant bien que mal pour mettre un nom sur son agresseur. Et ce qu'elle vit la sidéra.

- Michaël!? Mais t'es complètement à côté de la plaque là!

Non, elle ne rêvait pas. C'était bien le visage du Séraphin de la Guerre, ainsi que son odeur et cette froideur caractéristique. La même aura de puissance imposante. Pourtant, elle décelait quelque chose de.. noir. D'inhabituel chez l'Ange. Et ses habits...

- Mais tu pues! s'exclama la danseuse qui n'avait pas l'habitude de l'énergie démoniaque mêlée à l'angélique. Et t'as changé de look! Perso j'préferais l'autre, t'es carrément morbide tout en noir.

Et puis son attention se reporta au Démon qui agonisait par terre. Bah, évidemment qu'elle savait où étaient les planqués. Mais Michaël aussi... La danseuse comprenait de moins en moins. Avait elle loupé un épisode? Elle regarda terrifiée l'être démoniaque s'écrouler et se débattit un peu plus. C'était un démon. Mais elle ne laisserait plus personne mourrir sous ses yeux.

Le temps qu'elle ouvre la bouche pour ordonner à Michaël de la lâcher, une Elfe arrivait sur les lieux. Elle paraissait bouleversée et l'Ange fut rassurée, durant un instant, de ne pas être la seule à être affectée par l'horreur de la bataille. Cependant, les paroles de la nouvelle venue jetèrent un froid dans les pensées de l'artiste. Lucifer.

L'Elfe avait dit.. Lucifer. Un frisson parcouru son corps. Elle repensa à la conversation qu'elle avait eue avec Melkor. Lucifer. Un Ange Déchu. Et le frère de Michaël. D'où la confusion. Donc les Déchus existaient bien.

Des larmes perlèrent de ses yeux. Peut être était le sentiment d'impuissance. Ou l'amertume que lui ait menti jusqu'ici. Ou la pitié et le regret envers ces Anges Déchus. Ou, tout simplement, la peur et la lassitude en entendant les derniers dires de l'Elfe: "torturés". Cette bataille en soit était déjà une torture pour la danseuse.

- Lâchez moi! murmura t elle à son agresseur.

Dans d'autres circonstances, dans un autre lieu, dans une autre époque, elle aurait hurlé. Pour qu'on l'écoute. Pour qu'on remarque sa présence et qu'on écoute son désir de Paix et d'Amour. Mais là, elle se sentait fatiguée, résignée, et déçue.

- Lâchez moi, répéta Dayân. Il faut les soigner.

Elle désigna de la tête l'Elfe et le Démon. Il était inutile de préciser que l'une était au bord de l'évanouissement, et l'autre de la mort. Lucifer était bien assez futé pour s'en rendre compte lui même.

Elle allait cependant ajouter autre chose, quand un nouvel ange fit son apparition. Et son coeur faillit lâcher. Gabriel. Pourquoi leurs retrouvailles ne se faisaient elles là où il fallait et quand il fallait? Un jour, Michaël lui avait dit que les jumeaux étaient tous promis à un funeste sort. Elle ne l'avait pas cru, et à présent se rendait amèrement à l'évidence qu'il n'y avait pas d'échappatoire heureuse possible.

Il y avait bien Eyaël sur les lieux, mais l'un d'eux mourrait forcément. Et elle, sans doutes la première. Or ça n'était pas dans la mort qu'elle voulait rejoindre son frère, mais dans la vie. La danseuse serra les dents. Elle ferma son champ de pensées puis le focalisa sur celui de Lucifer. Elle n'était pas de taille à le forcer à lui ouvrir son âme, mais elle pouvait au moins lui faire comprendre que c'était par ce procédé qu'elle voulait qu'ils discutent. Déjà, Gabriel s'élançaient vers eux, l'arme au poing.

° Laissez leur la vie sauve. S'il vous plait. °

Si elle ne pouvait percevoir ce que pensait son agresseur, elle était au moins certaine qu'il l'entendait.

° Vous aurez besoin de guérisseurs, à la fin de cette bataille. °

Les clameurs au loin démontraient le terme imminent de la confrontation.

° Que vous gagniez, ou que vous perdiez, si vous ne voulez pas vous retrouver à la tête d'Empires Morts, des soigneurs vous seront nécessaires. °

Ses yeux gris comme les nuages firent le tour du visage de Gabriel. Elle se fichait que Lucifer intercepte quelques de ses pensées à l'égard de son frère. Elle voulait juste, que si cet instant était véritablement le dernier de leur face à face dans la vie, le voir et le reconnaitre une dernière fois. Que chacune des parcelles de son corps s'impriment dans sa mémoire. A jamais.

° Laissez ces deux Anges en vie, et je soignerai pour vous. °

Etant autrefois Ange, il devait savoir que tous avaient des bases de soin. Les larmes coulaient toujours, traçant de minces sillons à travers la sueur, le sang et la crasse entâchant son corps. Un noeud serrait ses intestins, un étau comprimait ses poumons et sa gorge la brûlait. Elle avait l'impression de trahir Dieu. De trahir les Anges. De trahir ses amis. De trahir Gabriel.

° Je vous aiderai à l'après guerre. °

Elle ne savait pas mentir, et choisissait ses mots en conséquence. De toute son âme, elle espérait que le Déchu ne lui démanderait pas qu'elle lui obéisse. Parce qu'elle savait que si elle le disait, elle tiendrait parole, et ne tenait pas à perdre toute son autonomie.

Son regard se planta dans celui de Gabriel. Non. Elle serait prête à aller jusqu'à la Déchéance pour lui. Que Lucifer le lui demande, si ça lui chantait, elle irait jusque là si c'était nécessaire.

° Je vous en prie. Epargnez les. °

_________________


Dernière édition par Dayân le Lun 7 Avr - 22:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gwenaël
¤ Chérubin

¤ Chérubin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 133
Statut :
Date d'inscription : 20/11/2007

Feuille de personnage
Race: angélique
Grade: Angelot
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 6 Avr - 0:01

[HRP: les lignes en italique représentent le passé (genre elle met des flash back la meuf) bah ouais, j'ai l'droit macho de cerveau (nan mais comment elle m'cause l'aut' avec ses deux neurones) bref, j'aime flooder là où on a pas l'droit... ah, et désolée pour LE mot trop familier, mais bon, "espèce de mouche à pet" ça l'faisait pas trop! xD]



La feu. La douleur. Peut être n'aurait il pas dû autant s'approcher? Peut être aurait il dû s'abstenir de commentaires et la tuer sans demander rien de plus? Peut être aurait il dû bouger lorsqu'elle lui avait envoyé un éclair en pleine poire? Peut être. Peut être que ces concidérations auraient dû lui effleurer l'esprit, mais non. Il ne pensait plus qu'à une chose: la Souffrance.

Chaque parcelle de sa peau se consummait lentement, comme si chaque seconde de peine qu'elle lui infligeait était un véritable délice. Chaque cellule de ses organes brûlait sauvagement, comme si leur auto destruction était plus plaisante que leur survie. Chaque recoin de son cerveau se mourrait dans la douleur, comme si même les pensées s'étaient transformées en braises meurtrières. Tout son corps le lançait. Chaque partie de lui même s'évertuait à lui faire connaitre l'enfer.

C'était ironique de mourrir maintenant, si proche du but. Et si douloureusement. Comme si ces derniers instants étaient là pour lui faire regretter la Vie, ou désirer la Mort. Comme si ces derniers instants marquaient physiquement l'indescision de l'Ange devant les choix s'annonçant à lui: devait il mourrir ou vivre? Chacune des possibilités requéraient du courage, en elles. Mais rester aussi longtemps devant ce dilemme n'était plus que de la folie.

---------

Il passa en revue toutes les possibilités. Uriel aimait frapper les points symboliques. Qu'en restait il? Le Parlement? Les arbres pères? Le centre Hospitalier? Non. Ca devait être plus gros. Bien plus. Bien plus conséquent. Il n'y avait donc qu'une seule possibilité.

Il s'élança donc vers l'objet de ses pensées, balayant de ses ailes, magiquement renforcées pour être à l'épreuve de ces fichues bestioles parcourant le ciel de Celestia, l'air lourd de la terre des Anges. Plus rien, hormis des variantes de rouge et de noir ne ressortaient du paysage. Mais ce fut à peine s'il le remarqua.

Il se sentait mourrir. Et ce n'était pas du tout ce qu'il y avait de plus agréable. Chaque seconde qui passait, il avait l'impression qu'il risquait de plus en plus de partir en lambeaux.

---------

Une lance traversa son buste de part en part, formant deux oréoles d'un rouge foncé dans la chaire à vif du soldat. Des ricannements s'élevèrent alentour, ainsi que des clameurs vistorieuses. Un Démon lui décocha un coup de poing furieux dans la mâchoire, qui se décrocha et le fit basculer en arrière. Attérissant lourdement sur le sol de sang et de poussière, la pointe de la lance remonta au contact de la terre, agrandissant le trou obscure et abîmant un peu plus ses tissus. Un pied chaussé d'une botte en métal se posa sur son ventre, griffant ses restes de peau calcinés.

- Aujourd'hui est le jour, où le Séraphin de la Guerre Michaël a trépassé sous le joug démoniaque! hurla le possesseur du pied.

Une rumeur triomphante gagna les Démons et bientôt, ils se bousculèrent pour marquer de leur arme le corps défiguré de l'Ange. Un reste de conscience faisait ironiquement remarquer à celui ci que ses ennemis avaient un vocabulaire plus élaboré que ce qu'il avait cru, tout en lui faisant tenir fermement Azaël.

Cette dernière flamboyait avec ardeur, repoussant une partie des êtres démoniaques désirant participer au massacre de l'enveloppe charnelle du Séraphin. Mais l'épée même semblait se rendre compte du funeste destin de son possesseur, et ses aussauts se faisaient de moins en moins violents. Elle réussissait cependant à insinuer un doute certain dans les esprits des Démons se demandant comment en faire leur propre arme.

- Alors on est bien moins fier comme ça, hein!? hurla un Déchu en écartant les autres et en relevant Michaël par le cou. Alors! ALORS!

Un rugissement sauvage s'éleva des rangs désordonnés. Il était si pathétique de voir le Séraphin de la Guerre dans un tel état. Certains étaient même déçus que l'éclair de Fenris ait suffi à entraver l'Ange. Si peu de réactivité, ça en était rageant. Et tellement humiliant. Car beaucoup d'Anges pouvaient apercevoir la scène.

- Réponds, Michaël! hurla le Déchu d'une voix forte au dessus du brouhaha. Ne m'fais pas croire que c'est comme ça que t'as acquis ta réputation! Te fous pas d'nous!

Ce faisant, il secouait le corps toujours agité par des soubressauts de respiration. Mais l'interpelé ne réagit pas plus.

- C'est tout ce que t'es capable de faire, espèce de connard!

Le Séraphin de la Guerre ne scilla pas.

---------

Il se redressa et se mit en garde. De minces zébrures écarlates parcouraient son corps. De même que celui de son adversaire. Ils étaient de niveau égal. Mais il triompherait. Il n'y avait aucuns doutes là dessus. Il était le meilleur.

- Je vais t'apprendre quelque chose, murmura la démone.

Un rictus se dessina sur le visage de l'Archange. Les quelques personnes pouvant prétendre à cela n'étaient sûrement ses adversaires démoniaques. Mais il devait le reconnaitre, elle était douée. Et il le savait d'ailleurs particulièrement bien, car elle était le sujet de sa mission aux Enfers.

- Temps que tu ne me parles pas d'amour, ricanna sèchement l'Ange. Tu m'as déjà assez bassiné avec ces dernières semaines.

Son adversaire accusa le coup. Même si elle ne le montrait pas, il la connaissait assez pour le savoir. Pour sa part, il se fichait éperdument de blesser psychologiquement la démone. L'Amour, c'était une excuse des faibles, et à cet instant, c'était sa vie ou la sienne.

- Ne me prends pas pour ces héroïnes mièvres qui pensent qu'offrir leur amour peut leur sauver la peau.

Elle planta son regard émeraude dans celui de braise de Michaël. Il ne détourna pas les yeux, en dépit de la violence se peignant dans ceux de son adversaire.

- Je vais t'apprendre à mourir.

Il ne broncha pas.

- Ou à être le meilleur.

Il plissa les yeux, cherchant à savoir ce à quoi elle pouvait penser.

- Varsha t'a appris la pitié.

- C'était une erreur.

- Je vais t'apprendre l'humilité et la déférence.

---------

Il sentit chacune des molécules des armes de ses ennemis lui fendre le corps. Il aurait hurlé de douleur, s'il ne s'était pas obligé à supporter son calvaire en silence. Par de nombreuses fois, il avait faillit céder à sa décision, mais il s'était toujours repris à temps. Il avait les organes explosés, les os en miettes, les veines ouvertes et de moins en moins pleines, et le cerveau bientôt trop abimé pour qu'il puisse réfléchir à peu près normalement.

Mais par dessus tout, c'était ce sentiment de honte et de déshonneur qui le tourmentait. C'était frustrant et décevant de devoir attendre ainsi, de laisser son destin entre les mains pouasseuses d'autrui. Il sentait le mépris, le dégoût et la haine à son égard. Non seulement des Démons, des Elfes et des Déchus, mais aussi de ses semblables. Et plus les secondes passaient, plus c'était insoutenable. Il agonisait physiquement et psychologiquement. Et il y avait longtemps que cela avait dépassé la limite du tolérable. Il hurla intérieurement.

---------

Il ouvrit les yeux. Il avait l'impression d'avoir du sang dans la bouche. Il passa ses doigts entre ses dents. Non. Il avait du sang dans sa bouche, et ça n'était pas le sien. C'est alors qu'il percuta sa propre situation. Il était alongé en dessous du corps d'un démon, canines contre le creux de son cou, comme un vampire. Comme un vampire. Ce goût sur les lèvres, ce fluide ennivrant à portée de sa langue, cette position incongrue.

Il se dégagea violemment, et le corps inconnu glissa contre les herbes jaunies de la colline.

- Sois un peu plus délicat, grogna le Démon.

Pas si inconnu que ça, en fait. Le coeur de l'Ange manqua un battement et le sang dans ses tempes battaient à lui rompre les tympants.

- Varsha.. Qu'est ce que... commença l'Archange.

Michaël prit sa tête entre ses mains. Il ne fallait pas qu'il cède à la panique. Mais son corps commençait déjà à trembler sous la forte émotion. Que s'était il passé? Mais que c'était il passé!?

Mourir. Voila. Il aurait dû mourir. Alors comment... Pourquoi... Machinalement, il passa ses doigts sur son torse, où quelque chose le grattait. Il interrompit son geste en remarquant quelque chose.. d'inhabituel. Il se força à baisser son regard. Que pouvait il y avoir de pire?

Des runes. Des runes gravées sur son buste. Gravées dans son buste. Une minute passa. Puis deux. Et...

- Qu'est ce que tu m'as fait! hurla l'Archange et se jetant sur le démon le plaquant dos contre le sol.

Il y avait quelque chose d'étrange chez lui aussi. Comme si son air était plus lointain que d'habitude. Comme si...

- Mon sang, pour ta vie, murmura doucement Varsha. Ton sang, pour celle d'Adelheid.

---------

Cette fois ci, c'en était trop. Insoutenable depuis un certain temps, en fait, mais là, ça dépassait l'entendement. Comment pouvait il espérer qu'elle resta impassible? Il était si.. stupide. Elle l'avait toujours aimé, malgré tous ses défauts. Son arrogance, sa suffisance, son dédain. Parce qu'il la comprenait mieux que quiconque. Même mieux que les précédents qu'elle avait choisis. Alors..? S'était il fichu d'elle tout ce temps? Elle savait à quel point il était doué pour cacher ses sentiments et ses véritables pensées.

Elle ferma les yeux et hurla. Elle avait si mal. Si mal là où aurait dû être son coeur. Une vague magique et violente partit d'elle et balaya tout sur son passage.

Elle ré ouvrit les paupières et jeta un dernier regard rempli de tristesse et d'amertume à cet être étendu contre terre, dont la vie s'échappait inéxorablement. Il l'avait tellement déçue en cet instant. Elle regagnerait au moins son honneur en le tuant de ses mains.

- J'attendais.. tellement de toi.

---------

[HRP: première partie sur deux. Trop long qu'il dit le fofo -_-]
Revenir en haut Aller en bas
Gwenaël
¤ Chérubin

¤ Chérubin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 133
Statut :
Date d'inscription : 20/11/2007

Feuille de personnage
Race: angélique
Grade: Angelot
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 6 Avr - 0:03

[HRP: Deuxième partie sur deux...]

---------

Ses yeux abimés, baignant dans un fleuve de sang, se posèrent sur Azaël. Elle n'était plus dans sa main. Il n'avait plus de mains. Il avait été peu à peu démembré et les Démons mettaient un dernier point d'honneur à dépecer entièrement son corps. On dit qu'à force de souffrir, on s'habitue à la souffrance. Il en aurait pleuré. Après ce qui lui paraissait une éternité de calvaire, il ressentait toujours chaque détail de la torture qui lui était infligée.

C'est alors que le halo de la lame du Séraphin de la Guerre envoya une dernière pulsion meurtrière, bien plus forte que les autres, brûlant tout ce qui se trouvait dans un rayon de dix mètres. La brûlure procurée par la force de l'épée était bien moins forte que celle de l'éclair d'Uriel. Mais Michaël, déjà au bord du gouffre, perçu cela comme son arrêt de mort.

Ce fut peut être d'ailleurs pour cela qu'il eut une vision d'une jeune fille assise là où était auparavant Azaël. Elle était d'une beauté guerrière. Des cheveux indomptables de la couleur du soleil levant dansaient autour de son visage fin. Ses yeux verts et aiguisés pleuraient des larmes translucides et reflétaient le désespoir, la tristesse et l'amertume.

- J'attendais.. tellement de toi, murmura t elle.

Il su alors que c'était la fin. Et quelque chose s'ouvrit en lui.

---------

Le démon se releva péniblement, jetant au loin son blouson en flammes. Il gromella et regarda l'endroit d'où il avait été éjecté. L'arme du Séraphin de la Guerre luisait doucement. Elle avait encore fait des siennes. Finalement, plus que l'Ange, c'était l'épée qui était forte. Michaël lui devait donc sa renommée.

Une poussée d'adrénaline monta en l'être démoniaque. Ainsi donc, avoir cette arme, c'était avoir la puissance absolue?! Alors il allait s'en emparer. Elle serait sienne et il ne craindrait plus personne. Il la dresserait, comme avait dû le faire cet incapable de Séraphin de la Guerre. Un sourire se dessina sur ses lèvres et un rire sortit de sa bouche. Suivit de celui de d'autres Démons et Déchus. Tous en étaient arrivés à la même conclusion.

Un combat intra démoniaque commença alors, pour la conquête de l'épée. L'appât de la puissance les attirait comme la lumière attire les papillons. Et certains s'y étaient déjà brûlés. Un bruit sourd attira soudain leur entière attention.

L'arme convoitée venait de fondre sur son ancien possesseur dans un halo impressionnant de flammes.

---------

Tout d'abord, la pointe de l'épée traversa sa gorge, puis tout le corps de la lame entra en contact avec ses cellules, partant de la base du cou en remontant vers le cerveau. Puis le feu entourant Azaël arriva violemment pour le carboniser.

---------

- Tu as.. réussi.

Elle s'écroula et son corps prit feu. Elle hurla. Elle hurla sa douleur. Etre brûlé vif n'est pas une mort agréable et souhaitable.

- Adelheid... Elke...

Malgré ses profondes blessures, il se traina jusqu'à elle et la prit dans ses bras. La morsure des flammes n'arrangeait pas son état déjà critique. Mais pour la première fois, il avait mal pour cette démone qui flambait sous ses yeux. Ses cris de souffrances lui étaient insupportables. Il n'aurait jamais cru qu'ils puissent sortir de sa jolie bouche. Elle qui avait une si jolie voix.

Il posa alors ses lèvres sur les siennes. Et les hurlements s'estompèrent peu à peu. Il savait qu'elle souffrait, comme il savait que ce premier et dernier baiser lui faisait oublier sa peine.

Bientôt, il n'eut plus que le goût des cendres sur sa bouche. Pour la première fois, il laissa des larmes couler sur son visage.

---------

Et alors Azaël pénétra son corps comme la fauche de la Mort. Plus puissante et imparable que n'importe quelle force. Et alors une seconde entité se dressa soudain. Tout aussi puissante et tout aussi imparable. Et alors l'inévitable se produisit, l'une et l'autre entrèrent en collision. Cela dura bien moins qu'une seconde.

De la confrontation des deux forces naquit alors l'explosion. Rebondissant réciproquement l'une contre l'autre, elles repartirent alors dans des plans opposés de l'espace, créant une vague meurtrière mais relativement courte.

En l'espace d'une demi seconde, il n'y eut plus âme qui vive sur un rayon de 300 mètres.

---------

Enfers, Soul Gardian

- ... fais juste attention au nouveau proprio du manoire, là bas, Varsha.

Le démon hocha la tête, pris ses emplettes et repartit. Soudain, une impression particulière le traversa. Il leva alors son visage androgyne vers le ciel noir. Sa main se porta à la fiole de sang pendant à son cou.

- Elke... murmura t il.

---------

Azaël apparu dans sa main. Elle n'émettait plus aucune lueur. Il savait qu'elle n'était pas morte. Mais il l'avait blessée. Profondément. Mais il ne s'en voulait pas. Le plus difficile était passé. Et il savait qu'elle lui pardonnerait. Toutefois, il avait quand même l'impression de ne plus être le même. Pas seulement parce qu'une partie de lui avait volé en éclats... mais sans doutes parce qu'il venait de faire un pas de plus vers l'objectif d'Adelheid.

Il s'avança vers l'entrée du Sanctuaire qu'Uriel avait pénétré depuis peu.

---------

Le Déchu avait ordonné à son groupe de s'éloigner du centre dès que l'arme de Michaël avait fusé vers celui ci. Ca lui avait paru louche. Et il avait eu raison. D'ailleurs, l'Elite s'était rapidement mise à l'écart du Séraphin de la Guerre, le laissant se faire humilier par les armées démoniaques. Mais l'explosion du corps avait anéanti une grande partie des troupes, et même quelques Anges s'étant aventurés trop vers le centre de l'île, et il ne restait plus grand chose des armées des Enfers. Tous les Elfes étaient morts.

Les derniers Déchus et Démons s'écrasaient sur les remparts angéliques ayant pris un regain de courage en voyant le nombre de leurs adversaire diminuer considérablement.

Le Déchu jeta un regard derrière lui. Des particules lumineuses flottaient, en suspension, là où la vague de l'explosion avait déferlé. Mais il fallait qu'ils regroupent les forces encore en vie.

- Repli! hurla t il à l'adresse de son groupe.

Ils allaient laisser ce flan là aux Démons et rejoindre les autres Déchus qui peinaient de l'autre côté. Il fit donc volte face pour montrer l'exemple et passa dans l'aire où les particules lumineuses flottaient. Ca ne devait pas être dangereux. Il s'y connaissait tout de même, en temps qu'ancien ange, ça n'étaient jamais que des particules de regénération.

Il fit quelques pas puis s'arrêta. Son corps se mit à trembler et son arme glissa à terre. Surpris par son attitude, son groupe s'arrêta aussi. Des larmes se mirent à couler sur les joues meurtries du Déchu.

- Non... gémit il en se laissant tomber sur le sol. Non...

Ses doigts plongèrent dans la poussière et il serra les points.

- N'entrez pas... pleura le Déchu. N'entrez pas dans cet endroit. FAITES DEMI TOUR!

Les subalternes furent pris de panique et firent quelques pas en arrière. Mais déjà quelques un étaient pris des même symptômes que leur chef.

- Ma terre... sanglota le Déchu. Ma terre... Ma patrie... Qu'ai je fait? Mais qu'ai je fait? QU'AI JE FAIIIIIIIT?!

Toute pensée l'avait abandonné. Il n'était plus que remords.

---------

Les ténèbres installées par Uriel favorisaient leur déplacement. Il s'accrochait à elle, elle qui maitrisait mieux que tous la Magie lorsqu'elle était vivante.

° Elke. °
° Michaël. °

Il n'y avait pas besoin de plus de mots. Chacun était accroché à l'âme de l'autre et s'appeler par leurs prénoms leur suffisait amplement.

Ils arrivèrent au Sanctuaire alors que son double s'y présentait. Il s'était passé tellement de choses en tellement peu de temps.

Confondus avec les ténèbres, ne faisait corps qu'avec elles, ils immobilisèrent les âmes ennemies y étant présentes jusqu'à trouver celle d'Uriel. Ce qui ne fut pas difficile.

Ils s'insinuèrent en son ombre, bloquant ses mouvements physiques. Leur champ d'action pouvait être assez étendu, mais moins il l'était, plus leur influence était grande. Et l'aire que représentait le Sanctuaire rentrait juste dans le cadre idéal.

° Allons, Uriel. Jouons encore un peu.. °

---------

Il pénétra le Sanctuaire, l'arme au poing. On le regarda approcher, d'abord avec surprise, puis avec hostilité. On tira les armes, mais on n'en fit pas plus. Car les ombres immobilisées ne leur permettaient pas de bouger.

Sans s'attarder, le Séraphin de la Guerre tua à grands coups d'épée tous ceux qui étaient sur son passage. Il savait que l'autre partie de lui même avait encore assez d'énergie pour retenir ces ennemis sur place. Il se rendit directement là où était Uriel. Après tout, il était déjà avec elle, d'une certaine manière.

- Je vais finir vexé, Uriel, lança théâtralement Michaël en contournant le corps de la Déchue pour lui faire face. Oui, vraiment, je vais finir par croire que vous me fuyez. C'est très..

Il s'élança soudain pour porter un coup d'épée magistral à son interlocutrice, selon un axe suivant une diagonale d'en haut à gauche à en bas à droite.

- ... offensant.



[HRP: heu.. si vous comprenez pas tout, dites le moi et je complèterai (parce que tout faire d'un coup c'est un peu hard là... j'ai dû oublier des morceaux ou des explications... -_-'')]
Revenir en haut Aller en bas
Elemiah
¤ Séraphin du Blasphème

¤ Séraphin du Blasphème
avatar

Nombre de messages : 135
Statut :
Date d'inscription : 20/10/2007

Feuille de personnage
Race: Ange
Grade: Seraphin
Autre: Utopiste détestant les races ( et même les anges ) ...

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 6 Avr - 13:03

Meurtri ... C'était ainsi qu'était Elemiah, ainsi que tous les anges, et Celestia elle-même. Le sang mêlé de toutes les races qui avaient succombé lors de la bataille dégageait une odeur, qui mélangée à la cendre et l'odeur macabre des cadavres, insupportable. Les troupes angéliques faiblissaient, les éclairs décimaient les rangs. Les archers du bataillon n'étaient plus, il n'en restait que deux ou trois. Il était à présent impossible de contre-carrer les assauts adverses qui se faisaient de plus en plus puissants. De plus, le lancer des fioles glaçantes avait disloqué les rangs. Le séraphin était effondré au sol, aux côtés des autres cadavres. Il se releva avec grande difficulté. Il boitilla, les troupes menée par Akuma se dirigeaient déjà vers le Sanctuaire, pour achever ce qui faisait de Celestia une Terre Sainte. Le Séraphin Vécël tenta un dernier acte ... vain ... Il s'envola pour bloquer la route aux démons, et fut transpercé par un éclair. La seule chose qui ralentit les troupes démoniaques, ce fut le giclement de sang angélique. Elemiah se mit à courir furieusement jusqu'à lui ... Mais il fut lui aussi foudroyé ... Son épaule droite fut touchée ... Il sentait le repos éternel ... La faucheuse commençait sa danse folle pour expédier toutes les âmes vers l'autre monde. La douleur l'avait libéré. Il voyait déjà la lumière, celle du paradis dans lequel il retrouverait tous les autres morts ... Soudain, une douleur atroce vint le sortir de cet envol celeste. Un déchu et un démon, semblant tous deux du 8e cercle étaient en train de le lyncher à coups de pieds ...

Le séraphin, meurtri à l'épaule droite, saisi Saragnok du bras gauche, et dans un geste prévu au quart de millimètre, il planta la cuisse du déchu, et extrait la lame. Il esquiva un coup du démon, et découpa l'ange déchu au niveau de la hanche. Son buste tomba au sol. Le démon asséna un grand coup de pied dans Saragnok, qui vola quelques mètres plus loin. Puis il approcha son épée de la gorge d'Elemiah. Le sang commença à couler. Quand soudain, un membre de l'élite de Michaël, sans doute un qui se rendait au Sanctuaire, décapita le démon. Celui-ci tomba à la bascule, et son épée avec lui. Le militaire tendit une main que le séraphin saisit avec sa propre main gauche. La douleur de son bras droit dans son entier était immense. Il boitilla jusqu'au corps de son coéquipier, délaissé à présent, la majorité des troupes ennemies était partie. Il prit lui prit la main, et la mit sur son torse, avant de réaliser le signe de croix. Il était mort ... même plus que mort, massacré, son corps était transpercé, un creux difforme était au milieu de son torse, le sang en ruisselait, pour rejoindre celui des vulgaires démons. Elemiah ... jura, mais ne blasphèma pas, bien qu'il fut le séraphin du blasphème.

Il reprit sa marche, mais ne parvint à voler ... Il boitait comme un unijambiste. Son côté droit était finalement atteint dans tout son entier, sa tunique était allourdie par le sang bâtard des démons. Dans sa marche à travers les rues de Celestia, il ne trouva que ruine et désolation, des amas de cadavres posés là pour ne pas gêner la chaussée, et par ci par là, des blessés allongés avec un médecin, celui-qui avait soigné Vécël accourut de suite vers le séraphin du blasphème, il le fit allonger, et soigna son épaule, ainsi que tout son corps. Elemiah se releva, la douleur n'avait pas disparu, mais il avait regagné en mobilité. Il marcha à plus vive allure, à défaut de courir ou de voler, vers le sanctuaire. Il croisa alors ... quelques démons en train de se délecter de la chair angélique. C'était un blasphème pour le séraphin, et son rôle était de les punir, il se jeta vers les deux adversaires. Il transperça le premier d'un coup d'épée simple et horizental. Il para le coup du second, avant de contre-attaque et de lui percer la gorge de part devant, et de faire resortir la lame derrière. Les trois autres s'enfuirent, il devait s'agir de démons du premier cercle, au vu de leur peur du séraphin qui n'avait pourtant accompli aucun miracle ...

Il reprit sa marche rapide, à travers le damier de rue de Celestia. Il arriva enfin au bout de l'îlot, et il pouvait appercevoir celui du Sanctuaire au loin ... Il ne pouvait cependant voler, à cause des insectes, et aussi par précaution des éclairs qui aimaient frapper pernicieusement en plein vol. Deux anges survivants arrivèrent, ils semblaient en bonne état, et capables de voler. Ils avaient tous deux des cheveux blancs et cours. Elemiah les dévisagea.


- Je suis le séraphin Elemiah ... les démons attaquent les sanctuaire, et j'ai malheureusement perdu mes facultés de vol à causes de diverses raisons. Portez-moi jusqu'à là bas, s'il vous plaît, leur dit-il sur un ton mêlant autorité et politesse.
- Très bien séraphin Elemiah, répondirent-t-il en coeurs.

Le séraphin tenta tant bien que mal d'indiquer les éclairs qui arrivaient pendant le vol, qui se révéla très lent à cause du surplus de poids que représentait Elemiah. Il arrivèrent enfin sur l'îlot en question, non sans peine. Les démons semblaient avoir utilisé les ponts, et les avoir fait sauter pour empêcher d'être suivis. Astucieux, ainsi, étaient-ils doués d'une quelquonque intelligence. Il arrivèrent, et furent accueuilli ... Chaleureusement ? par un groupe de démons excités. Après une brève estocade, les trois anges gagnèrent, et réussirent à rejoindre un autre groupe d'ange, qui défendait le sanctuaire. La bataille sur l'arbre des Sephiroth s'était presque anhilée, la majorité des démons s'était rendu au sanctuaire, et les anges gardaient tant bien que mal la dernière porte, à l'intérieur du sanctuaire, celle qui le séparait en temps normal des anges. Elemiah les rejoinds, tous les séraphins, ou du moins la majorité de ceux qui étaient encore en vie, étaient ici, à diriger les anges. La mort embaumait le sanctuaire, qui était assailli de tout part par les démons, déchus et elfes qui tentaient de percer l'ultime porte. Si elle lâchaient, c'était la fin de Celestia ... Ce ne serait plus qu'une terre sans vie, brûlée, avec des êtres sans buts qui èrent dessus.

Cela ne devait point arriver. Mais les troupes démoniaques étaient plus nombreuses, heureusement, les anges étaient à priori mieux entraînés. Et le sang giclait sur un nouvel îlot de Celestia. Un des principaux d'ailleurs. Les hurlements de rages et de douleur se faisaient énormes, et les troupes étaient directement dirigée par la grande déchue. Elle était là, en combat singulier avec Michaël, qui semblait avoir plus d'une fois échappé à la mort durant la bataille. Elemiah brûlait d'envie d'aller l'aider et de terrasser Fenris, cependant, ils avaient besoin de lui ici, devant le dernier rempart de Celestia, le dernier rempart de son âme. Ce qu'il y avait derrière, aucun ange ne l'avait jamais vu à part Gabriel, disait-on, mais on le défendait, on y croyait, on le jugeait plus puissant que tout autre être vivant. Cependant Lucifer n'était pas là. Le chef des déchus serait-il... mort ? Impossible, il devait être resté dans les méandres de l'autre ilôt à la recherche de meurtres sadiques à effectuer. Tant mieux, cela faisait un problème de moins. Tout semblait désespéré, mais les anges ne perdaient pas espoir ... Ils ne pouvaient pas le faire décemment. Ils devaient vaincre les troupes ennemies et les anéantirent, pour affirmer la puissance ... La puissance du Tout Puissant.
Revenir en haut Aller en bas
Llya
¤ Hôte d'une âme angélique

¤ Hôte d'une âme angélique
avatar

Nombre de messages : 61
Localisation : Terre, Copenhague
Armes : Asaliah
Pouvoir : Création de fils de lumière
Statut :
Date d'inscription : 02/01/2008

Feuille de personnage
Race: Humain / Ange
Grade: Archange
Autre: Cohabite avec l'âme d'Ashriel

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Lun 7 Avr - 21:56

Ashriel avait prié de toutes ses forces pour que l'orage divin organisé par les troupes du Séraphin de la Paix suffise largement pour décimer une bonne partie des troupes de la déchue Fenris. Seulement, les prières ne sont pas toujours exaucées, et l'orage n'avait fait qu'empirer les choses du côté des Anges. L'orage leur avait été renvoyé avec d'autant plus d'ampleur, sûrement par un ou une excellent(e) magicien(ienne) et avait frappé la majeure partie de ceux qui étaient à l'origine du sort amplifié par la présence du Tout Puissant. Même cette amplification n'avait pas suffi, et le coeur d'Ashriel était à la limite de sombrer dans le désarroi et le péché de ne plus croire au Tout Puissant qui les guidait. Il vit même Eliel s'effondrer sous cet orage violent puis Tzariel à son tour chuter touché de plein fouet par un éclair rougeâtre. Un cri voulut s'échapper de la gorge de l'Archange, mais rien ne sortit de ses lèvres. Les larmes commençaient à perler le long de ses joues humaines, et la douleur cuisante qu'il ressentait à l'épaule ne fit que s'accentuer.

Sa main lâcha Asaliah. Il voulut courir vers ses deux camarades pour les accompagner dans leur dernier souffle, chanter pour eux la montée des Anges vers la Destination finale. Mais ses jambes ne bougèrent pas, et les seules sensations physiques qu'ils ressentaient étaient celles des larmes et de la douleur. Souffrance. Pourquoi tant de cruauté ? Ashriel n'avait jamais connu de réel champ de bataille, son rôle s'étant toujours limité à créé puis à protéger. Jamais il n'avait subi et semé la mort, la destruction. Mais c'en était trop. Dans la cohue des Anges désorganisés par le renvoi magique de Fenris, l'Archange fut bousculé, chutant pour ne plus se relever.

~~

Un soleil éblouissant éclairait les deux êtres qui se faisaient face, bien loin du champ de bataille sanglant et de la violence de l'affrontement qui prenait place sur Celestia. Sous leurs pieds, une étendue herbeuse, verte, agréable au regard, autant pour l'Ange que pour l'Humain. Le ciel était d'un bleu pur, sans aucun nuage venant troubler cette infinité de bleu uniforme. L'air était pur et bon à respirer, et une légère brise soufflait soulevant les cheveux châtains des deux hommes. De l'Ange semblait émaner une pureté entâchée par la tristesse et le remord, tandis que le regard bleu de l'Humain se faisait compatissant. Les ailes de l'Archange étaient fièrement déployées, tandis que l'Humain adoptait une posture nonchalante. Pourtant, les deux êtres avaient une chose en commun : leur pensée. L'Ange brisa le silence en premier.

- Nous n'avons pas beaucoup de temps.

L'Humain leva ses yeux bleus légèrement baissés et les planta dans ceux de son interlocuteur, avec une gravité contrastant avec son attitude extérieure. Il avait beau être d'un naturel insouciant, il savait évaluer la gravité d'une situation très rapidement et en établir une liste de conséquences qu'il prenait toutefois à la légère. Sauf dans le cas présent. L'air avait beau être pur, le soleil brillant, ce qu'il se passait à présent n'était pas sans importance.

- Je sais, répondit-il simplement.

L'Ange resta silencieux. D'après ce qu'il avait vu de l'Humain, il n'avait qu'une confiance relative en ce dernier pour la situation présente. Certes, il n'avait pas encore vu ce dont quoi était capable l'Humain, mais il restait sceptique là-dessus, et avec raison, à première vue. Nonchalant, trop optimiste et insouciant. C'était ce que son interlocuteur était, et confier le destin de deux être à une telle personne était difficilement envisageable. Mais pas infaisable, et nécessité faisait loi.

- Ce ne sera pas facile, fit l'Ange, sans se soucier de l'inquiétude de l'Humain.

Ce dernier haussa les épaules et esquissa une petite grimace. Il savait bien que cela dépasserait tout ce qu'il avait vécu jusqu'à présent, mais qui ne tentait rien n'avait rien. Et au fond, il ne pouvait permettre la perte de leurs deux existences communes. Il en était responsable, et il assumait cette responsabilité. La décision était déjà prise, ils ne disparaîtraient pas.

- Je sais bien, répéta l'Humain. Mais après tout, tu as déjà choisi... et moi aussi...


~~

L'homme ouvrit lentement ses yeux bleutés. Son épaule lui faisait mal, et il sentait encore dans sa bouche le goût de l'amertume et du regret provoquée par la mort de Tzariel et d'Eliel. Mais plus que cela, tout ses parties du corps qui était pourtant sien semblait le brûler, provoquant une souffrance à la limite du supportable. A côté, sa douleur à l'épaule n'était qu'une égratinure. Cette brûlure intérieur l'empêchait de faire un quelconque mouvement, et la moindre respiration lui coûtait une larme de douleur. Il serra les dents. Ordonna à son bras droit de bouger. Le membre bougea. Lentement, mais bougea tout de même. A présent, ce n'était plus physique, mais psychique. Le jeune homme se força à se mettre à genoux, et balaya du regard ce qui l'entourait. Rien que des cadavres angéliques, des magiciens morts sous ses yeux. Il se mordit la lèvre inférieure pour empêcher le regret d'affluer dans son coeur. Il avait choisi. De supporter la souffrance, aussi bien physique que morale.

Sa main se balada sur le sol, jusqu'à entrer en contact avec un métal froid. Le saisissant de sa main tremblante, il sentit Asaliah changer de forme, répondant à l'esprit de son possesseur. Le jeune homme se força à se relever. Il contourna une partie du Sanctuaire, pour arriver devant l'entrée envahie de Démons, d'Anges déchus, d'Humains et d'Anges qui remontaient de tous les endroits de Celestia, soit pour attaquer soit pour défendre le siège de Dieu. Dans le cas dujeune homme, ce serait la deuxième possibilité. De nouveau, la douleur afflua dans tout son corps, et il se replia sur lui-même. Seulement, il se rappella de ce qu'il s'était passé quelques instants auparavant, et il se força à se mêler au flot des deux forces armées qui s'engouffraient dans le Sanctuaire, tout en oubliant pas de s'étriper en chemin. Personne ne s'interposait pour se confronter à la lame créée par les mains de l'Archange. Personne ne se souciait de lui, tous mettant le doute sur son statut d'allié ou d'adversaire. Ses habits angéliques mêlés à sa nature ramenaient le doute sur sa personne.

Ainsi, Llya pénétra dans le Sanctuaire sans rencontrer de difficultés, si ce n'est que les souffrances de son propre corps et esprit, pour assister à la scène confrontant le Séraphin de la Guerre et la déchue Fenris, sans pour autant agir, étant incapable d'une telle chose...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Séraphin Raziel
¤ Séraphin du Secret

¤ Séraphin du Secret
avatar

Féminin
Nombre de messages : 486
Age : 24
Localisation : Sanctuaire (Celestia)
Armes : Deux lames rétractables accrochée à ses poignets
Pouvoir : Possède des pouvoirs de soin
Statut :
Date d'inscription : 03/05/2007

Feuille de personnage
Race: Ange
Grade: Séraphin
Autre: Ancienne bannie

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Jeu 10 Avr - 20:18

Il n'y avait plus grand monde. Seuls restaient cadavres, armes et sang. Tous étaient partis en direction du Sanctuaire du Tout Puissant, aussi bien Anges que soldats d'Uriel, même si l'explosion provoquée par on ne savait qui avait provoqué un grand nombre de pertes chez les acolytes de la nouvelle déchue. Qui avait donc pu déclencher une telle déflagration ? Tout avait été balayé dans un rayon de 300 mètres depuis le centre de cette déflagration circulaire. Anges, Démons, déchus, Elfes, Humains... Sans exception, et l'on ne pouvait donc pas identifier l'auteur d'un tel exploit... et d'un tel massacre. Cependant, les armées angéliques sur le front avaient vu l'Elite s'écrater du centre de cette déflagration, comme si elle avait été prévue. Par un des leurs. Et elle, elle ne l'avait pas vu, le Séraphin de la Guerre, celui qui dirigeait si brillamment l'Elite angélique. Michaël n'y avait tout de même pas laissé la peau ?

Raziel se releva péniblement, une poussière de lueurs dorées s'élevant de l'endroit sur lequel elle s'était penchée. Elle ferma les yeux un bref instant, murmurant presque inaudiblement une dernière prière à l'adresse du défunt. Rouvrant ses yeux d'émeraude, elle jeta un regard circulaire sur l'étendue qui n'était à présent que sang et cadavres. Rares étaient les survivants, et elle avait la chance (?) d'en faire partie - non, elle ne désirait pas encore mourir. Ayant vu le mouvement de l'Elite, elle avait rapidement ordonné à la faction qu'elle commandait de reculer à son tour. Cependant, on aurait pu qualifier cette manoeuvre de complètement foireuse et foirée. Les Démons, eux, n'avaient pas réfléchi aux mouvements de l'Elite et en avait profité pour s'en prendre à la faction qui entrepreanit sa retraite. Or, cette faction était constituée d'une majorité d'archers et de magiciens, et les conséquences avaient été catastrophiques. De plus qu'une partie de la faction avait été carbonisée vive par cette déflagration d'auteur inconnu.

Résultat, le Séraphin du Secret en était à regrouper ses alliés puis à leur ordonner de rejoindre par groupes le Sanctuaire vers lequel Uriel s'était visiblement dirigée. Elle, elle restait encore un peu, rendant hommage à ceux qu'elle avait plus ou moins connus, cédant à une vague d'amertume provenant des profondeurs de son coeur. Elle avait beau avoir participé à de multiples batailles sur Sylvania, aucune d'entre elles n'avaient égalé la violence de celle qui se continuait à présent. Bien sûr, elle ne s'arrêtait pas devant chaque cadavre angélique, mais elle ne pouvait rester indifférente devant les corps de ceux qu'elle avait relativement connus.
Bruit de vol, d'une aile non atteinte par les insectes de Fenris. Raziel se retourna vivement et sauta en une fraction de seconde vers un Démon égaré qui semblait avoir ignoré les ordres de Fenris. La lame courte de l'Ange trancha d'un coup sec les cervicales de l'être démoniaque qui avait été surpris par une si prompte réaction.

~~*~~

Sanctuaire

Uriel. Elle avait osé. Elle avait dû briser l'intégralité des préceptes divins si bien établis par le Tout Puissant. Et à présent, ses pieds impurs foulaient le sol sacré de la demeure du Souverain. Uriel. Même déchue, elle serait toujours Uriel en Son coeur.

Il se leva de son trône d'or sur lequel il était assis la plupart du temps. Tant Il avait vécu, le temps n'était qu'une notion relative pour Lui. Mais cette fois-ci, Il ne laisserait pas le temps s'écouler, car l'équilibre de Celestia ne pouvait être rompu à présent. L'accomplissement des desseins d'Uriel seraient pour une autre fois. Peut-être même pour jamais. Il fit un pas, puis deux, puis trois... pour aller se placer au centre de la Grande Salle qui Lui était dédiée. Cette Grande Salle sombre, éclairée uniquement par la lumière céleste parvenant par un trou aménagé dans le bâtiment divin. En temps normal, la lumière n'éclairait qu'un espace restreint, formant un cercle lumineux au centre de la Salle. Mais à présent, tout était sombre, et la seule lumière semblait provenir de cet Être, qui semblait émaner une lueur dorée bienfaisante.

Il s'arrêta au centre de la pièce, là où la lumière aurait dû directement parvenir. Ses yeux se levèrent vers le ciel obscurcit par Fafnir, et Il sembla à un instant éprouver une certaine souffrance visible sur Son visage. Il leva Sa main, paume vers le ciel noir. Une lueur blanche jaillit de cette paume et alla frapper de plein fouet Fafnir qui se délectait encore de la lumière céleste. L'obscurité se dissipa peu à peu, et Il dirigea Sa paume vers la petite porte dorée qui était la seule entrée de cette Grande Salle. La lueur blanche jaillit encore une fois, puis disparut au contact du mur du Sanctuaire.

Le Sanctuaire s'ébranla. La lueur blanche jaillit du sol, s'interposant entre Michaël et Uriel. Pendant quelques secondes apparurent aux yeux de tous les spectaters l'image de trois paires d'ailes sybolisant le Tout Puissant. Puis Sa lumière fusa vers Uriel, la frappant de plein fouet. La lueur se répandit sur tout le corps de la déchue en un instant, le décomposant en un millier de particules lumineuses qui s'évaporèrent malgré elles dans l'air.

~~*~~

Enfers, Arche de Gehenna

Les particules se rematérialisèrent sur les marches mêmes du palais de Satan, sous les yeux étonnés des gardes, rares. Ces derniers s'écartèrent vivement des particules qui étaient chargés en énergie pure, trop pure pour eux. Le corps de la déchue se reconstitua lentement, loin du champ de bataille de Celestia. Seule persista une voix que seule l'ancienne gardienne de la porte céleste entendit :

- Tout commence ici, ma fille...

~~*~~

De nouveau, elle était penchée sur le corps d'un Ange, et écoutait les dernières paroles de celui-ci. Cependant, cet Ange n'était pas l'un des moins importants, au contraire. Raziel soutenait de ses mains ensanglantées par le sang du blessé le Séraphin Remiel qui avait dirigé la dernière offensive de sa vie angélique. Son coprs avait été transpercé à plusieurs endroits, mais il était étonnant de voir qu'il était encore vivant, ou du moins, aux portes de la mort mais appartenant encore à ce monde.

- Ne vous souciez plus de moi, ordonnait le Séraphin dans son dernier souffle. Montez au Sanctuaire défendre notre Souverain...

L'Ange du Secret restait silencieuse. Abandonner Remiel à l'instant présent était au-dessus de ses forces, et elle souhaitait rester auprès de lui jusqu'à ce que sa vie s'achève. Même si Remiel ne faisait pas partie des proches de Raziel, il faisait tout de même partie des personnes qu'elle connaissait relativement bien pour lui avoir rendu quelques services et lui aussi en échange, malgré son aversion pour le Séraphin du Secret. Avoir pour fréquentation Michaël n'est jamais très bon... Michaël, où était-il donc, celui-là ? Raziel leva ses yeux émeraudes vers le ciel obscur. Son regard fut attiré vers le Sanctuaire que l'on voyait très bien de là où elle était, et plus précisément par une lueur qui venait de jaillir du bastion du Tout Puissant. La lueur blanche dispersa en quelues instants ce qui avait avalé la lumière céleste du monde des Anges, éblouissant tous ceux qui étaient encore en vie et qui avaient l'occasion d'être à l'extérieur. Raziel et Remiel ne faisaient pas exception, et la jeune Ange eut le réflexe de se protéger les yeux en mettant sa main devant son visage.

- Fantastique... fit Remiel. Il... ne nous a pas abandonné... Je n'ai jamais douté de Lui...

Le regard du Séraphin du Secret se riva sur le militaire agonisant. Ou mort, plus précisément. Il venait de quitter ce monde avec la lueur divine comme dernière vision. La main de la jeune Ange passa sur les yeux de Remiel pour les lui fermer, puis elle posa délicatement le corps à terre. Joignant ses mains, elle prononça clairement les mots qui suivirent :

- Paix à ton âme.

Puis elle entonna le chant d'élevation de sa voix claire, les mots du langage ancien commençant à faire apparaître un halo doré autour du corps de l'Ange sans vie. Puis ce dernier commença à se dissiper en une pluie de lueurs dorées. Raziel ferma les yeux, murmura une dernière prière, puis se releva. Elle fixa pendant quelques instants le Sanctuaire qui n'était pas si loin que cela, puis déploya ses ailes blanches, entourées d'un halo doré les protégeant. D'un battement d'aile, elle s'envola rapidement vers le bastion du Tout Puissant.

La scène qui s'y déroulait surpris le Séraphin du Secret, qui ne s'était pas attendu à une telle chose. Tous les acolytes d'Uriel semblaient cloués au sol par une force inconnue, tandis que les Anges commençaient à faire le ménage dans la place sacrée, répandant du sang impur. Mais surtout, ce qui sidérait le plus le Séraphin du Secret était le fait de voir Michaël, arme au poing, semblant avoir frappé le vide avec une Azaël qui n'émettait plus aucune lueur.

_________________

Administratrice
Revenir en haut Aller en bas
http://lesguerreseternelles.users-board.net
Lucifer
¤ Ange déchu du 9eme cercle

¤ Ange déchu du 9eme cercle
avatar

Masculin
Nombre de messages : 282
Localisation : Les Enfers, Arche de Gehenna
Armes : Tout et n'importe quoi
Pouvoir : Peux ouvrir une porte gigantesque d'où sortent des centaines de poignées d\\\'armes somptueuses.
Statut :
Date d'inscription : 05/06/2007

Feuille de personnage
Race: Ange déchu
Grade: Ange déchu du 9eme cercle
Autre: Chef des Anges déchus, penchant obscur de Michaël

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 13 Avr - 13:31

Le regard orangé de Lucifer se porta sur Adonis qui agonisait à terre, mais il ne scilla pas. Les planqués ? Apparemment, les Anges avaient repris les vieilles stratégies efficaces pour les batailles s'étant déroulées sur Celestia, il y avait longtemps de cela. Mais à présent, cela ne l'importait plus. Il savait que la bataille toucherait bientôt à sa fin, et cette fin serait soit l triomphe de Dieu ou le triomphe de Fenris qui s'était élancée vers le Sanctuaire accompagnée d'une horde d'Humains, de Démons et d'Anges déchus. Il ne restait plus qu'à espérer la victoire de la déchue, même si le frère de Michaël ne s'était jamais accroché à l'espoir mais uniquement à ses propres capacités. Et il comptait d'ailleurs rejoindre Fenris au Sanctuaire lorsqu'il en aurait fini avec ces Anges. Quant à Adonis, il verrait ce qu'il en ferait, n'ayant aucune dette envers lui. Cependant, c'était un allié de choix, et le laisser mourir n'était pas vraiment une bonne solution. Mais le chef des Anges déchus ne pouvait lâcher la jeune Ange qu'il tenait en otage, étant son atout principal face au Séraphin de la Sagesse.

Sauf que la jeune Ange en question ne semblait pas vouloir se laisser faire. Mais Lucifer savait pertinnemment que les efforts de cette dernière seraient vains, la force de la jeune fille n'étant rien face à la sienne. Mais ce qu'il entendit lui arracha un sourire amusé. L'Ange le prenait pour Michaël. Cela faisait longtemps qu'on ne lui avait pas faite, celle-là, et cela l'amusait toujours autant. Même si être pris pour son imbécile de frère était parfois déplaisant. Mais il tirait parti de la ressemblance qu'il avait avec son frère pour son propre amusement face aux Anges qui ignoraient l'existence même du frère de Michaël, le superbe Séraphin de la Guerre. Le chef des Anges déchus aimmait montrer combien la société angélique trompait ses propres membres par le mensonge qu'ils prétendaient bannir de leurs bouches trop pures.

Le déchu du 9eme cercle ne rleva pas la remarque de l'Ange par rapport à son physique. Après tout, il était normal qu'il veuille se distinguer de son imbécile de frère en montrant réellement son penchant pour les forces obscures. De plus, la société angélique avait vraiment bien fait les choses à son égard, bannissant son existence et celle de ses Anges déchus de l'éducation, pour qu'il puisse montrer par la suite que le Conseil angélique ne faisait que mentir à la population angélique qui magnifiaient un Tout Puissant sans savoir réellement ce qui se cachait derrière ce culte.

Le sourire de Lucifer disparut en entendant son propre nom prononcé par une voix qu'il commençait à connaître. Sans relâcher la pression qu'il exercait sur sa captive, il tourna brusquement la tête vers l'endroit où se trouvait contre le mur, l'Elfe. L'Elfe qu'il avait acceptée comme apprentie, celle qui s'amusait de cette bataille qui n'avait aucun intérêt premier pour elle. Mais cette voix qu'il venait d'entendre n'était pas celle de la Féline, et le chef des déchus en était bien conscient. Anaëlle avait choisi le mauvais moment pour revenir. Pourquoi les étoiles lui compliquaient-elles la tâche ? Il ne pouvait lâcher la jeune Ange qu'il tenait, car elle était son arme face à Eyaël. Mais il ne pouvait pas non plus laisser Anaëlle ainsi au milieu du champ de bataille. Elle avait visiblement mal supporté les actes de la Féline...

Seulement, la solution sembla se présenter d'elle-même devant le déchu du 9eme cercle. La jeune Ange qu'il retenait semblait ne pas être accomodée à la violence de la guerre, et avait pour seule intention de soigner, de donner la vie plutôt que la mort. Mais il ne pouvait la lâcher aussi facilement, n'ayant après tout aucune pitié pour n'importe quel être, que ce soit Eyaël ou Adonis. Seulement, Anaëlle était un cas à part. Elle avait réussi à rechercher cette âme d'Ange enterrée dans son coeur, une lueur qui faisait toujours de lui un Ange et non un Démon à part entière. Il en était de même pour chaque déchu, qui restait Ange quelque part en eux. Mais encore une fois, il n'eut pas le loisir de faire grand chose, Gabriel faisant son apparition, criant le nom de l'Ange captive. Dayân... Une proche du Messager, d'après ce qu'avait cru comprendre Lucifer. Sauf qu'il n'avait pas bien l'air de tenir à la dénommée Dayân, n'ayant visiblement pas vu qu'il tenait sa vie entre ses mains et qu'il pouvait l'exécuter d'un instant à l'autre.

Ce fut d'ailleurs la première réaction qu'eut Lucifer. Il appuya la lame de son katana sur la chair de l'Ange, mais au moment où il voulu trancher la chair, il sentit que quelqu'un voulait forcer son esprit à s'ouvrir. L'instant d'après, un murmure essayait de se frayer un chemin jusqu'à lui. Voyant que ce murmure était impuissant face à lui, le déchu ouvrit partiellement son esprit, et entendit clairement la voix de l'Ange lui demander la vie sauve des deux Anges. N'avait-elle pas conscience qu'un fort esprit comme celui de Lucifer pourrait pénétrer ses pensées ? Il était vrai qu'il aurait besoin de guérisseurs, mais il en avait de très compétents, comme Ekiel. Seulement, il n'était pas sur place, et il était vrai que Anaëlle et Adonis avaient besoin d'être soignés.

Lucifer voyait très bien l'arme dorée de l'Ange se diriger vers un objectif désespéré. D'un mouvement vif, il retira son katana de la gorge de Dayân et s'en servit pour parer l'attaque du Messager, sans pour autant lâcher la jeune Ange. Le déchu plongea son regard orangé dans les yeux purs de Gabriel, un sourire s'esquissant sur son visage. Puis, il repoussa l'Archange d'une forte pression exercée sur la lame de ce dernier.

- Ta soeur vient de te sauver la vie, Gabriel. Pourtant, tu n'avais pas l'air de tenir à elle...

Le déchu lâcha les poignets de la jeune Ange, qui était à présent libre. Enfin pas tout à fait. Elle venait de prononcer dans son esprit des paroles irréversibles. Elle l'aiderait. Elle trahirait Celestia, ses Anges, et Dieu auquel elle avait dû adresser toutes ses prières jusqu'à cet instant même. Mais ce que l'Ange déchu avait perçu le plus était cet acte désespéré de trahison pour Gabriel. Pour son frère jumeau.

°L'Elfe d'abord° ordonna Lucifer à Dayân.

Bien qu'Adonis soit un allié puissant, il préférait savoir Anaëlle en sécurité et en bonne santé plutôt que le Prince des Flammes, qui était un Démon résistant, après tout, et qui avait même failli entraîner le Séraphin de la Sagesse dans la déchéance. Son attention se reporta sur Gabriel et Eyaël, qui n'avaient sûrement pas compris le geste du déchu. Mais qu'ils comprennent ou non, peu lui importait. Et le frère de Michaël avait bien vu les larmes sur les joues pâles de la soeur du Messager, sachant pertinnemment que trahir était douloureux. Même si il l'avait fait aux portes de la mort, Lucifer se souvenait parfaitement de la déchirure qu'avait provoqué ce choix.

°Leurs vies ont un prix. Il s'agit du Séraphin de la Sagesse et du Messager divin°

Le regard orangé de Lucifer allèrent d'un Ange à l'autre, ceux qu'il avait évoqués. Mais quelque chose d'inattendu se produisit. Loin au-dessus d'eux, en pronvenance du Sanctuaire, une lumière blanche d'une pureté immaculée venait de frapper le ciel recouvert par la couche noire et nuageuse créée par Fenris. Le déchu reconnut cette lueur, et ne put s'empêcher de mettre sa main devant ses yeux pour se protéger de la clarté soudaine qui illuminait de nouveau le monde des Anges. Dieu avait agi. Fenris avait échoué, Lucifer le savait. Etait-ce à lui d'essayer ? Pour le moment, il devait régler l'affaire d'Anaëlle, de Dayân, d'Adonis et des deux autres Anges.

- Partez, fit le déchu à l'adresse des deux Anges.

°A présent, c'est aux côtés des déchus que se trouve ta place. Tu n'as pas le choix. La Vérité t'attend°

_________________

]-Correcteur-[
Revenir en haut Aller en bas
http://zanar-requiem.forumactif.com/
Akuma Tsubasa
¤ Démon du 7eme cercle

¤ Démon du 7eme cercle
avatar

Nombre de messages : 89
Statut :
Date d'inscription : 22/09/2007

Feuille de personnage
Race: Démon
Grade: Démon du 7e cercle
Autre: Schyzofrène, paranoïaque et anthropophage

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Lun 14 Avr - 11:52

Le sang ... La mort ... Leurs derniers souffles. Toutes ces images défilaient dans la tête du démon, qui en jubilait presque, il aimait tuer, il aimait faire souffrir les anges, bien qu'il n'en ait pas eu le temps, puisqu'en cas de guerre, il valait mieux éviter de s'attarder sur un ennemi. Il s'envola, comprenant alors que le reste de la bataille se déroulerait devant la dernière muraille qui séparait l'humain du divin, - bien que le terme humain ne soit pas très adapté - celle qui les séparait lui d'eux. Comment pouvaient-ils entretenir un culte sur une personne qu'ils n'avaient jamais vu, et n'avaient pas le droit de voir. D'un autre côté, personne n'avait jamais vu Satan, mais aucun culte ne s'organisait autour de lui, ce qui expliquait la difficulté de réunir des démons sous la même bannière. Il arriva enfin sur l'ilôt du sanctuaire. Le sang ruisselait sur les pavés, donnait une nouvelle couleur au bastion de Dieu. La splendeur du bâtiment était écaillée par les reflets écarlates, à peine visibles à cause de Fafnir. Ils allaient gagné, Celestia, ainsi que tous ses habitants, étaient défaits. C'était sur et ...

- Quoi ... Qu'est-ce ? hurla-t-il au sein des rangs démoniaques lors qu'un rayon lumineux se dégagea du toit du sanctuaire.

Tout ce qui arriva se passa ensuite en un éclair, le Tout Puissant était là. Pas si puissant que ça, bien qu'il eut vaincu Fafnir en un coup. Soudain, un nouvel éclair lumineux eut lieu, séparant Michaël de Fenris. La lumière angélique devenait insupportable, tellement que bientôt, les rétines du démon se mirent à le brûler. Il tomba en sol en hurlant des dizaines d'injures blasphèmatoires. Il se souvint de la bille. Ses muscles étaient paralysés, mais il lutta contre la douleur pour attraper l'objet que Fenris lui avait donné. Il l'utilisa, ne voyant pas comment pour faire apparaître sa porte de sortie. Il roula dedans en hurlant. Le blanc immaculé devint noir. Quelques secondes pendant lesquelles il se sentait transporté à travers les mondes. La douleur s'évanouit au fur et à mesure ... Ils avaient donc perdus ? Dieu était rééllement si puissant ? Cela faisait peur à voir de se faire écraser si facilement. Et pourquoi Satan n'avait-il pas intervenu en voyant Dieu ? Peut-être voulait-il cette défaite démoniaque. Autant de question passaient dans la tête d'Akuma, interrogations qui disparurent lorsqu'il arriva enfin ... Il tomba aux pieds des marches de l'arche de Gehenna. Devant le repaire de Satan.

Il ferma doucement les yeux, épuisé par le train d'enfer de la bataille. Il ne devait pas être le seul à avoir des pastilles, peut-être que d'autres de ses congènères apparaîtraient à ses côtés. Pour l'instant la question n'était pas là ... Il fallait se reposer, pour oublier l'échec cuisant que fut cet assaut ... Enfin pas si cuisant que ça, ils devaient bien avoir décimé le quart de la population angélique qui aurait du mal à se remettre d'un tel assaut. Des nominations de séraphins allaient sans doute se faire à la hâte pour palier les pertes qui avaient été faites lors de la bataille. L'odeur du sang mélangé à celle de la mort avait disparu, laissant place à l'odeur du marbre froid et de la déception. Akuma finit par trouver le sommeil, malgré son orgueil plus que jamais blessé, voire anéanti.


[HRP : dernier post d'Akuma dans la bataille ]
Revenir en haut Aller en bas
Anaëlle
¤ La Féline Blanche

¤ La Féline Blanche
avatar

Féminin
Nombre de messages : 280
Age : 26
Localisation : Chez Lulu :D
Armes : Fouet
Pouvoir : Illusioniste.
Statut :
Date d'inscription : 13/05/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe
Grade: Vagabonde
Autre: Un charme intense, inexplicable et sauvage entoure son incroyable beauté.

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Lun 14 Avr - 14:06

" Ayez pitié de moi... Tout ce que je voulais, c'était du bonheur, j'ai obtenu la vie, et peu importe qu'on me la reprenne, ce que je souhaite avant tout, c'est du bonheur... Faîte la revenir...
Féline... Féline reviens je t'en supplie... Féline... Mon corps t'appartiens autant, viens... Je t'en supplie... De tout mon cœur reprend le contrôle, je n'arrive pas à encaisser... Aide le, comme tu le ferais à ma place. Agis comme tu le sentirais. Mais ne me laisse pas seule dans cette bataille, ne m'abandonne pas maintenant...
Tu es ma part d'ombre, je suis ta lumière, devons nous vraiment être séparée ? Est ce peut-être parce que je te parle que tu existe.. ? Féline aide moi... Féline sauve moi... Féline revient...
"

Assise dos au mur, les genou repliés contre sa poitrine, entourés de ses bras. Elle gardait la tête levée, le visage ravagé par les larmes et la peur. Ses yeux fixaient la scène qui se déroulait devant elle. Lucifer qui tenait une ange comme otage, Lucifer qui repoussait bravement un autre ange qui semblait... fou de rage. Lucifer qui relâchait cette ange sans que personne ne sache pourquoi. Que s'était-il passé ? Il semblait attendre quelque chose d'elle...
Anaëlle avait honte, car lorsqu'elle était arrivée, elle avait tout de suite attirée l'attention du chef des déchus. Il n'allait pas être content, il l'avait prévenu... Non content de devoir se battre, il devait la protéger ? Elle n'aurait alors pas du venir... Mais ce n'était pas elle qui a voulu ça, c'est.. l'autre. La Féline était plus souvent là lorsqu'elles se trouvaient sur la terre des Elfes. Mais alors pourquoi ne pouvait-elle pas revenir ? Pourquoi les étoiles, pourtant invisible ici, ne voulaient pas rappeler la Féline ? I y avait des Elfes, donc ce n'était pas eux qui favorisaient la part d'ombre de l'être. Tout élément favorisait l'apparition de l'ombre ou la lumière, ça dépendait de la nature de cet élément. La Féline était beaucoup plus présente aux enfers, car là bas le chaos était maître. Anaëlle est revenue, parce qu'elle est sur la terre des anges ? Etait-ce ce lieu sacré qui avait fait revenir la jeune fille effrayée et sanglotante ?
Tout était psychologique, il fallait un signe d'ombre qui puisse pousser les étoiles à faire revenir la sauvage. Un signe un signe... Lucifer ? Non, Anaëlle a déjà apparu devant lui... Une magie ? Qui voudrait user de sa magie face à une folle ?
Une grand lumière apparut, qu'est ce que c'était ? En tout cas, ce n'était pas ça qui allait l'aider à faire revenir l'autre. Anaëlle avait d'abord mis sa main devant les yeux, mais la lumière ne l'aveuglait pas, elle l'avait donc enlevée en souriant, c'était bon... Puis la lumière disparut.

Elle tourna la tête vers le démon évanoui. Elle l'avait vu avant, il était souriant, mais maléfique. Il était en pleine forme avant la bataille. Elle regarda l'ange à coté, l'ange dont son épée était tâchée du même sang que celui qui s'échappait du corps d'Adonis. C'est la guerre, c'est l'effroi, mais la Féline ne revient pas.
Anaëlle chercha un autre signe, c'est psychologique, c'est psychologique, c'est psychologique...
Elle poussa un petit cri lorsqu'elle sentit quelque chose effleurer son bras sur le coté. Elle tourna la tête...
Un chat... noir. Un chat ??

Maux de tête, elle plaça sa main sur son front en grimaçant, avant de relever les yeux vers la scène.
Sa main caressa doucement la tête de l'animal. Que faisait-il ici ? Soit les chats existaient dans le monde des anges, soit il avait suivi les Elfes.
Stupide ? peut-être pas tant, un félin est curieux, un félin protège ses territoires en allant envahir ceux des autres. Ce félin là est venu marquer son territoire ici ?
Ses yeux se firent plus profonds, plus sombres, et ses membres arrêtèrent de trembler. La dame essuya ses larmes d'un revers de main. Ça suffit ! Depuis quand elle pleurait ? Jamais, il ne faut pas pleurer, elle avait eu ce qu'elle voulait, et elle venait en plus de retrouver Lucifer, que du bonheur ! Et puis c'était qui ces gens autour ? Cette fille que Lucifer tenait dans ses bras... C'était qui elle ?
La Féline regarda avec haine cette ange qui avait eu le privilège d'être dans les bras de Lucifer. Qu'est ce que cette colère qui monte en elle, Lucifer est SON terrain ! SA propriété. Elle n'y a pas encore laissé sa marque, mais gare à celle qui le fera avant.

Elle se leva, avant de se frotter les épaules pour faire partir les saletés. Le chat à ses cotés se frotta à ses jambes avant de s'éloigner. Il était libre de faire ce qu'il voulait.


- J'étouffe... Lâcha t-elle en arrachant ses morceaux de tissu pour s'aérer. Elle avait déjà arraché pas mal avant, heureusement que la sauvage avait eu la conscience de laisser les parties qui cachaient son intimité, quand même.
Néanmoins elle avait le ventre nu, les épaules pareils, les bras aussi et les jambes également jusqu'en haut des cuisse. Sa peau légèrement argentée luisait sous les fausses lueurs rougeoyantes de la guerre.


- M'en veux pas, je t'en rachèterais un.

Il ne fallait pas oublier que ces vêtements étaient ceux de Lucifer au départ, elle s'était servie dans son armoire chez lui... Après avoir également remis ses cheveux en place, la Féline regarda les deux anges à qui Lucifer avait ordonné de partir.

- Z'êtes sourd ou quoi ! Il a dit partez le monsieur !

Son regard se posa sur l'un des deux, celui qui avait tenté de s'en prendre au déchu. Elle fit un pas vers cet ange.

- Je peux t'accompagner si tu veux... si tu as besoin de compagnie...

Un sourire espiègle se forma sur son beau visage, la dame faisait comme si rien ne s'était passé avant, comme si elle n'avait pas été Anaëlle...
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy-land.forumsline.com/
Gabriel
¤ Messager de Dieu

¤ Messager de Dieu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 26
Armes : épée d'or
Pouvoir : glace
Statut :
Date d'inscription : 10/06/2007

Feuille de personnage
Race: Ange
Grade: archange
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Jeu 17 Avr - 18:54

Un claquement sec. Une douleur intense dans son bras. Tel furent les rares souvenirs que Gabriel garda. La suite fut pour lui si flou qu’elle ne lui apparaît que comme une succession d’images évanescentes. Tout ce que Gabriel se souvient ce sont les paroles de Lucifer. Si froide, si glacial ; l’archange avait senti un frisson de fièvre s’emparait de son corps en même temps que sa vue se troublait. De rage, son poing se crispa sur la garde de son épée qu’il tenait toujours à la main, dressé devant lui comme un simulacre de défense. Mais dans son état, et face à Lucifer, il ne faisait pas le poids. Tout ce qu’il était c’était un ange pitoyable voué à la mort. Mais au moins, celle qu’il chérissait par-dessus tout aurait la vie sauve. Au moins, elle, elle jouirait des attraits de la vie, de son opulence de la joie qu’elle pouvait procurait. Oui, que Dayân vive !
Le messager de Dieu releva la tête qu’il avait baissé ; comme elle lui paraissait lourde ! Il lui semblait que le poids du monde reposait sur ces épaules comme le géant Atlas. Et pourtant il ne portait rien de tel, son fardeau à lui était bien moindre, si infime en comparaison au poids de l’humanité toute entière. Le visage de Dayân entra dans son champ de vision. Elle semblait terrifiée et pourtant résolu. Mais résolu à quoi ? Le cœur de Gabriel se serra horriblement dans sa poitrine lorsqu’il comprit enfin. Sa soeur allait tomber en…déchéance ! Et tout ça pourquoi ? Pour le protéger lui ? L’aimait donc à ce point ? Au point de devenir aux yeux de tous une vulgaire déchue ? Et non ! Pas aux yeux de tous ! Lui, il saurait ce qu’elle était vraiment, qu’elle s’était sacrifiée pour lui ; elle qui nombre de fois avait été calomniée pour être le jumeau du messager de dieu. Quel crime tout de même ! Elle avait eu l’audace de naître ! C’était un mal absolue, une ignominie, une infamie ! Et pourtant, Dayân avait bien plus de grâce aux yeux du messager de dieu que tous ses anges présomptueux et pompeux soi-disant respectable qui passait leur temps à bavarder, cancaner, caqueter comme des poules en regardant la majorité avec condescendance comme s’ils étaient supérieur.


-Dayân, articula péniblement Gabriel comme si prononçait ce seul nom lui coûtait un effort surhumain.


L’ange ne sut en dire plus. Il n’y parvenait pas ; c’était plus fort que lui. Articulait la moindre paroles étaient au dessus de ses forces ; surtout à Dayân. Mais elle était obligée, elle n’avait pas le choix. Et Gabriel le savait. Lui-même aurait agit de la même manière s’il s’était trouvé à la place de sa sœur.
Mais pourquoi était-ce elle qui payait ? Qu’avait elle fait de mal pour que le destin s’acharne ainsi sur elle ? C’était des questions sans réponse, et le messager n’en attendait aucune. Il n’y avait aucune de satisfaisante. Peut-être n’était ce qu’un simple concours de circonstance et que cela changerait avec les vicissitudes du temps. Quel doux euphémisme que celui-là ! Cependant, la vie était faites d’euphémismes, c’était ainsi que naissaient les rêves les plus fous et les âmes les plus grandes.
Gabriel prit une profonde inspiration, et se tourna vers l’elfe qui s’était adressé à lui et à l’autre ange présent qui n’était autre qu’Eyaël, le séraphin de la sagesse. Que faisait il ici d’ailleurs ? A voir le démon gisant sur le sol et le sang sur l’arme du séraphin, il n’y avait aucun doute : Eyaël était venu pour protéger sa sœur. Gabriel lui en serait reconnaissant à jamais.
Mais pour l’heure ses pensées étaient bien loin de là. L’ange hésitait à répondre à la provocation de la jeune elfe au regard espiègle. Il ne voulait pas abandonner Dayân. Mais au final, cela ne ferait que rendre leur séparation plus douloureuse. Alors, par pur défi ou par inconscience, Gabriel répondit fièrement :

-D’accord, petite elfe, guide moi !

Se tournant vers Dayân, il riva une toute dernière fois son regard dans celui de sa sœur. Aucun son ne sortit de sa bouche qui resta close et muette comme la tombe. Nul besoin de parole, le frère et la soeur se comprenaient à la perfection. Gabriel se détourna des yeux hypnotisant de Dayân, et fit un pas en direction de la jeune elfe.
Revenir en haut Aller en bas
http://watashinokuni.canalblog.com/
Dayân
¤ Intermittente du spectacle divin

¤ Intermittente du spectacle divin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 663
Age : 27
Armes : deux katanas courts en verre enchanté
Pouvoir : apaiser les âmes
Statut :
Date d'inscription : 06/05/2007

Feuille de personnage
Race: ange
Grade: Ange, intermittente du spectacle divin
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Jeu 17 Avr - 21:37

Elle avait fermé les yeux, lorsque le Déchu avait appuyé la lame contre son cou. Peut être par faiblesse, sans doutes par désespoir. Elle n'aurait pas aimé voir sa mort dans les yeux bleu ciel de son frère. Et puis elle avait senti un mouvement d'air, et avait ré-ouvert les paupières effarée. Jusqu'où pouvait aller la violence de Lucifer? Jusqu'à quel point pouvait elle limiter les dégâts? La.. comprenait il, finalement?

Fort heureusement, l'affrontement redouté n'eut pas lieu. Ce qui ne soulageait tout de même pas l'ange. La prise de parole de son jumeau finit par la briser. Elle savait qu'il la comprenait, ou qu'il la comprendrait, mais cette dernière interpellation sonnait à ses oreilles comme le glas de la Déchéance. Mais elle essuya ses larmes, et soutint son regard, un léger sourire nerveux sur les lèvres. Intérieurement, c'étaient les grandes eaux, mais elle sentait la souffrance de son frère, et ne voulait pas qu'il souffre à cause d'elle. C'était peut être utopiste et égoiste, mais il fallait qu'il vive. Heureux. Pour eux deux.

- Pardon, Gabriel... murmura la danseuse.

Et qui savait, peut être que la vie de.. Déchue n'était pas si mal? L'artiste sentait son coeur pret à exploser. Elle savait qu'elle se mentait à elle même. Elle savait qu'elle ne pourrait jamais trahir Dieu sans souffrance. Elle savait que quitter dans de telles circonstances son jumeau lui pèserait. Elle savait que sa vie ne serait plus jamais la même. Mais elle l'assumerait, même dans la douleur. Elle était Ange, elle était soeur du Messager de Dieu, et elle ne pouvait être autre qu'égale à elle même, et elle le resterait. Fut-ce au plus profond de son coeur.

Libre de ses actions, elle jeta un regard à l'Elfe. Qui avait repris du poil de la bête. Heu.. Jugeant que la jeune femme n'avait pas besoin d'aide, après une hésitation, elle se dirigea vers le démon charcuté. Le ton de l'Elfe à l'égart de son frère ne lui plaisait pas, mais elle ne désirait pas intervenir et en rajouter une couche à sa souffrance. Ses pensées allèrent à Lucifer... Lucifer... Lu...

° Aaaah! Mais bordel c'est pas drole! C'est carrément pas mon jour! ° gémit intérieurement l'artiste.

Elle avait volontairement ouvert son esprit au chef des Déchus, et celui ci était bien plus fort qu'elle, il pouvait donc entendre ce qu'elle pensait assez fort dans des proportions à gogo. Forcer le passage la première fois dans l'esprit d'une personne c'était compliqué, une fois que c'était fait tout devenait plus facile. Un peu comme s'il avait trouvé la clef permettant d'ouvrir la porte donnant sur ses songes. Quand il voulait.

Dayân retint des larmes de rage et d'exaspération. Elle en aurait presque ri, mais son état était encore trop sombre pour qu'une note d'euphorie passe ses lèvres. Enfin, ce qui était fait, était fait.

Elle s'agenouilla auprès du corps du démon et éxamina la blessure. Méchante l'entaille... Comme c'était ironique.. Un ange soignant une personne blessée par un autre ange. Et tout ça en étant du même camp. Elle soupira. Remettre sur pied son patient n'allait pas être du gâteau...

° D'ailleurs, tu sais c'que c'est du gâteau? °

Peut être qu'elle arriverait à assez le souler pour qu'il lui ferme totalement son esprit, au quel cas il ne pourrait pas non plus entendre le sien. Pour en revenir au futur cadavre si elle ne se bougeait pas, il lui faudrait une grande dose de magie pour réparer les dégâts. Comme si elle était guérisseuse, tiens, la blague. Heureusement qu'elle avait eu Raphaël en cours particuliers!

- Nan mais vraiment, la prochaine fois pensez à ceux qui passent derrière vous! lança t elle avec reproches à Eyaël. A défaut d'être sympa avec les démons, soyez le au moins avec vos semblables! Sérieusement, là vous me demandez de faire de votre compote de nouvelles pommes, c'est scandaleux!

Ce faisant, elle avait placé ses doigts sur la plaie de l'être démoniaque et une douce lueur se formait peu à peu sous ses paumes. Tss.. Et en plus il fallait qu'elle fasse attention avec la dose étant donné que les démons n'étaient pas conçus pour supporter la magie angélique! Mais quel monde de fous! Il fallait qu'elle parle pour évacuer son stress, pour avoir l'impression de ne pas devenir folle. Pour oublier sa douleur.

- Vous seriez gentil de vous rendre utile, Séraph' de la Sagesse: emmenez Gabriel dans un endroit où on pourra le soigner.

L'ange ferma les yeux, et alors qu'elle donnait une impulsion à sa magie pour refermer la plaie béante du démon, elle reçue en retour la souffrance provoquée par la blessure au niveau du torse. Soigner quelque chose de profond demandait toujours un sacrifice, et en plus il fallait qu'elle se prenne dans la tronche cette fichue magie démoniaque qui réagissait contre cette intrusion démoniaque. Non mais, c'était pas parce qu'elle.. chutait, qu'il fallait se croire tout permis!

Néanmois, ressentant la douleur éprouvée par le démon, elle calma aussi la réceptivité nerveuse de ce dernier, afin de diminuer sa souffrance physique. Ereintée, elle ré-ouvrit les yeux et posa un regard absent sur le corps inerte devant elle. Il était capable de se mouvoir à peu près normalement, à présent. Elle ne l'avait pas totalement soigné, car celà les aurait tués tous deux, mais le temps ferait le reste. Elle donna une petite tape sur l'épaule du démon.

- Hé! Réveille toi Juliette! Tu veux quand même pas que j'te porte jusqu'à chez toi en plus de t'réparer!?

Elle avait dit ça d'un ton neutre. Ce qui pouvait paraître étrange, car la tournure de la phrase en elle même était plutôt familière et narquoise. Mais la danseuse ne pouvait s'empêcher de songer au meurtre qu'avait commis le démon juste sous ses yeux. Aliciel. Et en dépit de sa capacité à reprendre relativement le dessus, elle ne pouvait oublier qu'il était un assassin. Et qu'elle lui en voulait. Tout en désirant qu'il resta en vie. Contradictions qui commençaient à lui prendre la tête.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gwenaël
¤ Chérubin

¤ Chérubin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 133
Statut :
Date d'inscription : 20/11/2007

Feuille de personnage
Race: angélique
Grade: Angelot
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Sam 19 Avr - 1:52

Blanche. Pure. Apaisante. Chaleureuse. Forte. Sur-angélique. Divine, tout simplement. La lumière avait jailli si soudainement du sol, entre sa personne et celle d'Uriel, qu'il n'avait pas eu le temps de se protéger les yeux. Aveuglé, il laissa son geste se terminer, tapant sans surprise le vide. Ainsi, Dieu avait choisi d'agir, soit. Etait ce seulement son omniscience qui lui avait indiqué que l'instant était opportun? Ou les Anges avaient ils failli à leur devoir?

Le Séraphin de la Guerre posa genou à terre et ferma les yeux. Une partie de sa conscience principale avait rejoint celle encore de chair et d'os. Et l'entité démoniaque qui y était fixée subissait elle aussi le joug de la puissance divine. Ce qui, ajouté à l'aveuglement ponctuel, était plutôt désagréable. Mais il l'acceptait, cette sorte de.. punition. Car il savait que c'était nécessaire.

On s'approcha de lui. Une grande partie de lui même était réduite à l'état de particules dans les principaux lieux de Celestia, ce qui lui permettait de savoir ce qu'il s'y passait. Ou plutôt, de ressentir ce qu'il s'y déroulait. Et c'était la fin. La fin de la bataille de Celestia. Même s'il savait que son frère était encore sur les terres angéliques, à moins que ce dernier eut des pulsions suicidaires - quoi que.. - , il n'y aurait plus de combats.

- Mi.. Michaël?

L'Ange ouvrit les yeux, il avait retrouvé la vue. Sur le sol, les corps démoniaques pliaient sous la volonté divine.

- Qu'est ce qu'on fait d'eux? Qu'est ce qu'on doit faire? Tout est.. désorganisé! On a tellement de pertes, c'est.. c'est une catastrophe! implora un Archange complètement affolé.

Le Séraphin de la Guerre se releva.

° Ma présence te pèse, n'est ce pas? Je peux... partir. De toute façon, cela fait partie de tes plans... °

° Reste. °

- Faites sortir tous les anges du Sanctuaire. Trouvez les responsables de chaques sections et dîtes leur d'organiser l'après guerre. Chacun sait la tâche qui lui ait attribué, ainsi que celle de leurs subalternes.

Visiblement rassuré, l'Archange s'éxécuta immédiatement. Le regard de braise du Séraphin de la Guerre balaya la pièce. Raziel. Déjà l'Archange lui demandait de quitter les lieux, mais sans insister, car après tout, elle était Séraphin du Secret. Sans plus se soucier des autres, Michaël commença à faire le ménage. Sanglant.

Pas par envie, ni par vengeance. Mais le peuple angélique n'avait pas besoin de nouveaux prisonniers, et il n'allait quand même pas les renvoyer aux Enfers. Azaël, qui tranchait sans broncher, ne luisait toujours pas de son aura caractéristique, et si une arme pouvait mourir, celle ci aurait semblé être entre deux mondes. Il n'y avait plus grand monde, pour assister à sa sale besogne, et la plupart des Anges s'enfuyaient lorsqu'il passait près d'eux. Entendre les Démons, paralysés par la force divine mais toujours conscients, gémir de peur et de rage avait de finalement mourir, n'était pas un spectacle très plaisant.

° Impressionant comme la limite entre le Bien et le Mal peut être proche.. °

° Je n'pense pas qu'ils soient antagonistes sur tous les plans. °

° Sans doutes. En tous cas, il n'y a plus personne à tuer dans les environs, je ne sens aucun semblables. °

Le Séraphin rangea Azaël dans son fourreau.

° Tu es inquiet? °

Il fit demi tour.

° J'ai confiance en elle. Même si tu doutes de ses capacités. °

Michaël soupira.

° Même si tu doutes énormément. °

Il sourit intérieurement. Peut être lui avait elle manqué, finalement. Oui, sûrement. C'était étrange d'errer ainsi, entre les cadavres, complétement étranger et l'agitation et la souffrance alentour. Les choses avançaient, et cela faisait partie du plan, il fallait donc passer à l'étape suivante. C'était tout, le reste ne comptait pas. Ou presque.

Il la trouva sans peine, aidé par ses propres particules égarées et la magie d'Adelheid. Il était toujours un peu contrarié de devoir partager sa mission avec elle, mais c'était nécessaire. Et elle avait fait ses preuves. Du moins, une partie.

- Raziel! lança gravement le Séraphin de la Guerre à son homologue du Secret.

Une fois qu'il fut sûr qu'elle l'ait vu, il déploya ses ailes et lui fit signe de le suivre. Le prologue touchait à sa fin, l'Histoire pouvait commencer.

---------

Enfers, Soul Gardian

Il ferma la porte de bois derrière lui, dans un grincement lugubre. La petite pièce dans laquelle il venait de pénétrer sentait fort la mort et les ténèbres. Il frissonna. C'était ici que tout avait commencé, et que tout semblait finir. Il fit un pas en avant.

Un cadavre en décomposition très avancé était étendu au beau milieu de la salle. Cela ressemblait d'ailleurs plus à un amas incertain vu que le corps avait été complètement massacré. Mais il l'aurait reconnu parmis des milliers. Et la seule raison pour laquelle il osait l'affronter du regard après tant d'années de fuite, c'était parce que la pièce détenait un objet nécessaire à la poursuite des choses.

Prudemment, il longea les parois de la chambre et alla jusqu'à une étagère poussièreuse. Passant avec attention ses doigts sur les reliures abimées par le temps des manuscrits bien rangés, il ne pouvait s'empêcher de surveiller du coin de l'oeil chaque recoin de l'endroit. Il avait peur. Comme la dernière fois où il y était entré.

Finalement, ses doigts trouvèrent tous seuls ce qu'il était venu chercher, comme si le bien tant convoité l'avait lui même guidé par.. magie. Après une hésitation, le démon tira le volume de l'étagère pour le ranger dans sa besace. Il sentit alors qu'il devait quitter les lieux au plus vite.

Un léger vent d'angoisse avait balayé la salle lorsque le livre avait quitté son emplacement, et l'atmosphère s'était refroidie. Il se figea sur place, oubliant presque de respirer. Son imagination lui jouait elle des tours.. ou le cadavre avait bougé?

Il tremblait, et de la sueur dégoulinait de son front. Il s'obligea à respirer doucement et à poser un pied devant l'autre. Comme à l'aller. Ca ne devait pas être si dur, non? .. Et cette porte qui semblait si loin. Il fit quelques pas. Rien ne bougea. Il accéléra alors l'allure, et un murmure s'éleva dans la chambre. Terrifié, il s'arrêta de nouveau et reposa son regard sur le cadavre qui.. bougeait. Qui semblait comme un coeur en train de battre dans un bruit de succion inquiétant. Un liquide rouge foncé s'échappait des orifices du corps.

° Rends le.. °

Le démon tressaillit.

° Rends le moi... °

Il s'efforça à penser à autre chose. Oui, mais quoi? Son coeur battait à tout rompre et ses jambes ne lui obéissaient plus. Il fallait pourtant qu'il bougea, il le savait. C'était ça, ou mourir. Il déglutit. Cette voix lui faisait perdre raison. Il aurait au moins aimé qu'elle se taise, elle qui lui rappelait qu'il n'était déjà plus rien.

° Rends le moi, mon fils... Rends le moi.. ce sang que tu m'as volé! °

Et le cadavre se mit à ramper vers lui. Comme un serpent un peu trop visqueux. Et il prit enfin ses jambes à son cou. Le corps lui sauta alors dessus.

---------

Il sentit qu'elle frissonnait, même immatérielle.

° J'ai peur, pour Varsha. °

Il comprenait. A moitié.

° Pourquoi? °

° Je crois.. Je crois qu'il cherche à vous comprendre.. °

Il grimaça. Ca n'était jamais bon.

---------

Enfers, Soul Gardian

Il se laissa tomber à terre, sur l'herbe jaunie de la coline. Il haletait et transpirait comme jamais. Il passa ses mains sur son visage. Il tremblait encore. Mais cette fois c'était fini. Elle ne le hanterait plus. Il lui avait rendu la paix. En la tuant définitivement. Et pourtant... Pourtant il se sentait toujours aussi sale. C'était injuste...

Reprenant son souffle, il sortit le manuscrit qu'il avait dérobé de sa besace. Ca lui changerait les idées. Ou pas. Non, en fait non, cela ne ferait que conforter son hypothèse que sa vie n'était quasiment faite que de bas. Cependant, il décida tout de même d'ouvrir le livre. Quitte à plonger ses pieds quelque part, autant savoir où.

Et la première phrase qu'il lut fit rater un battement à son coeur.

- C'est.. C'est interdit... murmura t il attéré. Des Enfers, aux Cieux.
Revenir en haut Aller en bas
Eyaël
¤ Séraphin de la Sagesse

¤ Séraphin de la Sagesse
avatar

Nombre de messages : 42
Statut :
Date d'inscription : 01/02/2008

Feuille de personnage
Race: ange
Grade: Séraphin de la Sagesse
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 20 Avr - 12:39

Partir… Depuis un moment il y pensait déjà. Depuis qu’il s’était rendu compte, depuis qu’il avait réellement vu ce démon agonisant au sol. Le Séraphin ne bougeait plus, l’esprit plongé dans une sorte de transe qui le rendait presque incapable d’agir, mais seulement de réfléchir. Il regardait avec dégoût son œuvre charcutée, puis laissait Dayân réparer l’affrontement. Il ne releva même pas la réplique de cette dernière. Pourquoi ? Pourquoi faisait-elle tous ça ? Il ne pensait plus qu’à une chose, être seul. Il lui fallait comprendre ces sentiments de noirceur qui s’obstruaient en lui. Ces émotions qui l’avaient gagnés contre le démon du feu. Il avait besoin de repos, mais aussi de compréhension. Il lui valait donc mieux quitter la terre des anges pour un petit moment…

L’ange fit un pas en arrière, il reprenait le contrôle de ses membres. Le paysage rouge avait été baigné dans une douce lumière. C’était cette même lumière qui avait plongé l’homme dans cette sensation de réflexion. Il le sentait, cette présence divine qui était intervenue… La guerre se terminait, l’ennemi avait échoué, les anges étaient sauvés. Enfin, sauvés, mais dans quel état sont-ils maintenant ? Il y aura beaucoup à reconstruire, il faudra redonner sa couleur au ciel, tous ce qu’ils avaient créé, les créatures de l’enfer avaient tentés de le détruire, et ils avaient presque réussi.

Que faire maintenant ? Aider à une réparation… Donner des ordres… Exiger des choses dont il doutait soi même… Non, il ne pouvait se permettre de rester tant que son âme sera autant embrouillée. Eyaël fit un nouveau pas en arrière. Ses ailes se déployèrent, et il regarda une dernière fois chaque visage qui se trouvait non loin de lui. Une elfe, le chef des déchus, le messager de Dieu, Dayân, le prince des flammes au sol, et lui-même.

Il inspira un grand coup, puis il commença à battre les plumes. Ses pieds décollèrent du sol, et il s’éleva dans les airs. Son épée rejoignit son fourreau, il ne tuera plus aujourd’hui… Elle était encore imbibée de sang, tout comme son armure, mais il nettoiera ses affaires plus tard.
Le Séraphin s’éloigna, visant le ciel comme son seul objectif. Puis lorsqu’il l’eut dépassé, lorsqu’il fut là où les humains ne pouvaient aller sans protection où sans guide, il prit une direction au hasard, laissant son instinct et son corps décider pour lui-même.
Involontairement, il partait vers la Terre…
Revenir en haut Aller en bas
Elemiah
¤ Séraphin du Blasphème

¤ Séraphin du Blasphème
avatar

Nombre de messages : 135
Statut :
Date d'inscription : 20/10/2007

Feuille de personnage
Race: Ange
Grade: Seraphin
Autre: Utopiste détestant les races ( et même les anges ) ...

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 27 Avr - 14:40

La lumière avait frappé le champ de bataille tel le cavalier blanc met fin à une guerre qu'il a si longtemps observé. Son objectif était peut-être de vérifier que ses agneaux étaient fidèles, et qu'ils combattraient sous sa bannière jusqu'à la mort. Il était donc resté impassible face au massacre des ses saintes créatures. Même si son but était le plus pur, les moyens qu'il avait employé étaient vils, et sans blasphémer, ce qui aurait le comble pour le séraphin du blasphème, ils étaient dignes de ceux des démons, dont le sang écarlate et parfois noir fusain ruisselait sur les pavés de l'entrée du sanctuaire. Les ordres avaient déjà été donnés à présent, les cadavres commençaient à brûler sous le joug déjà éteint de la lumière divine. Il ne restait plus que des poussières des valeureux combattants. Elemiah prit son envol, il se sentait régénéré, sans doute un effet secondaire de la puissance du Très Haut.

Il atterit alors là où, au moment de la préparation, on lui avait dicté de se rendre, c'est à dire à l'ilôt de l'arbre des sephiroth. Il avait pour mission de vérifier que tout le monde y était bien anéanti. La bombe avait explosé presque tout ce qui s'y trouvait. Les cadavres jonchaient le sol. Quelques archanges avaient suivi le séraphin pour l'aider dans sa quête. Cependant, la solitude qu'il éprouvait était indéniable, il se sentait perdu entre toutes ces dépouilles, maudites ou bénites, selon qui était dans quel camp, bien qu'un démon qui parle de "bénit" soit très rare à remarquer. Il posa sa main sur un de ses congénères ... Vécël. Il n'avait pas pour habitude le faire, mais comme il fut son compagnon de bataille, il le fit disparaître en petites particules bleues claires. Il n'était pas médecin de formation, et ne disposait pas d'affinités particulières avec la médecine, cependant, il avait subit un quelquonque entraînement angélique qui lui avait appris cela. Bien sûr, il n'aurait jamais pu le faire à chaque victime angélique.

Il continua son avancée à travers les corps, tel le fils qui marchait sur l'eau, sauf que l'eau était écarlate. L'ambiance était morbide à cet endroit. Dans quelques heures, l'huile serait répandue, et pour éviter toute épidémie, voire pandémie, car le virus Ebola avait été mis dans des corps angélique. Bien sûr, il fallait réparer tout le quartier par la suite, mais valait mieux ça que de détruire toute forme de vie angélique sur cette terre. La mission d'Elemiah était, pour reprendre les termes de Michaël, de "s'assurer qu'aucun danger n'entravera la destruction des corps morts pour éviter tout danger biologique" Car les médecins étaient tous mobilisés pour sauver les rescapés de la bataille, ils n'auraient donc pas pu envoyer tous les corps. C'est alors qu'Elemiah se rendit compte de son acte précédent, il s'était occupé de Vécël parce qu'il s'était attaché à lui, sans le savoir, la bataille les avait rapproché. Elemiah avait donc un coeur capable de ressentir des émotions. Il finit sa mission sur ces pensées, et s'envola au hasard, il n'avait aucun destination, enfin si, loin de cet endroit qui allait se retrouver carbonisé.
Revenir en haut Aller en bas
Llya
¤ Hôte d'une âme angélique

¤ Hôte d'une âme angélique
avatar

Nombre de messages : 61
Localisation : Terre, Copenhague
Armes : Asaliah
Pouvoir : Création de fils de lumière
Statut :
Date d'inscription : 02/01/2008

Feuille de personnage
Race: Humain / Ange
Grade: Archange
Autre: Cohabite avec l'âme d'Ashriel

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 27 Avr - 18:30

La douleur était toujours présente, mais il avait finit par s'accomoder bien que cela ne soit pas vraiment agréable. Chaque particule de son pauvre corps humain criait, envahies par l'énergie angélique d'Ashriel, qui lui permettait de survivre. C'était en connaissance de cause que l'Humain avait accepté la proposition d'Ashriel, qu'il avait accepté d'endurer cette souffrance causée par l'Ange qui cohabitait avec lui. Son corps chageait, c'était normal, influencé par la présence d'un esprit aussi pur. Le changement ne se faisait malheureusement pas sans douleur. Si bien que l'Humain resta immobile, appuyé contre un mur, la scène qui se déroulait devant lui. Celui qu'Ashriel avait dit être le Séraphin de la Guerre avait frappé en diagonale la déchue Fenris, immobilisée. Mais une lueur blanche, pure, avait jailli du sol pour frapper la déchue visée par le Séraphin de la Guerre, la désintégrant. Tous les Anges présents en ce lieu avaient été étonnés par l'apparition de cette lueur, et plus précisément, par le symbole des trois paires d'ailes qui s'était formé sous leurs yeux. Au départ, Llya ignorait la signification de ce symbole, et il fut le seul à rester de marbre devant ce dernier. Ashriel étant 'endormi', l'Humain ne pouvait deviner ce que représentait le symbole qui était apparu.

Puis il se souvint de ce symbole, le même qu'il avait vu sur une petite porte dorée du Sanctuaire alors qu'Ashriel finissait les préparatifs dans le bastion de Dieu. Cette petite porte dorée que personne ne gardait mais qui était vue par les rares Anges qui passaient là avec une crainte mêlée à un respect profond. En fait, peu d'Anges s'aventuraient aussi loin dans le Sanctuaire, aussi près de la salle dans laquelle Il se trouvait. De nature curieuse, Llya avait interrogé Ashriel sur la nature de ce symbole, ainsi que sur la nature même de la salle qui se trouvait derrière la porte en question, que l'hôte de l'Humain regardait lui aussi avec crainte et respect. Et l'Humain avait frémi intérieurement lorsque l'Archange lui avait annoncé que la salle qui se trouvait derrière cette porte n'était nul autre que la salle où Dieu résidait, le symbole des trois paires d'ailes le représentant. D'ailleurs, l'Ange ne s'était pas plus approché de cette porte, qui, pourtant, pouvait paraître anodine si l'on ne connaissait pas la signification du symbole qui y était gravé.

Ainsi, c'était Dieu en personne qui était intervenu. Ce fameux Dieu que les Anges nommaient en tant que Tout Puissant, mais que lui-même ne reconnaissait pas vraiment comme tel, n'étant pas quelqu'un de très pieux durant son ancienne vie d'ignorant Humain. Oui, car il savait que rien ne serait plus comme avant maintenant qu'il avait effectué ce détour à Celestia et qu'il avait participé à cette sanglante bataille. Et maintenant que son corps changeait, chose imperceptible pour l'oeil des autres. Un frisson parcouru le corps de Llya, qui venait de se rendre réellement compte de la puissance de Dieu. Et de sa réalité. Car il ne l'avait jamais prit au sérieux, n'avait jamais réellement cru les paroles d'Ashriel sur le souverain des Anges. Pourtant, Il existait. Accessoirement, l'Humain en déduisit que Satan existait lui aussi, et qu'il y avait peut-être du soucis à se faire, lui qui n'était qu'un simple Humain.

Llya ne remarqua qu'à peine l'arrivée d'une autre Ange sur les lieux, les yeux encore cloués sur le Séraphin de la Guerre et sur l'emplacement où s'était trouvé Fenris quelques instants plus tôt. Son regard s'en détacha enfin lorsqu'un Ange, paniqué, vint interpeller le Séraphin de la Guerre pour lui demander des instructions. Le regard bleu de l'Humain balaya l'étendue de l'endroit, constatant la désolation qui y régnait. Les Démons qui avaient attaqué le Sanctuaire avec Fenris gisaient sur le sol, terrassés par la lueur divine. A peine eut-il finit sa contemplation par une grimace que l'Archange qui avait parlé à Michaël lui demandait de quitter l'endroit, pour participer à l'après guerre, à la reconstruction du monde des Anges. Mais était-il réellement concerné ? Il était Humain, non ? Même si il cohabitait avec une âme angélique et que cette dernière était en train de transformer partiellement son corps. Avec difficulté, Llya atteignit la sortie du Sanctuaire pour contempler le paysage céleste qui s'étendait en dessous de lui. Tout n'était que désolation, illuminée par la lumière du soleil du monde des Anges qui semblait avoir réapparu. La question se posa de nouveau dans son esprit : était-il réellement concerné ? En tant qu'shriel, il était affilié à Mihaël, Séraphin de la Paix, mais il n'était plus là en tant qu'Ashriel. ce dernier saurait sûrement ce qu'il y aurait à faire, mais le correspondant désiré était indisponible pour le moment. Et au fond de lui-même, Llya ressentait la peine d'Ashriel, qui avait perdu des êtres qui lui étaient chers dans la bataille. Et l'Humain lui-même ne pouvait rester éternellement sur la terre des Anges, ayant lui aussi une vie sur Terre, et des êtres à chérir là-bas, dans un monde certes beaucoup moins merveilleux.

L'Humain se concentra, malgré la douleur qui commençait légèrement à s'atténuer. Au bout de quelques instants, des ailes blanches apparurent dans son dos, et il s'envola d'un battement d'aile hésitant. Il était bien Humain, et non Ange. Il était Llya, et non Ashriel. Il ne faisait juste qu'exploiter le potentiel que lui offrait Ashriel en cohabitant avec lui. Cependant, lui n'avait pas l'habitude de voler et mit quelques instants à stabiliser son vol, suite à quelques catastrophes aériennes. Mais il était trop fatigué pour en rire, et il finit par rejoindre rapidement les quartiers inférieurs. Là, il fit comme l'avait fait Ashriel, c'est-à-dire, il fit apparaître la porte de ce dernier en direction du monde des Humains. Il devait rentrer chez lui, retrouver son monde...

[HRP : Llya / Ashriel quitte la bataille]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer
¤ Ange déchu du 9eme cercle

¤ Ange déchu du 9eme cercle
avatar

Masculin
Nombre de messages : 282
Localisation : Les Enfers, Arche de Gehenna
Armes : Tout et n'importe quoi
Pouvoir : Peux ouvrir une porte gigantesque d'où sortent des centaines de poignées d\\\'armes somptueuses.
Statut :
Date d'inscription : 05/06/2007

Feuille de personnage
Race: Ange déchu
Grade: Ange déchu du 9eme cercle
Autre: Chef des Anges déchus, penchant obscur de Michaël

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 27 Avr - 19:13

Lucifer jeta un bref regard vers Anaëlle. Il ne pouvait pas l'aider devant tout ce monde, et c'était la raison pour laquelle il avait demandé, non, ordonné à Dayân de s'en occuper. Son regard orange se riva donc sur le visage de Gabriel, qui, maintenant qu'il faisait plus attention, paraissait très ressemblant à celui de sa soeur. D'après ce qu'il avait pu lire dans l'esprit de cette dernière, elle et le Messager divin étaient frères et soeurs. Jumeaux. Cette pensée tira un petit sourire à l'Ange déchu, songeant à son propre cas. Les jumeaux étaient voués à avoir une relation funeste, et voilà que celle de Gabriel et de Dayân prenait cette tournure si particulière dont le déchu se délectait. Après tout, elle verrait bien comment c'était, de vivre déchu. Cependant, la relation entre le frère et la soeur semblait beaucoup plus affectives que l'avait été celle de Lucifer et de Michaël lorsqu'ils avaient été à Celestia. Ils avaient été élevés séparément, alors que Dayân et Gabriel semblaient tenir l'un à l'autre. Et leur séparation semblait d'autant plus éprouvante. Comme quoi, il avait bien fait de ne pas tisser de liens avec son imbécile de frère. Et puis, de toute façon, c'était un imbécile.

Le regard du Déchu se porta de nouveau sur Anaëlle. Enfin, non, pas Anaëlle, mais la Féline, reconnaissable à son regard différent de celui d'Anaëlle. Le frère de Michaël haussa les sourcils, se demandant bien comment l'Elfe avait pu changer de personnalité en si peu de temps, devinant très bien le fait qu'Anaëlle ne soit apparue qu'un bref instant. D'un coup, elle semblait aller un peu mieux... Et Dayân l'avait d'ailleurs comprit, considérant que la jeune femme s'était soignée toute seule. En parlant de Dayân, cette dernière semblait avoir découvert un nouveau loisir, celui de balancer toutes ses pensées à Lucifer, ce qui eut tendance à l'agacer légèrement. Mais il ne ferma pas son esprit, sachant que le laisser ouvert à la jeune Ange pouvait être encore utile. Il suivit avec attention l'intervention de l'artiste sur Adonis, qui était dans un état que l'on pouvait qualifier de 'à demi-mort', voire 'au trois quart mort'. Eyaël n'y était pas allé de main morte. Le faire déchoir aurait aussi été amusant, mais c'était trop tard. Et puis, le Prince des Flammes ne mourrait pas.

Entendant de nouveau une pensée de Dayân à son égard, Lucifer ferma violemment son esprit. Enfin, pas tout à fait. C'était comme si il avait laissé la porte entreouverte, ayant retenu son geste au dernier moment. Pénétrer les pensées de Dayân pouvait encore s'avérer utile. Et puis, de toute façon, il avait dorénavant la clé de l'esprit de Dayân, et cette dernière ne pourrait l'empêcher de pénétrer ses pensées au moemnt où il voudrait, la volonté de la jeune Ange ne pesant pas lourd devant celle de l'Ange déchu du 9eme cercle. Le regard de Lucifer passa de nouveau sur Gabriel lorsque sa soeur s'adressa au Séraphin de la Sagesse. La Féline venait de le provoquer, et ce dernier avait délibérement répondu à la provocation, ayant sûrement un tempérament suicidaire. Mais Lucifer n'intervint pas, sachant que la Féline risquait de se vexer si il le faisait. Et si cela tournait mal, il avait toutes les cartes en main pour intervenir.

Le regard orangé quitta ensuite Gabriel pour se balader sur les environs. Désolation, destruction. Mais il savait que les Anges mettraient tout en oeuvre pour redonner à Celestia sa splendeur passée, même si le quartier des habitations en avait pâti, ainsi que l'Arbre des Séphiroth. Fenris avait laissé une marque indélébile sur la terre des Anges comme lui l'avait fait il y avait à peu près 70 ans de cela. Peut-être plus, peut-être moins, mais il avait fait de la déchéance une liberté au lieu d'une punition, brisant sévèrement le système des punitions angéliques. En plus de cela, il avait insinué le doute dans les esprits de l'époque et n'avait pas oublié de laisser quelques autres traces physiques lors de sa fuite de Celestia. Et ensuite, il s'était rallié aux armées de Satan, lui donnant un appui considérable. Mais à présent, la bataille qui s'était déroulée en ces lieux était finie, et Fenris avait perdu. Lucifer n'avait plus aucun raison de rester en ces lieux, n'ayant pas été celui qui avait rallié sous la même bannière plusieurs centaines et milliers d'ennemis de Celestia, mais ayant juste été un appui mineur. Il avait compté sur Fenris, celle-ci avait échoué. Tant pis, d'autres occasions se présenteraient sûrement, et il prendrait cette fois les affaires en main. Son regard se fixa de nouveau sur la Féline :

- Mets pas trop de temps, on va bientôt partir...

Rester à Celestia et s'attaquer au Sanctuaire à présent équivalait au suicide, et Lucifer avait encore beaucoup à faire de sa longue vie de déchu. Périr maintenant aurait été stupide, et il ne se lancerait donc pas seul à l'assaut avec le reste de ses armées. Pas fou. D'ailleurs, Eyaël semblait avoir gardé une once de raison, s'étant envolé dans le ciel du monde des Anges. Mais... il avait oublié Gabriel sur place.

_________________

]-Correcteur-[
Revenir en haut Aller en bas
http://zanar-requiem.forumactif.com/
Adonis
¤ Prince des Flammes

¤ Prince des Flammes
avatar

Masculin
Nombre de messages : 139
Localisation : Terre
Armes : Sabre / Chaine à piquants
Pouvoir : Pyroman
Statut :
Date d'inscription : 20/10/2007

Feuille de personnage
Race: Démon
Grade: Prince des Flammes / Démon du 7e cercle
Autre: Peut faire apparaître deux grandes ailes noires dans son dos

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 27 Avr - 20:15

-grmblgrmlbkqbgcuqdgksbjdxxx... Grommela la belle au bois dormant masculine lorsqu'il sentit une douce lueur ravitailler ses nerfs.

- Quézéssé ?

Le démon était persuadé maintenant qu'il allait mourir, il n'arrivait plus à lutter, pourtant cette douce sensation qui venait de pénétrer en son corps lui redonnait espoir... Il la sentit parcourir ses membres, ses muscles... Il la sentit refermer tout doucement la plaie béante qui entravait son ventre.

- Lucifer je vous savais pas si doué en magie blanche. Lâcha t-il sur un ton ironique.

Le prince des flammes avait la tête tourné, ne voyant pas que ce n'était pas son supérieur qui venait de le réveiller, de lui sauver la vie. Quelques secondes passèrent et Adonis sentit ses forces revenir. Il pouvait à nouveau bouger les bras, puis les jambes ! En tout cas ce sort de guérison était très efficace. Tant pis pour son honneur, mais il devait embrasser son sauveur !
Le démon tourna alors à la tête, ignorant le craquement dans son cou suite à la position inconfortable qu'il avait un peu avant.


- Ah, Lu.... AHHHH !

L'homme se leva d'un bond avant d'être pris de vertige suite au réveil brutal. Il tituba mais se retint au mur derrière, regardant Dayân d'un air perplexe.

- Plutôt mourir que d'être sauvé par .... Quoique... C'est très bien ainsi, merci bien mademoiselle... J'ai encore un peu mal au bras siouplaît...

Après tout, autant en profiter, ça ne va pas le tuer... Au contraire. Adonis se rapprocha à nouveau de l'ange avec un sourire. Il regarda alternativement la jeune fille, puis Lucifer, puis encore l'ange.

- J'ai réussi à faire déchoir, mais vous n'avez pas perdu de temps vous Lucifer... Demoiselle, je vous aurais bien souhaité la bienvenue plus chaleureusement, mais je doute que vous voudriez être tâchée par mon propre sang...

Ses habits dégoulinaient de sang partout. Normal, il baignait dedans quelques minutes avant. Le démon regarda autour de lui. Son visage redevint sérieux, son sourire disparut. Il déclara sur un ton grave.

- Je m'en vais. Merci Lucifer, merci demoiselle. Si vous avez besoin d'un guide aux enfers...

Ses ailes noires apparurent dans son dos. Il était inutile de rester maintenant. Le prince des flammes commença à battre des ailes, il s'envola ensuite pour laisser la désolation dans ce lieux. Ils avaient tous échoués, mais tant pis.... Il s'était quand même bien amusé ! ahahahah !
Tiens, Ankh le rejoignait, pas encore mort celui là ? tsss...

_________________

Quand la froideur de mon âme s'associe à la chaleur de mes flammes...
Revenir en haut Aller en bas
Anaëlle
¤ La Féline Blanche

¤ La Féline Blanche
avatar

Féminin
Nombre de messages : 280
Age : 26
Localisation : Chez Lulu :D
Armes : Fouet
Pouvoir : Illusioniste.
Statut :
Date d'inscription : 13/05/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe
Grade: Vagabonde
Autre: Un charme intense, inexplicable et sauvage entoure son incroyable beauté.

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 27 Avr - 20:33

Petite elfe.... "Petite" elfe... "petite" ... Non mais il la prenait pour un lutin ? une fée ? La Féline se sentit offusquée. Comme quoi, il ne fallait pas grand chose... En plus, il avait accepté ! C'est pas drôle s'ils acceptent... Sont trop nuls ces anges ! Lucifer fit une recommandation à La féline. Pas trop longtemps ? Pas longtemps du tout même, JAMAIS !

- Pas de risque... Fit-elle en retournant auprès de son déchu préféré.

Et puis elle ne devait pas lâcher ce dernier des yeux, il y avait une femelle qui le collait un peu trop autour... Quand est ce qu'elle partait elle ? C'était une rivale... La féline s'en fichait qu'elle ai l'air triste, elle se fichait éperdument qu'elle s'apprêtait à rejoindre la déchéance... Quoique... Si elle devenait déchue, alors elle verra plus souvent Lucifer !
Non, vaut mieux ne pas y penser... Et puis de toute manière, qu'est ce qu'elle a de beau elle ? La Féline est bieeeeeen mieux.
Le soucis, c'est que Lucifer n'a pas l'air du genre à faire attention à la beauté. Rhaaa c'est qu'il lui donne du fil à retordre celui là !


- Pffff c'est salissant une guerre... Y vendent des robes ici ?

Demanda t-elle sur un ton naturel à l'ange en levant la tête vers elle. Les massacres, la désolation...Cela ne lui faisait ni chaud ni froid. Enfin cette partie de la personnalité. Anaëlle serait morte de trouille à sa place, elle pleurerait encore...
Le Féline était empli de folie, la mort ne lui faisait pas peur bien qu'elle veuille toujours lui échapper.
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy-land.forumsline.com/
Dayân
¤ Intermittente du spectacle divin

¤ Intermittente du spectacle divin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 663
Age : 27
Armes : deux katanas courts en verre enchanté
Pouvoir : apaiser les âmes
Statut :
Date d'inscription : 06/05/2007

Feuille de personnage
Race: ange
Grade: Ange, intermittente du spectacle divin
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Mer 30 Avr - 13:40

La danseuse tourna la tête, surprise, par l'envol soudain du Séraphin de la Sagesse. Qui avait, très, très accessoirement, oublié son frère sur place. Mais qu'est ce qu'ils leur faisait!? Allons bon, si même Eyaël ne pouvait plus être digne de confiance! La bataille les avait tous affectés, c'était vrai, mais ça n'était pas une excuse! Et l'artiste ne pouvait s'empêcher d'en vouloir, terriblement, à son supérieur qui osait se tirer comme un voleur, un lâche, un moins que rien.

Mais son attention se redirigea vers sa belle au bois dormant qui ne dormait plus tant que ça. Heureusement, d'ailleurs, car sinon elle se serait défoulée sur son semblable. Elle se sentit à la fois vexés et perplexe lorsque le Démon hurla. Enfin quoi, non content d'être soigné il éxigeait en plus qu'elle fut Lucifer. Bah ouais, mais nan, fallait pas pousser le bouchon trop loin, ça c'était pas dans ses cordes. Quoi que, étant artiste, se déguiser en chef des Déchus ne devait pas être bien compliqué, par contre niveau prestance, y aurait plus de boulot...

- Nan mais faut pas vous gêner non plus! La prochaine fois vous vous soignerez tout seul!

Néanmoins, elle soigna aussi le bras du Démon. Elle était un peu embauchée pour ça, en fait. Même si elle retrouvait peu à peu du poil de la bête, elle ne se sentait pas prête à contrarier son nouveau supérieur pour autant. Enfin, pas pour l'instant. Elle regarda son patient s'éclipser, tout en songeant que si elle désirait visiter les Enfers, elle le ferait seule. En pensant à penser... Elle soupira intérieurement. Tsss. Elle avait été à deux doigts de réussir à exaspérer Lucifer pour qu'il ferme totalement son âme. Arf, elle aurait dû y aller plus fort, parce que là, c'était un peu foutu.

Elle se releva et posa son regard sur l'Elfe. Bon, visiblement, elle avait décidé de laisser Gabriel tranquille. Ce qui l'arrangeait. Mais elle avait du mal à la cerner. C'était bien elle qui était au bord de l'évanouissement un peu plus tôt, nan? La remarque la... compagne? de Lucifer lui tira un sourire.

- Pas vraiment, non. Mais je peux vous en faire une, si vous voulez, proposa l'ange.

Les habits angéliques étaient faits sur mesure, donc pas d'étalages comme elle en avait vus sur Terre. Et elle même devait maitriser un minimum l'art de fabriquer des vêtements, vu qu'elle en utilisait à foison lors de ses représentations. Son sourire disparu cependant, lorsqu'elle songea aux Artisants et aux autres danseuses qui avaient, sans doutes, péri durant la bataille.

- Si c'est dans le même genre, ça n'devrait pas être bien compliqué, ajouta t elle amusé par l'état des habits de l'Elfe.

Difficile de faire plus court...

- Vous avez l'intention de faire le tour des vitrines ou on... y va?

Pas qu'elle était spécialement pressée d'aller tester le climat des Enfers, mais s'attarder sur son monde lui était pénible.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Elemiah
¤ Séraphin du Blasphème

¤ Séraphin du Blasphème
avatar

Nombre de messages : 135
Statut :
Date d'inscription : 20/10/2007

Feuille de personnage
Race: Ange
Grade: Seraphin
Autre: Utopiste détestant les races ( et même les anges ) ...

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 4 Mai - 23:07

[Dernier post d'Elemiah dans la bataille]

Les flammes brûlaient la place de l'arbre des séphiroth, dont il ne restait plus rien, enfin si, un tronc vide vie, dont le crépitement doux cassait le moral à tous les anges. Elemiah volait au hasard de Celestia, tout était écarlate, et le soleil se refletait sur le sang comme le soleil se refletait sur une pluie finie. Sauf qu'il n'y avait aucun arc-en-ciel. L'odeur nauséabonde qui se dégageait s'emplifiait, le sang stagnait là depuis trop longtemps, et il allait commencer à pourrir, et à créer des virus en plus d'Ebola, ce qui était à éviter, voilà pourquoi on brûlait tout.Le séraphin décida de se vider la tête. Il tailla la route vers le plus loin possible de la bataille. Il était écoeuré par toute la mort qui peuplait ce lieu saint. Il arriva sur un ilôt où il n'y avait eu ni sang ni bataille. Un ilôt désert, une sorte de petite forêt. Pour se repose et laisser ses blessures se cicatriser, Elemiah s'installa au pied d'un arbre, et s'endormit calmement.

HRP : désolé c'est court, mais je trouve pas grand chose à dire de plus Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer
¤ Ange déchu du 9eme cercle

¤ Ange déchu du 9eme cercle
avatar

Masculin
Nombre de messages : 282
Localisation : Les Enfers, Arche de Gehenna
Armes : Tout et n'importe quoi
Pouvoir : Peux ouvrir une porte gigantesque d'où sortent des centaines de poignées d\\\'armes somptueuses.
Statut :
Date d'inscription : 05/06/2007

Feuille de personnage
Race: Ange déchu
Grade: Ange déchu du 9eme cercle
Autre: Chef des Anges déchus, penchant obscur de Michaël

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Lun 5 Mai - 22:24

[HRP : Ooops, j'avais carrément oublié Lulu ^^']

La Belle au bois dormant s'était enfin réveillée. Enfin, façon de parler. Et voilà, à peine Lucifer côtoyait-il Dayân un instant, et il prenait de mauvaises habitudes. Enfin, il verrait ça plus tard puisque ce n'était qu'un détail mineur. Il était venu avec la Féline, il repartait maintenant avec l'Elfe plus une Ange, soeur de Gabriel, ce qui pouvait être un sacré avantage. Sans jeu de mot particulier, hein. Un mince sourire apparut sur les lèvres de l'Ange déchu en voyant Adonis se redresser tout en prenant Dayân pour le chef des Anges déchus. Eyaël avait dû lui faire perdre quelques neurones à celui-là... Dayân et lui ne se ressemblaient pas, mais vraiment pas du tout. Et puis, lui, se remettre à la magie blanche ? Mais oui bien sûr... Il ne ferait cela qui si il avait à se travestir en son abruti de frère, sinon, il ne pratiquerait plus cette magie qui n'était plus vraiment appropriée à son corps et à son esprit. Quel Ange déchu pratiquait ce type de magie ? Ekiel, d'accord, mais personne d'autre.

Le frère de Michaël laissa échapper un soupir lorsque Adonis se releva complètement, réparé par les soins que Dayân lui avait consacrés. Lucifer jeta un bref regard au Prince des Flammes qui s'éleva dans les airs suite à un remerciement accordé à la jeune Ange, puis son regard se riva sur La Féline, puis sur Dayân, qui semblaient... avoir une première conversation. D'ailleurs, l'Ange déchu ne savait pas si l'Elfe appréciait ou non la présence de la soeur de Gabriel, mais il faudrait faire avec. Comme dit plus tôt, c'était une précieux avantage si il vpoulait obtenir quelque chose du Messager divin. Et cette pensée lui venait sans scrupule, lui qui était déchu, dénué de toute pureté et de compassion. S'il fallait qu'il tue Dayân à l'avenir, il n'hésiterait pas. A ses yeux, cette fille n'était rien de plus qu'un avantage à utiliser soigneusement, et il avait d'ailleurs une idée de ce qu'il allait en faire aux Enfers, pour éviter qu'elle le suive partout où il allait. Pour la Féline, il savait qu'elle savait se débrouiller toute seule aux Enfers, mais pour Dayân, c'était une autre paire de manches.

En parlant de manches et d'habits, l'Ange déchu constata qu'il ne restait plus grand chose des habits que la Féline lui avait emprunté lors de leur court passage aux Enfers. Bah, tant pis, il n'y tenait pas vraiment... Même si l'apparence était tout de même primordiale dans une société, même démoniaque. Mais de ce côté-là, il n'y avait pas vraiment de problèmes... Le regard orangé de Lucifer se riva quelques instants sur le Messager divin qui ne semblait pas vraiment réagir. Considérant que l'affaire était réglée en dépit de la présence de Gabriel, le déchu du 9eme cercle tira de sa poche la bille que Fenris lui avait confiée. Il passa les doigts de son autre main dessus, l'effleurant légèrement et activant la magie renfermée dans l'objet par un bref contact avec son aura. L'effet ne se fit pas attendre, une porte apparaissant de nul part devant les quatre personnes encore présentes.

- Il est temps de quitter la terre des Anges, fit-il simplement.

Par cette simple affirmation, il signalait aux deux jeunes femmes qu'il était temps de retourner aux Enfers, en passant accessoirement par l'un des deux mondes connecteurs, Sylvania ou la Terre. Mais bon, il ne ferait pas faire du tourisme à Dayân comme il l'avait fait avec la Féline. Il jeta un bref regard à ces deux dernières puis s'engouffra dans la porte grande ouverte, qui se refermerait sûrement dans peu de temps, après le passage de l'Ange et de l'Elfe.

[HRP : Lucifer quitte la bataille]

_________________

]-Correcteur-[
Revenir en haut Aller en bas
http://zanar-requiem.forumactif.com/
Anaëlle
¤ La Féline Blanche

¤ La Féline Blanche
avatar

Féminin
Nombre de messages : 280
Age : 26
Localisation : Chez Lulu :D
Armes : Fouet
Pouvoir : Illusioniste.
Statut :
Date d'inscription : 13/05/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe
Grade: Vagabonde
Autre: Un charme intense, inexplicable et sauvage entoure son incroyable beauté.

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Mer 7 Mai - 15:52

- Bah je me remettrais à la couture sur ma robe et c'est tout... J'espère que tu l'as pas jeté chez toi hein. Fit l'Elfe en regardant Lucifer.

Après tout dans son enfance, parmi les bonnes manières on lui avait appris la couture, et la robe de soie argentée fine et presque transparente qu'elle avait porté jusque là avait été créé par elle même. La féline regarda le déchu ouvrir la porte, plongée dans ses pensées.


- J'en profiterais pour la raccourcir peut-être un peu... Et si j'y enlevais un peu d'épaisseur... ? Murmurait-elle pour elle même en suivant le démon.

Son regard noir se posa sur la jeune ange qui n'allait probablement pas tarder à devenir déchue. Elle allait les suivre ? La Féline regarda le chef des déchus traverser les portes et elle lui lança en affichant un air râleur.


- Elle va nous suivre ?

La Féline tourna la tête vers l'ange et s'approcha d'elle pour lui murmurer, de façon à ce que Lucifer ne ls entende pas.

- Que tu change de camp, d'accord, mais tu n'as pas intérêt à le coller de trop près, je t'ai à l'œil... meoow...

Elle tourna ensuite le dos à l'ange pour suivre Lucifer, ses mains s'occupant à lisser sa chevelure légèrement tâchée par le sang des ennemis. Elle avait eu beaucoup de chance durant cette guerre, ayant échappé à la mort plusieurs fois, et s'en sortant sans grosse blessure...

[HRP : Sortie de la Féline ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy-land.forumsline.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Bataille de Célestia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Élections-US :La bataille des sondages ?
» rapport de bataille apocalypse
» Règle sur la bataille navale.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les guerres éternelles :: Celestia :: Quartiers supérieurs :: Vestige de l'Arbre des Séphiroth-
Sauter vers: