Les guerres éternelles


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Bataille de Célestia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Séraphin Raziel
¤ Séraphin du Secret

¤ Séraphin du Secret
avatar

Féminin
Nombre de messages : 486
Age : 24
Localisation : Sanctuaire (Celestia)
Armes : Deux lames rétractables accrochée à ses poignets
Pouvoir : Possède des pouvoirs de soin
Statut :
Date d'inscription : 03/05/2007

Feuille de personnage
Race: Ange
Grade: Séraphin
Autre: Ancienne bannie

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Mar 19 Fév - 21:28

Une journée à présent... Et cette journée, raziel avait dû la passer au front. La faute à qui à votre avis ? A cause de ce gugusse de Michaël qui l'avait collée avec Remiel. Fort heureusement, ele avait eu le temps d'organiser les soins avant l'attaque, et savait exactement où se trouvait chaque centre de guérison caché. Dayân devait se trouver dans lun d'eux... Elle eut une petote pensée pour la soeur de Gabriel qui avait été la première Ange qu'elle avait vue depuis deux ans dans un autre décor que celui du monde humain. Mais de toute façon, elle devait être en sécurité, cachée dans l'un des bâtiment faisant office d'hôpital.

Remiel et le Séraphin du Secret commandaient un bataillon de soldats, et non de guérisseurs. Le combat, elle s'y connaissait, amsi elle aurait préféré être affectée aux soins. mais elle n'avait pas eu la liberté de choisir, comme aucun des autres Anges. Raziel savait que chacun d'entre eux avaient un poste et une fonction précis, même si cela ne leur plaisait pas. Elle décida donc de ne pas trop s'appitoyer sur son sort.

Elle donna un ordre, et les archers décochèrent une nouvelle salve de flèches. Elfes, Démons, Anges déchus et Humains... Qui aurait cru qu'Uriel rassembleraient autant de monde pour attaquer Celestia. Certes, cette bataille serait décisive pour celle qui s'était baptisée Fenris, mais comment avait-elle fait pour rallier sous sa bannière autant de personnes ? Ce qui surprenait le plus Raziel, c'était le fait qu'il y ait des Humains dans ces rangs. Leur première action parfaitement coordonnée avait d'autant plus surpris le Séraphin du Secret.

Mais de toute façon, à la guerre, il fallait s'attendre à tout. Michaël decsendit des cieux pour venir les voir, Remiel et elle. Ou plutôt Remiel, puisqu'elle n'était après tout rien aux yeux du Séraphin de la Guerre. Ou peut-être une incapable, mais pas plus. Et sa première affirmation comme quoi il fallait s'atte,dre à tout pendant une bataille fut confirmée par le fait que Michaël leur révéla la vériatble intenion des Hmains en leur renvoyant les cadavre ou les boutsde cadavres angéliques. Seulement, certains Anges devaient déjà avoir mis de côté les cadavres de personnes qui leur étaient proches, et d'autres refuseraient sûrement de les renvoyer vers les ennemis.

Raziel trouvait cela crul de la part de l'adversaire, mais la sensibilité n'avait pas sa place sur un champs de bataille. Elle fit donc un vague geste à Remiel pour lui faire comprendre qu'elle se chargeait des soins de la maladie, car c'était avant tout de son domaine d'intervention. Remiel, lui, exécuta les ordres du séraphin de la Guerre. Il ordonna aux meilleurs archers du bataillon de prendre les flèches décrites par Michaël. Bientôt retentirent des explosions provoquées par ces flèches en entrant en contact du sang qui se répandait de plus en plus sur les terres angéliques.

Raziel, elle, concentrait son pouvoir dans ses mains et signait ceux qu'elle estimait être susceptibles d'être atteitn par la maladie. D'un coup, elle sentit son corps d'Ange faiblir, et elle leva par réflexe ses yeux au ciel qui s'obscurcissait. Elle comprit tout de suite ce que Fenris avait l'intention de faire, et elle en subissait déjà les conséquences...

_________________

Administratrice
Revenir en haut Aller en bas
http://lesguerreseternelles.users-board.net
Fenris
¤ Ancienne gardienne de la porte céleste

¤ Ancienne gardienne de la porte céleste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 678
Age : 27
Statut :
Date d'inscription : 26/06/2007

Feuille de personnage
Race: Ange Déchue
Grade: Dirigeante des Forsaker
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Mer 20 Fév - 21:00

Fafnir s'élevait dans les cieux, absorbant de sa noirceur la lumière céleste. Fenris n'avait eu qu’à superviser quelques petits changements dans les plans, pour permettre à ceux-ci de s'accomplir, mais rien de bien particulier. Elle gardait cependant son corps à vif, prête comme toujours à passer au combat. Derrière elle, l'Arbre des Sephirot était sur le point de tomber, encore une heure ou deux sûrement. C'était surtout symbolique, mais pas que cela, il lui fallait la sève de l'arbre, hautement magique, et si possible grâce à cela, récupérer un sephirot ou plusieurs sephirot. Elle commencerait par Malkuth, le sephirot la "moins proche" de la sainteté. Mais que quand l'arbre serait à terre. En attendant, les humains sur le champ de bataille ne combattaient que très peu, récupérant les cadavres angéliques, leur prendant un ou deux litres de sang pour ensuite les contaminer et les lancer par catapulte chez les anges.

Elle n'avait pas fait que viser l'arrière garde des anges, sachant qu'ils finiraient par renvoyer les cadavres, mais en avait aussi envoyés dans certains quartiers situés bien loin de la bataille. Mais pas seulement, elle avait aussi, par l'entremise de certains artifices, contaminés des anges bien vivants. Cependant, elle ne se contentait pas d’Ebola, ou du monstre Fafnir, capturé il y a longtemps par Uriel, puis modifié il y a un an pour répondre à la nouvelle demande d’Uriel. Celle-ci en effet, en tant que ancienne grande archange, gardienne de la porte céleste, avait dû se mettre à un niveau de maitrise de l'art de la guerre assez élevé, mais pas seulement, elle avait surtout pratiqué la magie, jusqu'alors sous-utilisée lors des grandes batailles. Celle-ci serait la première du genre. Elle se tourna vers l'arbre, pour le regarder chanceler peu à peu sur sa base.

-Kain.

Le fils accourût dès qu'il entendit sa mère l'appeler.

-Kain, tu vas diriger l'escadron Ω, tu es d'accord?
-C'est un honneur que vous me faites mère.
-Tu sais bien sûr ce qui t'attend... Je t'aime Kain.
-Je vous aime aussi mère.

Kain partit aussitôt vers un groupe d'humain, ceux qui s'occupaient des catapultes. L'escadron Ω était déjà partit, il rejoindrait donc l'équipe en volant, ce genre d'opération ayant été prévues, il n'y avait donc pas de problèmes. Le groupe Ω pourtant, n'allait pas agir tout de suite. Cela allait d'abord être le tour de l'escadron Ξ
. Trois escadrons, choisis parmi les meilleurs membres de l'élite des humains de Fenris.

Fenris sortit un talky-walky de sa poche et le régla sur une fréquence, tout en se tournant pour faire de nouveau face au champ de bataille. Celle-ci avait au début été en faveur des démons par l'effet de surprise, les anges s'étaient ensuite repris et avaient eu le dessus pendant un moment. La situation s'était équilibrée par la suite jusqu'a ce que Fenris fasse apparaître Fafnir.

-Ici Fenris, où en êtes-vous ?
-Dame Fenris, ici l'Alpha de l'escadron Ξ, tout vas bien pour le moment, nous avons dû essuyer des pertes suite à une rencontre faites avec un groupe d'anges, mais peu étant des combattants, les pertes sont minimes, 12 soldats ont péris. Nous avons bien sûr nettoyé, il n'y à plus de trace.
-Et le colis?
-Il se porte à merveille ma Dame, mais...Je peux vous donner mon avis?
-Donnez-le soldat.
-Utiliser cela, sur Terre cette arme a été interdite après la Convention Strasbourg, et celle qui lui fera suite par la convention de Langley.
-C'est justement pour cela que j'ai pu les récupérer, et on n'est pas sur Terre. Ici, les conventions n'existent pas. Par contre je peux admettre que votre colis soit plus dégueulasse que les deux autres, mais il faut dire que ce n’est pas fait pour être beau.
-Je confirme.
-Fenris, terminé.

Elle éteignit ensuite le talky-walky, elle tâchait d'éviter de les utiliser, mais comme il y en avait peu, pas de soucis.

Un petit groupe d'humains, à la surprise de certains anges, traversa le champ de bataille en sortant de leur arrière pour se diriger vers les démons. Ils venaient en effet rejoindre le gros des forces, revenant de la demeure d’Uriel. Ils finirent par arriver jusqu'aux troupes démoniaques, pour rejoindre Fenris, mais au final, ils n’étaient qu'une vingtaine. Sur cinq cent. Ils avaient dû tomber sur une patrouille. Ils lui firent donc leur rapport sur les pertes, et lui apportèrent l'objectif de leur mission, tous les objets que Uriel avaient collectée chez les démons et mis sous clos dans une chambre forte de sa demeure, qui était alors la seule cachette sûre.
Il y avait beaucoup d'artefacts, mais Fenris se dirigea tout d'abord vers ce qui l'avait longtemps intriguée mais qu'elle n'avait jamais osée mettre avant sa chute, une armure faite d'objets magiques maléfiques. Elle l'enfila donc.


[Je vais imager, pour ceux qui aiment savoir de quoi il retourne quand on parle de ce genre de trucs, il faut bien sûr retirer l'épée, car Fenris utilise un sabre:]
Spoiler:
 

Levant son sabre sombre devant elle savait que de lui, dans les ténèbres qui maintenant recouvraient Célestia, elle n'était facile à discerner, de toute façon, cette armure avait peu de faille, étant magique, elle ne ralentissait aucun des mouvements. Nulle lueur, pensa Fenris, je leur montrerais ce que c'est de vivre sans lumière...

*
**


Alpha éteignit le talky-walky, et indiqua donc à ses soldats que tout était en ordre. D'un geste vif de la main, plusieurs en fait mais très rapides, il indiqua à la troupe quoi faire. Ils avancèrent donc, par unités de 12 soldats, ils étaient à la base assez peu, 144, mais suite à la perte de 12 soldats, n'étant plus donc que 132, ils s'étaient réorganisés pour avoir 11 unités de douze soldats chacune. L'alpha était légèrement en retrait dans son unité, mais les soldats devant lui le laissait avoir un champs de vision libre, pour qu'il puisse rapidement organiser les choses si une merde arrive. Mais il semblerais quoi qu'il en soit, qu'ils avaient évité les grosses patrouilles, comme celle que le premier escadron avait rencontré, et qui avait réalisé in-extremis sa mission. Comment le savaient-ils? car les données biométriques de chacuns étaient retransmises à l'unité centrale, au mileu du champs de bataille, et ils avaient été avertis afin d'augmenter leur vigilance, car c'est exactement ce que les anges allaient faire. La montre de l'alpha sonna trois long bip.

Il leva aussitôt la main, paume ouverte, et tout en la refermant, il l'abaissa au niveau de son torse tout en se mettant à genoux. Tout le monde fit de même en même temps que lui. L'heure était venue de faire marcher leur deuxième arme. Après Fafnir, qui avait été dompté non pas par un quelconque "Siegfried", c'est Fenris qui l'avait vaincus, et plus que cela, transformé. Et ce n'est pas rien de transformer un dragon en brume tout en le maintenant en vie, surtout un dragon comme Fafnir.
Il se dirigea vers l'unité responsable du colis, et ceux-ci l'ouvrir quand il arriva juste devant eux.
Un pot à confiture. Mais pas remplis de confiture bien sûr, mais d'insectes. Entre la sauterelle et le cafard, dans les cinq cm de long. Une petite bébête, mais quand même.... Contrairement à Fafnir qui aurait put vouloir se venger de Fenris si il avait été libéré trop près d'elle, ces bestioles, bien que magiques en partie, ne pensaient pas. Donc on pouvait les libérer où on le voulait, c'est pour cela qu'ils étaient derrière la ligne de front, mais pas aussi loin que la première équipe chargée de Fafnir. L'alpha regarda autours de lui, et appela par les geste une autre unités, et quand ils arrivèrent, il leur chuchotta:

-Mettez vos lunettes infrarouges, trouvez moi un groupe d'ange qui se dirige vers le champs de bataille.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Les douze membre de cette unité firent ce qui leur était demandé, et quand ce fut le cas, ils envoyèrent aussitôt un de leur membre rejoindre l'escadron et avertir l'alpha. Seul soucis,, quand toute l'escadre arriva près des lieux, l'unité angélique faisait bien dans les 700 anges. Tous armés. L'alpha décida d'aller un peu en retrait et avertis ses troupes dans le micro prévut à cet effet:

-Nous allons les affronter. Pendant le combat, je libérerais l'arme, et nous mourrons. Ils rejoindrons donc le champ de bataille, soit pour avertir leurs supérieurs, soit pour prendre part à la bataille. L'arme ne prend effet que 2h après son utilisation, il n'y aura donc pas de soucis. Des remarques?

Comme on pouvait s'y attendre, aucune voix ne s'éleva, aucune main ne se leva. L'alpha dégaina donc son arme à feu et tira une balle dans les airs, pour avertir les anges de leur présence et de leur emplacement. Ils vinrent 45 secondes après la détonation.

Ce fut un carnage, tous savaient que pour réussir leur mission, ils devaient mourir, mais pas de manière trop visible, ne pas être une proie trop facile. Cette "mini-bataille" dura 20 minutes, durant lesquels au fur et à mesure que le temps passait, le nombre d'humains diminuaient. Au milieu de la bataille, quand la moitié des effectifs humains périrent, l'alpha ouvrit le pot de confiture. A la fin de la bataille, il restait 300 anges. Les bêtes, mi-sauterelle mi-cafard se logèrent dans les ailes des ennemis des humains. Ceux-ci après cet affrontement, allèrent continuer leur chemin, et allèrent sur le champ de bataille.

*
**


Fenris dans son armure, combattais des anges, quand dans une de ses poches, elle reçut un message qui se signala par des vibrations. Aussitôt, elle acheva ses anciens collègues, en détruisant leur système nerveux puis en leur tranchant la gorge, ou carrément la tête. Quand ce fut fait, elle s'envola vers l'intérieur, vers les troupes démoniaques.

Trois heures plus tard:

Tous les anges à présent, se voyaient dans l'obligation de combattre au sol, la nouvelle arme de Fenris, les insectes qui étaient de sa création, avaient pour conséquence d'empêcher tous les anges de voler. Fenris était partie pour asperger ses ailes du produit qui tuait ses bestioles encore innomées. Les insectes se nourrissaient de l'énergie des anges qui passaient dans leurs ailes, et ce faisant, ils aspiraient de l'énergie, assez d'énergie pour empêcher les anges de voler, pas assez cependant pour qu'ils soient dans l'incapacité d'user de leurs dons, sauf peut-être certains dont le pouvoir était faible.


Désormais, les anges combattaient dans un monde sans lumière, privée de leur ailes qui pendaient sur leurs côtés, comme mortes. Les insectes se nourissant de l'énergie céleste, les démons euux cependant, se trouvait désormais avec un gros avantage tactique. Ils attaquaient désormais plus loin parmi le camp ennemi, quand ils évitaient les flèches, ne craignant plus de recevoir un coup d'épée dans le dos. Hors, les anges, au contraire, devaient rester au sol et affronter des démons qui en avaient plus l'habitude, surtout dans le noir.

Fenris finit cependant par revenir à son camps, elle n'avait pas dormit depuis plus d'une journée, et combattu pendant la plus grande partie de celle-ci. Retirant son armure un moment, elle ferma les yeux. Elle ne comptait pas dormir, juste prendre un repos, car après tout, elle aussi était touchée par l'ombre de Fafnir.

-Dame Fenris? Je vous dérange?
-Hmm... Oui. Mais parlez quand même, soldat.
-Nous avons avancé, la ligne de front a reculée de quatre cent mètres, les camps ennemis situés près du champs de bataille sont en train de bouger.
-Bien, pendant qu'ils se déplacent, les troupes sont moins bien coordonnés. Donnez les instructions pour que les troupes attaquent avec davantage de hargne.
-Bien Dame Fenris.

Fenris se permit donc de fermer les yeux, et se reposa pendant une demi-heure. A son réveil, il n'y avait autours d'elle plus beaucoup de démons, juste les humains qui restaient à ses côtés. Elle se releva donc ensuite sans un mot, et réenfilla son armure, puis repartit sur le champ de bataille pour tuer d'autre de ses congénères.

_________________
Non, désespoir, putride réconfort, je ne veux pas me repaître de toi ;
Ni dénouer, tout lâches qu'ils soient, les derniers fils de l'homme
En moi, ni tout épuisé que je sois, m'écrier Je ne peux plus. Car je peux ;
Faire quelque chose, espérer, vouloir que pointe le jour, ne pas choisir de ne pas être...
Revenir en haut Aller en bas
Adonis
¤ Prince des Flammes

¤ Prince des Flammes
avatar

Masculin
Nombre de messages : 139
Localisation : Terre
Armes : Sabre / Chaine à piquants
Pouvoir : Pyroman
Statut :
Date d'inscription : 20/10/2007

Feuille de personnage
Race: Démon
Grade: Prince des Flammes / Démon du 7e cercle
Autre: Peut faire apparaître deux grandes ailes noires dans son dos

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Jeu 21 Fév - 22:23

Adonis contemplait son œuvre avec un sourire mesquin, heureux et fier de s'en être pris à un enfant. Tellement occupé par le visage carbonisé de la petite Aliciel qu'il ne sentit pas cette aura pure se rapprocher de lui. Il la détecta lorsqu'un hurlement strident le fit sursauter, ce qui eut pour effet chez lui de dégager une bouffée de flamme par les cheveux.
Se retournant il aperçut une ange en larme. Elle semblait jeune, enfantine... Etait-ce la grande sœur de sa précédente victime ? D'autant plus qu'elle avait prononcé son nom. Le sourire du Prince des flammes s'agrandit en voyant la tristesse et l'impuissance se lire dans les yeux de celle qui avait dégainé de simples katanas pour montrer qu'elle n'était pas si faible. Le démon jeta un regard derrière lui sur le cadavre de la chérubine.

- Adorable petite. Lâcha t-il sans l'espoir de déstabiliser davantage l'ange devant lui. Il fixa ensuite cette dernière avant de faire un pas vers elle. Sur un ton faussement peiné il ajouta.
- Non, vraiment... D'ailleurs, n'auriez vous pas vu ses parents ? Sa sœur ? Elle tenait TELLEMENT à les retrouver...
Il haussa le ton sur le 'tellement' et fit un nouveau pas vers l'ange qui lui faisait face.
- Vous savez pourquoi elle est morte ? Elle n'a pas su me dire où ils étaient... La pauvre s'était perdu, elle ne pouvait donc pas retrouver son chemin, vous comprenez...
Conscient qu'il risquait d'énerver où d'attrister encore plus cette femme en pleurs, il continua dans l'espoir de la torturer davantage.
- Mais ne vous inquiétez pas, je vais chercher sa famille, et ils la rejoindront. En fin de compte c'est un service que je lui rend à la petite Aliciel... Je tue ses parents, sa sœur, celle qui les a mis à l'abri, Dâyan, et tous les autres. Ne pleurez donc pas...
Il se tut et s'arrêta net, lorsqu'il détecta une autre aura. Le démon leva la tête vers le ciel mais il ne voyait personne, lorsqu'une silhouette apparu au dernier moment et fonça droit vers lui. L'ange était en pleine vitesse et Adonis eut juste le temps de reculer pour éviter une lame qui au lieu de transpercer sa tête, s'enfonça dans la chair de sa poitrine.
Le Prince des flammes poussa un rugissement colérique et il tomba à la renverse sous le choc. Cependant son bras enchaîné eut le réflexe de vouloir écorcher son agresseur et d'un geste vif il envoya sa chaine au hasard, visant vaguement la silhouette qui devenait floue.

Le démon ne sut pas s'il avait touché son adversaire, il sentait dans sa poitrine une vive douleur et vit une giclée de sang sortir lorsque son dos toucha le sol. Du sang noir s'échappait de sa plaie béante ainsi que de sa bouche lorsqu'il cracha la tête de coté. Cessant un instant de gémir il fixa hargneusement son adversaire. C'était un séraphin, pas de doute, Adonis avait baissé son attention devant des petits anges sans défenses, maintenant il se retrouvait à la merci d'un des leurs...

- Petit merdeux.... T'es pas censé être *keuf* chez les planqués ... Il interrompit sa phrase par un raclement de la gorge suivit d'un crachat noir de sang. Le démon se tenait le ventre, conscient que ses chances de s'en sortir étaient plus que diminuer et qu'il n'était plus aussi convaincu qu'il ressortirai de cette guerre vivant. Cependant il refusait de laisser un démon d'un tel rang, d'un tel grade et d'une telle puissance que lui se faire tuer par un ange sans avoir fait souffrir ce dernier.
La douleur à la poitrine l'empêchait de réfléchir, il était prêt à s'enflammer pour essayer de toucher cet ange prétentieux, mais savait pertinemment que s'il montrait la moindre petite flamme l'acier le transpercerait immédiatement. D'ailleurs l'ange ne l'avait pas achevé tout de suite, était-ce pour le faire souffrir ? Aliciel n'avait pas souffert... Enfin pas longtemps.
Les flammes noires qui faisaient offices de cheveux sur la tête du Prince des flammes étaient moins intenses, elles semblaient diminuer au fur et à mesure que le sang s'échappait du démon.

Il était dans une situation de faiblesse, de mort même. Rabattu à provoquer et insulter son ennemi puisque c'était la seule chose qu'il pouvait faire à présent. Pourtant, Adonis ne put s'empêcher de penser à ce tableau. Oui, une ange qui pleurait, un séraphin qui la sauvait en pourfendant le démon qui agonisait au sol... Cette petite fillette morte qui faisait office d'objet de sujet de bataille, le décor ensanglanté mais désertique... Il fallait qu'il vive, oui, il devait vivre pour peindre ce tableau. Adonis peindrait la suite également, le passage où sa chaine égorgeait vivant ce maudit ange...

_________________

Quand la froideur de mon âme s'associe à la chaleur de mes flammes...
Revenir en haut Aller en bas
Elrandir
¤ Seigneur elfique de l'air

¤ Seigneur elfique de l'air
avatar

Nombre de messages : 95
Statut :
Date d'inscription : 30/09/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe
Grade: Seigneur elfique de l'air
Autre: Cynique et prétentieux.

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Jeu 21 Fév - 23:26

Elrandir et ses elfes suivirent le mouvement de la ligne de front, l'armée elfe avait dû perdre jusqu'à présent une vingtaine de ses représentants, c'était peu mais proportionnelement ils représentaient un dixième des elfes présents, la technique des flèches glacées semblait marcher à merveille, pourtant quelque chose inquiétait le seigneur elfe, le nuage noir qui venait d'apparaitre, il avait pour effet d'affaiblir les anges certes, mais certains de ses elfes étaient également touchés par cela, rendant leurs pouvoirs inactifs. Et puis, il y avait ces flèches, elles explosaient au contact semblait-il, en fait non, c'était assez dur à déterminer, certaines n'avaient pas explosées, d'autres explosèrent bien après leur impact. pourtant quelque chose devait forcément...il devait s'en assurer.
Il testa tout les matériaux, en modifiant la trajectoie des flèches, ce 'était pas le sol, ce n'était pas le bois ou encore la terre, slon toute apparence elles explosaient en contact du sang...oui mais...quoi dans le sang? Comment pourraient elles explosaient avec du sang elfique, humain, démoniaque et angélique?

Il continua à dévier les flèches ennemies en utilisant son pouvoir et sans se faire trop remarquer, les flèches explosaient également au contact de certaines armes, un métal devait en être la cause, présent à la fois dans tous les sangs et toutes ces armes, c'était la seule explication.

-Maintenant...il est temps de riposter.

Les archers ennemis étaient beaucoup plus nombreux qu'eux, mais le nombre ne fait pas tout.

-Très bien, à présent je veux que chacun d'entre vous vise en priorité les archers ennemis, Helrin, Malkin je vais avoir besoin de vous.

Il fallait quelque chose capable d'atteindre tous les archers à la fois, et de faire exploser leurs flèches...

-Du sang...

Aucun de ses soldats ne pouvait manipuler les métaux mais cela ne fonctionnerait pas de toutes façon, il devait donc passer à l'action autrement. Et il comptait bien les prendre à leur propre jeu.

-Helrin, je veux que tu essayes de condenser le sang présent dans le environs...Malkin tu te chargera de le faie "disparaitre" à ta manière,les autres, imprégnez vos flèches de sang, il faut éliminer les leurs avant qu'elles ne retombent.

Et si possible avant qu'elles ne décollent...si tous se passait comme prévu, le sang les entourant irait bientot faire un petit tour repeindre les corps des archers ennemis...sous forme de pluie.

Elrandir prit une des flèches de son carquois, ils avaient commencé à utiliser les réserves, elles allaient manquer, ils ne tiendront pas 24 heures de plus.
Il banda son arc et tira sa flèche vers l'un de ces archers, se tenant à quelques 500, 600 mètres de lui, même à plusieurs kilomètres, tant qu'il possèdait la vue de Maelstom il ne pourrait rater personne, sa flèche partit sans un bruit et un fois à destination fit esquivée par l'archer en question, ceui-ci essaya de repérer le seigneur, puis busque ment, une explosion retentit, la flèche d'Elrandir venait de faie demi-tour et d'heurter celle de l'archer malheureux, qui blessa sans le vouloir deux de ses congènères.

_________________
"Je me moque de votre nom,vous êtes une marche, il est normal que je me serve de vous pour m'elever."
Revenir en haut Aller en bas
Gwenaël
¤ Chérubin

¤ Chérubin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 133
Statut :
Date d'inscription : 20/11/2007

Feuille de personnage
Race: angélique
Grade: Angelot
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Sam 23 Fév - 23:37

[HRP: saute Gaby qui postera après moi ou après Dayân]

Le Séraphin parcouru de nouveau le monde de Celestia. Un champ de force entourait son corps, carbonisant sur place les petites bestioles qui tentaient de le destabiliser. L'arrière semblait tenir bon, mais un nombre important de civils avait péri, tapissant le sol de membres ensanglantés. En quelques heures, le liquide vital était devenu un marécage étendant son territoire sur chaque parcelle vierge de l'univers divin. En de telles conditions, il était plus qu'évident que le virus amené par Uriel n'aurait aucun mal à se propager. Etrangement, la ligne tenue par l'armée angélique était bien plus à l'abri de la contamination. Les corps étaient peu à peu retirés, ceux infectés renvoyés à l'ennemi, et les armures empêchaient le fluide rouge de trop s'étendre.

Le soldat retint un haut le coeur. Avec la coopération d'autres hauts gradés, ils avaient renforcé le virus, rendant la mort par contagion plus rapide. A défaut de réhausser leurs chances de survies, cela permettrait de faire du ménage sur tous les plans. Déjà, les premières victimes du virus s'écroulaient. Ecartées par usage de la magie, ou lancées sur les lignes ennemies, elles ne creusaient pas tant que cela le pseudo blocus angélique. Peu à peu, les combattants avaient pris l'habitude de voir les corps inertes de leurs semblables voler par dessus le no man's land. Et les quelques qui craquaient malgré tout n'étaient d'aucune gêne pour l'armée angélique. Ne venait à leur esprit déchiré de se retourner contre leur camp, leur haine se dirigeait automatiquement vers les démons à leur portée.

Le Séraphin redescendit auprès de Remiel et Raziel, véritablement au niveau du front, cette fois ci. C'était le moment. Le nuage noir démoniaque pompait leurs forces et les bestioles ailées limitaient leur champ d'action. Qui plus était, le moral des troupes n'était pas indéfini. Le soldat tira son épée qui flamboya. Des clameurs retentirent dans son dos et un sourire traversa le visage de son camarade. Pas de speech, il en avait déjà fait et Remiel aussi. Son bras s'abaissa en direction des lignes ennemies, et l'armée angélique disposée en un large cercle autour de l'Arbre fondirent en un même mouvement ordonné sur la masse démoniaque.

---------

L'Arbre craqua, mais l'attention de la pluârt des êtres qui les entouraient était au soudain mouvement des troupes angéliques. Michaël leva deux doigts. Chaque membre de son unité planta cinq doigts au niveau de leur corps puis les reposèrent à terre. De minces filets de sang coulaient doucement à partir de cinq points écarlates sur la poitrine de chacun.

- Lumen inis, murmura en un même temps l'ensemble des soldats.

Le liquide rouge sur leurs doigts devint petites particules légèrement lumineuses et s'enfoncèrent dans le sol. Chacune gagnerait un de leurs ennemi alentour, provoquant le doute, les remords, le pitié, la peine,... Tout ce que la lumière pouvait créer comme émotion, comme illusion. Et le nuage ténébreux ne ferait que renforcer l'influence de ces brindilles d'espoir. Et si son créateur angélique venait à mourir, il pourrait transférer une partie de son âme dans le corps que êtres touchés par les particules.

Michaël porta sa main à la poignée d'Azaël. Uriel était douée, mais elle n'avait jamais fait partie de l'Elite. Ils aveint cependant dû discuter de ce procéder, toutefois, elle ne pouvait pas s'en souvenir. Pas temps que le processus n'entrerait en oeuvre, en tous cas.

- Deus, murmura le Séraphin de la Guerre.

Et l'Arbre vola en éclats. L'Elite fusa hors de sa cachette, répendant du sang humain, démoniaque, déchu, elfique sur son passage.

[HRP: pas le temps d'en faire plus, je vous laisse la suite Razz ]
Revenir en haut Aller en bas
Anaëlle
¤ La Féline Blanche

¤ La Féline Blanche
avatar

Féminin
Nombre de messages : 280
Age : 26
Localisation : Chez Lulu :D
Armes : Fouet
Pouvoir : Illusioniste.
Statut :
Date d'inscription : 13/05/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe
Grade: Vagabonde
Autre: Un charme intense, inexplicable et sauvage entoure son incroyable beauté.

MessageSujet: /!   Dim 24 Fév - 3:03

[HRp : Il se peut que ce post choque quelques personne pour son sadisme et sa cruauté surélevé. Je demande donc à tous ceux qui se sentiraient incapable de voir où lire des horreurs où des actes totalement inhumain de ne pas faire attention à ce post.
Le début et la fin sont en revanche tout à fait normales, je mettrais des points d'exclamation autour de la partie qui pourrait s'avérer choquante.]

De l'ennui, que d'ennui... Courir, où plutôt marcher à droite à gauche... Tenter de repérer un ennemi valide pour ensuite essayer de l'affronter sans qu'il ne s'envole... Et encore ! Espérer également qu'un de ces stupides alliés ne viennent pas vous le voler où ne vous le tue soi disant pour aider. Des alliées, à quoi ça sert ? A rien ! Ce sont tous des êtres égoïstes, ces humains, ces Elfes, ces démons, ces déchus... Et même les anges ! Pas un pour se consacrer à cette sauvage qui en vient à se diriger vers la troupe d'Elfes dans l'espoir de retrouver le désir et l'amusement qu'elle cherche depuis des heures maintenant.
* Bon lequel je prend... Celui là, pas trop mal... Non, trop concentré. Celui là... Noon.... Celui là ? berk moche cette cicatrice. Hmm... Et ces vêtements trop grands qui m'élargissent les cuisses ! Ahhhh y'a pas de magasin dans ce taudis ? Qu'est ce que je fous là...*
D'un mouvement décidé, elle sortit les mains de les poches. Ses doigts empoignèrent le tissu qui recouvrait ses épaules.
* Je lui dirais que je me suis battue...*
D'un geste vif elle arracha le tissu belge et elle mit ses bras à nu. S'attaquant ensuite aux cuisse elle fit de même et libéra également au niveau de son ventre. L'habit ne couvrait plus que l'entrejambe jusqu'au début des cuisse et au dessus faisait le tour de sa taille fine au niveau de ses seins. Elle s'affairait à cette petite séance de 'relookage essentiel' lorsqu'un bruit d'acier alerta ses sens.
La Féline se retourna vivement et elle s'abaissa pour éviter une lame qui passa au dessus de sa tête.


- Mais ça va pas ! Vous auriez pu attendre que je finisse quand même !

L'ange écarquilla les yeux, ne voyant rien d'autre qu'une adversaire de sexe féminin en train de se déshabiller en face de lui. Il préféra ne pas répondre et leva à nouveau son épée. L'Elfe poussa un grognement peu élégant et évita le nouveau coup qui venait droit sur elle. Elle déroula ensuite son fouet et lança un regard noir à l'homme. Il n'était pas bien grand ni très costaud. Imposant peut être dans son armure, mais c'est tout. La dame fit tournoyer son fouet dans le vide et elle poussa un semblant de cri avant de se jeter totalement sur son ennemi. Il fut aussitôt en déséquilibre, surpris, et ils tombèrent tous les deux au sol.

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Là, la Féline profita de sa position à cheval sur l'ange pour lui ôter le casque et donner un cout de fouet sur sa main afin qu'il lâcha son arme. De son autre main l'homme donna un coup de poing à la dame et la fit valser en arrière. Cette dernière se rattrapa à l'aide de son adresse et sauta à nouveau sur l'ange qui n'eut pas le temps de se relever. Elle ramassa un débris d'acier et plutôt que de viser simplement la gorge préféra l'abattre sur son œil gauche et enchaîna aussitôt avec l'œil droit, provoquant chez sa victime un hurlement de douleur.
Elle se releva et s'écarta avant de se prendre un autre coup, riant, et se massa ensuite la joue.


- Grosse brute...

- Garce ! Peste ! S'exclama t-il en se relevant les poings en avant, donnant des coups dans le vide où il espérait entendre cette femme dans le brouaha du massacre autour.

- Sorcière aussi, puis sadique...
- Cesse de fuir !
- Allons bon...

Consciente qu'elle avait enfin l'avantage, elle put mettre en pratique ses talents dont elle était experte en la matière. Non, pas ceux là...
La Féline se tut, elle hésita un instant mais préféra ne pas faire appel aux illusion, pas cette fois. À pas de chat, elle s'avança vers le dos de l'homme en évitant un coup de poing lorsqu'il se retournait au hasard pour frapper partout où il pouvait. La jeune femme s'abaissa. une jambe tendue, s'appuyant sur l'autre jambe, elle exécuta d'un mouvement souple un coup horizontal vers les jambes de l'homme et le fit lourdement tomber en arrière. La Féline profita ensuite que son adversaire soit encore au sol pour ramasser son épée et la planter dans le poignet gauche du pauvre homme.
Elle tourna ensuite malicieusement la lame en provoquant chez lui un nouveau cri de douleur. L'ange essayait de sa deuxième main d'enlever sa propre arme plantée dans le sol et transperçant son poignet mais il ne réussissait qu'à se couper.
Lorsqu'elle retira la lame, il perdit sa main gauche. L'Elfe leva alors l'épée et l'abattit sur le deuxième poignet. Ayant mal visé elle vit la lame se planter dans l'avant bras. Appuyant elle sentit l'arme s'enfoncer dans la chair de l'ange dont les hurlements redoublaient jusqu'à couvrir presque ceux des autres.
Finalement il perdit son deuxième bras, et une larme de douleur coula le long de sa joue. Une fois sûre de ne plus rien craindre de lui, la dame se mit alors à genou sur son ventre et elle commença à déboutonner la grosse armure qui recouvrait l'ange. Ainsi, et se servant de l'épée pour couper le tissu qui libéra l'armure elle put le lui enlever totalement et la jeta dans le champ de bataille au hasard.
L'Elfe approcha ensuite son visage de celui de l'homme si près que ses lèvres le touchèrent au niveau de la joue.


- Si tu arrive à te relever, je te laisse rentrer chez toi.Souffla t-elle avant de se relever pour s'écarter. Elle regarda d'un sourire mauvais sa victime tenter de se remettre debout, et lorsqu'il fut à quatre patte elle leva son fouet et l'abattit, décochant de nouveaux cris de la part de sa pauvre victime qui en venait à penser qu'elle était démoniaque et non une Elfe. Et elle... Elle riait aux éclats, totalement heureuse d'avoir pu retrouver son plus grand plaisir.
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


Alors qu'elle levait à nouveau son fouet pour faire souffrir cet ange, une flèche siffla dans son oreille et sa proie s'affala, raide mort, une flèche planté dans la tête.
La Féline se retourna, cherchant celui qui avait osé mettre fin à son petit jeu. Elle croisa alors le regard d'un sombre Elfe qui avait volontairement tué cet homme avec une expression écœuré.
La dame serra son fouet en main, elle sentit un sentiment de rage l'envahir. L'Elfe allait payer pour son geste, elle était furieuse.

La sauvage se dirigea à grand pas vers cet Elfe avec la ferme intention de lui faidre comprendre ce qu'il en coutait de la déranger.
La belle ténébreuse avançait vers l'Elfe inconscient. Elle ne faisait même plus attention au seigneur Elfique qui, aux cotés de ses compagnons, se battait tout proche...
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy-land.forumsline.com/
Gabriel
¤ Messager de Dieu

¤ Messager de Dieu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 26
Armes : épée d'or
Pouvoir : glace
Statut :
Date d'inscription : 10/06/2007

Feuille de personnage
Race: Ange
Grade: archange
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 24 Fév - 18:55

[Panne d'inspi ><]

L’acte de Gabriel était stupide, suicidaire même. Le démon était trop bien armé, trop bien préparé. Jamais il ne parviendrait à le toucher, encore moins le blesser ou le tuer ; et ce serait bientôt son cadavre et non celui de l’être pernicieux qui rejoindrait ceux qui jonchaient déjà le sol, répandant tripes et entrailles. Et Gabriel le savait pertinemment. Toutefois, si le messager en avait conscience, il ne pouvait se résoudre à laisser ce démon tuer ses compatriotes les uns après les autres. D’autant qu’il bénéficiait de l’effet de surprise. Mais cela, Gabriel s’en fichait. Seul comptait le fait de tuer ce démon.

Le messager fondit donc sur le démon, animé d’une rage sans limite. La clameur des combats résonnait toujours autour de lui. Mais Gabriel n’y prêtait plus attention, trop omnubilait pas la vision du démon se rapprochant à une vitesse phénoménal. Etrangement, le messager avait l’impression que c’était le démon qui se rapprochait de lui et non l’inverse. Qu’importe ! L’infâme être ne semblait pas l’avoir remarqué. Peut-être avait il une chance finalement ? Et si il ne parvenait pas, malgré tous ses efforts à occire le démon, il le blesserait au moins mortellement.

Brusquement, Gabriel s’arrêta. Une pensée fugace venait d’effleurer ses pensées. Ce n’était vraiment une pensée, il s’agissait d’un nom : Dayân. Que ferait elle s’il mourrait ici sur le champ de bataille ? Que deviendrait elle sans lui alors qu’il venait à peine de se retrouver et s’était promis de se revoir vivant ? Il n’avait pas le droit de perdre la vie ; pas maintenant. Trop d’espoir était mis en lui pour qu’il se permette ce luxe. Et quel luxe que de mourir ! Il avait tant de choses à vivre encore, tant d’amour à donner et à recevoir. Pourquoi mourir alors ? Pourquoi tentait un acte aussi suicidaire que vain sous le coup de la rage et de la colère et mourir stupidement ? Pour l’honneur ? Mais quel honneur que de mourir en vain ! Gabriel n’en voulait. A ses yeux se n’était pas de l’honneur : c’était de la bêtise.

Une volée de flèche passa par-dessus ses épaules, et instinctivement, mue par un réflexe extraordinaire, Gabriel se baissa. Ce réflexe lui sauva la vie. Une flèche mal ajusté vomit juste au dessus de sa tête, à l’endroit où il se trouvait une seconde plus tôt. D’un geste, Gabriel se releva et fit volte-face pour déterminer qui avait été assez idiot pour le prendre pour un démon. Bien évidemment, personne ne se dénonça. D’ailleurs, prit dans la bataille, l’ange qui avait mal ajusté sa flèche n’avait même pas dut s’apercevoir qu’il avait faillit mettre fin à la vie du messager divin. En d’autres circonstances, ce geste inconsidéré lui aurait valut une sévère punition mais les circonstances actuelles étaient spéciales. D’ailleurs, personne ne connaissait le « coupable ».

Une voix autoritaire quoique légèrement essoufflé résonna aux oreilles de Gabriel. L’ange fronça les sourcils. Il connaissait cette voix, mais ne parvenait pas à se rappeler à qui elle appartenait. Le messager scruta les rangs angéliques un court instant avant de débusquer celui qu’il cherchait. Ellenita ! Bien sur ! Comment avait il put oublier le possesseur de cette voix. Elemiah était un séraphin connu dans tout Celestia pour son insociabilité et son caractère aigre qui ne s’était pas arrangé avec le temps. Gabriel n’avait pas souvent conversé avec le séraphin sur lequel il portait un jugement neutre. Il ne lui avait jamais parut particulièrement belliqueux ni aigre avec lui. Toutefois, les propos virulents que tenaient certains de ses congénères à l’égard d’Elemiah étaient pleins de vérité et le messager ne pouvait qu’y croire tant ils fussent prononcés avec ferveur.

Le séraphin en question lui proposait d’attaquer à deux le démon qui continuait ses ravages au sein de l’armée angélique. Gabriel acquiesça d’un bref mouvement de tête puis, raffermit sa prise sur son épée ruisselante de sang. D’un geste Le messager brandit son épée au dessus de sa tête et de nouveau, il fondit sur le démon. Gabriel ne s’attendait pas à ce que le démon le repère aussi vite, de même à ce qu’il ne s’attendait pas à ce que les troupes de Michaël ainsi que son élite prennent part à la bataille. Et pourquoi seulement maintenant ? Maintenant que la bataille avait commencé depuis plus d’une journée déjà –journée qui avait passé si lentement que Gabriel s’était demandé si ce n’était pas heures qui passaient l’une après l’autre, mais des mois et des années- et que des centaines, peut-être des milliers d’anges avaient perdus la vie ? N’aurait il pas mieux valu aligner toutes les unités de combat dés le départ ? Cette tactique ne plaisait pas à Gabriel. Et encore une fois, c’était signé Michaël. Décidément, il ne pouvait pas s’empêcher de faire des bourdes celui-la. Néanmoins, ces bourdes l’avaient élevé au rang de séraphin de la guerre et Gabriel ne pouvait nier leur efficacité : en effet, les anges étaient désormais en un large surnombre et malgré leur profond handicap causé par la brume noire d’Uriel, ils tailladaient les rangs ennemis et endiguaient l’avancé des êtres hideux mêlées aux humains, déchus et elfes.

Gabriel se rua donc sur le démon qui, à la vue des troupes de Michaël fondant sur les rangs démoniques s’était brusquement arrêtés de combattre. Le messager était un combattant hors pair, et il connaissait parfaitement ses limites. Aussi, il était parfaitement conscient de son infériorité par rapport au démon. Cependant, il avait Elemiah avec lui pour le soutenir et avait l’avantage de l’effet de surprise. Effet certes assez lâche, mais il fallait bien ça pour venir à bout du démon. Aussi, Gabriel n’hésita pas : Il abattit son épée de toutes ses forces.

L’arme fila vers le monstre à une vitesse vertigineuse. La rage de Gabriel décuplée ses forces malgré la faiblesse qui l’avait saisie, lui aussi, à l’apparition de la brume noir qui cachait à présent la lumière bienfaisante du soleil. Ainsi, les démons voyaient leurs capacités se renforcées tandis que celles des anges diminuaient. C’était un avantage pour l’armée démoniaque. Il fallait l’avouer, Uriel avait tout prévue dans les moindres détails et menaient la vie dure aux anges. Mais Gabriel refusait de croire à la défaite des anges. C’était impossible : les démons ne pouvaient l’emporter sur les anges. Tout simplement parce qu’ils représentaient le al et que eux, le peuple angélique représentaient le bien. C’était certes une vison manichéennes des choses, mais c’était pourtant la réalité. Le bien ne pouvait être incarné par les démons qui ne laissaient derrière que désespoir et désolation. De même, les anges ne pouvaient être mauvais en prêchant un monde parfait et pur et en mettant tout e œuvre pour qu’un jour, ce monde de perfection et d’absolue existe réellement. Pour l’éternité et sous l’égide juste et sage du Tout-puissant.

L’épée de Gabriel filait vers le cou du démon. C’était là qu’elle avait le plus de chance d’achever son œuvre de mort. En effet, le cou des démons est vulnérable –c’est bien l’une des rares parties qui le soit d’ailleurs. Cependant, le démon n’était pas stupide. Il savait qu’on l’attaquerait dés qu’il marquerait la moindre hésitation. Aussi, lorsqu’il aperçut la lame de Gabriel filait vers lui, il esquissa un mouvement de recul. La lame ne trancha pas sa tête, mais le bout de sa queue.
Revenir en haut Aller en bas
http://watashinokuni.canalblog.com/
Akuma Tsubasa
¤ Démon du 7eme cercle

¤ Démon du 7eme cercle
avatar

Nombre de messages : 89
Statut :
Date d'inscription : 22/09/2007

Feuille de personnage
Race: Démon
Grade: Démon du 7e cercle
Autre: Schyzofrène, paranoïaque et anthropophage

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Mer 27 Fév - 18:39

Quelle bande d'inconscient décidément ces anges ... Voilà que l'un d'eux fonçait avec l'envie plus que suicidaire de tuer un démon qui avait massacré à lui seul la moitié du bataillon. De ce fait, tout ange saisi d'une envie héroïque qui s'apparenterait plus à une bouffée suicidaire serait complètement idiot. Cependant, cet Ange était Gabriel, le messager divin, bien qu'il ne fut pas aussi bon qu'Akuma - car le démon avait l'avantage de l'armement - l'archange était considéré comme un des meilleurs combattants de Celestia, néanmoins, sa puissance était infime par rapport à Michaël, le surdoué. Lorsqu'un des deux séraphins que voulait combattre Akuma proposa l'idée de s'allier avec Gabriel, le démon ailé n'en pouvait plus d'être heureux. D'une pierre, deux coups, il allait éliminer et le messager divin, et l'un des dirigeants du bataillon. De plus, pour la première fois de la bataille, pour le mal incarné, la bataille allait devenir difficile. Il démarra une brève estocade avec Elemiah, pendant que Gabriel semblait canaliser sa rage. Soudain, en un éclaire, ou plutôt une lueur aveuglante de l'épée qui réverberait le soleil, Akuma se mit à hurler, le bout de sa queue avait été coupé. Pendant que le séraphin le combattait, le messager l'avait eu en traître, et avait découpé l'extrémité de sa queue, laissant tomber la puissante arme.

- Vous allez me le payer, hurla le démon furieusement.

Animé par la haine et la soif de vengeance, Akuma eut alors une envie folle de mutiler les deux anges. Cependant, sa queue étant une centrale nerveuse, elle se mit à bouger frénétiquement sans que le démon ailé ne puisse rien y faire. Elle balaya le sol relevant des nuages de poussière épais, et repoussa les anges qui voulaient achever le féroce combattant, blessé dans son orgueil tel un lion meurtri, qui voit ses sujets vouloir l'achever. Pour lui, peu importait sa queue au final, puisqu'elle repousserait en quelques jours, mais le fait était que son "arme" était inutilisable. Quand la queue eut enfin fini sa dégénérécence, Akuma prit son épée et s'arrangea pour reculer plus vers compatriotes. Oui, il en était réduit à ça, le principal atout de son cruel arsenal hors service. Une fois à l'égal de ses congénères, il observa un peu le bataillon adverse. Il avait lâché, mais les pertes étaient plus lourdes chez les démons que chez les anges. Soudain le démon ailé sentit ses ailes le chatouiller. Des insectes se nourrissaient de son énergie. Cependant, ils retombèrent tous au sol inerte. C'est à ce moment que le lion démoniaque comprit : ils s'agissaient de pompeurs d'énergie qui s'installaient dans les ailes pour les empêcher de voler. Cependant, ils ne pouvaient pas absorber l'énergie démoniaque, pour on ne sait quelle raison. Ces insectes semblaient proliférer sagement, leur méthode de reproduction s'approchait beaucoup des cellules : une fois chargées d'énergie, ces petites bestioles éclataient et sortaient de leur coquille deux nouveaux insectes prêts à pomper l'énergie de nouveaux anges.

Les stratagèmes d'Uriel était donc si élaborés, car en plus d'immobiliser les anges au sol, elle avait fait un apparaître un ciel noir qui redonnait du moral au démon, tandis que les anges étaient privés de leur lumière "divine". Subjugué par ces stratagèmes, Akuma remarqua le troisième mis en place, un virus mortel que les serviteurs de la nouvelle Fenris libéraient dans les cadavres, avant de les jeter dans le camp adverse. Cependant l'équipe d'en face avait aussi ses stratèges qui renvoyaient les cadavres. Le tout ressemblait plus à une danse macabre de cadavres en l'air, mis en valeur par des torrents de sang qu'à une bataille. Le démon ailé s'en réjouissait, de nature sadique, il aimait le sang et la mort, et était encore plus encouragé dans ses conditions. Peut-être que lui aussi aurait des bouffées héroïques ... Il leva soudain son épée au ciel, et une étrange aura l'enveloppa, une aura qui rappela étrangement celle qui avait, une journée auparavant, enveloppé Lucifer, et qui avait fait taire tous les démons. Akuma ne comprit pas d'où venait cette étrange énergie, sans doute de son ancien possesseur. Tous les regards démoniaques et déchus se figèrent sur l'épée, comme admiratif.


- Pour LES ENFERS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! hurla le démon, qui se jetait vers le bataillon ennemi. Il était bientôt suivi par des dizaines ... même quelques centaines de démons enragés.

Telle la vague qui vient s'écraser dans les rochers, les démons qui étaient avec Akuma éclatèrent les premiers rangs, massacrant les archanges qui étaient devant eux. Cependant une volée de flèches vint calmer les esprits échauffés des plus virulents démons. La rage persistait encore dans les quelques centaines de démons, et le bataillon, dirigé séraphin qui avait aidé Gabriel lors de leur combat, pliait sous les coups endiablés - sans mauvais jeux de mots - des démons motivés. Malgré le carnage qui était fait, Akuma se demandait toujours d'où cette aura venait, mais l'épée n'en était que plus puissante. Avait-il déclanché cela tout seul ? Etait-ce un tour de Lucifer ? Ou encore un artifice de Fenris ? Le démon ailé n'en avait aucune idée. Une nouvelle volée de flèches angéliques stoppa l'avancée, et les démons et les anges combattaient à présent à forces égales. Les armures les plus étincelantes ruisselaient de sang, les épée les plus solides étaient plantées au sol, les têtes les plus dures ... roulaient au sol ... C'est dans ce décor macabre que les démons trouvaient le courage de continuer leur avancée meurtrière. D'un bref regard, il observa les alentours ...

Michaël et son élite s'étaient à présent lancés vers les démons. Pendant une volée de flèches elfiques, Akuma ordonna un repli rapide vers l'arbre, ils devraient se préserver pour vaincre les surpuissants soldats sous les ordres de Michaël. Le combat s'annonçait beaucoup plus rude que ce qu'il avait été jusqu'à présent. Les premiers membres du régiment de Michaël entrèrent en combat avec l'armée démoniaque. Akuma dut en combattre un. Une estocade très serrée, rythmée par le lourd fracas des armes, eut lieu. D'un geste fluide, l'ange fit une profonde entaille sur le torse du démon ailé. Cependant, en guise de contre attaque, il accompagna d'un regard sadique son épée vers le ventre de son opposant. Le sang en coula. Puis il remua son épée pour élargir la blessure. Lorsqu'il retira son arme, l'épée ensanglantée arracha quelques organes, digestifs pour la plupart, de l'ange. Les démons qui accompagnaient Akuma étaient à présent largement réduits en nombre. Il ne restait plus de démons des trois premiers cercles, ou presque plus, ni de déchus des quatres premiers cercle. Les infimes avaient été éliminé, la bataille stratégique pouvait enfin commencer sérieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Eyaël
¤ Séraphin de la Sagesse

¤ Séraphin de la Sagesse
avatar

Nombre de messages : 42
Statut :
Date d'inscription : 01/02/2008

Feuille de personnage
Race: ange
Grade: Séraphin de la Sagesse
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Ven 29 Fév - 23:25

[desole, je n'ai pas le temps de faire plus, ni mieux]


Une sensation de dégoût traversa Eyaël lorsque sa lourde épée entama les chairs du démon. Un frémissement le parcourut et il ne sut finir son geste. Il en était incapable ; de même qu’il ne parvenait pas à arracher son arme du torse du démon d’où sortait un flot de sang noir et gluant qui ternissait l’éclat doré de son armure. Eyaël resta pantelant un instant. Tué ce démon lui demandait plus de volonté qu’il en possède. Pourtant, il aurait du l’achever. Non pas pour assouvir sa soif de vengeance qui le torturait atrocement et qui peu à peu reprenait le dessus sur son dégoût de tuer. Mais malgré toute son envie, tous ses efforts, même à la pensée ignominieuse des crimes horribles que le démon avait perpétrer et qu’il perpétrerait encore si on ne l’arrétait pas Eyaël ne pouvait se résoudre à tuer le démon.

C’était comme un blocage, une phobie qui l’empêchait d’accomplir ce qu’il considérait comme un meurtre. Pourquoi ôter la vie ? Pourquoi devenir soi même un criminel en brisant l’existence d’un être? Pourquoi, oui pourquoi donc ? Mais …Mais après tout, il n’y avait pas de mal supprimer quelqu’un de nuisible. On ne pouvait tout de même pas laisser vivre un être qui tuait pour le simple plaisir de tuer, torturer pour le plaisir de torturer ! C’était inconcevable car si l’on ne faisait rien, n’était on pas un peu comme complice du criminel ? Ne devenait on pas soi même criminel de cette façon ? Mais le problème se posait de la même façon de l’autre côté : en précipitant dans les abysses de la mort un être, quel que soit son origine ne devenait on pas soi même un meurtrier, un être pernicieux et sournois qui ne s’embarrasser pas de scrupule et éliminait ce qui le gênait ? Ne devenait on pas au final l’incarnation du mal absolu en commentant ainsi le péché capital ? Ne devenait on pas semblable au …démon ? Car c’était de ça qu’il était question ! Et Eyaël ne connaissait pas la réponse. Malgré son statut de séraphin, il était tiraillé entre l’envie dévorante de tuer cet être ignoble et répugnant et le fait de devenir ainsi de la même espèce que lui en mettant fin à son existence.

Cette hésitation lui fut presque fatale, et le glas de la mort faillit sonner ses notes mortuaires. Dans un sursaut d’énergie, le démon fit un grand moulinet du bras, faisant ainsi tournoyer sa chaîne, véritable instrument de torture en direction d’Eyaël. La chaîne se dirigeait droit vers le visage fin de l’ange et l’aurait déchiqueter, emportant ainsi le séraphin dans la mort. Cependant, Eyaël eut le réflexe de se jeter en arrière. L’infime chant de la chaîne dans l’air l’avait alerté, et il avait eut le temps d’esquiver le coup. L’arme mortel ricocha violemment sur l’armure de l’ange, sans même l’égratignait.

Le geste du démon l’avait fait tomber à la renverse et une flaque noirâtre se formait peu à peu sous lui. L’épée d’Eyaël était toujours en lui et devait le faire souffrir le martyr. Le séraphin se prit à penser avec joie que le démon puisse souffrir. L’ange secoua violemment la tête, comme un chien qui s’ébroue. Ces pensées étaient indignes d’un ange de son rang ! Lui qui prônait la douceur, la paix et l’amour de son prochain par-dessus tout voilà qu’il espérait sa souffrance ! Mais était il réellement le prochain de cet être dont l’apparence n’avait rien d’humain ? Ce n’était qu’un vulgaire …démon ! Et aux paroles de celui-ci, Eyaël ne contint plus sa rage et la laissa explosé :

-Espèce d’abomination, tu ne mérites même pas la vie qui t’a été donné et tu te permets de m’insulter ? Tu fais encore le fier au bord de la mort ! C’est donc cela ton sens de l’honneur ? Quand tu ne peux rien faire, quand tes actes sont vains et futiles, lorsque tous ce que tu entreprends échoue tu te replus sous des propos ignominieux c’est cela ? N’est ce pas ?! Sache que ce ne sont pas des planqués. Ils se cachent de vos regards malsains qui ne pensent qu’à les agresser, mais pour les anges, ils sont visibles, prêts à aider quiconque se trouve en difficulté. Il n’y a pas de tâches plus nobles que la leur. Ils sauvent des vies, aident les personnes dans le besoin, soignent les blessés, les réconforte ; ils possèdent une âme pur et aimante, bien loin de la perversité qui régit toute ton existence. Et toi, tu détruits ces existences bonnes et généreuses sans état d’âme. Et tu oses me traiter de « petit merdeux » ? Moi qui les aide et les soutiens ? Tu n’es pas digne de vivre. Et je vais te tuer. Cela me dégoûte, je préférerais ne pas avoir à commettre un crime tel que celui-ci, mais ce serait ne commettre un encore plus grand que de te laisser vivant. Car jamais tu ne t’arrêteras de tuer, et tout le sang qui tachera jusque ton sang sera versé par ma faute, parce que je n’aurais pas osé te t’achever alors que c’était mon devoir. Je ne pourrais le supporter.

Le regard d’Eyaël devint dur, il était résolut à faire ce qu’il avait dit. Il se devait de le faire, sinon, il ne serait pas digne de lui-même, pas digne du titre de séraphin de la sagesse. L’ange étendit la main et saisit la gade de Daiichi dont la lame semblait luire d’un éclat mauvais ; elle était taché en plusieurs endroit, mais le sang qui la recouvrait ne l’empêcher de sembler aussi brillante que l’argent le plus pur. D’un geste sec, Eyaël retira l’épée du torse du démon ; un flot de sang jaillit de la plaie profonde et mortelle, mais Eyaël ne s’en soucia pas. Il leva son épée au dessus de sa tête, puis, l’abattit de toutes ses forces.

L’épée se ficha dans le sol, à quelques millimètres du cou du condamné. Non pas qu’Eyaël ai raté son coup ; le séraphin était un excellent combattant. Une idée venait de lui traverser l’esprit et l’avait fait arrêter son geste. Pourquoi n’interrogerait il pas le démon sur les plans de Fenris ? Il pourrait peut-être contrer la déchue de cette manière.
Un sourire sadique passa fugacement sur le visage pur de l’ange, ternissant ses traits altiers et fiers.

-Non, finalement je ne vais pas t’éliminer tout de suite, dit il d’une voix doucereuse. Je vais t’interroger un peu avant ; sur le plan de Fenris. Tu dois bien savoir quelques choses non ?

L’ange souleva son épée et l’enfonça cruellement dans la plaie du démon. Il voulait faire souffrir son adversaire –qui n’en était d’ailleurs plus un, réduit à l’impuissance- jusqu'à ce que celui-ci demande grâce. Il voulait voir sur le visage du démon la souffrance qu’avait ressenti Aliciel, la rage d’être impuissant. Il voulait que le démon rampe à ses pieds, implore sa grâce. Il savait qu’il ne le ferait jamais, mais il ne pouvait s’empêcher de le vouloir. Ce n’était pas digne de lui, mais il s’en fichait. C’était la rage seule qui dirigeait ses actes ; il n’était plus lui-même. Eyaël se pencha sur le démon et lui demanda d’un air torve :

-Alors, tu ne sais toujours rien ? Et maintenant ? Toujours pas ?


En prononçant le « et maintenant », Eyaël avait tourné son épée de droit à gauche dans le torse du démon.
Revenir en haut Aller en bas
Elemiah
¤ Séraphin du Blasphème

¤ Séraphin du Blasphème
avatar

Nombre de messages : 135
Statut :
Date d'inscription : 20/10/2007

Feuille de personnage
Race: Ange
Grade: Seraphin
Autre: Utopiste détestant les races ( et même les anges ) ...

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Sam 1 Mar - 13:10

Voilà que la bataille avançait, et que les forces angéliques faiblissaient, avec pour seules causes les artifices de la nouvelle déchue. Les insectes pompaient peu à peu l'énergie d'Elemiah qui se sentait un peu plus épuisé à chaque seconde qui passait. La brume démotivait les troupes, privées de leur lumière divine. Il y avait toutefois un point positif, le démon était à présent privé de l'atout de son arsenal surpuissant. Ce qui, en dépit de la brume, redonnait du moral aux troupes qui avaient presque totalement neutralisé l'assaut ennemi généré par le démon. L'étrange lueur rouge de la lame du démon n'était apparement plus, et les assauts adverses s'étaient stoppés et se repliaient ... Etrange de la part du troupeau féroce qui venait de foncer le courage aux armes. C'est alors que le séraphin du blasphème comprit. Michaël s'était enfin décidé à intervenir dans la bataille avec la BEDDM ( Brigade d'Eradication des Démons Dirigée par Michaël ), commando d'élite entraîné par le séraphin de la guerre en personne. Les démons commençaient à être sérieusement réduits en nombres, mais il fallait préciser que les anges aussi. Encerclés pour la majorité, les démons ne baissaient pas la tête et arrivaient à tenir face à la contre-attaque angélique.

Elemiah décida d'accompagner l'assaut de Michaël. Il leva Saragnok en l'air, la tueuse de démon ruisselait de sang. Après une volée de flèches qui fit reculer les êtres démoniaquess qui ne s'étaient pas repliés, tous les regards se jetèrent vers la lame, assez connue, puisque selon la légende, c'était le Tout Puissant qui l'avait utilisé en premier. Mais précisons, selon la légende. Elle était arrivée dans les mains d'Elemiah après sa nomination séraphin, offerte par l'examinateur, jugeant qu'Elemiah était le meilleur de sa promotion. Un silence angélique eut lieu, bien que gêné par le fracas des armes. Cependant Elemiah ne put réaliser la même action que le démon et prendre la parole. Pris d'une folie meurtrière, il se mis à courrir à pleine vitesse vers les démons qui se repliaient. Trois grains de folie pour un grain de courage ...

Lorsque les deux troupes se rencontrèrent, les hurlement féroces faisaient affaire de musique d'ambiance. Les démons commençaient à souffrir. Cependant, les anges trop épuisés par l'absorption d'énergie mourraient. D'autres encore s'effondraient, pris d'une maladie des plus étranges. Mais chez les démons, certains mourraient de la même maladie, étaient massacrés par les troupes de Michaël, se faisaient tuer par le bataillon du séraphin du blasphème. C'est alors, boitillant, mais ayant le courage de se battre, que Vécël revint lui aussi au combat, et se défendait vaillament. Cependant, il ne risquait pas de tenir le poids face aux démons. En dépit des recommandations d'Elemiah, le jeune séraphin ne semblait pas vouloir récupérer un peu au fond. De plus, il ne souffrait pas de l'absorption d'énergie, puisque par chance, ses ailes étaient rétractés. Le séraphin du blasphème se plaça aux côtés de son subalterne pour la protéger des coups démoniaques. Un démon assez puissant, armé de griffes métalliques fonça sur Elemiah. En se baissant, il esquiva un coup du pied armé du démon. Contre-attaquant aussitôt, le séraphin coupa la jambe de son adversaire. Celui-ci hurla la mort. Le séraphin du blasphème se releva, et par charité, il acheva son adversaire d'un coup dans le ventre. L'épée trancha le bras du démon qui était derrière celui qu'Elemiah venait de tuer.

La bataille prenait une autre tournure, mais le combat restait tout de même assez équilibré. Les nombres de soldats de chaque camp étaient à peu près équivalents, et la plupart des "faibles" avait été éliminé. Ne restait à présent plus que les initiés, et les vétérants.
Revenir en haut Aller en bas
Fenris
¤ Ancienne gardienne de la porte céleste

¤ Ancienne gardienne de la porte céleste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 678
Age : 27
Statut :
Date d'inscription : 26/06/2007

Feuille de personnage
Race: Ange Déchue
Grade: Dirigeante des Forsaker
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 2 Mar - 0:06

Kain est partit. Fenris ne le reverra jamais plut. Mickael avait attaqué de l'intérieur dès que l'arbre des Sephiroth était tombé. Mais la sève de l'arbre coulait à flot à présent, un fluide plein de magie comme nul autre. Juste a temps, car la porte ouverte par Fenris allait bientôt se refermée, dans une ou deux heures. Elle faisait à présent juste la taille d'un être humain.Bien vite, tous les humains présent eurent récupérer toute la sève et la firent passer de l'autre côté, deux cents humains partant pour aller la stocker à un endroit plus sûr que Sylvania. Il restait sur le champs de bataille juste la moitié des effectifs qu'on lui avait confié, juste 3500 humains. Plus que suffisant.
Tous les ordres qu'elle avait donné à ses lieutenants avant la bataille avaient tous été suivit à la lettre, et une baignoire de sang mêlé à de la sève de Sephiroth avait été préparé pour Fenris. Mais il y avait encore certaines choses à faire.
Dans l'ombre du champs de bataille, les humains avaient tracés les runes de pouvoir, les mots secrets du langage perdu. Juste un dernier tour de passe-passe avant la désolation qui allait s'abattre sur Célestia.


Soki Fenris Hella Jormund Hati Skoll Surt

Ce sont les noms maudits qui furent tracés dans le sang de la vie, apposés sur un lieu bénit. Ces mots, ces noms, font de l'endroit qu'ils touchent un lieu maudit, un lieu ou rien ne repousse, dans un certaines période bien sûr, mais celle-ci étant fonction de la puissance de la magie utilisée, et à cause de tout le sang qui fut usé pour pratiquer cette magie, celle mettra quelques siècles avant que l'on voit un seul brin d'herbe repousser près des restes du tronc de l'Arbre des Sephiroth.
Ce fut après la Malédiction de la terre céleste, que Fenris se dirigea vers le bain qu'on lui avait préparé. Un concentré de magie. Un bain de sang et de la sève des sephiroth. Elle se déshabilla, et complètement nue, s'immergea dans le bain pendant quelques seconde, juste ce qu'il faut. La dame habillée de pourpe se releva, et tendant les mains dans les airs, visant les quelques anges qui volaient encore car sortant juste de l'arbre qui venait d'être abattu, des éclairs sortirent de ses mains et allèrent les frapper de plein fouet. Elle était celle qui maitrisait le mieux la magie rouge, celle qui donne non seulement accès à tous les endroits existants grâce à un peu de sang, mais celle qui permet aussi avec l'usage du sang de donner accès à toutes les magies et à tous leurs niveaux. Il faut dire aussi que Fenris maitrisait depuis un moment les autres magies à un niveau moindre, la magie noire, blanche, verte, bleue, l'alchimie et les métamorphoses.

**
Au loin, à deux kilomètres du champ de bataille, le dernier groupe d'humain qui avait une mission particulière était sur le point de la finir.
Kain: Le colis est prêt?
Oui monsieur.
Kain observa quelques instant la caisse. Ce n'est pas comme Fafnir, ni comme les insectes, ce truc...Va les tuer, sans aucun doute possible.

Tous les anges avaient été envoyés sur le champs de bataille suite aux la perte de la lumière et aux insectes, surement pour compenser l'écart qui commençait à se creuser à présent. Les caisse fut ouverte, laissant apparaitre un engin électronique assez massif. Kain tappa un code à 18 chiffres.

Pour Utgard.

**

Fenris balançait encore quelques éclairs sur les derniers anges qui volaient, tâchant d'éviter Mickael, elle voulait le garder pour la fin. Il allait cependant être l'heure. Elle s'adressa en hurlant aux anges face à elle:

-Je viens vous apporter le carnage et la souffrance, goutez donc à la douleur de perdre vos proches!

Tout d'abord, la lumière, elle avait heureusement préparé grâce a son don un réflexe magique pour l'occasion, et l'avait passer à tout ceux qui verait la lumière: un rétrécissement immédiat et quasitotale de la rétine pour filter le plus possible la lumière. Donc les démons n'eurent pas de soucis pour suivre l'évenement et continuer le combat en même temps. Puis ce fut le souffle.
Tout les anges en face furent pousser par un mouvement d'air, allant à 1000 km/heure environ, toujours dans la lumière aveuglante émanant de l'explosion. Puis ce fut le tour du bruit assourdissant, même pas une seconde après le souffle. L'explosion fit même trembler la terre céleste tandis que derrière le champs de bataille, dans le quartier des habitations, l'on pouvait voir s'élever dans les airs le champigon atomique dû à l'explosion.
Les trois désastres ravagaient à présent Célestia, les ténèbres, la maladie et la mort.
Elle réunie ensuite toute la magie qui restait dans le sang qui la recouvrait, et usant de magie bleue, tous les anges face à elle devinrent soudain de pierre. De belle statues de marbres.

-C'est mou tout ça! Ravagez moi tout ces fainéants!

Fenris alla ensuite encore un fois vers sa baignoire de sang, on lui rinça d'abord le sang vidé de sa magie et nue a nouveau elle s'y replongea pour en ressortir habillé de pourpre.

_________________
Non, désespoir, putride réconfort, je ne veux pas me repaître de toi ;
Ni dénouer, tout lâches qu'ils soient, les derniers fils de l'homme
En moi, ni tout épuisé que je sois, m'écrier Je ne peux plus. Car je peux ;
Faire quelque chose, espérer, vouloir que pointe le jour, ne pas choisir de ne pas être...
Revenir en haut Aller en bas
Adonis
¤ Prince des Flammes

¤ Prince des Flammes
avatar

Masculin
Nombre de messages : 139
Localisation : Terre
Armes : Sabre / Chaine à piquants
Pouvoir : Pyroman
Statut :
Date d'inscription : 20/10/2007

Feuille de personnage
Race: Démon
Grade: Prince des Flammes / Démon du 7e cercle
Autre: Peut faire apparaître deux grandes ailes noires dans son dos

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 2 Mar - 1:14

Démoniaque... Indigne de vivre... dénué d'âme... oui... Il aimait ce genre d'insulte... Il aimait le mépris, il était fier comme sa race, puissant comme les flammes. Adonis crachait au sol, ses lèvres noires laissaient couler un filet sombre et visqueux. L'ange lui faisait la morale, le démon ne pouvait rien faire d'autre qu'écouter. Il sentait la mort approcher, il n'y avait peut être plus rien à faire... Ses membres se paralysaient, son sang coulait, il agonisait sur le sol, condamné à fixer avec haine et impuissance son ennemi. Pourtant, jamais au grand jamais il ne suppliera cet ange impertinent...

- Ils ne sont pas capable de se battre... Ce sont... umpf... Ce sont des lâches... comme toi !

Provoquer, insulter, voila qui pouvait mettre hors d'état un ange et Adonis était le roi pour cela. Puisqu'il allait mourir, autant agresser ce séraphin sur tous les plans possibles y comprit moral.

- Tue moi... Où je tuerais tes proches ! Ar..*keuf*

Il crachat à nouveau au sol avant de voir l'épée de l'ange se lever. Sa dernière heure arrivait, le prince des flammes allait rendre l'âme, achevé par un ange alors qu'il avait presque déniché les planqués de la guerre au quelle il participait. Le démon fixait cette lame qui s'était élevée au dessus de lui, il le savait, il la regardera jusqu'au bout. Il était à la merci de l'ange et ce dernier se décidait enfin à le tuer. L'épée s'arrêta, puis elle fila pour achever son funeste travail. Adonis la regarda se diriger vers lui, mais tout ce qu'il sentit ce fut un frôlement. Le séraphin avait planté son arme à quelques millimètres du corps souffrant du démon. Ce dernier ne pouvait pas expliquer ce geste, avait-il fait exprès ?
Le sourire de l'ange confirma les doutes d'Adonis. Il faisait connaissance avec le sadisme...
Les paroles du séraphin se voulurent par la suite menaçant, et le démon poussa un rugissement de rage et de douleur en sentant la lame de son ennemi se replanter dans la plaie encore ouverte.


- Aaarrg !!

Son corps entier se crispa tandis que l'acier dans son ventre prenait plaisir à trancher sa chair, ses organes, à décrire des mouvements répétés, à tourner... Le démon sentait une douleur indescriptible, il agonisait affreusement face à cet ange et poussait des gémissements rageurs.
Un nouveau crachat remonta, il émit un raclement de gorge écœurant et regarda hargneusement l'ange. Sa tête exécuta soudainement un geste brusque et le cracha noir vola pour s'exploser sur le Séraphin. Adonis afficha par la suite un sourire mauvais, prêt à résister encore à cette torture où à mourir sans rien dire. Il lâcha ensuite dans un souffle, un gémissement, un murmure.


- Attention... On commence ... arg... avec un démon ... on... finit ... umpf... par y prendre gout....

ne pouvant parler davantage, il laissa un fou rire nerveux et l'incontrôlé prendre le dessus. Un rire méchant, moqueur, qui avait pour cible ce maudit ange. Son rire accentuait sa douleur mais il ne pouvait se retenir, cela étant provoqué par sa folie... Le démon était fou, oui, mais cet ange qui le torturait faisait une grosse erreur... C'était comme ça qu'avait commencé Adonis avant de devenir ce qu'il était...

_________________

Quand la froideur de mon âme s'associe à la chaleur de mes flammes...
Revenir en haut Aller en bas
Elrandir
¤ Seigneur elfique de l'air

¤ Seigneur elfique de l'air
avatar

Nombre de messages : 95
Statut :
Date d'inscription : 30/09/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe
Grade: Seigneur elfique de l'air
Autre: Cynique et prétentieux.

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 2 Mar - 20:27

Le seigneur continua d'observer le combat, chaque camp semblait prendre l'avantage à tour de role, à peu près le tiers des elfes avait péri, principalement à cause des flèches explosives, leurs archers étaient séparés ce qui rendait la tache difficile, c'est pourquoi il fallait tous les toucher à la fois. Il souria, les préparatifs seraient bientot terminés, son regard passa à travers les rangs elfiques, puiss'arreta sur une elfe qu'il ne connaissait pas, d'où venait-elle? Ele s'acharnait sur un pauvre ange, ce qui vait le don d'énerver le seigneur, ce n'était pas des manières d'elfe, et surtout, cela prenait trop de temps, un elfe acheva la cible, et la jeune guerrière lui lança un regard haineux, et se jeta sur lui était-elle folle? Le seigneur concentra un peu de son énergie et rassembla de l'air sous ses pieds, l'instant suivant il barrait la route de l'elfe, épée en main, tendue vers la jeune créature, ce qui ne manquait pas de la surprendre au passage.

-Je vais être clair, je n'ai pas de temps à perdre avec vous, je ne sais pas qui vous êtes et honnetement je n'en ai rien à faire.

Au beau milieu d'une bataille...discuter n'est pas forcément le mieux à faire...surtout que chaue seconde qui passait semblait être défavorable aux siens. Elle venait de tuer un ange, elle n'était donc pas de leur coté pourtant elle allait lancer une attaque sur un des elfes...qu'avait-elle dans la tête?

-Si vous tentez quelque chose, quoi que ce soit, contre un des archers sous mes ordres, je vous tue.

C'était dit, il ne laisserait personne tuer un des siens impunément, quel qu'il soit.

-Apparement vous ne faites aucune différence entre alliés et ennemis, soit, tuez des démons, des vampires, des déchus je n'en ai que faire, mais méfez vous, à force vous risquez de vous retrouvez sans alliés.

Pourquoi ne tuait-elle pas uniquement des anges, ce n'est pas cela qui manquait pourtant...elle venait de foncer sur un elfe alors qu'une dizaine d'entre eux se trouvaient à portée...elle n'avait pas toute sa tête.

-Seigneur Elrandir! Nous sommes prêts. Les préparatifs sont achevés.
-Bien, déclenchez-les.
-A vos ordres.

Une vague de magie semblait enfler sur le champ de bataille, ils n'avait jusqu'alors pas utilisés leurs pouvoirs, une des raisons du faible nombre de pertes, la concentration magique était maintenant ressenti par tous.
Glace, Eau, Feu, Air, Terre, Nature...les magies élementaires elfiques était nombreuses et variées, certaines des transformtions d'autres, maintenant, l'armée angélique allait gouter à des siècles de colères, liberés au même instant.

-Je vous laisse, je ne vous pense pas assez folle pour m'attaquer alors que mon armée est présente.

Il leva son bras en l'air, de puissants vents soufflèrent sur Celestia, vent chauds, vent froids c'est en les faisant tourner qu'on obtiens un tornade, et des tornades, les anges allaient en voir à présent.
Une goutte vint échouer sur la main du seigneur, une goutte rouge, une goutte de sang, suivie par des centaines, des milliers d'autres.
Une pluie de sang torrentielle, un sourire apparu sur son visage, et des dizaines de flèches explosèrent, pas ici non, mais dans le camp angélique, avant qu'elles ne soient tirées.

_________________
"Je me moque de votre nom,vous êtes une marche, il est normal que je me serve de vous pour m'elever."
Revenir en haut Aller en bas
Akuma Tsubasa
¤ Démon du 7eme cercle

¤ Démon du 7eme cercle
avatar

Nombre de messages : 89
Statut :
Date d'inscription : 22/09/2007

Feuille de personnage
Race: Démon
Grade: Démon du 7e cercle
Autre: Schyzofrène, paranoïaque et anthropophage

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Mar 4 Mar - 0:14

Les troupes démoniaques souffraient énormément des assauts de la brigade de Michaël. Bien que le démon ailé arrivait à se débarasser de quelques uns, la plupart le mettait à mal, et il avait échappé plus d'une fois à la mort. De plus, voilà que le bataillon contre-attaquait pour achever les démons. La masse démoniaque compressée par les anges devait se rendre à l'évidence, elle n'avait aucune chance sauf si un retournement de situation se faisait sentir. Akuma décida d'envoyer les plus faibles face au bataillon, et les meilleurs face à l'élite. Les pertes d'hommes n'étaient plus autant partagées, et à présent, l'armée infernale diminuait rapidement en nombre. Soudain, une pluie de sang vint étonner Akuma. Les vents s'étaient levés et entraînaient le sang qui était en suspension dans l'air. Plus étonnant encore, les flèches explosives qui gênaient les démons explosaient en contact du sang qui tombait du ciel, tuant les archers qui tiraient ce genre de projectile. Apparement le bataillon qu'Akuma avait affronté ne comptait pas d'archers utilisant ces armes précises.

Cependant, si peu ne pouvait pas faire pencher la balance. Il ne restait pas grand chose pour faire tourner les vents. Le démon ailé esperait un nouvel artifice de la part de Fenris. Son souhait fut exaucé. Une lumière aveuglante envahit la bataille. Apparement, la magie désensibilisait les démons de cette arme, mais pas les anges. Une sorte d'onde de choc, qui n'ébranla pas l'armée démoniaque qu'il l'avait vu arrivé, toucha l'armée angélique qui se retrouvait affaiblie. Tandis que les vils démons profitaient de la situation, la terre trembla, destabilisant encore plus les anges. Et là, un peu plus loin de la boucherie, une explosion démollit une partie des habitations Celestiennes. De plus, la haute explosion avait largement de quoi démoraliser les troupes adverses. Alors que les anges du bataillon décidèrent de battre en retraite, pour se soigner, les démons cette fois n'attaquèrent pas, et se défendirent contre les soldats spécialisés de Michaël. Eux n'avaient été que très peu touchés par l'attaque, et combattait toujours aussi vaillement. C'était Celestia tout entier qui mourrait, pour le plus grand plaisir sadique d'Akuma. Une pluie de sang, des morts qui jonchent le sol, et qui augmentent en nombre à chaque seconde, des traumatismes à vie pour les seuls personnes qui pourront survivre à la bataille. Rien de plus réjouissant pour un démon, surtout lorsqu'il s'agissait d'un démon tel Akuma. La mort était présente sur le champ de bataille, et s'était alliée au démons ...
Revenir en haut Aller en bas
Anaëlle
¤ La Féline Blanche

¤ La Féline Blanche
avatar

Féminin
Nombre de messages : 280
Age : 26
Localisation : Chez Lulu :D
Armes : Fouet
Pouvoir : Illusioniste.
Statut :
Date d'inscription : 13/05/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe
Grade: Vagabonde
Autre: Un charme intense, inexplicable et sauvage entoure son incroyable beauté.

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Mar 4 Mar - 12:48

Elle marchait à vive allure vers cet Elfe. Elle ne voyait plus que lui désormais, obéissant à son indignation et à son envie de le faire souffrir. Pensant que rien ne l'arrêterait, un coup de vent lui prouva le contraire. Le seigneur Elfique ? qu'est ce qu'il lui voulait celui là...
- -Je vais être clair, je n'ai pas de temps à perdre avec vous, je ne sais pas qui vous êtes et honnetement je n'en ai rien à faire.
Ben alors qu'est ce qu'il faisait là ?

- Ben je ne vous empêche pas de partir. Répliqua la dame sur un ton loin d'être aimable. Par la suite elle sut ce que l'Elfe lui voulait. Qu'elle ne tente rien contre ses archers ? Et puis quoi encore ? C'est lui qui avait commencé, il n'avait qu'a laisser son ange en paix ! Enfin... Si je puis dire.
La Féline souffla lorsque le seigneur lui fit la morale sur alliés et ennemi. Elle fit mine de n'en avoir rien à faire et attendit qu'il ai fini sa phrase pour répliquer sur le ton de la provocation.

- Allons bon.. je peux y aller maintenant ?
De toute manière elle savait très bien que quoiqu'il arrive elle gardait un allié. Un allié qu'elle n'avait pas l'intention de perdre, il s'agissait de l'ange déchu Lucifer. D'ailleurs quen était-il de ce dernier ? La Féline s'était éloignée de lui, elle ne le voyait plus. Etait-il loin ? Près ?

Un autre individu s'avança vers eux, il s'adressa au seigneur 'Elrandir' pour lui parler de préparatif. Il repartit ensuite et l'homme parut satisfait. La dame restait plantée là, les bras croisés, surveillant toujours du coin de l'œil sa proie en attendant que l'obstacle s'écarte de lui même. Ce dernier lâcha une nouvelle phrase qui déclencha un hypocrite hochement de tête de la part de la femme.

- Nooooon...
Bien sûr qu'elle était folle, elle ne serait pas là sinon.
Soudain le Elrandir leva les bras au ciel, et le vent changea de direction. Ne voulant pas faire mine qu'elle s'y intéressait, l'Elfe ne leva pas les yeux pour voir ce qu'il se passait mais une pluie de sang lui indiquait qu'il y avait du massacre là haut... Qu'il est nul celui là ! C'est une mort trop brève, trop courte pour ces anges ! Où elle pourrait toujours récolter ceux qui tombent en étant toujours vivant après. Néanmoins le seigneur semblait bien préoccupé par ce qu'il faisait, et la Féline esquissa un sourire mauvais avant de reculer à pas de chat et de repartir discrètement vers sa proie.
* Allez... Viens voir pas là...*
Elle arriva à la hauteur de ce dernier qui la toisa d'un regard haineux. L'Elfe fit alors claquer son fouet au sol...
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy-land.forumsline.com/
Gabriel
¤ Messager de Dieu

¤ Messager de Dieu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 26
Armes : épée d'or
Pouvoir : glace
Statut :
Date d'inscription : 10/06/2007

Feuille de personnage
Race: Ange
Grade: archange
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 9 Mar - 10:18

Une lumière blanche, aveuglante éclaira brusquement la visions apocalyptique du champ de bataille avant de se résorber brusquement en même temps qu’une formidable explosion retentissait. Gabriel sentit la terre tremblait sous ses pieds tandis qu’une espèce de tempête d’un instant passait sur le champs de batailles ravageant celui-ci. L’archange eut l’effroyable vision de centaines de mors provoqués par cette seule explosion. Explosion qui à n’en pas douter était un cadeau mortelle de Fenris. Un des artifices qu’elle utilisait pour vaincre l’armée angélique, supérieur en nombre et appuyée par la terrible élite de Michaël. L’ange serra les poings. La déchue avait vraiment tout prévue. En plus d’affaiblir les anges et de renforcer leur opposé, elle n’hésitait pas à ses servir d’armes à la capacité de destruction extraordinaire. Une arme impure qui plus est ; une arme humaine. Mais terriblement efficace. Les débris fumants des habitations de Celestia en étaient la preuve ainsi que les cadavres disloqués éparpillés un peu partout par l’explosion. Un carnage monstrueux.

Et Dayân dans tout ça ? Le cœur de Gabriel se sera dans sa poitrine. Où était sa sœur à présent ? Où était elle donc ?! N’était elle pas censée se trouvait là où l’explosion avait eu lieu ou tout proche ? Non, c’était impossible. Elle ne pouvait être…morte. Ce serait trop injuste. L’angoisse de l’archange l’oppressait et il était incapable d’esquissait le moindre mouvement. Il était tétanisé par cette pensée porteuse d’un message mortelle. Dayân…Il devait en avoir le cœur net. L’archange savait qu’il n’en avait pas le droit, qu’il aurait dut rester sur le champ de batailles au côté de ses compatriotes et combattre avec eux. Il ne le pouvait pas. Sa conscience le lui interdisait et cet ordre du cœur était plus puissant que n’importe quelle loi. Le Tout-puissant lui-même n’aurait pas eu d’emprise sur Gabriel en cet instant ou le doute s’était saisi de lui et que ce n’était plus la raison qui animait son être mais l’amour. Un amour fraternel, entre un frère et une sœur qui viennent de se retrouver et qui brusquement, sont séparés par la guerre et son horreur. Incapable de retourner au combat, Gabriel prit son envol, et oubliant toute prudence –qui aurait dut le tenir éloigner de l’épicentre de l’explosion- il se dirigea vers les ruines fumantes.

Au fur et à mesure que l’archange approchait, des relents de chairs brûlées lui parvenait en même qu’il contemplait les restes d’anges, carbonisés. Et si l’un d’eux étaient Dayân, comment la reconnaîtrait-il ? Tout était brûlé, jusqu’aux visage dont on ne devinait que la souffrance avant l’inéluctable mort. Et tout autour était détruit. Il ne restait rien des fières bâtisses qui dressaient leurs silhouettes çà et là. Strictement rien si ce n’est que quelques débris.
Gabriel ne put s’empêcher de pousser un cri de rage en apercevant le chétif cadavre dune chérubin. Les démons ne s’embarrassaient pas de scrupules : avec eux, tout y passait, même les plus faibles. Aucune pitié, un esprit retors et pernicieux, une envie de destruction. Voilà ce qu’étaient les démons. Mais ils n’étaient pas que violence, une forme vicieuse d’intelligence vicieuse es habitaient. Une intelligence qu’ils utilisaient pour tuer, faire souffrir, torturer. C’était certes une forme d’intelligence mais la plus vile qui soit. Pouvait donc être ainsi répandre autour de soi tant de souffrance et ne pas même éprouvait un sentiment de pitié ? Etait-ce possible de ne vivre que du néant ? Vraisemblablement oui. Les démons en étaient la preuve vivante. Si on considérait qu’ils vivaient. Car qu’elle existence ils menaient !

Les puissantes ailes de Gabriel le menèrent jusqu’aux rues de Celestia qui n’avaient été que faiblement touchées par l’explosion. Les dégâts étaient moindres là, et peu de cadavres angéliques jonchaient le sol. L’espoir restait. Après tout, il n’avait toujours pas vu le corps de Dayân. Il en était certain à présent. Sa sœur était tout proche. Et en vie. Il n’en avait certes aucune certitude, mais tout son être lui indiquait que le lien qui les unissait n’était pas brisé. Pas encore.

Gabriel se sentait faiblir chaque instant un peu plus. Que lui arrivait il ? Quelle était cette sensation d’engourdissement qui se saisissait de lui ? Il avait l’impression qu’un étau s’était refermé autour de sa poitrine et qu’à chaque instant il menaçait de tomber. Pour ne pas se relever. Il avait fini par se poser dans une ruelle protégée et avait fait disparaître ses ailes qui le gênaient. L’ange avait continué à pieds. La sensation n’avait pas disparue ; elle avait persisté et il semblait même au messager qu’elle empirait. Et puis, il avait vomi. L’anxiété le repris à nouveau. Il en était certains à présent : il avait été contaminé par le virus de Fenris. Et ce n’était pas Dayân qui allait mourir, mais lui.


Dernière édition par Gabriel le Dim 9 Mar - 21:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://watashinokuni.canalblog.com/
Dayân
¤ Intermittente du spectacle divin

¤ Intermittente du spectacle divin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 663
Age : 26
Armes : deux katanas courts en verre enchanté
Pouvoir : apaiser les âmes
Statut :
Date d'inscription : 06/05/2007

Feuille de personnage
Race: ange
Grade: Ange, intermittente du spectacle divin
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 9 Mar - 19:41

[HRP: youpi! passage express xD]


Le bout de ses doigts chercha à tâton le mur de briques d'une maisonnette et s'y rattrappa. Sa tête lui tournait de plus en plus, l'odeur de la mort lui devenait insupportable. Une main crispée sur une pierre rougie par le sang, elle retint son corps de tomber mais bascula son buste en avant pour vomir. Vomir quoi? Alors qu'elle ne mangeait rien? Un liquide jaunâtre et rouge au goût amèrement écoeurant. L'artiste tressaillit mais s'obligea à remonter les yeux vers le combat.

C'était presque soulagée qu'elle avait vu le Séraphin de la Sagesse Eyael venir à la rencontre du démon. Mais la tournure du combat n'avait pas calmé la vague de souffrance morale déferlant en elle, et l'avait conduit à détourner le regard de la scène. Seuls lui parvenaient les échos des armes et, vaguement, les propos des deux adversaires. Et cela faisait déjà trop. Elle avait tenté de fuir, de regagner l'infirmerie à laquelle elle avait été affectée, mais aucun de ses membres n'avait voulu bougé. Elle ne pouvait abandonner les deux combattants sans connaître le dénouement.

Un sentiment de frayeur suivit celui de stupeur. Sa vision lui jouait elle des tours, ou c'était bien Eyael qui était sur le point de mettre un terme à la vie du démon? Avec une expression sur le visage qu'elle ne lui connaissait pas, et qui la terrorisait. Ses doigts se crispèrent sur les manches de ses katanas et sa mâchoire se serra. D'un geste décidé, elle rangea ses armes dans leurs fourreaux et, prenant appuie contre le mur formé par les maisons alignées, elle avança péniblement vers son semblable et le démon.

Un changement soudain d'atmosphère la stoppa en plein élan. Les sens alertes, elle attendit sur le qui vive. Il n'y eu tout d'abord rien, comme le calme avant la tempête. Puis la lumière à travers le rideau noir démoniaque du ciel, fulgurante et éblouissante. Surprise par la soudaine clarté, l'artiste cria et posa ses mains ensanglantés sur ses yeux. Puis un souffle, puissant, balaya violemment la place dans un rugissement, faisant valser les pierres de habitations et projetant au sol la jeune ange.

Recroquevillée en position foetale, la danseuse avait l'impression que chaque parcelle de son corps allait se déchirer d'un moment à un autre. Mais la bourrasque ne dura pas longtemps, comme si la source de ce vent violent avait été assez éloigné. Ouvrant prudemment les yeux, l'ange mit un certain temps à se réhabituer aux ténèbres environnantes. De nombreuses éraflures et entailles parcouraient son corps, mais rien de bien grave. Péniblement, elle s'accroupit en vascillant. Les ondes lumineuses et sonores de l'hypothétique explosion ayant provoqué le souffle avaient affecté ses sens et troublé son équilibre. Cependant, elle retrouva assez rapidemment une grande partie de ses facultés. l'incident avait au moins eu le mérite d'atténuer ses nausées.

Une pensée affolée traversa soudain son esprit. Si une explosion avait bien eu lieu, combien de morts avait elle entrainés? et combien de blessers graves? Le regard gris de l'ange fit le tour des environs, et tomba sur les deux combattants. L'artiste se mordit la lèvre, comment avait elle pu les oublier? Agilement, elle traversa le champ cadavres et de pierres des bâtisses écroulées, et se précipita vers Eyael.

Sans songer un instant aux conséquences de ses actes, elle se jeta sur son semblable, afin de l'éloigner un peu du démon, et posa sa main sur celle du Séraphin qui tenait l'arme, s'interposant entre les deux ennemis. Ce qui n'était peut être pas la meilleure chose à faire.

- Ca suffit! Quelle satisfaction déplacée comptez vous tirer de sa mort, ou de son calvaire? fit amèrement la danseuse en plantant son regard acier dans celui de l'imposant Séraphin de la Sagesse. Réfléchissez deux secondes avec vos neurones et pas votre épée, ça c'est du domaine de Michaël.

Une silhouette volant un peu plus loin attira son regard au dessus de la tête du Séraphin. Elle l'observa descendre dans les ruelles un peu dévastées puis réalisa soudain quelque chose. Sa gorge se serra et son coeur sembla cesser de battre. Elle l'aurait reconnu n'importe où, dans n'importe quelle circonstance, et même d'aussi loin. Sans plus prêter attention aux deux autres personnes présentes, elle s'élança vers l'endroit où elle avait aperçu l'être descendre à terre.

- Gabriel! cria t elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gwenaël
¤ Chérubin

¤ Chérubin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 133
Statut :
Date d'inscription : 20/11/2007

Feuille de personnage
Race: angélique
Grade: Angelot
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 9 Mar - 23:37

[HRP: bon je précise pour que y ait pas de confusion: y a deux Mika, un au front, et un avec l'élite; mais je n'vous dirai pas lequel est le vrai :p]


La lame fusa, tranchant proprement la tête d'un démon, sans se soucier de la résistance du haume de ce dernier. Un ange tomba non loin de là, frappé par la foudre. Michaël retint un soupire éxaspéré. Pourquoi ses semblables s'évertuaient ils à essayer de voler en présence de tous ces dangers? C'était un raisonnement suicidaire qui lui échappait. Un bon soldat était un soldat en vie, bordel! D'un signe de la main il intima à son entourage de ne pas aller jouer les papillons et de rester concentré sur une stratégie de mêlée. Si Uriel voulait les toucher, il faudrait qu'elle prenne le risque de viser dans la masse, et de blesser ses alliers.

Un peu plus en retrait, les experts en magie réunissaient leurs forces pour contrer l'assaut de la nouvelle Déchue. Beaucoup regrettaient de se retrouver en face de leur supérieure en la matière, mais certains trouvaient du plaisir à essayer d'atteindre son niveau ou de la surpasser en cet ultime instant. Mais leur savoir restait principalement à usage défensif. Frapper le mal par le mal était une chose, avoir la garantie que tout ne leur revienne pas à la tronche en était une autre. Ils étaient bien plus nombreux, mais n'avaient pas le luxe de s'octroyer une trop grande marge de manoeuvre et de sécurité.

Michaël jeta un rapide coup d'oeil aux statuts de marbre un peu plus loin. Certaines avaient repris leur apparence normale, en raison des sortilèges de protection appliqués sur les soldats ainsi que de l'aide magique apportée par les guérisseurs, mais quelques unes avaient été réduites en miettes par des démons plus avides d'éprouver leur force sur la pierre que sur la chair. D'un arc de cercle, il trancha en deux un déchu bien décidé à lui faire la peau. Sans lui adresser un regard, le soldat poursuivit sa route en tranchant ici et là, ce qui ressemblait de près comme de loin à un ennemi.

---------

Uriel ou Lucifel? Le choix fut vite fait. Le Séraphin de la Guerre esquiva un coup de lance, et Azaël pris la forme d'une longue épée massive, démembrant dans un arc de cercle parfait toute âme démoniaque dans un périmètre de trois mètres. Chacun des muscles du soldat était bandé, et tous ses sens étaient en alerte. Sa concentration ne laissait aucune place à un quelconque doute ou émotion. Passant rapidement sous une pluie de sang et de morceaux de chair, le militaire continua sa meurtrière valse à travers l'arrière des rangs démoniaques.

Le reste de l'Elite faisait de même des ravages. Seul un de ses anges était tombé, mais son âme avait rejoint les démons, humains et déchus alentours, semant une certaine panique du côté ennemi. Les personnes touchées par la magie rouge du défunt s'étaient vues recueillir une partie de son esprit, elles mêmes affaiblies par la dose de sentiments angéliques l'accompagnant. Le changement de camp de certaines unités démoniaques favorisait l'avancée de l'Elite, ainsi que la sécurité de ses membres. L'ordre reviendrait peut être, mais il y aurait alors cartes sur tables côté ennemi plus rapidement que côté angélique.

---------

Michaël avisa un Déchu un peu plus loin. Azrael. Lui aussi avait été à l'Académie Militaire, dans la même promotion que le Séraphin de la Guerre. Leurs regards se croisèrent, et un sourire narquois se dessina sur les lèvres de l'être démoniaque. Ce dernier se fraya un chemin vers son ancien camarade qui ne le quittait pas du regard tout en continuant à prendre des vies ennemies. Quand enfin ils furent face à face, un périmètre se traça automatiquement autour d'eux. Chacun dirigeait une partie d'un des deux camps, et les soldats alentours préféraient ne pas se mêler du combat de leurs supérieurs.

- Michaël, cela faisait longtemps, sussura mielleusement le Déchu. Je ne sais pas si je dois être extrêmement déçu de ton choix politique, Lucifer a fait bien mieux que toi sur ce plan, ou si je dois me réjouir d'avoir enfin la chance de mettre un terme à ta misérable vie.

Le soldat angélique jaugea son adversaire. Il était visiblement au meilleur de sa forme, contrairement à lui même, et cela faisait un certain temps qu'ils n'avaient pas combattu l'un contre l'autre. Ses méthodes de combat avaient elles changé? Pour toute réponse à la provocation de son ancien ami, le militaire fondit droit sur celui ci. Azraël para sans difficulté, haussa un sourcil mi surpris, mi amusé, et contre attaqua violemment, obligeant le séraphin à reculer.

- Je dois dire que je m'attendais à mieux venant de ta part, ricanna le Déchu. Déjà essoufflé?

Michaël revint à l'assaut, leva l'arme, puis, au dernier moment, l'envoya droit transpercer le crâne d'un démon faisant des ravages dans son entourage. Azrael, qui s'attendait à re parer le coup, fut étonné de se retrouver couvert de sang, son adversaire empalé jusqu'à la garde de son épée.

- C'est une nouvelle technique? ricanna le Déchu qui commençait réellement à douter des capacités de son ancien camarade.

Les bras du Séraphin de la Guerre se resserrèrent autour d'Azael, comme en une étreinte plus qu'amicale. Mortelle? Le sourire du Déchu se crispa. Oui, Michaël était encore capable de le tuer. D'un coup franc, il fit ressortir son arme du corps de l'ange, le fendant en deux. Tous les membres du soldat se liquéfièrent alors, prenant la texture du sang, et s'éparpillant à flots sur le sol. Un silence plana un instant à la ronde.

Puis il sentit le sang du défunt pénétrer dans sa chair, à l'endroit où les bras l'avaient serré. Il était facile pour le liquide de passer sous l'armure et d'imbiber les vêtements. Un rire démoniaque s'échappa de la bouche d'Azael.

- Un double! C'était un double! Et tu comptais me tuer avec un double, Michaël?!

Le Déchu prit feu. Tout son corps fut rapidemment consummé par d'ardentes flammes, et les cendres restantes furent balayées par les pieds des combattants, ou noyées dans le liquide vital.

Au sol, le sang de Michael commença soudain à se mouvoir, prenant des reflets noirâtres. De nouvelles torches vivantes apparurent alors, et les cris de douleur retentirent haut et fort sous le ciel de ténébres. Le liquide vitale du Séraphin de la Guerre, attégnant les démons ou les déchus en se déplaçant sur la terre de l'île, donc par les membres inférieurs, s'insinuait à travers les fentes des armures, pénétrait les chairs et mettait y feu de l'intérieur des corps. La combustion ne prenait guère plus de cinq secondes, empêchant les brûlés vifs de faire passer les flammes sur des personnes non visées. Car les maléfices du sang du soldat étaient séléctifs. Il n'affectaient ni les anges, ni les elfes, ni les humains. Il était donc étrange que les déchu en fussent donc victimes, mais Michaël s'était entraîné de manière à être capable de faire la différence entre les deux catégories d'anges.

---------

Ecarlate, comme le sang. Couleur ambiguë de la mort et de la vie. Azaël s'abattit sur des dos humains, répendant au sol le pourpre liquide. Les humains ne lui prétaient pas vraiment attention, affairés à d'autres occupations que le combat en lui même, et ça ne le dérangeait pas non plus de tuer des hommes et des femmes qui ne lui faisaient face. Il n'était pas là pour la gloire ou l'honneur, ni pour faire preuve de pitié ou de clémence, il était né pour tuer.

- Uriel, lança d'un ton sans sentiments le séraphin à la Déchue.

Près d'elle, il pouvait constater qu'elle avait changé physiquement. Ses capacités devaient donc avoir suivi le mouvement. Il n'y avait rien entre elle et lui, aucune barrière, aucun obstacle, rien. Une pensée incongrue traversa un instant son esprit et un sourire sans joie se dessina sur ses lèvres. Le plan. Oui, le plan. Il avait failli oublié cette partie, mais elle était nécessaire.

- Ravissante robe de bal, ajouta avec mépris Michaël. Je t'accompagne pour une danse.. mortelle?
Revenir en haut Aller en bas
Melkor
¤ Mercenaire

¤ Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 56
Statut :
Date d'inscription : 03/11/2007

Feuille de personnage
Race: Humain
Grade: Mercenaire
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Lun 10 Mar - 21:05

[Bon, ca va pas être génial, mais je ais pas sauter 36 fois mon tour...]

Melkor avait pu voir s'abattre deux plaies, ce qui portait le nom de Fafnir, et la bombe atomique, il ne comprennait pas trop pourquoi les anges ne volaient plus. Quoi qu'il en soit, Dayan était partie, et melkor ne savait pas où. Ses paupières étaient cependant lourdes, plus d'une journée sans sommeil, à combattre ou a sauver des vie durant toute cette bataille, Melkor n'avait pas l'habitude de tenir ce rythme. Mais il le tenait quand même, pour survivre. Mais les mouvements se faisaient lourds, chaque pas plus fatiguant, chaque coup portés exténuants. Pourtant, l'explosion de la bombe atomique allait engendrer des perturbations, il fallait prévenir ceux qui étaient sur les lieux. sortant donc du champs de bataille, Melkor se dirigeant vers l'épicentre du tremblement qui avait suivit l'explosion de la bombe H.

Les maisons au début dans les rues célestes étaient encore en bon état, mais au fur à a mesure que Melkor avançait, celles-ci étaient de plus en plus dans un état proche des ruines, jusqu'a ce qu'il arrive un moment, ou l'on ne reconnaissait même plus les maisons, mais ou l'on ne voyait que des tas de gravas. Des gens, partaient de là, ou bien tentaient de sauver des rescaper des maisons détruites ou d'en sortir les cadavres. Il aurait voulu retrouver Dayan, il avait bien sûr cette sphère, mais était peu désireux de l'utiliser, et surtout, ne savait pas vraiment comment s'y prendre. Mais quoi qu'il en soit, il ne pouvait pas laisser ces gens sans les aider, les abandonner à leur propre sort. Surtout que le temps était compté, Melkor se souvenait d'une des conséquence de ce genre de bombe, en cas de nuages, il se mettait à pleuvoir, et une pluie noire, qui tuerais tous ceux qui l'ingurgiterais.


Ils étaient douzes à présent, avec cinq cadavres en plus.
-Bon, je vais être clair, faut pas rester dans le coin, car ce qui va arriver va être tout aussi mortel que ce que vous avez subit. vous allez partir donc d'ici, en vous éloignant de l'épicentre de l'explosion dans dans des directions différentes, avertissez le plus de gens possible qu'il faut partir à tout prix, trois kilomètres depuis l'épicentre de ce qui à exploser.
-Merci, mais c'est quoi, ce qui va nous arriver si on reste?
-Ben il va peuvoir, et si vous êtes mouillés, vous risquez d'en mourir.
-Ah.

Ils firent donc comme Melkor l'avait demandé, et ainsi, il espérait que le plus de gens possibles seraient sauvé, si il commençait à pleuvoir mais qu'ils étaient assez loin, ils pourraient se réfugier dans les maisons encore debout. Melkor en tout cas, ne s'attarda pas vraiment, et racontant ce qu'il savait sur ce qui allait se passer, il récupéra en chemin le plus de gens possible, leur disant que si il se mettait à pleuvoir, il fallait rentrer dans une maison ou s'habriter quelque part de cette pluie qui s'annonçait. Bon sang, pensa Melkor, cette "Fenris", ou Uriel, mais qu'avait-elle en tête? les armes atomiques n'étaient plus fabriquées sur Terre, en tout cas, officiellement, où donc se l'était-elle procurée?

Quand il fut finalement arrivé assez loin de la zone de l'explosion, il faisait toujours aussi noir, mais il sentait que la pluie n'allait pas tarder à venir.

*J'aurais dû prendre un parapluie moi...*

Quand la pluie éclata enfin, le fait qu'il fasse déjà sombre empêchait de voir la couleur de l'eau, mais Melkor s'était habriter en squateur dans une des baraques, bien avant en fait que la pluie ne soit là. Il y était entré en voyant que la demeure ne ressemblait pas moins à un manoir qu'a autre chose, donc, quitte a être forcé de se trouver à l'intérieur pendant quelque temps, autant le faire chez un bourge. La maison était vide, comme tout les bourges du coin, la demeure devait être celle d'un séraphin ou d'un archange, donc son propriétaire devait être au front. Pas de soucis à ce niveau donc. Melkor s'installa donc quelques temps dans une des chambres de la demeure, pour rattrapper son sommeil. Il plaça juste sa montre de manière à ce qu'elle sonne une heure et demi plus tard, quand il serait un peu mieux en forme. La montre bippa donc après ce moment, et Melkor l'écrasa du revers du poing.

-Mince! Ma fausse rolex!

Fausse certes, mais bon, une des rares choses à laquelle Melkor tenait encore un peu. Bon elle n'était pas cassée. Donc, se relevant il la prit et sortit de la maison. La pluie avait été courte, mais le so restait humide. Elle avait dûe être courte et localisée. Bref, Melkor repartit donc, direction le champs de bataille, peut-être que Dayan y serait, peut-être pas. Il y avait réfléchis, il devrait plutôt s'occuper de ceux qui risquent leur vie à tout instant. Ainsi, dégainant son sabre, il se mis une fois arrivé sur le champs de bataille une fois de plus, à tuer. Mais le vent se levait, et il put voir des elfes, plus particulièrement, l'elfe qu'il avait rencontré, Elrandir, en train de faire...de la magie? Rien d'étonnant à cela dans ce monde-ci. Seul problème, c'est qu'il ne faisait pas partie des troupes angélique, donc était avec Fenris. Melkor se rapprocha donc discretement, il pouvait toujouts se faire passer pour un des humains de Fenris, et utilisant son don, déstabilisa le sortilège préparé par les elfes. Le vent ne soufflait plus, mais là où ils étaient, la terre tremblait. Tout en obsrvant la scène, il remarqua que les démons ne s'occupait pas de lui, le croaynt avec eux, il rangea donc son arme, et agit en observateur face à la magie des elfes.
Revenir en haut Aller en bas
Llya
¤ Hôte d'une âme angélique

¤ Hôte d'une âme angélique
avatar

Nombre de messages : 61
Localisation : Terre, Copenhague
Armes : Asaliah
Pouvoir : Création de fils de lumière
Statut :
Date d'inscription : 02/01/2008

Feuille de personnage
Race: Humain / Ange
Grade: Archange
Autre: Cohabite avec l'âme d'Ashriel

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Sam 22 Mar - 16:45

Les Anges postés aux quartiers inférieurs n'avaient aperçu qu'une lumière aveuglante, ainsi qu'une onde de choc à ampleur vraiment négligeable tellement ils étaient loin du centre de l'explosion. D'ailleurs, peu d'entre eux se douteaient qu'il s'agissait d'une explosion d'une rame de type humain, et la plupart d'entre eux étaient plus intrigués qu'inquiets, la catastrophe n'ayant pas vraiment eu de conséquence sur eux. Et il en était de même pour le peu de Démons qui s'étaient aventurés jusqu'aux quartiers inférieurs. Mais contrairement aux autres quartiers, les quartiers inférieurs s'en sortaient plutôt bien, le nombre de Démons et d'Anges déchus venant jusque là étant relativement moins élevé que dans les autres quartiers. Mais après tout, c'était normal, puisque les quartiers inférieurs étaient ceux les plus éloignés du centre qu'était l'Arbre des Sephiroth.

Et en parlant de l'Arbre, même si les quartiers indérieurs étaient éloignés, on pouvait tout de même l'apercevoir, et il était d'ailleurs l'un des symboles de Celestia. Sauf que tous les Anges, même ceux menés par les militaires de la faction du Séraphin de la Paix avaient vu l'Arbre si précieux voler en éclats. Pour certains, ce fut le coup final, après les insectes et le nuage Fafnir. Mais pour d'autres, ce fut une vague de colère et de rage qui les parcourut, les appels à la purification de la part des Anges prenant de plus en plus d'ampleur. L'appel à la purification, c'est-à-dire, chasser les êtres impurs du monde angélique.

Ashriel revint sur ses pas en courant, tournant le dos aux Démons qu'il était sensé combattre et rejoignant les unités qui étaient chargées de couvrir celles combattant au corps à corps dont l'Archange faisait partie. Se frayant un passage parmi les magiciens et les archers, il finit enfin par trouver celui qu'il cherchait : Aniel. Appuyé contre un lur, son regard embué de larmes était fixé vers l'endroit où s'était trouvé quelques minutes auparavant l'Arbre des Séphiroth. Ses ailes retombaient le long de son dos, étant incapable de s'en servir, et son visage était d'une pâleur inquiétante. L'artisan se pencha vers son cadet, qui riva sur lui un regard absent.

- Ashriel... C'en est fini... L'Arbre est mort, Séraphin Michaël nous a menti... Uriel a trahi.

La main du jeune Ange était à peine refermée sur l'arc blanc orné de dorures finement travaillées. Son regard désespéré fixait son aîné, cherchant une quelconque trace d'espoir. Et Ashriel ne tarda pas à lui la donner, même si il ne savait pas si ce qu'il affirmait serait vraiment vrai.

- Ne t'inquiète pas... La déchue Fenris périra par Azaël, j'en suis convaincu... Le Séraphin Michaël a simplement voulu épargner la panique à la population angélique. Si nous abandonnons maintenant, Celestia va effectivement être détruite... Elle a besoin de nous.

De sa main libre, Aniel essuya ses yeux desquels des larmes commençaient à naître. Son regard sembla interroger silencieusement Ashriel sur l'avenir de cette bataille, et l'Archange lui rendit un regard qui se voulait plein de confiance. Le jeune Ange regagna son sourire habituel, et sa main gantée se referma sur son arc qu'Ashriel lui avait offert. Ce dernier se retourna et refit le chemin dans l'autre sens. Pendant qu'il courait, il fit apparaître son orbe de communication bleu céleste, puis donna le signal, comme il avait été prévu de le faire. Certains Anges, particulièrement des magiciens, rejoignirent l'Archange dès la fin du signal. Un détachement d'une quinzaine d'Anges mené par Eliel dans lequel se trouvaient aussi Ashriel et Tzariel se fraya donc un chemin au milieu des troupes démoniaques et remonta en courant jusqu'aux quartiers supérieurs, sans passer dans les environs du quartier d'habitations, ayant été prévenus par d'autres Anges qu'il y avait un danger de mort si l'on restait dans les parages.

La quinzaine d'Anges fut rapidement rejointe par d'autres Anges faisant partie d'autres factions. Au fur et à mesure qu'ils remontaient, ils étaient rejoints par des magiciens sous les ordres des autres Séraphins, et Eliel se retrouva rapidement à la tête d'une centaine d'Anges. Cependant, en arrivant dans les environs de l'Arbre des Séphiroth - qui n'existait plus - leur progression fut ralentie par les troupes déoniaques se faisant plus nombreuses. Durant ctte progression vers le point le plus haut de Celestia, ils essuyèrent un grand nombre de pertes, par le fait qu'ils n'avaient plus leurs ailes pour rejoindre le Sanctuaire. Mais ils finirent par rejoindre la demeure du Tout Puissant par un chemin détourné, évitant avec soin l'Arbre des Séphiroth.

Certains Démons étaient arrivés jusqu'au Sanctuaire, mais peu d'entre eux survivaient, l'aura sacré de l'endroit semblant les affaiblir et renforcer la puissance des Anges chargés de protéger le Sanctuaire. Probablement l'influence du Tout Puissant, et le Séraphin de la Paix avait décidé de tirer partie de cette influence. La troupe menée par Eliel ne comptant plus que soixante dix Anges se divisa en deux : une cinquantaine d'entre eux se placèrent de façon à avoir une vue globale sur Celestia, et l'autre vingtaine était chargée de les protéger. Ashriel faisait partie de cette vingtaine, tandis que Tzariel et Eliel faisaient partie de la cinquantaine d'Anges qui commençaient à concentrer leur pouvoir angélique, amplifié par la présence du Tout Puissant dans le Sanctuaire. Au bout de quelques minutes de concentration, la voix d'Eliel s'éleva :

- Que la foudre divine s'abatte sur les être impurs !

Le pouvoir des Anges se rassembla en un seul, toujours amplifié par la présence du Tout Puissant, et se métamorphosa en un orage sacré s'abattant sur les troupes combattant du côté de Fenris. Cependant, certains des magiciens ne purent résister à un tel déploiement d'énergie, et affaiblis par Fafnir, leur vie les quittèrent. Mais d'aytres résistèrent, et la foudre divine s'abattit tout de même sur le front, situé beaucoup plus bas...
Revenir en haut Aller en bas
Séraphin Raziel
¤ Séraphin du Secret

¤ Séraphin du Secret
avatar

Féminin
Nombre de messages : 486
Age : 24
Localisation : Sanctuaire (Celestia)
Armes : Deux lames rétractables accrochée à ses poignets
Pouvoir : Possède des pouvoirs de soin
Statut :
Date d'inscription : 03/05/2007

Feuille de personnage
Race: Ange
Grade: Séraphin
Autre: Ancienne bannie

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Sam 22 Mar - 17:43

Scandalisée. Ce fut la première réaction de Raziel lorsqu'elle vit l'Arbre des Séphiroth voler en éclats non pas par la main de Fenris mais par celle de l'élite, et donc de Michaël. Le Séraphin du Secret en déduisit aussi rapidement que son homologue de la Guerre utilisait ses doubles pour sillonner le champ de bataille en semant le trouble. Restait à savoir quel était le vrai, les unités angéliques elles-mêmes ne le sachant pas. Ce moment passé, l'Ange se reprit, sachant que c'était pour le bien de Celestia et pour la victoire des armées angéliques que Michaël avait fait cela. Même si elle n'aimait pas son semblable, elle savait qu'il était entièrement dévoué à Celestia, et elle ne devait pas remettre en doute à un moment pareil les capacités du Séraphin de la Guerre.

Raziel se reconcentra sur ce qu'elle était en train de faire. L'Ange dont elle tenait la main semblait aussi scandalisée qu'elle, même dans l'état dans lequel il était. Le virus l'avait atteint en plus des blessures qu'il portait déjà. Il n'avait pas dû être soigné du virus, les hémorragies internes se déclarant déjà chez lui. La lueur dorée sortit des mains du Séraphin pour gagner le corps du blessé dont les blessures se refermaient petit à petit. Une fois son boulot accompli, elle lâcha la main de l'Ange qui se releva en même temps qu'elle. Ayant observé les conséquence qu'avaient les insectes de Fenris sur les Anges, le Séraphin du secret avait vite fait de faire disparaître ses ailes afin qu'elles ne puissent pas la gêner. Mais à présent, elle était privée de l'avantage de se trouver dans les airs et devait se débrouiller comme le faisaient si bien les Humains et les Elfes.

Faisant sortir ses lames d'or qu'elle avait rétractées quelques minutes plus tôt, le Séraphin quitta celui qu'elle avait soigné sans dire un mot. Mais il fallait qu'elle se fraye un chemin parmi les combattants pour prévenir certaines troupes angéliques du danger que représentait le virus et les cadavres qu'on leur renvoyait. Bien sûr, elle avait déjà fait usage de la thélépathie et de l'orbe de communications, mais certaines des unités avaient fermé leur esprit ou n'avaient pas en leur possession leur orbe. Raziel les avait vite repérées et avertis, mais certaines d'entre elles refusaient de renvoyer les cadavres angéliques chez les adversaires. Il fallait qu'elle voit cela sur place.

Le Séraphin avait aussi prévenu les guérisseurs qui se terraient dans les caches de Celestia, leur intimant de redoubler de prudence pour dépister la présence du virus chez leurs blessés mais aussi chez leurs guérisseurs qui partaient à la recherche des blessés. Raziel courait, sautait, tuait, se frayant un passage entre Anges et Démons, mais elle sentait que son énergie s'échappait inexorablement de son corps par l'absence de lumière soudaine. Puis, d'un coup, une onde de choc parcourut Celestia en entier, avec plus ou moins d'ampleur, prenant source au quartier des habitations. Raziel fut désiquilibrée par cette onde, mais resta campée sur ses jambes pour ne pas tomber. Certains de ses congénères et de ses ennemis furent balayés, le Séraphin du Secret s'étant inconsciemment approchée du centre de l'explosion, qui se trouvait pas très loin en dessous d'elle. Sautant sur un toit de bâtiment, elle tenta d'apercevoir ce qu'il s'était passé pour qu'une telle onde de choc soit déployée, et elle aperçu vite en-dessous d'elle le quartier des habitations ravagé par une explosion de type inconnu.

L'Ange sentit qu'on cherchait à la contacter par la voie de l'esprit, et l'auteur du message n'était pas un être hostile. Elle ouvrit son esprit qu'elle avait fermé après avoir communiqué aux guérisseurs les directive les plus récentes, et sentit affluer en elle une vague de sentiments mêlés. Tellement ce derniers avaient été forts, ils avaient réussi à s'introduire dans l'esprit de l'Ange qui avait tout de même passé de nombreuses années sur un champ de bataille. Elle perçut la colère, la soyffrance, la tristesse, la haine... Tout cela provenant du quartier des habitations. Une telle violence fit tomber l'Ange à genoux. La mort d'un si grand nombre d'Ange était la cause d'une telle vague de souffrance. Raziel la ressentait, et souffrait avec eux, ayant ouvert son esprit. Elle resta quelques minutes immobiles, sur le toit de ce bâtiment, ne prêtant pas attention aux son du métal s'entrechoquant, aux cris autour d'elle.

Elle finit par se reprendre lorsqu'un Démon crut avoir une chance de lui ôter la vie en arrivant par les airs. Raziel esquiva la lance projeté par le Démon en question en se relevant, puis, sans attendre une réaction de l'être démoniaque, elle lui sauta dessus, lui enfonçant l'une de ses lames dans la gorge et l'autre dans le coeur. Se recéptionnant agilement sur le sol, Raziel perçut enfin le message premier qui lui était adressé par l'esprit.

°Il faut s'éloigner du centre de l'explosion ! A tous ceux qui sont à trois kilomètres de ce dernier !°

Le message n'était pas plus long, mais capital. Le Séraphin réagit tout de suite et rebroussa son chemin en courant, s'éloignant le plus vite possible de l'épicentre de l'explosion qui avait eu lieu. Tous ceux qui se trouvaient dans les parages avaient eux aussi reçu l'avertissement, mais certains étaient aux prises avec des Démons et avaient du mal à partir. Mais Raziel ne se souciait guère de cela, sachant que sa vie de Séraphin était malheureusement plus précieuse que celles des autres Anges. Alors qu'elle se frayait un chemin dans l'autre sens, un deuxième message se fraya un chemin jusqu'à son esprit. Et elle reconnut tout de suite la voix de Remiel.

°Raziel, revenez. On a besoin de vous ici°

Pas plus long non plus. Apparemment, Remiel semblait ne pas avoir le loisir de lui donner plus d'explications que cela. Mais Raziel obéit tout de même, et effectua le chemin qu'elle avait fait plutôt dans le sens inverse, tout en fermant son esprit. Elle voyait autour d'elle Anges, Démons et Déchus tomber, mais elle ne s'en souciait guère, juste de ceux qui tentaient de lui barrer la route. Elle fit apparaître son orbe de communication doré et donna des instructions à ceux qui avaient refusé de relancer els cadavres énglaiques chez leurs ennemis. En fait, plus que des instructions, il s'agissait de menaces ou de prédictions. Bref, ce fut plus convaincant que son premier essai, même si elle détestait faire ce genre de chose.

Au terme d'une grande course, Raziel parvint enfin à regagner l'endroit où elle était sensée se trouver à l'origine, c'est-à-dire, avec Remiel et ses troupes. Elle constata que le nombre d'Anges deleur unité avait baissé, et certains s'étaient retitérs en l'attente de soins. Elle sut tout de suite ce qu'elle avait à faire et concentra son pouvoir de sorte à émettre une lueur dorée qui soigne plusieurs Anges à la fois. Alors qu'elle effectuait de nouveau son travail, elle entendit un grondement caractéristique d'un orage. Et en effet, la foudre s'abattait sur le champ de bataille, mais une foudre visant les unités démoniaques et déchues. Une foudre divine.

- Raziel, fit Remiel dans le dos de l'Ange du Secret. Nous allons profiter de cet orage divin pour mener un assaut de plus grande ampleur mené par moi-même avec la partie de notre unité combattant au corps à corps. Je vous charge de commander les archers et les magiciens pour qu'ils nous couvrent.

Raziel se retourna, mais ne dit rien. Seul un regard suffit pour faire comprendre à Remiel qu'elle savait ce qu'elle avait à faire et qu'elle le ferait. Mais au fond d'elle-même, elle était un peu inquiète pour Remiel et la partie de l'unité qui l'accompagnait, car ils allaient tout de même lancer l'assaut sur le plus gros des armées déchues qui ne s'étaient pas vraiment éparpillée comme l'avait fait l'armée démoniaque. Mais non loin se trouvait aussi l'élite de Michaël, alors il n'y avait pas de quoi s'inquiéter... Le Séraphin du Secret prit place au sein des archers et des magiciens, commandant le jet de leurs rafales mortelles...

_________________

Administratrice
Revenir en haut Aller en bas
http://lesguerreseternelles.users-board.net
Fenris
¤ Ancienne gardienne de la porte céleste

¤ Ancienne gardienne de la porte céleste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 678
Age : 27
Statut :
Date d'inscription : 26/06/2007

Feuille de personnage
Race: Ange Déchue
Grade: Dirigeante des Forsaker
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Mer 26 Mar - 23:37

Un courant glacé traversa d'un seul coup les veines, les moindres capillaires du corps de Fenris. Mickael était certe un adversaire, mais l'avoir en face dans cette situation la stressait véritablement. Elle n'avait pas d'armure, juste du sang et elle était sans armes. En tout cas, elle n'avait visiblement rien de cela, mais le sang était sur son corps à la fois une arme et une armure, d'où elle tirait toute sa puissance magique. Le frisson de glace fut assez rapidement un feu brulant qui remplaçait son sang durant les quelques millisecondes qui se passèrent lors de l'apparition de Mickael. Il était venu sans protection aucune contre elle? Quelle folie donc avait-elle prise le Séraphin de la Guerre?

-Danser avec vous? Je n'aime pas me faire marcher sur les pieds Michael, vous dansez si mal!

Elle dit cela, et tendant sa main vers Michael, fit ce qu'elle avait fait pour les anges volant, sachant bien que le Séraphin tant redouté n'y succomberait pas. Ca serait trop stupide! Cependant, elle avait déjà "accroché" l'esprit de Michael, savait déjà où il était alors que ses yeux à elle ne le voyait nul part. Il oubliait donc pourquoi elle avait été choisie pour défendre Célestia? Elle dû certe forcer, plus que sur l'esprit de simples êtres commes des humains, plus encore que sur des anges, mais elle savait que la réaction au final serait la même. Elle bloqua la perception de Michael qu'elle jugeait la plus dangereuse, non pas la vue, un tel guerrier ayant surement appris à se battre en écoutant, mais rares sont ceux qui peuvent se battre sans bouger! Elle paralysa juste ce qu'elle pouvait dans un lapse de temps aussi court, et rendit amorphe les bras et les ailes de Michael.

-La mémoire vous fait-elle défaut mon cher Séraphin? M'approcher de la sorte...Je vous laisse le soin de vous faire déchirer la gueule par mes copains de batailles, m'en veuillez donc pas!

Sans rester plus longtemps auprès du Séraphin, Fenris déploya ses ailes, reprennant des forces du fait d'avoir mis au pas trop rapidement un esprit assez fort, mais avant de partir totalement, elle se retourna, et usant cette fois-ci de sa propre magie a fond, sans utilisé ses réserves de magie rouge, lança un éclair sur Michael, certes beaucoup moins puissant que ceux qu'elle avait lancé avant, mais assez pour s'amuser un pe avec le Séraphin, qui se mit à brûler sur place durant quelques petites secondes. Bizarre commes les gens sont moins impressionnants quand ils sont tout rouge, sans cheveux ni sourcils.

"Beaucoup moins classe à présent", pensa-t-elle.

Elle fit le point dans sa tête, elle avait exécuté à bien sa mission pour l'instant, magré le fait que les anges semblaient reprendre le dessus, elle avait tué plus d'anges que bien des êtres à présent, elle avait pollué Célestia pour un certain temps, les insectes, Fafnir, Ebola, elle avait aussi récupéré la sève de l'arbre mort de Sephiroth. Elle avait largement prouvé, elle pensait, sa loyauté. Elle devait cependant continuer, pour tenter au mieux de prendre possession de Celestia, même si elle savait la chose peu probable. Dans les airs cependant, il lui fallut constater le fait que les anges commençaient à s'enerver, ils utilisaient de la magie pour faire peur aux démons? Elle alla tranquillement au centre du champs de bataille, et se mis à penser avec quelle stupidité ceux qui avaient osé lui faire affront en lui opposant la magie, son domaine de prédilection, ils allaient choper la frousse de leur vie, ces ignorants! Elle utilisa certes, quelques bacs de sang, ainsi que un ou deux litre de sève de l'Arbre, mais rapidement, les nuages ne furent plus asservis à la magie Céleste, car elle l'alimentait désormais avec une energie plus grande que celle utilisée par les anges magiciens, en utilisant encore une fois la magie rouge pour canalyser l'energie. Elle asservit ainsi la magie angélique et soudain, les éclairs devinrent rouges comme le sang, et se mirent à frapper les anges sur le champ de bataille. Une magie forte épuisante que voilà, mais forte efficace en même temps, surtout que Fenris n'usait pas de sa propre énergie, elle put ainsi même, renforcé la magie, et en faire une véritable tempête dévastatrice s'abattant sur les anges.

Depuis le début de la bataille, elle n'avait pas ris, pas même véritablement souris, car elle n'éprouvait de fait aucun plaisir à la mort d'autruis. Tout cela pour une chose quasiment aquise....Mais pas encore sienne. Que devait-elle donc faire encore? Elle était en train de ravager totalement un monde, mais par habitude, quand elle faisait quelque chose, elle le faisait bien, et jusqu'au bout.

Fenris devait détruire l'orgueil des anges, elle avait pour cela attaqué en plein coeur Célestia, abattu un de leur plus grand symbole, avait détruit sans pitié aucune une partie de la population civile, et disséminé la mort et la maladie partout où elle le pouvait. Elle se dirigea donc vers ce qu'il restait de ce que les humains avaient ramené de sa demeure. Les PDA avaient tous été effacés, mais cela n'avait aucune importance, elle gardait un double des données quelque part, et ne comptaient pas emporter ces machines qui avaient un traceur dans ses circuits. Il y avait dans ce qu'il restait aussi, des armes interdites chez les anges, des objets maudits, proscrits, et surtout, pour elle, inutiles, car ils offraient un pouvoir qu'elle avait déjà. Tant d'anges étaient morts, de démons aussi, et si peu d'humains. Michael comprendrait sûrement ce qui se cachait derrière, le groupe en tout cas, pas les intentions. Elle détourna son regard des objets futiles, et partit à ses affaires, là où elle avait dféposé son sac en début de bataille, et elle en sortit une spère de verre, du type de madame Irma.

-Mission en gros réussie.
-En gros?
-J'ai fais tout ce que j'ai pu, mais comme je l'avais prévus, on aurait pas dû se presser, ça part au vinaigre, on tiendra encore un moment, mais je pense pas qu'on aura Celestia.
-Oki d'oki, pas trop de bobos Fifi?

Le surnom que cette personne lui donnait la mettait vraiment en rogne, Fifi! Elle l'avait depuis un moment, mais elle réagissait toujours pareil, c'est à dire en fermant sa gueule à ce propos.

-Aucun de mon côté, mais franchement, 7000 hommes? C'est riquiqui tout ça...
-Tu as pourtant l'air de bien t'en sortir toute seule.
-Je m'en sors toujours, mais j'aurais préféré que ma tache soit pas si dure.
-Bref, Fifi, tu reviens quand tu veux, Loki t'a bien fournit une porte pour chez nous, non?
-Oui, et pour ailleur aussi.
-Je te laisse, il y a des blaireaux qui veulent me parler...
-Quoi? Mais pour qui tu....

La communication fut coupée nette, en plein milieu de la phrase, mais Fenris avait put deviner qui était le blaireau qu'elle avait entendu, et donc qui l'accompagnait. Des fois, Hella avait bien raison, d'autres fois non... Elle avait donc l'autorisation de lever le camps, elle aurait préféré recevoir celle-ci de la part de Loki, mais Hella faisait parfaitement l'affaire. Fenris n'allait cependant pas partir tout de suite, et s'asseyant au sol, le dos appuyé au tronc de l'Arbre, elle observa le ciel noir, respira l'air maudit.
Elle se releva quelques seconde après pour prendre avec elle toutes les troupes humaines, ainsi que beaucoup de démons et d'anges déchus, et s'armant pour un combat plus physique que magique, lança un assaut, l'assaut ultime de Fenris durant cette bataille probablement, se dirigeant tout droit vers le Sanctuaire, qui sait, peut-être que après ce jour on l'appelrait "Fenris la Déicide"?
Ses troupes tranchèrent le front angélique comme du beurre, les démons à présent, ainsi que les anges déchus, usaient tous sans vergogne de leurs pouvoirs, malgré certaines zone où ceux-ci étaient inneficaces à cause d'êtres qui les rendaient inopérants, mais cela durait rarement longtemps car ceux-ci se faisaient le plus rapidement tuer, par l'épée ou par la magie que certains être maitrisaient, indépendante de leur don. L'attaque fut impitoyable, les troupes s'étant bien réorganisées sous les ordres de Fenris, et quelques temps plus tard, enfin, le Sanctuaire fut en vue.
Le Bastion de Dieu.

-Ravagez!

L'ordre était simple, mais l'épée de Fenris pointait l'objectif, et personne ne s'y trompa, la charge venait de sonner, et toutes les troupes qu'elle avait rameuté courèrent l'arme à la main, et ils pénétrèrent ainsi dans l'endroit le plus sacré de Célestia.
A l'intérieur, les colonnes de marbre ancien tombèrent, des murs s'écroulèrent, mais le bâtiment étaient immense, et le temps d'arriver dans "la salle du Trône", les anges seraient là. Peut-être à temps, peut-être pas.

_________________
Non, désespoir, putride réconfort, je ne veux pas me repaître de toi ;
Ni dénouer, tout lâches qu'ils soient, les derniers fils de l'homme
En moi, ni tout épuisé que je sois, m'écrier Je ne peux plus. Car je peux ;
Faire quelque chose, espérer, vouloir que pointe le jour, ne pas choisir de ne pas être...
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer
¤ Ange déchu du 9eme cercle

¤ Ange déchu du 9eme cercle
avatar

Masculin
Nombre de messages : 282
Localisation : Les Enfers, Arche de Gehenna
Armes : Tout et n'importe quoi
Pouvoir : Peux ouvrir une porte gigantesque d'où sortent des centaines de poignées d\\\'armes somptueuses.
Statut :
Date d'inscription : 05/06/2007

Feuille de personnage
Race: Ange déchu
Grade: Ange déchu du 9eme cercle
Autre: Chef des Anges déchus, penchant obscur de Michaël

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Sam 29 Mar - 20:33

L'arbre avait volé en éclats sous leurs yeux, et Michaël en était sorti accompagné de l'Elite. Lucifer n'avait eu aucun mal à le voir, étant donné que son frère était le meneur de cette Elite, mais aussi parce que les soldats qui la constituaient se battait plutôt intelligemment, contrairement à d'autres. C'était un coup digne de son frère, même si ce dernier était toujours un imbécile dans l'esprit de l'Ange déchu. Un imbécile est imbécile. Point. Michaël était l'imbécile en question, donc point. Ca n'allait pas plus loin, et il n'y avait d'ailleurs aucune nécessité à cela. Le déchu du 9eme cercle avait aussi vu son jumeau partir vers l'endroit où Uriel, ou plutôt Fenris, s'était réfugiée. Le frère du Séraphin de la Guerre hésita un moment à aller défendre son allie, mais il finit par supposer que Fenris était assez grande pour se débrouiller toute seule, compte tenu des éclairs plitôt efficace qu'elle lançait sur les troupes angélique. D'ailleurs, de toute la bataille, c'était sûrement Fenris qui avait été la plus efficace jusqu'à présent. Elle avait apporté un grand nombre d'armes et avait imaginé de brillants stratagèmes qui se révélaient être avantageux pour l'armée démoniaque.

Lucifer passa un regard circulaire sur le décor. Sang, cadavres, et mêmes, combattants. La Féline s'était discrètement éclipsée du côté des Elfes, et l'Ange déchu n'avait pas eu à s'en occuper. Elle aussi, elle était assez grande. En fait, le chef des déchus n'avait pas fait grand chose depuis le début de la bataille. Il était resté près de l'arbre, donnant des ordres à quelques unes des unités déchues disciplinées. Luimême n'avait fait que défendre l'arbre des Sephiroth, ou plutôt, la sorte de camp établie par les Humains. Considérant qu'il avait trop poireauter, le chef des Anges déchus décida de prendre personnellement part aux cobats qui se déroulaient plus loin. Il ne se soucia guère des éclairs divins envoyés par les magiciens depuis le Sanctuaire, puisque quelqu'un de leur côté semblait avoir la situation en main. Sûrement Fenris. Ce qui signifiait aussi qu'elle avait réussi d'une manière ou d'une autre à se débarasser de son imbécile de frère.

Les plans de Lucifer changèrent lorsque Fenris parut prendre le commandement de l'unité humaine pour effectuer une acsension éclaire dans Celestia, allant sûrement jusqu'au Sanctuaire. Mieux valait lui prêter main forte, mais il fallait à présent que le chef des déchus rassemble les siens pour attaquer le Sanctuaire. Les Anges déchus étaient beacoup moins éparpillés que les Démons, et Lucifer savait où se trouvaient les unités qu'il avait envoyées, c'est-à-dire, les meilleurs combattants de son camp. Excepté lui, bien entendu. Le frère de Michaël déploya ses ailes noires protégées par un fin halo de lumière rougeâtre et s'envola pour rejoindre la seule unité qui n'était pas partie dans le sens du Sanctuaire. Les autres verraient bien l'offensive menée par Fenris et se joigneraient sûrement à elle.

Les Anges étant privés de leurs ailes, Lucifer n'eut aucun mal à rejoindre le quartier qui était sa destination, le quartier des habitations. Enfin, pas le quartier lui-même, mais les amentours. Il devait rapeller les déchus qu'il y avait envoyés, après que l'explosion provoquée par l'arme humaine de Fenris eut lieu. Cependant, aucun d'entre eux ne savait qu'après cette explosion, il y aurait le déclenchement d'une pluie meurtière... Le déchu du 9eme cercle traversa le quartier à une allure soutenue, donnant l'orde de se joindre à Fenris à chaque déchu qu'il croisait. Seulement, le chef des déchus croisa quelque chose de plutôt... inattendu. Scène vraiment étrange. Deux Anges, un Démon. Le dernier d'entre eux était à terre, et le chef des déchus reconnut sans mal le Prince des Flammes, Adonis. L'un des deux Anges brandissait son arme, et Lucifer vit q'il s'agissait du Séraphin de la Sagesse, Eyaël. Quant à la dernière, il ne la connaissait pas, mais elle venait de s'interposer entre l'arme de son congénère et le Démon au sol.

Une chose était sûre : Adonis était en mauvaise posture face à Eyaël, même si la jeune Ange s'était interposée. Si Lucifer intervenait, il aurait une chance d'éliminer l'un des pivots de Celestia, Eyaël. Cependant, la jeune Ange se détourna du duo Eyaël/Adonis pour appeler un nom que le chef des déchus entendit très bien, et il en déduisit qu'elle devait être une proche du messager divin, qui devait être la silhouette qui s'était posée un peu plus loin sur un toit. Eyaël et Gabriel, c'était quelque chose à ne pas rater. Rapidement, le déchu du 9eme cercle fit apparaître sa porte, saisit son katana noir à l'aile de Démon et fondit en piqué vers la jeune Ange qui s'était élancée vers Gabriel, qui était beaucoup plus loin. En une fraction de secondes, le chef des déchus saisit les poignets de la jeune fille, les lui maintint derrière son dos avec une main et plaqua la lame de son katana sur sa gorge. Il riva son regard orangé sur Eyaël, puis il déclara :

- Le sang de cette Ange souillera ce sol si vous ne lâchez pas les armes dans les secondes qui suivent.

Avait-il une honte à agir ainsi ? Non, il avait perdu sa dignité et son honneur en même temps que son statut d'Ange. Ces choses là ne sauvaient jamais quelqu'un de la mort, et le chef des déchus était résolu à vivre pour accomplir ce quil avait décidé de faire lors de sa déchéance. Il n'éprouvait pas plus de compassion pour Adonis dont le sang noir s'écoulait sur le sol. Il avait beau être un allié, c'était après tout de sa faute si il était dans cet état. Tant pis pour lui.

_________________

]-Correcteur-[
Revenir en haut Aller en bas
http://zanar-requiem.forumactif.com/
Adonis
¤ Prince des Flammes

¤ Prince des Flammes
avatar

Masculin
Nombre de messages : 139
Localisation : Terre
Armes : Sabre / Chaine à piquants
Pouvoir : Pyroman
Statut :
Date d'inscription : 20/10/2007

Feuille de personnage
Race: Démon
Grade: Prince des Flammes / Démon du 7e cercle
Autre: Peut faire apparaître deux grandes ailes noires dans son dos

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 30 Mar - 15:56

Qu'est ce qu'elle faisait elle ? Elle n'avait pas réagi pendant le court moment où Adonis s'était fait défoncé, et maintenant elle empêchait son 'copain' de continuer. Mais noooon ! Eyaël goutait au plaisir de la torture, un peu plus et il y aurait pris goût ! Bon... Il fallait l'avouer, Adonis préférait quand même survivre, il n'était pas fou au point de réclamer la mort pour condamner un petit esprit angélique. Que valait un ange, même Séraphin, face au Prince des flammes ? .... Bon il en rajoutait peut être là... Adonis n'eut pas le loisir de protester que l'ange s'était mise à courir en hurlant 'Gabrieeeeel'. Le démon esquissa involontairement un petit sourire, il pensait à une chanson humaine qui disait 'Gabrieeeel, j'attends, un peu de sentiment...' Très mignonne d'ailleurs... La voix bien sûr ! Voyons, sur le plan de la beauté, les humains n'égaleront jamais les Elfes. Le soucis avec les Elfes, c'est qu'ils sont moins naïfs et plus débrouillard. Du genre de ceux qui se défendent facilement en te lançant un sort stupide et chiant à contre carrer quand tu essayait de la draguer. Le Prince des Flamme se souvient bien avoir déjà vu des branches pousser sur son derrière... Bon, il n'avait pas trop apprécié et s'était enflammé. Puis il avait enflammé la jeune fille aussi... Non mais c'était quoi ces manières ? Ah ces Elfes...

Bon, toujours es t-il que l'ange était en train de courir, mais elle ne courra pas bien longtemps. Lucifer ! Adonis écarquilla les yeux. Honte suprême, me voilà ! L'ange déchu... Il sauvait peut-être le Prince des Flammes, mais voilà quoi... Lucifer demanda à ce qu'Eyaël lâche sa grosse épée sale et visqueuse.

- Ahhh... un peu plus et ils serais de'vnu déchu ! Ahaha.. argg atchaaa ! Fit-il en crachant son sang au sol.
- Bon t'as entendu c'qu'il a dit le monsieur ? Et si tu pouvais me relever, me soigner, me faire une belle éloge et devenir mon esclave pour toujours aussi...
Ajouta t-il en affichant un sourire ironique et méchant, conscient que son adversaire allait faire place à un cruel dilemme... Adonis lâcha un gros soupir avant de posa sa tête sur le sol. Qu'est ce qu'elle était douloureuse cette stupide blessure ! Et l'autre qui e a rajouté une couche en tournant et retournant sa lame à l'intérieur... Le démon poussa un nouveau soupir puis il tenta dans un immense effort de se redresser pour s'assoir.... Miracle ! Il réussit, mais il gardait ses deux mains au sol pour ne pas retomber, et un rictus sur son visage montrait qu'il souffrait. De plus il cracha à nouveau au sol avec peu d'élégance. Adonis regarda Lucifer, ce dernier était empli de puissance, de volonté et il était si sûr de lui... Son acte était lâche, mais quoi de plus normal pour un déchu ? Le Prince aurait fait exactement la même chose, quoique le fait que cette ange soit de sexe féminin...
- Elle sait où sont les planqués.
Son regard s'était posé sur cette ange. Elle le savait forcément, et sans l'intervention d'Eyaël, Adonis aurait pu les trouver, ces planqués... Mais évidemment ce Séraphin avait ramené sa fraise.
- Et lui aussi c'est un planqué !
Ajouta t-il en posant ses yeux jaunes et perçants sur le Séraphin en question. Ce dernier avait beau avoir vaincu le Prince des Flammes, il ne restera à ses yeux qu'un planqué, un lâche qui préfère rester cloîtré derrière se smurs plutôt que d'aider ses camarades...

Sitôt après, Adonis cracha à nouveau, une mare de sang le recouvrait et son état n'était vraiment pas beau à voir... Le démon voulut alors se lever, se disant qu'il pouvait bien montrer à l'ange déchu qu'il était capable de tenir debout. Lui montrer à quel point il était fort ! Et surtout fier... Mais le Prince des Flammes vit le paysage autour de lui tourner... Sa vision lui jouait-elle des tours ? un maléfice d'ange ?

- Oulhaaa... Fit-il avant de retomber lourdement sur le sol, éclaboussant par la même occasion Eyaël à coté de son sang. Adonis était inconscient, évanoui, n'ayant même pas réfléchi au fait qu'il ai perdu bien trop de sang pour rester éveillé...

_________________

Quand la froideur de mon âme s'associe à la chaleur de mes flammes...
Revenir en haut Aller en bas
Elrandir
¤ Seigneur elfique de l'air

¤ Seigneur elfique de l'air
avatar

Nombre de messages : 95
Statut :
Date d'inscription : 30/09/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe
Grade: Seigneur elfique de l'air
Autre: Cynique et prétentieux.

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 30 Mar - 23:28

Tant de morts...il ne restais plus qu'une vingtaine d'elfes dans les rangs du seigneur...la bataille penchait tour à tour d'un bord à l'autre, puis il y eu cette explosion, une toute petite seconde, dans laquelle le temps se figeait. En un instant les troupes d'elfes furent repoussés et surtout assourdis par le grand bruit...qu'est-ce que c'était? Comment une telle chose pouvait exister? Tous ressentaient la souffrance que cette chose provoquait...mais quelle sorte de magie pourrait faire...ça? L'attaque semblait avoir troublée les rangs angéliques, rien d'étonnant, mais pour certains, leurs attaques se firent plus enragées, la vengeance, il connaissait ce sentiment, puisque c'est celui-là même qui l'animait en ce moment. L'explosion fut suivie par des éclairs, ne manquant pas d'instaurer la peur chez les siens, de la magie, rien de plus.

-Dispersez-vous!

Chacun fit ce que le seigneur avait ordonné, n'importe où mais pas ici, la foudre frappait principalement les rangs démoniaques mais ne faisait pas de distinction. L'assaut s'intensifia, les anges avançaient et avançaient encore, protégé par des magiciens et des archers...encore en vie ceux-là? Ils ont été assez intelligent pour remplacer leurs flèches apparemment.
Mais trêves de rêvasseries, les anges approchaient, le seigneur en transperça un d'une flèche dans le crâne, finalement il ne ratait jamais ça cible, mais là c'était trop tard, ils se trouvaient hors de portée, ou plutôt l'inverse, tellement près que continuer à l'arc serait de la folie.
C'est ainsi qu'il fut contraint de combattre à l'épée. Un ange s'abattit sur lui, façon de parler, mais le seigneur n'eut pas de mal à esquiver, la contre attaque fut parée...les deux épées restèrent collées l'une à l'autre, provoquant un de ces horribles bruit qu'Elrandir détestait tant. Un grincement très strident...les armes se quittèrent et s'entrechoquèrent à nouveau, droite, gauche, par en haut, les anges étaient si prévisibles mais pas si faciles à combattre. L'épée du seigneur su pourtant trouver la faille et perça le ventre de l'être angélique, elle fut retirée aussitôt pour se planter dans l'épaule d'un autre qui n'aurait pas hésité à découper son collègue pour avoir le seigneur...et ça se disait des anges? Dans un excès de rage, il retira son épée qui fut replantée dans le cou de l'archange, ou ange? peu importait en fait, puisque sa vie se terminait ici. Une douleur vint le frapper de plein fouet, une épée...non de la magie, un immense rayon de magie, dont l'auteur ne tarda pas à se faire remarquer.

-Posez votre épée, seigneur Elrandir! Vous êtes encerclés, les vôtres sont morts, abandonnez!

C'était vrai, il était encerclé, par un assez bon nombre d'anges...une vingtaine qui bien qu'affaiblis semblaient résolu à remporter la victoire.
Les mots résonnèrent dans sa tête, abandonner? C'était une blague?
Abandonner signifie perdre espoir, lui n'en a jamais vraiment eu.
Il se releva péniblement, mais fut vite contraint de rester à genoux,

-Abandonner?

Il semblait si désespéré, un désespoir qui fut succédé par...un rire? Oui, il venait d'éclater de rire, comment pourrait ils abandonner? Lui? Non vraiment c'était hilarant, on devait l'entendre à l'autre bout de Celestia avec ce rire! Mais cela avait des effets néfastes, le seigneur se courba, du sang commençait à couler de ses cotes...pas si nuls en magie ces anges..et à chaque rire ses cotes s'ouvraient un peu plus, mais il ne pouvait pas le retenir, c'était trop drôle!!

-Pourquoi riez vous? La mort vous fait-elle tant rire? La vôtre...ou bien celle que vous avez donné?

Cet ange, il devait être le leader du groupe, et en plus d'être fort il était présomptueux, et hypocrite au plus haut point, tout ce qu'il détestait en fait.

-C'est vous...qui me donnez des leçons? Vous qui avez massacré mon peuple et prit ses terres comme terrain de jeu?

Il se releva enfin, tout en continuant son discours, il allait mourir alors autant mettre les points sur les "i".

-Ceux qui abandonnent, ce sont ceux qui ont quelque chose à perdre, moi...je n'ai plus rien à perdre, vous anges et démons...m'avez volé ma vie.

Il s'en souvenait parfaitement...ce jour là, tout son univers s'était écroulé, sa famille, sa maison...décimer son peuple n'avait pas suffit? Il fallait en plus qu'ils s'en prennent à son sang? A sa vie?? Impardonnable!

-J'ai consacré toute ma vie...
-Plus un geste!
-A combattre votre race...

Tandis qu'il parlait, un flot ininterrompu de magie courrait en lui, à travers son corps...jamais...jamais il n'avait été aussi déterminé.
Peu importe ce qu'il allait arriver, il tuerait ces anges!

-Vous serez...les derniers anges...QUE JE TUERAIS!

Une attaque magique fila vers lui...mais qui irait plus vite que le vent? Déjà un des anges sur son flanc poussait un cri de douleur , une épée enfoncée dans son torse, un tourbillon repoussa la contre attaques de ses congénères, droite, gauche, trois coups tranchants. les deux anges s'effondrèrent à ses pieds, une entaille à son épaule s'ouvrit, mais déjà une autre vague survint Une symphonie de fracas et de ses bruits strident qu'il détestait tant, les épées qui se frottaient, et le sang qui coulait.
Ils tombèrent les uns après les autres tandis qu'Elrandir s'affaiblissait, frappe après frappe, blessure après blessure.

*Si vous infligez la douleur vous ne pourrez plus trouvez de repos...*

Un nouveau rayon de magie fila vers lui, peu importe, il passerait à travers! Il tendit son épée à l'avant, qui arreta l'onde meurtrière, combien de temps? Combien de temps pourrait il tenir? Combien de temps avant que les anges restants ne l'attaque?

*Je suppose...que cela n'a plus d'importance...je ne pourrez bientôt plus me reposer...*

Une lame se planta dans le corps du seigneur encore chancelant...encore lui...sa vue se troublait, on ouïe également, ça faisait mal...bien plus que ce qu'il avait imaginé...
L'air supérieur de cet ange...non...il ne mourrait pas de la main de cet ange...une main se posa sur son épée tout sauf un signe de résignation, c'était...la façon dont il allait le tuer. du sang continuait à couler de la blessure du seigneur, de son torse, de sa main.

*Pardon...Anna...nous ne pourrons pas nous retrouver...*

-Pauvre créature, puissent les cieux accueillirent ton âme égarée...

Le ton sur lequel il l'avait dit, cette pitié, cette prétention...trouver la paix? Comment pourrait-il faire ça? Il avait bien envie de rire...mais n'en avait plus la force...l'ange tentait en vain de retirer son épée de son corps...il ne la lâcherait pas.

-Non...malheureusement, le paradis ne pourra m'acceuillir...vous et moi...ALLONS EN ENFER!

Son épée s'envola dans la tête de son ennemi,en un instant, celui-ci bascula légèrement en arrière puis tomba à la renverse, lâchant la garde de son arme. Puis, avant qu'il ne puisse sourciller les deux derniers anges se ruèrent sur lui, il n'en fallu pas plus pour mourir, mais le vent ne semblait pas de cet avis, ils s'effondrèrent un peu plus loin, comme pour lui laisser le temps...de mourir. La blessure se propageait, sa respiration se faisait difficile, son coeur...battait de moins en moins vite, cette sensation, totalement inconnu et pourtant si familière...

*Cette douleur...est-ce...la mort? Est-ce...ce que j'ai si souvent...donné?*

Pourquoi? Que faisait-il ici? Pourquoi ce monde ne vit-il que par la souffrance? Pourquoi être allé si loin? Rien. Il n'y avait plus rien, juste...un voile, un voile noir qui l'aveuglait.

_________________
"Je me moque de votre nom,vous êtes une marche, il est normal que je me serve de vous pour m'elever."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Bataille de Célestia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Élections-US :La bataille des sondages ?
» rapport de bataille apocalypse
» Règle sur la bataille navale.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les guerres éternelles :: Celestia :: Quartiers supérieurs :: Vestige de l'Arbre des Séphiroth-
Sauter vers: