Les guerres éternelles


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Bataille de Célestia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Fenris
¤ Ancienne gardienne de la porte céleste

¤ Ancienne gardienne de la porte céleste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 678
Age : 27
Statut :
Date d'inscription : 26/06/2007

Feuille de personnage
Race: Ange Déchue
Grade: Dirigeante des Forsaker
Autre:

MessageSujet: La Bataille de Célestia   Sam 2 Fév - 0:35

Traversant une porte d'une vingtaine de mètres de haut, qui était apparue aux yeux des anges comme par magie, c'est à dire comme une chose naturelle parmi tant d'autres. Seule donc, au début, puis, vinrent les humains qu'elle avait recrutés, ceux dans son service de renseignements secrets sur Terre qui connaissent l'existence des autres mondes et sachant user d'armes telles l'épée et le bouclier, dont ils étaient tous équipés. Elle se tourna vers ses lieutenants, qui posèrent genoux à terre. Derrière eux, elle pouvait voir trois caisses faites de d'acier.

-Quand vous en aurez l'occasion, vous placerez ceci aux trois objectifs dont je vous ai déjà parlé, si soucis il y a avec les autres armées, faites m'en part immédiatement.

Elle se tourna donc ensuite vers la foule. Il n'y avait que quelques gardes, désorientés par le fait que se soit Uriel qui avait enfreint les lois de Célestia. Ils étaient assez prêts d'elle, tous, pour qu'elle puisse user de son don sur chacun d'eux. Heureusement, il n'y avait pas de pouvoir obstructeur dans les parages. Le fait que aucune arme soit tirée, ne fit que rendre les gens, autours des gardes, perplexes.

-Que la bataille commence.

Inutil d'attendre l'arrivée des autres troupes pour commencer à faire le ménage, et aussitôt ces quatres mots prononcés, les sept milles hommes et femmes soldats de Uriel, ne se lancèrent pas à l'assaut. Il s'éparpillèrent, affichant un sourire de plus joyeux et tenant à parler à tout le monde autours. Une minute, même pas en fait, suffit à ce que tous les humains, apparement pacifiques, aient chacun un ange en face de lui et à qui ils parlaient. Naïfs.
Uriel emit un sifflement, et aussitôt, tous les hommes et femmes de Uriel dégaînèrent leurs armes et dans le même geste, tuèrent donc en une seconde sept mille anges. Un goutte d'eau dans l'océan, mais une première dans Célestia. Tous les autres anges tentèrent de s'enfuir, mais les humains s'étaient organisés pour former un grand cercle autours d'autres anges, un cercle de sept mille humain encerclant un grand nombre d'ange. Le carnage commença dans la stupeur des anges présents. La place de l'Arbre des Sephiroth devait être prise, et elle le serait facilement, car c'est un point facile à prendre si l'on part de "l'intérieur" du cercle, comme l'avait fait Uriel, mais dur à prendre de l'extérieur, cela à cause de l'organisation des batiments autours de l'Arbre, les rues de la plus grande des iles de Célestia à ce niveau s'organisant en rayon avec comme centre l'Arbre, et ces rayons ne se rejoignant pas si ce n'est sur d'autres îles du monde Céleste.

Uriel regarda ses troupes commencer donc le carnage, puis se tourna vers l'Arbre des Sephiroth qui brillait en dix endroit différents, les dix sephirah. Sous les branches de l'Arbre, la porte.

Et dans la porte, elle pouvait voir d'autres personnes venir.

Les ailes de Uriel devinrent noire, ainsi que ses cheveux. Mais ce n'est pas à cause de sa mentalité qu'elle devint ainsi déchue, c'est l'usage de son pouvoir pour faire passer une armée maléfique. Les humain qu'elle avait amené passant plutôt pour neutre.

Uriel, la Grande Archange, Gardienne de la Porte Céleste, avait trahi et était morte. En ce jour qui s'annonçait sombre dans l'histoire de Célestia, elle avait décidé de renier jusqu'à son nom.

Uriel est morte ici, Fenris nait aujourd'hui.

[Hrp: Pour conclure avec ce post, je changerais donc mon pseudo, Uriel --> Fenris, et pour convenir au changement de la description physique, changerait l'avatar et la signature, ainsi que la fiche perso en conséquence dès mon prochain post. Je demande donc ce qui va avec, et le changement de mon statut "Ange" et "Ange Déchue"]

_________________
Non, désespoir, putride réconfort, je ne veux pas me repaître de toi ;
Ni dénouer, tout lâches qu'ils soient, les derniers fils de l'homme
En moi, ni tout épuisé que je sois, m'écrier Je ne peux plus. Car je peux ;
Faire quelque chose, espérer, vouloir que pointe le jour, ne pas choisir de ne pas être...


Dernière édition par le Sam 2 Fév - 16:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lucifer
¤ Ange déchu du 9eme cercle

¤ Ange déchu du 9eme cercle
avatar

Masculin
Nombre de messages : 282
Localisation : Les Enfers, Arche de Gehenna
Armes : Tout et n'importe quoi
Pouvoir : Peux ouvrir une porte gigantesque d'où sortent des centaines de poignées d\\\'armes somptueuses.
Statut :
Date d'inscription : 05/06/2007

Feuille de personnage
Race: Ange déchu
Grade: Ange déchu du 9eme cercle
Autre: Chef des Anges déchus, penchant obscur de Michaël

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Sam 2 Fév - 12:57

Et les déchus se précipitèrent à leur tour dans la grande porte, après que les Humains eurent fait un premier nettoyage sur la place de l'Arbre des Séphiroth. Et comme si revoir pour la première fois depuis leur déchéance leur monde natal réveillait en eux un sentiment qu'ils connaissaient si bien, les déchus se précipitèrent sur tous les Anges qu'ils croisaient et les taillaient en pièce, par le fer ou la magie. Ce sentiment si répandu dans le coeur des Démons donnait des ailes aux Déchus - même si ils en avaient déjà... - ce sentiment qu'était la haine, et non pas la nostalgie. Ils avaient renié non sans raison le monde de leurs ancêtres et prendraient un malin plaisir à le ravager.

Accompagné de la Féline, Lucifer passa la grande porte créée par Uriel, à la suite de ses propres troupes qui s'étaient lancées à l'assaut du monde angélique. Le premier instant de haine et de libération de cette dernière étant passé, les troupes de Lucifer s'organisèrent tout de suite et commencèrent l'invasion comme ils l'avaient prévu. Le chef des déchus leva pendant quelques instants les yeux vers l'Arbre des Sephiroth. Lui aussi prendrait un malin plaisir à tuer ceux qui étaient aveuglés par la soi-disant pureté de leur supérieurs, et tuerait ces supérieurs mêmes...

Apercevant Uriel, ou plutôt quelqu'un qui avait les traits de l'ancienne Uriel, Lucifer se mit à applaudir, sans toutefois esquisser le moindre sourire. La déchéance du Grand Archange Uriel. Le chef des déchus détailla pendant quelques instants celle qui venait de déchoir puis se décida à lui dire un ou deux mots :

- Bienvenue parmi nous. A qui ai-je donc l'honneur, à présent ?

Lucifer se doutait bien qu'Uriel changerait de nom suite à sa déchéance, comme le faisait la plupart des déchus. Lui-même l'avait fait comme signe de rejet de Dieu. Lucifel était devenu Lucifer. Ayaëlle était devenue Ayaë. Que devenait donc Uriel ? Seuls quelques déchus comme Ekiel gardaient leur nom d'origine, pour montrer que toute pureté n'avait pas quitté leur âme.

_________________

]-Correcteur-[
Revenir en haut Aller en bas
http://zanar-requiem.forumactif.com/
Adonis
¤ Prince des Flammes

¤ Prince des Flammes
avatar

Masculin
Nombre de messages : 139
Localisation : Terre
Armes : Sabre / Chaine à piquants
Pouvoir : Pyroman
Statut :
Date d'inscription : 20/10/2007

Feuille de personnage
Race: Démon
Grade: Prince des Flammes / Démon du 7e cercle
Autre: Peut faire apparaître deux grandes ailes noires dans son dos

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Sam 2 Fév - 14:03

Pas un ordre, pas une parole. Il n'y avait aucunement besoin de cela pour que les troupes démoniaques du Prince prennent part à la bataille qui débutait. Ce dernier avait dégainé un large sourire ressemblant à un rictus méchant sur ses lèvres noires. Son corps s'entourait petit à petit de sombres flammes et il faisait claquer sa grosse chaine au sol.
Sur ses ordres, tous démons possédant des ailes devaient s'occuper des anges qui tentaient de fuir par la voie des airs.

À dire vrai, Adonis n'avait encore jamais mis le pied sur des terres angéliques, tout comme ses armées. Cependant il était largement satisfait de dégager 'enfin' son pouvoir contre les ennemis de toujours.
Des anges ! Il y en avait partout ! Telles des fourmis cherchant désespérément leur tanière pour se protéger du pied qui les écrase. Bien sûr, n'allaient surement pas tarder les fourmis rouges, il fallait prendre des précaution pour les écraser celle là, et ne surtout pas les toucher nu...

Le démon regarda de loin l'ancienne Archange devenir déchue. Un rire s'échappa de sa bouche, enfin elle les rejoignait. Voyant le Prince des flammes rire, tous les autres démons autour firent de même et le tremblement de leur voix créa une ambiance morbide et terrifiante dans le combat...

_________________

Quand la froideur de mon âme s'associe à la chaleur de mes flammes...
Revenir en haut Aller en bas
Elrandir
¤ Seigneur elfique de l'air

¤ Seigneur elfique de l'air
avatar

Nombre de messages : 95
Statut :
Date d'inscription : 30/09/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe
Grade: Seigneur elfique de l'air
Autre: Cynique et prétentieux.

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 3 Fév - 19:28

Ainsi la bataille venait de commencer, les troupes elfiques entrèrent sur Celestia, en tout il y avait 230 elfes venant de pénétrer sur ces terres, une cinquantaine resta sur Sylvania près de la porte angélique, il se disait que cela pourrait servir dans le cas d'un repli sur les terres elfiques.
Il avait dissimulé ses troupes car il n'avait pas confiance en l'ange, mais elle venait de déchoir, ce n'était donc pas un piège...enfin il semblerait.
Il vit les hordes de déchus et de démons s'envoler pour tuer tout ange qu'ils croiseraient...pfff leur seul but semblait être de tuer, de s'amuser...mais ils s'averaient être de bons alliés...

Celestia...le paysage était vraiment très beau, des iles flottantes reliées les unes aus autres, mais l'heure n'était pas à l'admiration, ils allait prendre possession de ce monde, coute que coute.
Il sombra quelques secondes dans ces pensées, il ne comptait pas mourrir aujourd'hui, mais si cela pouvait sauver son peuple, il le ferait.

-Très bien! Mes amis, la bataille vient de commencer, je sais que chacun d'entre vous et pret à mourir et à renier tous les préceptes elfiques, il est fort probable qu'aucun de nous ne revoit nos terres.

Tous le savaient, même dans le cas où ils ne mourraient pas dans la bataille, s'ils perdaient, ils seraient bannis d'Eternia, sans aucun doute.
La horde démoniaque éclatit soudainement de rire, pourquoi? Même eux ne devaient pas le savoir...

-Si je meure aujourd'hui...ce ne sera qu'un elfe de plus qui aura perdu la vie dans ces guerres, mais si nous gagnons, alors nous aurons ce pourquoi nous avons toujours combattus!

Même si les rires démoniaques venaient de masquer sa dernière phrase, tous les elfes l'entendirent,après tout, l'ouïe et la vue étaient les sens principaux chez eux, alors même lors d'un temblement de terre, ils l'auraient entendu.

_________________
"Je me moque de votre nom,vous êtes une marche, il est normal que je me serve de vous pour m'elever."
Revenir en haut Aller en bas
Akuma Tsubasa
¤ Démon du 7eme cercle

¤ Démon du 7eme cercle
avatar

Nombre de messages : 89
Statut :
Date d'inscription : 22/09/2007

Feuille de personnage
Race: Démon
Grade: Démon du 7e cercle
Autre: Schyzofrène, paranoïaque et anthropophage

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 3 Fév - 21:37

Quand le démon ailé emprunta à nouveau la porte, le sentiment fut le même. Sauf que cette fois il était entremêlé à autre chose. Jamais les ange ne pourraient se préparer assez rapidement à se défendre. C'est alors qu'une autre idée effleura l'esprit du démon. Peut-être que les deux séraphins qu'il avait rencontré étaient toujours coincés aux enfers.
Lorsque le démon parut dans Celestia, il était suivi d'une trentaine de démons. Ils étaient ses "fidèles", à chaque bataille il étaient sous sa bannière. Cependant, cette fois, il y avait encore 50 âmes qui le suivirent. Ceux qui étaient déçus du fait qu'Appolyon ne soit pas là s'était rangés du côté d'Akuma. Enfin une très infime minorité.
Il regarda la déchéance d'Uriel, c'était la première fois qu'il assistait à quelque chose de ce genre. L'archange était méconnaissable. Les anges qui étaient encore là furent massacrés rapidement. Un d'eux tenta de fuire devant le démon. Celui-ci lui planta son imbroglio de lames courtes et pointues. Lorsqu'il extrait "l'arme", un flot de sang jaillit. Akuma en eut plein l'armure. Il en ramassa un peu du doigt, et le gouta avant de le recracher.


- Démons, je ne vous ai pas fait réunir ici, mais nous combattrons sous la même bannière, dit-il avec une élocution très charismatique, nous devons radier de notre univers ces êtres qui se jugent supérieurs à nous ! Vive Satan ! Vive Lucifer !

Le démon attendit maintenant des instructions, qu'elle vienne de la déchue, de Lucifer, ou d'un des "grands" de la bataille. C'était effectivement très rare que les démons se liguent sous une même bannière. Leur habitude les poussait plutôt à se battre en clans idiots et divisés.
Akuma ne leur ressemblait en aucun point. Il n'aimait pas combattre contre ses subalternes, sauf quand le combat était un challenge, ou un entraînement. Il n'éprouvait pas le besoin de tuer, bien qu'il éprouvait un plaisir à le faire. Il aimait manger les humains, mais ce n'était pas son activité principale. La preuve : il ne toucherait pas aux humains qui escortaient Uriel.
Celestia n'avait que très peu de chances, toutes les races étaient liguées contre elles. Ils ne pourraient pas gagner ... Peut-être que le combat allait finir à ex aquo ... Ou alors peut-être qu'il serait perturbé, et que ce gène donnerait l'avantage à un camp ou à un autre.
Le démon n'aurait su le dire. Il se tut donc et regarda Uriel pour connaître la suite des opérations.
Revenir en haut Aller en bas
Anaëlle
¤ La Féline Blanche

¤ La Féline Blanche
avatar

Féminin
Nombre de messages : 280
Age : 26
Localisation : Chez Lulu :D
Armes : Fouet
Pouvoir : Illusioniste.
Statut :
Date d'inscription : 13/05/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe
Grade: Vagabonde
Autre: Un charme intense, inexplicable et sauvage entoure son incroyable beauté.

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 3 Fév - 22:49

Il y en avait du monde... Beaucoup plus que ne l'aurait imaginé la petite Elfe qui se sentait bien à l'écart dans cette bataille qui faisait rage. Elle avait son fouet en main, mais préférait rester aux cotés de Lucifer. Non pas que la peur la collait au déchu, mais le combat serait surement beaucoup plus captivant du coté des chefs des troupes...

Son regard se posa sur l'ange qi s'abandonnait à la déchéance. Elle n'était pas loin d'eux, et la Féline ne put s'empêcher de lâcher en la regardant avec dédain.

- Pff, y'en a qui font tout pour se faire remarquer ici.
L'Elfe rattacha par la suite son fouet autour de son épaule, n'ayant pas l'intention de se battre tout de suite. Elle regardait les anges qui se faisaient massacrer par les déchus, démons et humains. Qu'ils s'y prenaient mal ! Quel plaisir pouvait-on en tirer en tuant aussi brusquement ? Ils ne prenaient même pas le temps de voir les victimes souffrir qu'elles étaient déjà mortes.
- Ben vas y, marche moi d'ssus tant que tu y'est !
Le démon qui venait de la pousser grommela mais préféra ne pas répondre en reconnaissant celle qui était arrivée dans les bras de Lucifer. La Féline se sentit personnellement offusquée par ce qu'elle considéra comme du 'snob' mais dut se convaincre de ne pas le poursuivre, il n'était pas son ennemi. Alors que son regard errait partout, soupira en entendant les démons rire. Pourquoi riaient-ils ? Parce qu'un idiot avant eux a rit ? Stupide...
Mais en voyant le 'déclencheur' fixer celle qui était l'auteur de cette guerre, la Féline esquissa un petit sourire. Ils se moquaient d'Uriel ? Tant mieux, mais ils sont stupides quand même.
Et puis ce démon avec la grande queue là bas, il aurait pas pu ramener plus de monde ? Il devait pas être trés important alors.

Alors que la dame commençait à se plaire dans cette bataille, une odeur familière vint lui remplir les narines et lui fit tourner la tête. Des silhouettes gracieuses et agiles prenaient place dans les rangs démoniaques pour participer à cette guerre contre les anges.
Des Elfes ! La Féline se mit soudainement à reculer. Eux, elle ne les aimait pas.... Elle aurait de loin préféré qu'ils ne participent pas à ce combat, ils avaient à leur coté un seigneur en plus !
Elle regarda un instant Lucifer.

- Tu ne m'avais pas dit qu'ils étaient de la partie !
La dame continua de reculer, elle sortit son fouet et s'arrêta. Elle mourrait d'envie de s'en prendre à ceux de sa propre race plutôt qu'aux anges...
Revenir en haut Aller en bas
http://fantasy-land.forumsline.com/
Gabriel
¤ Messager de Dieu

¤ Messager de Dieu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 26
Armes : épée d'or
Pouvoir : glace
Statut :
Date d'inscription : 10/06/2007

Feuille de personnage
Race: Ange
Grade: archange
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Lun 4 Fév - 22:40

Gabriel balaya le champs de batailles d’un regard ou se mêlait la tristesse et la fureur : Voir ce massacre à ses yeux inutiles faisait montés en lui un sentiment de rage impuissante. Et tout ce carnage pourquoi ? A cause d’une ange soi-disant « supérieur » : Uriel, gardienne de la porte céleste. L’ange serra les poings. Une nouvelle fois, des âmes allaient perdre la vie, à cause de la brutalité sans pitié qui gouvernait le monde depuis la nuit des temps. Et qui plus est, ce qui se déroulait devant ses yeux était censé être un exercice. Michaël leur avait mentit. Délibérément. Et lui, Gabriel, allait participé à cette boucherie. Cette pensée révolta l’ange et un instant, il eut la tentation de fuir le combat qui s’annonçait. Mais il était forcé d’obéir. Enfreindre les instructions reviendrait à trahir le Tout-puissant, et par conséquent être condamné au même sort qu’Uriel : La défection ou même…La mort.
D’un geste brusque, Gabriel dégaina l’épée d’or que Dieu lui-même lui avait offert. L’arme émit un chuintement feutré en sortant doucement de son fourreau, tel une promesse. De mort. Le regard de Gabriel se fit plus dur. Le tourbillon de sentiments qui s’entremêlait en lui laissèrent place à un nouveau sentiment : La colère. Elle submergea le messager de Dieu ne laissant place à aucune autre émotion. L’épée haute, le visage dur et déformé, Gabriel se dirigea à tire d’ailes vers le champ de batailles, où la fureur des combats était à son comble.

Gabriel Fondit droit sur ses ennemis, et l’épée brandit au-dessus de sa tête, le messager de dieu entra dans la sanglante bataille qui déciderait du sort de Celestia avec une rage qui décuplait ses forces. Gabriel abattit son épée sur un démon, qui fut tranché en deux par la violence du coups ; il para un coups d’épée, esquive une queue, frappa à nouveau. L’ange sautillait, dansant presque dans une valse mortelle. Focalisé sur le combat, son combat, le messager n’avait plus qu’a peine conscience des événements qui se déroulaient autour de lui. L’ange s’arrête brusquement dans sa danse folle de la mort. La folie meurtrière qui l’avait saisie s’était brusquement arrêtée. Gabriel sentit l’épuisement le gagner. De multiples blessures peut profonde recouvrait le corps de l’ange. Ce n’était que des blessures superficielles néanmoins, à chaque mouvement qu’effectuait l’ange, elles l’élançaient sérieusement, lui arrachant une grimace de douleur. Partout s’était le chaos. Troupe angélique contre bataillons de démons, de déchus et même d’elfes qui, malgré leur petit nombre, criblés les rangs angéliques de flèches acérées. Des relents de chairs brûlés, de corps déchiquetés, mis en morceau par les impitoyables armes des deux armées flottaient dans les airs inspirant terreur aux défenseurs; c’était une odeur malsaine, une odeur de mort. Des cris atroces d’agonies dominaient parfois le fracas des armes s’entrechoquant. Les bannières des deux armés flottaient au vent, en claquant avec force sous l’influence du vent violent qui s’était levé.

Gabriel battit en retraite. Ses vêtements étaient imbibés du sang de ses ennemis ainsi que du sien ; ses cheveux argentés, mouillés de sueur étaient en bataille et battaient follement autour de son visage tirés par la fatigue.
D’un geste, le messager repoussa une mèche qui lui barrait le front et lui chatouillait le visage. Soufflant et ahanant comme un phoque, Gabriel sortit soudain de la mêlée. L’ange se permit de respirer, puis, releva la tête et jaugea la situation. Gabriel sentit une pointe d’inquiétude se nouer dans son estomac. Les troupes angéliques parvenaient certes à contrôler les attaques sans cesses plus violentes des déchus, mais pour combien de temps ? Chaque fois que l’armée adverse chargé, des anges s’abattaient face contre terre, terrassés par le nombre et la force des assaillants.

Le messager de Dieu serra les points. Il se sentait si impuissant face à ce spectacle. Il aurait pourtant voulut faire quelques choses. N’importe quoi, si stupide que ce soit. Mais il n’y parvenait pas.
D’un geste rageur, Gabriel fit apparaître ses ailes, et prit la direction du champs de bataille qu’il avait quitté il y’avait quelques instants à peine. Il ne pouvait pas abandonner le combat. Pas lui, Gabriel le messager de Dieu. Sa fonction le lui interdisait. Son rôle, en tant que supérieur de la plupart des anges qui combattaient ici était de montrer l’exemple. Et de mourir s’il le fallait.
Couvert d’égratignure, l’épée levée, le regard résolu, Gabriel fondit sur les rangs adverses.
Revenir en haut Aller en bas
http://watashinokuni.canalblog.com/
Dayân
¤ Intermittente du spectacle divin

¤ Intermittente du spectacle divin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 663
Age : 26
Armes : deux katanas courts en verre enchanté
Pouvoir : apaiser les âmes
Statut :
Date d'inscription : 06/05/2007

Feuille de personnage
Race: ange
Grade: Ange, intermittente du spectacle divin
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Lun 4 Fév - 23:30

L'artiste serra ses doigts sur les poignées des deux katanas jumeaux. Les chérubins autour d'elle attendaient patiemment autour de civières, jouant avec les plumes de leurs petites ailes. Un silence de mort régnait dans la salle cachée, faisant monter en elle l'appréhension et une pression palpable. Elle était danseuse, bordel! Pas militaire pour deux sous! Son regard se posa sur les petits êtres dont elle avait la charge. Heureux les simples d'esprit...

La pièce où ils se trouvaient était dissimulée à tous ceux qui ne connaissaient son emplacement exacte et qui n'y étaient entrés. Un être démoniaque pouvait toujours y pénétrer par erreur, mais il aurait fallu pour cela qu'il décide de foncer consciemment dans le mur d'une maison angélique. Donc peu probable. Mais possible. En même temps, si les anges avaient pu être au courant d'une invasion sur leur propre territoire, peut être que les démons avaient eu accès à beaucoup de d'informations sur Celestia. De là où elle se trouvait, les habitants angéliques vaquaient encore indifféremment à leurs occupations. Pourtant, une intuition lui disait que la bataille avait déjà débuté. Et pas un simple exercice.

Si elle avait été mise au courant, et recrutée, c'était seulement parce qu'elle avait croisé Michaël au mauvais moment. Ou au bon. Cela dépendait pour qui. Beaucoup croyaient sur paroles le Séraphin de la Guerre, et même devant l'atrocité de la guerre, ne douteraient pas un instant de ses dires. Elle en était convaincue. Une partie se rendrait tout de même compte du mensonge, ou de l'ommission, du soldat. Certainement celle déjà prête à la déchéance, ou marginale. La parole de chaque Séraphin était de l'or après tout, et le peuple angélique les suivait sans poser de questions.

Un villageois poussa soudain un cris. Pas de surprise. Plutôt de terreur. Et un corps désartibulé passa dans leur champ de vision, suivit de près par une horde d'êtres démoniaques. Désorientés, beaucoup perdirent la vie sans avoir compris ce qu'il leur arrivait. Et lorsque les premiers habitants eurent sorti les armes, à savoir tout ce qu'il leur passait sous la main, et que les ennemis se furent assez engagés sur la place de l'île, une garnison forte en soldats angéliques sortit dans bâtiments invisibles dans lesquels elle guettait. Le combat, dans les hauteurs de Celestia, débuta.

Quelques chérubins se ruèrent sur l'artiste qui les pris dans ses bras, sans toutefois lacher ses sabres. Elle leur murmura de quoi les calmer et les étreignit. Puis, elle se leva et leur ordonna de retourner à leur civière. Lorsqu'elle fut sûre que personne ne regardait dans leur direction, elle sortit du bâtiment afin de se jeter sur un blesser, le rapatrier à l'intérieur et le déposer sur un des brancards. Les chérubins se mirent au travail. Ils prenaient leurs rôles de soigneurs très à coeur.

L'artiste répéta son opération et les civières trouvèrent bientôt un propriétaire. L'endroit s'était vite rempli au départ, mais plus ça allait, plus les têtes qui tombaient devenaient démoniaques au lieu de rester angéliques. Et plus sa tache s'avérait ardue. Si tous étaient occupés à batailler, la disparition des blessés n'était pas passée inaperçue, et les corps mourants ne tombaient pas toujours près de l'entrée du centre hospitalier.

Une pluie de sang s'abattit sur la place, et des membres d'origine inconnue volèrent jusqu'à retomber mollement aux quatre coins du village. Dayân détourna le regard. Où étaient Melkor? Raziel? Michaël? Elemiah? Ashriel? Où étaient ses amis artistes? Combien d'anges étaient encore en vie? Et surtout, surtout, où était Gabriel? et dans quel état? Son coeur se serra, mais elle se força à tourner la tête vers le dehors. Lorsque la voie fut libre, elle sortit de nouveau.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gwenaël
¤ Chérubin

¤ Chérubin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 133
Statut :
Date d'inscription : 20/11/2007

Feuille de personnage
Race: angélique
Grade: Angelot
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Mer 6 Fév - 16:51

Le Séraphin regarda un démon passer à côté de lui, sans sciller. Beaucoup de sang angélique avait coulé depuis le débarquement des troupes démoniaques. Et beaucoup coulerait encore. Mais la troupe élite sous ses ordres ne bougeraient sans un commendement de sa part, en dépit du massacre s'opérant sous leurs yeux.

Ils avaient été aux premières loges, pour voir arriver Uriel, suivie des bataillons qu'elle avait rassemblés. Les prévisions du militaire s'étaient avérées plutôt justes dans l'ensemble. 1 700 000 âmes ennemies s'étaient invitées sur les terres angéliques. Des humains, tout d'abord, puis des Déchus, des Elfes, et enfin des Démons. Dans une organisation aussi bordellique que prévisible. Seuls les terriens étaient disciplinés, ce qui leur avait vallu d'importantes pertes.

Une partie du Séraphin de la Guerre avait grondé lors de l'assassinat des premiers anges, mais l'âme expérimentée du combattant n'en avait rien laissé transparaître. Beaucoup de têtes connues étaient passées à côté d'eux, mais ils n'avaient fait aucun mouvement. Leur heure n'était pas encore venue. Lucifel passa sans le voir. Ce qui n'était pas plus mal. Comme quoi, être jumeau et natif de Celestia n'aidait pas le chef des Déchus d'un point de vue stratégique.

Les soldats ennemis s'étaient ensuite enfoncés dans la cité. Rien n'avait mis en déroute leur puissance. Mais si quelque chose était survenue, il aurait été moins aisé et prévisible pour Uriel de s'emparer de l'île de l'Arbre. Ses troupes étaient fortes, mais ça aurait été la pagaille en un rien de temps.

Après un certain moment, les premières contre attaques angéliques firent leurs apparitions. Les garnisons dissimulées avaient attendu que les ennemis s'éparpillent au plus loin de l'île de l'Arbre des Séphiroth pour finalement leur sauter à la gorge. L'absence de résistance avait bien entendu laissé les êtres démoniaques sur leur défense, au départ, mais l'odeur du sang les avait peu à peu ennivrés, rendant la tâche des armées angéliques plus facile.

Finalement, ça n'était plus un rapport de force qui opposait les deux camps, mais de stratégie. Où les anges l'emportaient sur leurs ennemis. Un élément dans l'armée démoniaque pouvait faire preuve de raison et de ruse, mais un élément ne changeait pas l'issue du combat contre 1 500 000 soldats. Pas avec pour coéquipiers des démons mal organisés et individualistes. Resteraient donc bientôt que des Elfes, cantonnés près de l'Arbre, quelques humains, désavantagés physiquement, et des Déchus, si les chefs de chaques bouts de l'armée n'y mettaient pas un peu d'ordre.

Le Séraphin était d'ailleurs étonné de si peu de ruse de la part de Lucifel et Uriel. Lui qui avait été jusqu'à prévoir les coups les plus mortels et les plus fins, il s'en trouvait presque déçu. Il l'aurait été s'il ne s'était agi que d'un simple exercice, là, le nombre de morts anges sur la conscience, rien qui ressembla de près ou de loin à de la satisfaction ne pouvait le traverser.

Il regarda les soldats angéliques. Sur leurs visages se lisait l'application et la concentration. Lorsque la fin de la bataille viendrait, on qualifierait de mensonges ses propos. Ainsi que ceux de l'Ordre. Mais si les habitants de Celestia n'avaient pas été préparés, se serait la peur et l'effroie qui se serait dessiné sur leur faciès. Et ça n'aurait pas été un massacre, mais une hécatombe.

Son regard tomba sur un elfe décochant une flèche. Bon tireur, manifestement. Mais aucun membre de l'Elite ne broncha. Il fallait attendre. Le moment propice.
Revenir en haut Aller en bas
Melkor
¤ Mercenaire

¤ Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 56
Statut :
Date d'inscription : 03/11/2007

Feuille de personnage
Race: Humain
Grade: Mercenaire
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Mer 6 Fév - 18:10

Un put*** de chaos, un bordel monstre en somme, les enfers déferlaient au Paradis. L'archange Uriel était sous les yeux de tous, devenue une ange déchue. Cependant, quelque chose chagrinait Melkor. Il ne pensait pas que si elle avait bien préparé son coup, ce chaos soit juste un hasard, car en effet, il savait que des humains avaient passer la porte, en premier. Cependant, malgré quelques centaines d'humains aux côtés de Uriel désormais Fenris, ils avaient tous disparut. Il avait bien repéré les caisses que les humains avaient amener avec eux, mais dans le tumulte du combat il n'avait pas suivit leur déplacement.

Pour Melkor, rapidement, dans cette bataille usa de son don pour désarçonner au mieux ses adversaires, qui devant le fait du changement de leur pouvoir, ou devant le fait de se voir prendre leur don par l'humain en face, surpris, mourraient en baissant leur garde. Après tout, les seuls humains qu'ils connaissaient, n'étaient-ils pas leurs alliés? Mais rapidement, Melkor se reprit, il avait perdus de vue Dayan? Non, elle était toujours dans la cachette où d'autrs troupes attendaient, rien à craindre donc pour elle. Mais jettant de temps en temps un regard vers la cachette, il put la voir à plusieurs reprise sortir pour prendre un blesser. Elle avait donc pas de sortilège d'invisiblité ou de truc du genre, pour se type d'intervention?

Revenant donc ensuite à ce qui l'avait intrigué, Melkor observa autours de lui rapidement ce qu'il se passait. Où les humains ennemis avaient-ils put partir? Pourquoi avaient ils quitter leur maitresse Uriel? Et surtout, avec quoi? Uriel était venus avec si peu de troupes, pourtant elle avait parut si sûre d'elle. Avec ce genre de personne, il y a toujours une raison.

Cependant, il ne voyait pas le Séraphin Michael réagir, avait-il oublié les humains? N'avait-il pas vus ce qu'ils transportaient? Le séraphin gabriel, lui bougeait beaucoup. Beaucoup trop même. Si il continuait ainsi, il finirait par s'épuiser, quel que soit son endurance. Et c'est ce qui était en train en tout cas de se passe pour Melkor, à un rythme moindre, mais certains démons qui en avait à revendre commençaient à l'épuiser, et malgré son don, il n'avait trouver aucun ennemi qui par son pouvoir pouvait empêcher cela. Au fur et à mesure donc des ennemis, doucement, Melkor se mis à reculer, tout en tuant, il finit par trouver ce qu'il voulait, il le sentait plutôt, un pouvoir qui lui permettait de devenr invisible, parmi les démons. Il fit donc vite, prenant ce don, et se mis à courir le plus vite possible vers le retranchement où était Dayan, et question de portée, il ne put plus alors être invisble, peut-être la magie qui le séparait de l'extérieur empêchait aussi son pouvoir de fonctioner ainsi à moins que le démon qui possédait ce pouvoir ne soit mort durant la période où il était visible, chose bien plus probable. Quoi qu'il en soit, il repéra immédiattement Dayan parmi les anges, et allant vers elle, et voyant son travail lui demanda simplement:

"Besoin d'aide? J'ai envie de faire une pause dans ce carnage pour sauver ma peau, donc si je peux sauver celle des autres, autant le faire!"

Il savait que cela n'allait pas être un travail facile à faire, mais il le préférait à celui de tuer pour vivre. Et puis, tout ce sang qu'il faisait couler... Il n'en avait jamais fait autant couler, et n'en vus autant couler même. Pour tout dire, cela le rendait malade, mais il préférait ne rien dire, pendant une bataille, on obéi ou on meurt, en tout cas, c'est ce qu'il avait retenu de son vécu sur Terre.
Revenir en haut Aller en bas
Eyaël
¤ Séraphin de la Sagesse

¤ Séraphin de la Sagesse
avatar

Nombre de messages : 42
Statut :
Date d'inscription : 01/02/2008

Feuille de personnage
Race: ange
Grade: Séraphin de la Sagesse
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Mer 6 Fév - 21:52

Le séraphin de la sagesse arqua les sourcils. En vain. Il ne percevait rien d’anormal. Pourtant, il avait un terrible pressentiment qui lui oppressait le cœur et l’empêchait de résonner correctement. D’un geste hésitant, Eyaël caressa la poignée de son épée qui pendait mollement à son côté, comme si le contact froid et lisse du pommeau de l’arme sur sa main le réconforterait. Il n’en fut rien, et toujours en proie à ses incertitudes, le Séraphin de la Sagesse continua son vol tranquille et lent vers le sanctuaire.

En contemplant avec délice le paysage angélique, Eyaël se mit à penser à sa convocation d’urgence au sanctuaire. De quoi pouvait-il bien s’agir pour que sa présence soit requise ? Sûrement pas une événement quelconque. Pour ce genre de futilité, on s’adressait plutôt à ses subordonnés archanges, qu’a lui. Ce qui était d’ailleurs bien plus rapide, Eyaël ayant élu résidence bien loin du centre de Celestia. Ce qui ne l’empêchait pas de se tenir informé des derniers événements qui c’était produit dans le sanctuaire. Sans entrer dans le détail. La question était de savoir qu’elle était la raison de sa convocation. N’y parvenant pas, l’ange laissa dérivé ses pensées au grès de leurs envies, ressentant toujours cet étrange malaise qui l’empêchait de se concentrer où même de savourer le plaisir rare de la solitude.

Finalement, le séraphin arriva en vue des hautes îles de Celestia. Le pressentiment qu’éprouvait l’ange se fit plus intense. Son cœur se mit à battre à grand coups puissant dans sa poitrine, distillant dans tout son être une appréhension presque palpable. Fébrilement, l’ange tira Daiichi de son fourreau. L’arme étincela sous le soleil mourrant. Ce geste rassura un peu Eyaël, qui se dirigea vers les hauteurs de Celestia où de hautes bâtisses dressaient leur silhouette à l’horizon. Il s’agissait des luxueuses demeures d’anges cupides et avides de pouvoir qui avait réussit à se hisser dans les plus hauts gradés de Celestia.

En un doux bruissement d’ailes, Eyaël parvint à son but. L’ange se posa sur l’une des terrasses qui surplombaient la ville et se pencha par-dessus la barrière et la vue qui s’offrit à lui le glaça d’effroi.
La ville, autrefois resplendissante s’était transformée en horrible champ de bataille. De là où il se trouvait, Eyaël pouvait deviné l’ampleur du carnage qui se déroulait en contrebas. Le Séraphin eut un rictus qui déforma son visage d’ordinaire impassible. Voilà la raison pour laquelle on l’avait appelé au sanctuaire.
Eyaël serra le parapet si fort que ses phalanges en blanchirent. Soudain, un cri atroce de douleur parvint aux oreilles de l’ange qui ferma les yeux en imaginant la souffrance qu‘avait dut ressentir le supplicié pour avoir poussé un tel cri porteur d’une terreur si profonde et intense. De rage, Eyaël tapa violemment du poing sur le parapet. Puis, dans geste totalement irréfléchi, il prit son envol et descendit en piquet vers l’endroit où le cri semblait avoir retentit.

A mesure que le sol approchait, Eyaël distinguait avec de plus en plus de netteté la scène qui se déroulait en bas. L’étendu des dégâts étaient pires que ce qu’il avait imaginé. Des cadavres d’anges et de démons gisaient ça et là, déversant un flot de sang sur le sol déjà d’un rouge vermillon qu’en d’autres circonstances Eyaël aurait trouvait beau. Des tronçons de corps été éparpillé un peu partout amplifiant la fureur du carnage.

Eyaël se posa brutalement sur le sol teinté de rouge, s’étalant presque à terre. Le poids de son armure l’avait entraîné ainsi que la hâte avec laquelle il avait atterri. Néanmoins, s’il avait faillit perdre l’équilibre, Eyaël avait néanmoins réussit à garder son équilibre, évitant ainsi de chuter lourdement.

Le Séraphin fit disparaître ses ailes, et percevant les échos d’un combat se dirigea vers la source de ce bruit. En zigzaguant de son mieux à travers les cadavres jonchant le sol, il perçut un mouvement fugitif à l’extrême limite de son champ de vision. Eyaël tourna brutalement la tête dans cette direction, et se mit en garde. Prêt à parer toute attaque. Mais ce ne fut pas un des démons dont le corps gisait sur le sol qui apparut devant lui. Ce fut une ange au regard franc et à la chevelure argentés, reflets de ses yeux qui brillait d’un éclat que le Séraphin ne parvint pas à identifier.

De surprise, Eyaël faillit lâcher son arme, et resta planté stupidement à regarder la jeune ange. Finalement, après u court instant, il baissa son arme et tenta de se donner une contenance, mais ne sut que se dandiner d’un pied sur l’autre.

*Je dois lui paraître bien stupide* pensa le Séraphin.

Il se décida donc à rompre le silence et prononça d’une voix aussi assurée qu’il le put :

-Je suis Eyaël, Séraphin de la Sagesse; on m’a appelé ordonné de me rendre au sanctuaire le plus rapidement possible, mais, j’ai préféré jauger la situation auparavant. Néanmoins, je ne possède pas assez d’éléments pour juger. Pourriez vous m’informer de la situation ?
Revenir en haut Aller en bas
Alucard
¤ Nettoyeur

¤ Nettoyeur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 76
Age : 26
Localisation : Dans mon cercueil
Armes : Deux pistolets: un Jackal 13 mm et un 454 Casull
Pouvoir : élémentaire de ténèbres
Statut :
Date d'inscription : 20/10/2007

Feuille de personnage
Race: Vampire
Grade: Nettoyeur
Autre: Son vrais nom est Dracula

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Jeu 7 Fév - 21:14

Le vampire Alucard arriva sur Celestia, où la bataille avait déjà commencé. Il dégaina ses pistolets puis entama une marche d'un pas lent mais assuré sur le champ de bataille. Il passa à côté d'un arbre gigantesque et cracha à son pied en guise de dégout.

**L'arbre des Séphiroth...**

Le nosphérathu continua son chemin plus prestement qu'auparavant jusqu'à entendre des cris démoniaques non loin; il partit dans cette durection et, arrivé à destination un combat faisait rage.

**Bon faisons le ménage.**

Sans un regard il tira sur tout le groupe que se soient anges ou démons peu l'importait. D'autre anges en embuscade arrivèrent, une dizaine et ils se jetèrent sur le vampire sous des injures et paroles bénites et, ces défenseurs de Celestia parvinrent à planter Alucard de leurs armes. Le vampire tomba à terre.

-Frères anges nous l'avons vaincu conitu...

Une énorme nuée de chauve-souris obscurcit le ciel à ce moment et se rua sur le corps du vampire.

-Chef, quel est ce phénomène?

-Je...je n'en ai aucune idée.

Le vampire se releva quelques secondes plus tard et tira à une grande vitesse sur les anges qui périrent un par un.

-Me battre contre un des votre m'a été très bénéfique.

Le vampire continua sa route sur le champ de bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Elemiah
¤ Séraphin du Blasphème

¤ Séraphin du Blasphème
avatar

Nombre de messages : 135
Statut :
Date d'inscription : 20/10/2007

Feuille de personnage
Race: Ange
Grade: Seraphin
Autre: Utopiste détestant les races ( et même les anges ) ...

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Jeu 7 Fév - 21:53

Elemiah était à la tête de son régiment. Ils étaient tous retranchés sur les toits des hautes maisons serrées de Celestia. Ils attendaient, invisibles. Le sort faisait toujours effet, et les soldats observaient avec dégout l'avancée des démons. D'autres bataillons étaient déjà entrés en lutte. Mais Elemiah voulait profiter au maximum du temps qu'il leur restait.
Parmi ses soldats, une minorité était formée à l'arc, et la majorité était épéiste, maniant plus ou moins bien l'épée. Elemiah fit un geste pour montrer aux archers de bander lentement leurs arcs. Puis, il compta nerveusement les secondes qui restaient à leur invisibilité dans la tête.
A chaque nouvelle seconde, les démons s'infiltraient dans Celestia comme du sang dans l'eau claire et livide. Plus que 10 secondes, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1 ...
La dernière seconde fut aussi longue qu'une heure pour Elemiah. Des frissons glacés parcouraient son corps de la tête aux pieds. Il fallait y aller ... pour Celestia, pour le Tout Puissant, pour les Anges !


- A l'assaut, hurla le séraphin plus sûr que jamais de lui.

Les démons et déchus, pour l'instant les seuls qui avaient commencé à avancer par là, furent surpris par l'apparition brutale des anges. Les volées de flèches en tuèrent quelques uns, mais les attaques surprises des épéistes tuèrent la majorité. D'un côté, il y avait quelques démons qui avaient réussi à passer avant que les anges n'arrivent, de l'autre il y avait une masse de démons et déchus qui forçaient le passage.
Elemiah bondit sur le dos d'un déchu, et les pieds sur ses épaules, maniant Saragnok avec une précision exemplaire, il égorgea finement le déchu. Un léger filet de sang vint rejoindre le ruisseau qui dévalait à toute allure les pavés de Celestia.
Le séraphin prit un dernier appui sur son adversaire de quelques secondes et ratterit merveilleusement sur le sol, avant d'asséner un autre coup fatal à un démon, il lui planta Saragnok dans le torse. Puis, dans un geste mécanique et préventif, il se baissa pour esquiver un coup de faux. Les armes des démons semblaient diverses et variées. De la faux en passant par l'épée à deux mains, de la dague fine jusqu'à la lance. Elemiah était impressionné par tout ce mal, qui se concentrait dans un territoire du bien.
Il tuait frénétiquement, telle une machine lancée dont le but est d'agir sans réfléchir. Il avait assez réfléchi auparavant, il ne valait mieux pas pousser le bouchon jusqu'à se faire transpercer à cause d'une pensée qui se perd.
Ils n'avançaient pas dans la masse, mais en revanche, ils ne reculaient pas, leurs buts était d'empêcher l'armée infernal d'atteindre les habitations, et de liquider femmes et enfants, ce que les démons feraient en premier, pour ralentir la repopulation après la bataille qui allait sans doute faire des morts.
Le séraphin du blasphème ne bronchait pas du fait de voir des membres de son bataillon se faire étriper. Il s'arrangeait toujours pour que la blessure ne soit pas trop grave, et que les quelques guérisseurs de son régiment puissent guérir les blessures. Il eut alors une pensée pour son subalterne. Il formaient un binôme. Il remarqua alors que son allié était à sa droite, il chancelait pas mal, ce qui confirmait ce qu'Elemiah pensait, il n'était pas fait pour le front. Après ce rapide examen, il revint à l'examen des boyaux de l'armée démoniaque.
Des litres et des litres de sang coulaient de partout. Un vampire aurait été heureux, mais il n'aurait pas pu récupérer tout le sang et s'en sortir indemne. Des cris stridents voletaient de toutes les rues, et le bruit du métal assourdissait les soldats. Si bien, que les elfes étaient resté plus loin de l'agitation, pour éviter de tuer leur ouïe très fine.
Le massacre continuait, et le bataillon 4 tenait bon, tant bien que mal. Pour l'instant, leurs victimes étaient les démons des 2 premiers cercles ... Les puissants ne demandaient qu'à arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Fenris
¤ Ancienne gardienne de la porte céleste

¤ Ancienne gardienne de la porte céleste
avatar

Masculin
Nombre de messages : 678
Age : 27
Statut :
Date d'inscription : 26/06/2007

Feuille de personnage
Race: Ange Déchue
Grade: Dirigeante des Forsaker
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Sam 9 Fév - 14:53

Lucifer lui demandait qui elle était? Oui, il devait avoir deviner son désir de changer d'identité. Il avait raison, et prenant son soufle, et hurlant le plus fort possible affin de se faire entendre de tous, elle prononça trois mots:

-JE SUIS FENRIS!

Un nom qui fut hurler, un nom choisit sans hasard aucun. Fenris, figure légendaire de la mythologie nordique, celui qui tuerait le père des être célestes. Fenris, le loup dévoureur d'étoile. Un nom qui désignait bien son objectif actuel.
mais tout le monde, tous ceux a qui Uriel avaient demandé de venir, étaient là. Stupides et pitoyables à ses yeux, ces démons, elfes et anges déchus... Mais l'heure n'était pas à cela, elle devait continuer son plan
.

-Aurélien!
-Oui madame?
-Remet deux billes de cette bourse aux personnes que je vais t'indiquer. Lucifer et sa copine elfique, Adonis, Akuma, Alucard, Elrandir. Dis leur aussi que pour l'utiliser il faut briser une bille sur une porte fermée, ca leur ouvrira un passage vers un lieu sûr.
-Bien madame.

Tous les humains choisis étaient entièrement dévoués à sa cause, prêt dès le départ à mourir, à ne pas revenir. Sortant de sa poche un appareil électronique, une sorte de GPS, elle put voir sur cette carte le placement des groupes s'occupant des caisses. Elles contenaient la raison pour laquelle Fenris avait demandé de l'aide aux autres. Une diversion de plus de un million d'ennemi, pour couvrir une cinquantaine de personnes. Les autres humaines, éparpillés à présent dans tout Célestia, plaçait où ils le pouvaient des explosifs simples, pas électronique de pointecar cette technologie n'était pas à tester en cette heure sombre de l'histoire Céleste. On se souviendrait de ce jour, que ce soit pour la trahison de Uriel, ou pour l'attaque de grande envergure, ou comme Michael l'avait sûrement fait passer, comme un exercice.
Les démons cependant, autours d'elle, semblaient s'amuser de sa déchéance. Ils sont stupides, ce n'est pas parce qu'elle est déchue qu'elle est dans leur camp. Ils faisaient juste office de diversion. Mais il fallait leur faire comprendre, que se moquer de Fenris, était sévèrement punis par cette dernière. Elle regarda autours d'elle, et vit un démon courir vers les anges un peu plus loin, avec dans les mains une lance. Parfait. Elle usa de son don pour le faire tomber et lui prit des mains pendant qu'il s'écroulait la lance. Usant alors, aussi de son don pour renforcer sa force en effaçant des muscles la douleur, et accélérant son rythme cardiaque, ses impulsions nerveuses. La lance vola dans les airs et atteignit en pleine tête un des démons moqueurs quelques cinquante mètres plus loin.

-Pauvre cons! Luttez pour vos vis, la porte par laquelle vous êtes venus n'est pas éternelle!

En effet, au milieu du champs de bataille, la porte qui au début faisait bien vingt mètre de haut, avait peu à peu rétrécit. Elle en faisait cependant encore quinze, mais en voyant la différence de taille, tous ceux qui écoutèrent les paroles de Fenris comprirent qu'elle disait vrai.
Elle replaça son attention sur le champs de bataille, des anges avaient fait une percée et semblaient s'enfoncer parmi les démons pour arriver jusqu'a Fenris et Lucifer. Un attirait l'attention de Fenris: Gabriel. Elle voyait bien, plus loin, Elemiah le séraphin de démener comme il pouvait face à des démons de dernière catégorie. QUoi qu'il en soit, elle allait montrer des horreurs, horreurs qu'elle avait dûe voir pendant bien des années pour servir Célestia, horreurs que même parfois elle avait dûe perpétrer.
Si l'on faisait en effet attention, aucun cadavre n'était présent hors de la ligne de front, hors celle-ci était mouvante encore à l'heure actuelle, il y aurait donc dû avoir beaucoup plus de morts. Une technique de guerre que Uriel avait vue, et que Fenris mettait en application. On retire tous les cadavres de démons pour que les soldats ennemis n'en voient aucun et qu'ils désespèrent, et on retire les cadavres angéliques car ils avaient leur utilité. Les humains avaient presque emportés autant de machine que de participant de leur race à cette bataille. Qu'elles soient archaïques ou pas, elles sauraient montrer leur efficacité.
Les premières machines montées, furent les catapultes, au niveau de l'arbre des Sephiroth. Détail important, mais insignifiant pour la bataille, ce dernier était en train de se faire couper par une cinquantaine d'humains, quelques bons expert bûcherons. les catapultes donc avaient été les premières machines assemblées, et dès que Fenris en donna l'ordre, ils commencèrent une oeuvre morbide. Les cadavres angéliques furent lancés à travers tous le champs de batailles, traversants les lignes du front et s'écrasant parmi les troupes en retrait. Des anges dont les ailes avaient été coupées, qui volaient dans le ciel céleste pour s'écraser chez leur frère, pour leur montrer leur sort dans cette bataille.Fenris appela ensuite un autre humain:


-Kain?
-Oui, mère?
-Ebola a bien été placé dans les cadavres angéliques?
-Oui mère, comme vous l'avez demandé. Mère?
-Hmm?
-Merci de m'avoir choisi pour cette mission avec vous.
-Ton frère et ta soeur auraient été incapable de me suivre sur cette mission, toi je savais que tu le ferais sans problème, donc tu n'as pas besoin de me remercier, c'est mérité.
-Merci quand même, mère.

Dans l'ordre pour les explications. Le virus Ebola est une maladie terrestre hautement infectieuse, et hautement pathogène. Ceux qui voudraient plus de renseignements n'ont qu'a aller voir sur les sites spécialisés. Kain, est le pseudonyme prit par le fils aîné des tripplés des enfants que Uriel à eu il y a un peu plus de vingt ans. Un des lieutenants de Fenris pendant cette bataille.
Une maladie donc était envoyée avec les cadavres angéliques, ils seraient bien sûr arrêter par les anges qui possèdent le même type de pouvoir que Raphael, mais cela occuperait les unités de soins et de secours pendant les jours qui suivraient, les catapultes ayant une portée assez élevée.
Fenris donc, de son nom actuel, n'allait en général pas sur le champs de bataille, non pas qu'elle ne soit pas apte au combat, mais qu'elle l'était encore plus dans la gestion des troupes à distance.

-Akuma! Arrête donc de bavarder et attaque donc un peu, montre toi digne de ton cercle!

Fenris montrait du doigt deux anges qui semblaient se croire dans un jeu-vidéo, Elemiah et Gabriel. Des séraphins, certes, mais pas vraiment des experts combattants. Derrière cependant Fenris, le bois de l'arbre commençait à craquer. Bien se dit Fenris, cela ferait une diversion de plus.

_________________
Non, désespoir, putride réconfort, je ne veux pas me repaître de toi ;
Ni dénouer, tout lâches qu'ils soient, les derniers fils de l'homme
En moi, ni tout épuisé que je sois, m'écrier Je ne peux plus. Car je peux ;
Faire quelque chose, espérer, vouloir que pointe le jour, ne pas choisir de ne pas être...
Revenir en haut Aller en bas
Adonis
¤ Prince des Flammes

¤ Prince des Flammes
avatar

Masculin
Nombre de messages : 139
Localisation : Terre
Armes : Sabre / Chaine à piquants
Pouvoir : Pyroman
Statut :
Date d'inscription : 20/10/2007

Feuille de personnage
Race: Démon
Grade: Prince des Flammes / Démon du 7e cercle
Autre: Peut faire apparaître deux grandes ailes noires dans son dos

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Sam 9 Fév - 16:53

[@ Dayan : Je vais parler de toi dans le post d'après ce que j'ai compris par les tiens. Si jamais je me trompe, n'hésite pas à modifier... ]

La mort... oui. La souffrance... oui. Les vampires comme alliés... oui. Les terribles démons...oui. Les grands déchus....oui. L'ange qui se voue à la déchéance, pourquoi pas... Le nombre gigantesque de soldats, oui... Des humains se prêtant au jeu ? hum... Des Elfes s'incrustant également ? Ça faisait beaucoup là... Mais de quoi se mêlaient-ils ?
Et ces humains qui n'arrêtaient pas de courir dans tous les sens avec leur caisse qui explosent, ils envahissaient le territoire avec leur banales armes !

La nouvelle déchu hurla son nom. Fenris ? Pourquoi pas... Le démon regarda tous le monde autour, le champ de bataille devenait de plus en plus sanglant, bruyant, et c'était tant mieux. Soudain, il aperçut un ange de petite taille s'éclipser vers ce qu'on pourrait appeler une ruelle, et courir pour s'enfuir.
Les ailes déployés, le Prince des flammes s'envola pour s'approcher et s'aperçut que c'était un enfant. Une jeune fille semblant chercher désespérément sa famille... Elle battait des ailes mais n'arrivait pas à voler. Alors qu'elle s'était déjà bien éloigné du champ de bataille et que l'on ne pouvait entendre assez faiblement que quelques cris où bruits d'acier, l'enfant s'arrêta pour reprendre son souffle.
Adonis se posa un peu plus loin pour prendre forme humaine, celle qui était la moins effrayante. Il s'avança ensuite vers l'enfant en toussotant légèrement pour que cette dernière le remarque.


- Qui...Qui êtes vous ?

- Allons petite, que fais-tu si loin de ta famille ?

L'enfant ne répondit pas, dévisageant cet inconnu avec inquiétude.

- Allez vous en s'il vous plaît... Je ne veux pas mourir...

Le démon s'arrêta puis haussa les épaules. Il tourna ensuite le dos en lâchant d'une voix faussement indignée.

- Bon bon, je voulais simplement t'aider, je n'aime pas que l'on fasse du mal aux enfants...

Il commença à marcher vers les bruits de combats lorsqu'une voix l'arrêta.

- Attendez... Me laisse pas seule s'il te plaît...

La fillette avait fait un pas vers le démon, les yeux brillants, prête à pleurer. Elle tremblait au niveau des bras et ses mains ne cessaient de tripoter sa petite robe banche et bleue. Ses longs cheveux d'un blancs clairs descendaient tous le long de son dos jusqu'à ses jambes et quelques mèches sur le devant étaient collés sur son visage humidifié par les quelques larmes qui avaient coulés.

- Tu ne me fera pas de mal hein ? Demanda t-elle d'une voix hésitante.

- Bien sûr que non ma puce. Mais dis moi, pourquoi tu ne t'envole pas pour aller plus vite ?

Elle montra ses deux petites ailes au démon et répondit timidement.

- Parce que... j'y arrive pas encore monsieur...

- Et quel age as tu ?

- 4 ans et demi monsieur...

Adonis s'approcha davantage de l'enfant puis il s'accroupit pour se mettre à sa hauteur. La regardant droit dans les yeux, les paupières à demi plissées pour ne pas l'effrayer, il demanda d'une voix qu'il voulait la plus douce possible.

- Où sont tes parents ma jolie ?

- Je sais pas...

- Tu ne veux pas me dire ce qu'il s'est passé ? Allons, assied toi donc, tu ne risque rien avec moi.

Il la pris par la main et l'emmena sur un banc afin de la mettre en confiance. Une fois assise, il se plaça à coté d'elle et entoura son frêle petit corps de son bras chaud pour la réconforter et la pousser à continuer.

- Ben... ben en fait j'étais à ma maison, avec mon papa, ma maman et ma grande sœur. Pis y'a un grand monsieur qu'est venu, et qui nous a dit de fuir, alors on est tous parti et on a rejoint le groupe qui allait se cacher, parce que moi, mon papa, ma maman et ma grande sœur on sait pas se battre... C'était une grande madame qui dirigeait le groupe.

- Et quel est son nom ?

Voyant le regard interrogateur et presque méfiant de la petite, Adonis s'empressa d'ajouter.

- C'est simplement par curiosité, afin que je sache à qui m'adresser lorsque je te ramènerais auprès des tiens...

- C'est madame Dayan. Elle nous disait qu'elle nous amenait à l'abri, donc on la suivait, pis au bout d'un moment il a fallu se dépêcher, et j'ai perdu de vue mon papa, ma maman et ma grande sœur.
Ils couraient, mais moi j'suis pas assez rapide, alors j'arrivais pas à les suivre puis au bout d'un moment ils ont tourné dans une rue, et c'était celle là. Pis après je les voyais plus...


- Donc ils ne sont pas loin... Répondit le démon d'un air songeur, regardant autour de lui. Peut être même que le groupe en question les voyaient de là où ils étaient... Mais dans ce cas, ils interviendraient non ? La voix de la petite le tira de ses pensées.

- Comment t'appelle tu jeune fille ?

- Aliciel monsieur. Dis, tu vas m'aider à retrouver ma maman et mon papa hein ?

Le prince des flammes caressa le visage de la fillette en la regardant. Cette dernière baissa la tête et renifla en prononçant quelques mots comme "ils me manquent...". Sentant qu'elle allait céder, Adonis la serra contre lui et la laissa éclater en sanglot. Il murmura en regardant autour de lui.

- Allons... Bien sûr que nous allons les retrouver.

- Merci... J'veux que tu reste avec *snif* moi...

Il baissa ensuite la tête pour regarder ce petit bout de chou qui ne demandait qu'a retrouver sa famille, ce petit être toute mignonne, simpathique et tellement naïve. Elle pleurais dans les bras d'un puissant démon, profitant du corps chaud de ce dernier pour y trouver réconfort.

- Peut-tu me donner plus d'indication sur l'emplacement de ces anges ?

- Je..je sais p..pas..

- Tu ne sais pas...

Serrant toujours l'ange contre lui, ses yeux se rouvrirent pleinement et la température de son corps commença à augmenter.

- Pourquoi tu es si ch..chaud ?

- Chht... Ne t'inquiète pas, pleure, ça fait du bien... Je vais te faire un grand cadeau, il te permettra d'aller dans un endroit où tes parents et ta grande sœur te rejoindront bientôt...

- Tu... tu me fais mal...

Tandis qu'il serrait les bras pour empêcher sa 'protégée' de s'échapper, le corps du démon redevenait noir, ses ailes réapparaissant, ses cheveux redevenant flammes et son corps brûlant... Sa taille augmentait petit à petit pour redevenir le célèbre et puissant Prince des flammes qu'il était.
Dans ses bras, la petite hurlait au secours et l'odeur de peau brulée commençait à se faire sentir. Elle se débattait, apeurée et souffrante tandis qu'Adonis chuchotait à son honneur.


- Chht... Tout ira bien... Fais de beaux rêves petite puce...

Puis, sur une soudaine pression ses bras s'enflammèrent totalement, son corps avec, carbonisant la petite et noircissant sa peau. Cette dernière émit un dernier gémissement étouffé puis ferma les yeux en cessant tout geste de débat.
Le prince des flammes la prit dans ses bras et déposa avec douceur le cadavre de la petite fille sur le banc avant de la regarder une dernière fois.


- J'étais enchanté de te connaître Aliciel, peut-être serions nous devenus de bon amis en dehors de la guerre. Maintenant laisse moi combler ton souhait, tu voulais retrouver ta famille il me semble...

Sa forme changea à nouveau, et il reprit apparence humaine en espérant être ainsi plus discret, et paraître moins agressif lorsqu'il retrouvera le groupe qui se cache.
Ils n'étaient pas loin, il le sentait maintenant. Peut-être même avaient-ils vu le Prince des flammes tuer cette petite ? non, ils auraient intervenus, a moins d'être pétrifiés par la peur...
Ils ne devaient pas être trés loin.

Le démon prit une direction opposée à la bataille, il sentait des auras toutes proches...

_________________

Quand la froideur de mon âme s'associe à la chaleur de mes flammes...
Revenir en haut Aller en bas
Elrandir
¤ Seigneur elfique de l'air

¤ Seigneur elfique de l'air
avatar

Nombre de messages : 95
Statut :
Date d'inscription : 30/09/2007

Feuille de personnage
Race: Elfe
Grade: Seigneur elfique de l'air
Autre: Cynique et prétentieux.

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 10 Fév - 20:51

Les rangs commençaient à se désagréger, les démons étaient orgueilleux et ne connaissaient pas le sens du mot "équipe" ou "cooopération" même "ordre" ne devait rien leur dire, pas étonnant que les anges étaient en train de massacrer leurs rangs, les unités elfiques s'étaient regroupés autour de l'arbre des Séphiroth, arbre qui, de toutes évidence, allait être abbatu. Les flèches commençaient à pleuvoir dans les rangs ennemis, transperçant les anges, pour l'instant, l'armée elfique n'accusait pas de perte, aucun archers ennemi ne s'était présenté et leurs guerriers étaient abbatus avant de pouvoir s'approcher, pourtant, la bataille se résentait mal, s'ils venaient à être encerclés leur repli au centre serait...une catastrophe. Il fallait agir,et pour cela, il fallait atteindre les chefs ennemis.

Allons-y.

Il connaissait les capacités des elfe sous son commandement, il fallait à présent les mettres en service.
Un elfe se placa derrière lui, Maelstom, c'était son nom, l'un des meilleurs tireur elfique, si ce n'était le meilleur, seul Elrandir le devançait, il possédait une capacité très interessante. Il posa sa main sur l'épaule du seigneur et celui ci vit des choes qu'il n'avait jamais vu, une vision plus dévellopée que jamais, semblable à celle d'un aigle. Ce pouvoir resterait quelques temps en lui, ne dizaine de minutes approximtivement, mais cela suffirait, il pourrait abbatre les rangs arrières angéliques sans difficulté.
Il apercevait jusqu'à un cheveu posé sur la tête d'un soigneur angélique. Il comptait ceux qui semblaient être les chefs de troupes, 1, 2, 3, 4...il s'arreta soudain sur un ange hautain, il ne bougait pas? Il semblait attendre...attendre une faille...

Le seigneur banda son arc, pendant qu'un autre elfe passait dans les rangs, apposant une sorte de poussière sur toutes les fleches, de la glace, non plutôt une sorte de vent glacé celui ci péntrait la peau et gelait les organes, soigner une telle blessure était beaucoup plus compliqué, voire impossible. Elrandir décocha sa flèche, vers cet ange au regard si présomptueux, la poussière tournait autour de sa flèche, celle-ci frola le cou du séraphin et semblait se diriger vers une cible plus lointaine, portée par le vent, et d'autant plus rapide. La poussière de glace frola quelques cheveux du séraphin de la guerre, glaçant legèrement et remontant jusqu'à la racine. La flèche poursuivait son but, un autre séraphin, bien plus éloigné, il chancelait légerement et la flèche arrivait dans un angle mort, parfait.

_________________
"Je me moque de votre nom,vous êtes une marche, il est normal que je me serve de vous pour m'elever."
Revenir en haut Aller en bas
Akuma Tsubasa
¤ Démon du 7eme cercle

¤ Démon du 7eme cercle
avatar

Nombre de messages : 89
Statut :
Date d'inscription : 22/09/2007

Feuille de personnage
Race: Démon
Grade: Démon du 7e cercle
Autre: Schyzofrène, paranoïaque et anthropophage

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Lun 11 Fév - 0:11

Akuma avait commencé à massacrer kes anges avant l'intervention de la nouvelle Fenris. Mais il faisait cela lentement, et presque à contre-coeur, à vrai dire, la faiblesse des premiers adversaires semblait jusqu'à écoeurer le démon ailé. Cependant, un homme vint interrompre Akuma, il lui donna une bille, et lui délivra un message plus qu'étrange.
Le démon ne chercha pas à le comprendre, il était persuadé qu'il le comprendrait au moment venu d'utiliser cet étrange objet qu'un humain aurait facilement qualifié de "truc" ou de "machin". C'est alors que Fenris l'encouragea au combat. Mais il n'en avait pas franchement envie. Pas envie du tout, du fait que le combat était monotone.
Mais l'embuscade soudaine qui eut lieu à quelques dizaines de mètres de lui, semblait plus interessante. Elle était dirigée par deux séraphins, un encapuchoné et un jeune blanc-bec qui survivait tant bien que mal. Ils dirigeaient des archanges. Enfin quelque chose d'interessant venait ébranler la bataille.
Il prit son envol et survola la bataille pour se rendre plus facilement au lieu de l'embuscade.


- Pour la grande archange déchue FENRIS ! Hurla-t-il avant de rattérir parmi les démons de cercle inférieurs au sien.

Il se retrouva face à des archanges, d'un coup de queue, il en embrocha un, qui semblait essayer de s'extraire du mélange de lame. Cette tentative fut vaine, car aussitôt accroché, Akuma le décrocha en l'envoyant valser vers le mur. Un bruit macabre, infimne par rapport au brouhaha de la bataille, fit vibrer les anges et démons qui étaient à cet endroit. L'archange devait avoir la colonne vertébrale comme un puzzle ...
Les deux leaders, les séraphins étaient à droite du régiment, tandis que le démon ailé assaillait le flanc gauche. D'un coup d'épée puissant, sans aucune précision, il trancha le vêtement qui protégeait le torse ainsi que le torse lui même. Le sang gicla et tâcha les autres anges, qui combattaient assez facilement les démons faibles.
Il attrapa ensuite, de sa main qui ne tenait pas l'épée, un archange par le crâne, et le souleva légèrement, avant, pris par une pulsion sadique, lui broyer la boîte cranienne. Un bruit de cassure se fit entendre, et du sang mélangés à d'autres choses dégoulinait le long des doigts du démons. Il dut arrêter la torture sur l'archange, dont la vie allait se finir dans les secondes qui allaient suivre, pour parer un assaut enragé de sa droit.
Il balaya le fou furieux qui venait de l'attaquer d'un coup de queue qui ensanglanta encore la pièce.

Le sang était le maître mot de la bataille qui faisait rage. Soudain des volées de flèches passèrent au dessus d'Akuma. Elles éliminèrent les adversaires directs du démon, mais le bataillon angélique était encore en majorité vivant. Il observa qui venait de tirer ces flèches parfaitement visées.
Il vit les elfes, près de l'arbre des séraphins. Il avaient répandu une étrange poudre sur leurs flèches. A en juger parce qu'il voyait, Akuma pensa que cela empêchait la guérison des blessés par les projectiles. Il observa alors un peu les projectiles. L'un deux avait touché un des deux séraphins du bataillon adverse à Akuma.
Le jeune, l'encapuchoné, lui, ne semblait pas s'être rendu compte de la mort de son allié. Il allait sans doute faire une crise, c'était ce qui se passait quand un ange perdait son coéquipiers. C'était ce qu'Akuma pensait, en s'appuyant sur ce qu'il avait eu l'occasion de voir durant les différentes batailles.
Les démons, eux, n'avaient que très rarement des coéquipiers, et se fichaient totalement de leur survie. Dans la plupart des cas, car, effectivement, si Akuma venait à être mis en équipe avec Appolyon, le chef des démons du 7e cercle, absent de la bataille, il le protégerait et le soignerait coute que coute.
C'était ce que le démon ailé pensait du respect hiérarchique. Lui, il se faisait respecter par sa puissance, il surpassait souvent les démons qu'ils affrontaient, et s'arranger souvent pour ne pas rendre officielles ses défaites, ou ses combats perdus d'avance.

Quoiqu'il en soit, le démon combattait avec ferveur contre ses ennemis. L'odeur du sang embaumait l'air. Une odeur putride, celle du sang angélique dominait. Des ruisseaux de sang s'étaient formés entre les larges pavés de Celestia. La bataille faisait rage depuis peu de temps, et un nombre énorme de victime était déploré dans les deux camps.
Et ils ne s'arrêterait surement jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'ennemis dans le camp adverse. Ce n'était pas pour rien que ces guerres étaient éternelles. Quoique la bataille allait sans doute être rapide, elle n'avait pas fait objets de longue préparation dans le camp angélique, et casiment pas dans le camp démoniaque.
Akuma s'approchait de plus en plus flanc droit, pour atteindre le seul des séraphins en état de combattre : l'encapuchoné. Il décapitait, étripait, transperçait, égorgeait, massacrait pour atteindre son but. Il n'était que très rarement mis à mal, et c'était par des groupements d'anges, jamais par un seul et unique archange.
Cependant, s'il n'était pas armé jusqu'aux dents, il n'aurait un telle aisance à tuer ces soldats sur le champ de bataille, mais voilà, son armement était mortel, et donner un grand avantage à son porteur. Akuma avait à peu près tué un vingtaine d'homme à lui tout seul, mais il en restait beaucoup, en renfort, et derrière eux.
Les archers angéliques tentèrent plus d'un fois d'atteindre le démon ailé, mais celui-ci esquivait, avec beaucoup de difficultés, et des pertes d'équilibres qui auraient causé sa mort s'il n'avait pas été aussi bien armé. Cet arsenal lui sauvait la vie.
Maintenant son seul désir était d'atteindre le séraphin qui menait le bataillon, de l'étriper, et de décourager l'ennemi qui commençait à gagner un peu de terrain, au grand désarroi des troupes infernales qui se déversaient dans Celestia beaucoup plus lentement maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel
¤ Messager de Dieu

¤ Messager de Dieu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 238
Age : 26
Armes : épée d'or
Pouvoir : glace
Statut :
Date d'inscription : 10/06/2007

Feuille de personnage
Race: Ange
Grade: archange
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Jeu 14 Fév - 21:38

D’innombrables cadavres recouvraient le champ de batailles, amplifiant la fureur du carnage qui s’y déroulait. Le fracas des armes semblait résonner tel le grondement du tonnerre tandis que les rues de Celestia s’emplissait d’une teinte pourpre, reflétant la lueur tamisé du soleil. Partout c’était le chaos ; des troupes de démons sanguinaires s’éparpillaient, tuant tout sur leur passages ; les humains, plus organisés, déversaient sur les troupes angéliques des projectiles dévastateur auxquels se joignaient les flèches acérées des elfes, vombrissant doucement avant de détruire brutalement une existence ; les déchus, peu nombreux, se battaient avec tant de fougues qu’un vide s’était créer autour d’eux ; Le soleil mourrait à l’horizon, teintant le ciel de couleurs écarlates, oranges et or, reflet du sol rouge du sang des combattants.

Tel était le spectacle apocalyptique que contemplait Gabriel en survolant les rangs disparates de l’armée ennemi, piquant de temps à autres sur un démon esseulé dans le but de le décapiter d’un coup d’épée. Inlassablement, le messager battait des ailes, puisant toujours un peu plus dans ses forces. Même s’il ne le voulait pas, même s’il n’en avait plus la force, il devait continuer le combat. Dans le cas contraire Il n’y avait pas d’autre alternative autre que la mort. Et Gabriel refusait de s’adonner à ce luxe. Parce qu’il n’en avait aucune envie, mais aussi parce qu’il avait promis à Dayân de la revoir vivante. Et pour cela, il ne devait pas mourir.

Gabriel se prépara à piquer une fois de plus. Il stabilisa d’abord son vol, puis balaya le champ de bataille pour dénicher sa proie. Son œil fatigué détecta un déchu, enfoncé dans les rangs angéliques, bataillant avec férocité. Une proie facile, presque trop même. Dans un geste irréfléchie, Gabriel fondit sur le déchu. En moins de qu dix secondes, l’ange fut sur sa proie. En un coup précis, il fit décrire à son épée un geste horizontal, et trancha sans difficulté la chair du déchue. Sous la violence du choc, la tête de celui-ci décolla sur plusieurs mètres avant de retomber lourdement sur le sol dans un flot de sang, tandis que Gabriel remontait lentement vers le ciel. Ses ailes fouettaient puissament l’air pour s’élever. Le messager éprouvait de plus en plus de difficulté à voler : ses forces s’amenuisaient dangereusement au fur et à mesure qu’il combattait avec rage. A ce rythme, il serait mort avant la fin de la bataille. C’était certain. Gabriel secoua a tête, faisant ainsi perler une myriade de goutte de sueur de sa chevelure argenté aux reflets bleutés. Penser ainsi, c’était avouer sa défaite, et il n’en avait pas le droit. Beaucoup de choses pouvaient encore se passer avant la fin de la bataille.
Gabriel se mit à planer dans un courant chaud, facilitant ainsi son vol. Tel un rapace, il attendait qu’une proie se présente à lui pour se jeter dessus sans lui laisser la moindre de chance de s’échapper.

Les heures se succédèrent ainsi. Heures pendant lesquelles de nombreux cadavres vinrent agrandir les tas formés par ceux déjà tués. Des ruisseaux de sang se formèrent, se déversant dans les rigoles des rues de Celestia tels de torrent pourpre. Les deux armées continuaient néanmoins le combat, sans se soucier des pertes engendrés par le conflit.

Pour Gabriel, ces quelques heures passèrent aussi lentement que des années. Chaque mouvement qu’il faisait lui attirait inexorablement une grimace de douleur tant il était courbaturé et couvert de blessures, certes peu profondes, mais qui le picotaient désagréablement. Mais ce n’était pas seulement cela, le messager en avait assez d’entendre le cri effroyables des agonisants, assez de voir se dérouler cette boucherie à laquelle il participait. Gabriel se sentait dégoûter de lui-même. A chaque fois qu’il tranchait les chairs, même d’un démon, il ne pouvait s’empêcher de frémir à l’idée d’avoir ôter la vie à un être vivant. Certes les démons étaient les ennemis des anges depuis les temps immémoriaux, mais la sensation des chairs tranchées révulsait Gabriel. Et puis, invariablement, cet acte s’ensuivait d’un cri porteur d’une telle souffrance que le messager ne pouvait s’empêcher de marquer un temps d’hésitation avant de reprendre le combat.
Et par deux fois, cette hésitation avait faillit lui être fatal. Il n’était rester en vie qu’en se jetant sur le côté, dans un ultime élan d’énergie. Ces deux fois où il frôla la mort montrèrent à Gabriel qu’il n’avait pas le choix : c’était combattre où mourir.

Volant avec de plus en plus de difficulté, Gabriel dut se poser au milieu des troupes angéliques, et combattre à leurs côtés. Combattre à terre était moins difficile pour lui puisqu’il ne devait plus battre des ailes pour se maintenir dans les airs ; de plus, étant alourdi par son arme et ses habits, Gabriel se déplaçait avec lenteur dans les cieux.

Au cours de la bataille, le messager avait vu nombre de ses compatriotes mourir sous les armes des démons, déchus et humains, mais voir de haut était beaucoup moins impressionnant que d’en bas. Aussi, Gabriel se sentit submergé par une espèce de terreur mêlée à une rage sans borne lorsque son voisin d’arme périt sous les terribles lames des démons. Sans se poser plus de questions, le visage déformé par la haine, Gabriel se rua sur les êtres qui n’avaient d’humains que l’apparences.

Le messager batailla longtemps, couvrant le champ de bataille de cadavre sur le visage desquelles on pouvait lire un rictus de haine et de douleur. Il semblait fixé les vivants de leur regard moribond avec envie. C’était un sentiment indescriptible que de regarder ces cadavres, baignant dans un liquide constitué d’un mélange d’eau et de sang. Il se battit jusqu'à ce que ses jambes flageolantes puissent à peinent le porter, que ces bras lui semblent si lourds que soulever son épée relevasse de l’exploit, jusqu'à ce que la vision du sang, de la mort lui soit insupportable. Alors, la furie qui animait Gabriel s’éteignit brusquement, comme la dernière fois, lorsqu’il s’était jeter corps et âme dans la bataille. Il se sentait vider de toutes ses forces. Simplement le fait de respirer lui était pénible, provoquant une vive douleur dans ses poumons.

Gabriel battit donc en retraite, cédant sa place à des archanges plus vigoureux que lui, dont les forces n’avaient pas entamés par la bataille. Il profita d’une petite accalmie pour reprendre quelques forces, et se soigner de la multitude de blessures qui couvraient son corps fin, quoique musclé.
Puis, avoir laissé son corps soufflé un peu, Gabriel avait empoigné l’épée d’or du message de Dieu et l’avait brandit, avec une vigueur renouvelée. L’ange aperçut un démon, d’apparence plus robuste que les autres non loin de lui. Il semblait armé d’un arsenal complexe mais néanmoins efficace, et possédait une paire d’aile d’un noir de jais, effrayant. Ce démon massacrait les anges qui l’assaillaient l’un après l’autre, sans pitié. De plus, il ne semblait aucunement gêner par la multitude d’archanges qui s’attaquaient furieusement à lui, mettant dans la bataille toutes leur énergie pour défendre la patrie si chère à leurs yeux.
Le sang de Gabriel ne fit qu’un tour, et ne s’apercevant pas qu’il accomplissait un acte, certes héroïques, mais néanmoins suicidaire, il se rua à l’assaut du démon ailé en poussant un sauvage cri de guerre. Jamais Gabriel n’accepterait de voir ces semblables se faire massacrer par leurs ennemis ; même si ces anges étaient parfois de ceux qu’ils haïssaient pour leur cupidité et leur avidité. C’était ainsi, il n’y pouvait rien. C’était plus fort que lui, il ne pouvait pas s’empêcher de voler au secour de ses compatriotes qui allaient jusqu'à donner leur vie. Les laisser se faire trucider était un acte au-dessus de ses forces.
Revenir en haut Aller en bas
http://watashinokuni.canalblog.com/
Dayân
¤ Intermittente du spectacle divin

¤ Intermittente du spectacle divin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 663
Age : 26
Armes : deux katanas courts en verre enchanté
Pouvoir : apaiser les âmes
Statut :
Date d'inscription : 06/05/2007

Feuille de personnage
Race: ange
Grade: Ange, intermittente du spectacle divin
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Ven 15 Fév - 17:10

Délicatement, l'artiste déposa un jeune soldat sur une des civières. Ce dernier gémit de douleur. Un bras lui avait été arraché, sa jambe droite ne tenait que par un mince morceau de chair à vif, et son corps était parcouru d'innombrables entailles. Le Chérubin lui jeta un regard professionnel. Très vite, les enfants avaient appris à mettre une distance entre eux même et leur patient. Si au départ la danseuse avait dû tarir bien des larmes, ça n'était plus nécessaire. Ce qu'on aurait pu appeler l'humanité des angelots avait été mise en standbye. Seul leur âme de soigneur demeurait.

L'ange posa sa main sur le front du soldat, l'obligeant à somnoler. Le lieu devait demeurer en sécurité, il était donc hors de question que les cris des blessers ne révèlent l'emplacement de la cachette. Mais elle avait besoin de garder de l'énergie. Il y avait déjà beaucoup de monde dans l'infirmerie. Trop, au goût de l'artiste. Ayant un vécu plus important que les chérubins, son esprit à elle ne s'était pas clôturé derrière une froide barrière, et elle supportait difficilement la vue et l'odeur du sang. Le parfum morbide du liquide vital lui faisait tourner la tête.

Le voix de Melkor lui fit tourner la tête. Son coeur se desserra un peu et elle se releva prestement pour serrer dans ses bras l'humain. Le savoir près d'elle était déjà un certain soulagement. Et il n'avait pas l'air trop mal en point.

- Toute aide est la bienvenue! Si tu pouvais aller donner un coup d'main au petit groupe de chérubins, là bas, s'il te plait. Ils ont un peu plus de mal que les autres à contrôler leurs pouvoirs.

Elle indiqua au terrien cinq enfants qui s'occupaient tant bien que mal de leurs patients respectifs.

- Ils t'indiqueront quoi faire. Tenir, bander, calmer, bref... Sinon, tu peux aussi m'aider à ramener les blessers.

Il restait encore de la place dans l'hospice, car certains anges n'étaient que de passage, repartant après un petit moment au combat.

- Est ce que... tu as besoin de quelque chose? demanda maladroitement l'ange à Melkor.

Elle qui était plutôt du genre locace, se renfermait de plus en plus à mesure que la bataille avançait. Elle avait l'impression d'avoir perdu la faculté de parler et réfléchir. Elle ne savait pas comment demander à l'humain s'il était physiquement mal en point, s'il désirait s'hydrater, s'il allait bien moralement, ... Toutes ces questions banales et précieuses, qui lui semblaient soudain mal placées en pareille période.

- Dayân?

L'artiste lacha le terrien et se tourna vers un de ses semblables. Il était complètement affolé.

- On... On ne sait pas où est Aliciel. Elle nous suivait. Et puis. Plus là. Je n'sais pas où nous avons pu la perdre. Il faut aller la chercher. Il faut absolument...

La danseuse leva ses mains en signe d'apaisement.

- Je vais aller la chercher, déclara t elle. Je reviens, lança t elle à Melkor.

A oui. Il fallait aussi qu'elle s'occupe des anges qu'elle avait rapatriés et qui ne savaient pas se battre. Depuis un certain temps elle baissait son attention. Elle n'avait même pas remarqué l'absence d'Aliciel alors qu'elle la connaissait bien de vue. Il fallait qu'elle se ressaisisse.

Au moment propice, elle sortit discrètement de l'infirmerie cachée. Elle retint de justesse une grimace. L'odeur de sang putride lui donnait le tournis, mais il fallait qu'elle avance. Prudemment, elle slaloma entre quelques duels enragés puis s'angagea dans des petites ruelles. Ils étaient passés par là, elle s'en souvenait. Le village était à double tranchant. Elle connaissait tous les passages par coeur, et les innombrables rues formaient presque un dédale, mais elle réduisaient aussi les chance de fuites si on se retrouvait au mauvais endroit au mauvais moment.

Soudain, au détour d'un chemin pavé, elle tomba sur quelqu'un. Elle s'était figée sur place en l'apercevant, espérant passer inaperçu, mais c'était visiblement raté. Sa main gauche fusa à la poignée d'un de ses katanas. Mais il s'avéra rapidemment qu'il s'agissait d'un ange. Toutefois, la danseuse resta à une bonne distance de l'être, la main toujours posée sur son arme, et dans les yeux une lueur farouche de défi.

- Eyaël? répéta surprise l'artiste oubliant toute prudence. Et ben c'est pas compliqué: la bataille a débuté. Z'êtes aveugle ou quoi? Et ca s'dit Séraphin de la Sagesse!

L'espace d'un instant, la danseuse était redevenue égale à elle même, mais cela ne dura pas plus longtemps. L'attitude renfermée et sérieuse dûe au massacre prit rapidemment le dessus et son visage se fit de glace.

- Inutile de vous rendre au Sanctuaire, partout dans Celestia doit résonner le glas des épées s'entrechoquant. Tirez votre arme et défendez votre terre, c'est tout ce qu'on vous demande à présent.

Sans lacher son semblable du regard, l'artiste s'esquiva dans une ruelle. Puis, quand il sortit dans son champ de vision, elle recommença à courir. Pas beaucoup cette fois. Car elle tomba directement sur l'enfant qu'elle cherchait. Ainsi qu'un démon. Juste le temps que voir le chérubin mourir de la morsure du feu. Il n'y avait pas d'ambiguité, c'était bien le démon qui l'accompagnait qui avait mis fin à sa vie. Tout d'abord une impression de vide absolu envahit la jeune ange. Comme si elle rêvait. Ou plutôt, cauchemardait. Parce que ça n'avait pas pû se passer ainsi. Ca n'était pas possible. Ca n'entrait pas dans l'équation. L'histoire disait qu'elle retrouvait Aliciel et la ramenait en vie à l'infirmerie. Non. Non. NON!

- ALICIEEEEL!! hurla Dayân.

C'était peut être la chose la plus folle, la plus insensée, et la plus suicidaire qu'il y avait à faire. Ou plutôt, à ne pas faire. Mais ça avait été plus fort qu'elle. Une vague de souffrance avait soudain déferlé en elle. De minces filons de larmes salées coulaient de ses yeux. Depuis la début de la bataille, depuis le début de sa vie, c'était la première fois qu'elle voyait un démon tuer un ange. Un chérubin qui plus était. Et cela lui faisait mal. Parce qu'elle n'avait pas pû l'empêcher. Parce qu'elle aussi était une ange. Parce qu'elle avait ressenti la souffrance de l'enfant. Parce qu'elle ne pouvait pas supporter cette idée de mort, en somme.

L'ange serra les dents et dégaina un de ses katanas. Pas par envie de vengeance. Non, elle avait vu assez de sang couler, et n'avait aucune envie de tuer, quelque fut le motif. Plutôt par réflexe. Le démon l'avait vue, c'était forcé, à moins qu'il fut sourd. C'était sans doutes plus pour défendre sa propre vie qu'elle avait tiré un des sabres jumeaux.

De sa main droite de libre, elle essuya ses larmes, traçant sur ses joues pâles deux trainées écarlates. Elle sentait encore sur ses mains le sang liquide des blessers qu'elle avait trainés. Bientôt le sien irait se mêler à la terre pur de Celestia. Parce qu'il était presque évident qu'elle ne ferait pas le poids. A moins qu'un allié ne passe dans le coin.

Elle sortit de la ruelle par laquelle elle était arrivée. Inutil de se retrouver dès le départ désavantagée. Elle hésita un instant à tirer le second katana de son fourreau. Après tout, elle avait appris à se servir de ses deux mains, et s'ils étaient jumeaux ça n'était pas pour rien, mais... Elle ne comptait pas gagner. Alors... Déjà, elle ne savait pas pourquoi elle ne se laisser pas tuer tout simplement. Ca aurait été tellement plus simple. Et plus rapide... Son coeur se serra. Gabriel. Melkor. Raziel. Michaël.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gwenaël
¤ Chérubin

¤ Chérubin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 133
Statut :
Date d'inscription : 20/11/2007

Feuille de personnage
Race: angélique
Grade: Angelot
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Ven 15 Fév - 20:42

Le Séraphin survola Celestia de bas en haut. Assez près pour recevoir des projectiles, assez loin pour avoir le temps de les éviter. L'équilibre se mettait en place. Si les anges avaient l'avantage du terrain, de la coordinationet de la stratégie spatiale, leurs ennemis avaient celui du nombre de combattants, et de la diversité de leurs forces, aussi bien technologiques qu'en la variété des races.

Depuis combien de temps durait la bataille? Près de vingt trois heures. Les forces s'amenuisaient peu à peu, mais l'ardeur et le zèle des combattants des deux camps demeurait quasi intacte. Les anges défendaient chèrement leur territoire et une grande partie des soldats restants étaient ceux du corps militaire, habitués au supplice. Les êtres humains, comme prévu, étaient bien déterminés à leur tache, et s'ils avaient un désavantage physique, leur volonté la compensait largement. Les démons, quant à eux, profitaient pleinement de cet oasis de plaisir sanguinaire, souvent à leurs dépends d'ailleurs.

Michaël vira légèrement et passa au dessus de Camael en prises avec un déchu. Visiblement, ce dernier semblait peiner. Presque réticent au combat. Evidemment. Lucifel avait embarqué avec lui tous les déchus, ou presque, il ne lui avait pas sembler voir Ekiel, comptant sur leur haine. Cependant, la première fureur de destruction passée, certains, beaucoup, se retrouvaient en proie à leurs souvenirs. C'était le monde qui les avait rejetés. C'était la civilisation qui les avait marginalisés. Mais c'était leur terre natale. Et c'était leur peuple, qu'ils connaissaient sous toutes les coutures. En dépit de son aversion et de son dégoût des déchus, le Séraphin de la Guerre comprenait les bannis.

Il se positionna en arrière du front qu'avait formé une partie des troupes angéliques et sur lequel les vagues démoniaques se brisaient comme l'écume sontre la falaise. Une rangée d'anges militaires avaient ainsi encerclé l'île de l'Arbre des Séphiroth, où une bonne partie des armées ennemies se trouvait encore. Les démons, déchus, humains, elfes, non pas elfes, qui s'étaient dispersés dans Celestia ne pouvaient retourner à leur point de départ. Même pourvus d'ailes. Car la barrière angélique était à double tranchant. Cela donnait le désavantage de se faire prendre façon hamburger - il fallait absolument qu'il cesse de trainer avec Dayân - mais le jour où les démons découvriraient cela, alors qu'ils avaient le nez en plein combat, n'était pas venu.

Le problème, aussi, c'était que cela donnait quasi champ libre aux démon, déchus, et humains déjà infiltrés de faire à peu près tout ce qu'ils voulaient. Il y avaient bien des garnisons dissimulées dans Celestia, qui avaient dû profiter de l'avantage de la surprise pour réduire le nombre des ennemis dispersés. Mais cela ne suffirait pas. Pas au train où ça allait. En spéculant un peu, la victoire était sûre à 60% si tout se déroulait comme prévu. 50% si l'arrière, c'est à dire Celestia en dehors du blocus militaire, se faisait entièrement décimer. 30% si ses ordres précis n'étaient pas suivis à la lettre.

Une flèche vola dans sa direction. Mais il ne fit aucun effort pour l'éviter. D'ailleurs, ça n'était pas lui qui était visé. Elle l'effleura tout de même, glaçant au passage une mèche de ses cheveux. Le militaire se retrouva soudain de nouveau dans la trajectoire de la flèche, mais quelques mètres plus loin. Il l'attrapa par le corps lorsqu'elle passa derrière lui. Un peu comme s'il attrapait une mouche particulièrement embêtante. Il jeta un rapide coup d'oeil à la flèche. Ses doigts avaient évité l'étrange corps de particules froides recouvrant le bout mortel de la flèche.

---------

Il regarda le dos du seigneur elfique. Elrandir. Serait il intéressant de le garder en vie? Lui et ses elfes? Alors qu'il n'avait qu'un geste à faire pour les décimer. D'un point de vue politique, sûrement, mais il aviserait. Les battements de son coeur avaient ralenti. Pas qu'il commençait à s'endormir, c'était plutôt une manière d'économiser ses forces. Pas que ce fut ce qu'il lui manquait, mais il aurait besoin d'une intense concentration quand ce serait son tour d'entrer en action.

Derrière lui, l'Elite ne bronchait toujours pas. Vingt trois heures d'attente à présent. Et le moment se rapprochait peu à peu. Rien de ce qui se passait autour d'eux ne leur échappait. S'il décidait d'intervenir à l'instant présent, chacun des anges de sa troupe saurait où et comment frapper. Dans l'esprit de chacun s'affinait depuis le début des plans de déroulement de bataille. Les yeux de braise du Séraphin de la Guerre se posèrent sur le dos de Lucifel, puis sur celui d'uriel qui parlait avec un humain.

---------

Il pleuvait des corps angéliques. En petits morceaux. Si ça c'était arrêté là, ça serait passé, mais ça sentait plus que la mort. Ca sentait quelque chose de plus malsain encore. Et Michaël n'était pas le seul à le sentir. La plupart des combattants ne voyaient pas le danger, à part celui d'être assomé ou recouvert de sang poisseux, mais la majorité des guérisseurs s'entre regardaient presque effrayés. Le Séraphin distinga Remiel et raziel dans la masse. Il fondit jusqu'à poser pied à terre près d'eux. Ils étaient plus près du front que de l'arrière, mais des morceaux de chair angélique avaient tout de même échoué à leurs côté.

- Des armes humaines, commenta Remiel. Et les projectiles ne doivent sûrement pas servir qu'à la décoration. Ils empestent...

Il se tut, croisant le regard de son partenaire. Michaël s'accroupit devant un morceau de chair sanguinolent. Il dégaina Azaël qui se transforma en poignard et s'entailla la paume de la main. Rangeant son arme, il posa sa main meurtrie sur toute la surface sur projectile, allant même jusqu'à l'ouvrir. Il s'agissait d'un bout d'ange, oui mais il était mort. Et les morts devaient servir aux vivants s'il ne pouvaient être en paix.

Aussitôt, il sentit quelque chose s'insinuer dans ses veines. C'était subtile, c'était fin... mais c'était bien là. S'accrochant à chaque cellule de son être, comme si l'existance de chacune de ses molécules était une offense à la vie. C'était là pour détruire. Lentement. Tout ce qui ressembalit de près ou de loin à un organisme vivant.

---------

Elle était dos à lui, il ne pouvait donc lire sur ses lèvres. Elle l'avait toujours étonné, au plus loin où remontait sa mémoire. Il se souvenait même des crises de jalousie d'Ariel lorsqu'il s'intéressait plus aux résultats d'Uriel qu'à ceux de son amie. Allons bon, comme si c'était de sa faute s'il aimait se confronter aux esprits les plus affinés, il fallait bien qu'il trouve de quoi s'occuper, et résoudre des plans de bataille du commun des mortels, ça, c'était pas son truc. Ou juste pour faire plaisir à X ou Y quand il était dans un jour de bonté. Son doigt passa sur sa paume qui ne portait aucune trace de coupure portée par Azaël. Un pseudo sourire se dessina sur ses lèvres. Oui, d'aussi loin qu'il se souvenait, elle avait toujours été méticuleuse en certains points.

---------

- Virus de fièvres hémorragiques, commenta le Séraphin en se relevant. Premiers symptômes après quelques jours. Mettez les autres au courant Raziel.

Il passa un doigt sur sa coupure et celle ci se referma. Mais le mal était fait. Il saisit Azaël dont le halo l'entourant s'agitait furieusement et l'épée plongea droit dans le morceau de chair. L'arme le carbonisa sur place. Cendres il était, cendres il redevint. La bataille serait rapide. L'un des deux camp se dépêcherait de faire pencher la balance. Les démons n'étaient pas connus pour leur patience, et Michaël non plus.

- Mais il faut se préparer à pire, continua le Séraphin d'un ton presque monotone. Ca n'est visiblement pas la seule arme humaine qu'elle ait pris la peine d'utiliser.

Le soldat songea aux troupes humaines trimballant des caisses dans la cité angélique. Inutile de les arrêter, ou de tenter de les arrêter. Elles feraient leur travail.

- Faites passer qu'on renvoie les morceaux de chair du côté démoniaque.

- Michaël! s'excria Remiel scandalisé. Ce sont des membres de notre peuple!

- Plus maintenant, répliqua le soldat. Ce sont des armes de guerre.

Un regard glissa entre les deux Séraphins. Un virus n'était pas sélectif, anges, démons, déchus, humains ou elfes, il toucherait tout le monde si on le faisait entrer en contact avec le sang de ceux dont on désirait la mort. Et si on le renforçait afin qu'il serve plus rapidement à sa cause...

- Ca risque de se retourner contre nous, grogna tout de même Remiel pour la forme.

- Sans doutes. Vous avez essayé les nouvelles flèches?

- Celles qui explosent en entrant en contact avec le sang? Non.

- Tu devrais p'tet les utiliser maintenant, avant que ça se retourne contre nous ou que l'endroit devienne un marécage de sang.

Le Séraphin de la Guerre repris son envol sur ces bonnes paroles. Remiel saurait décider quoi faire, ainsi qu'à qui confier lesdites flèches. Des bons tireurs éloignés du sang de préférence. Inutil de se faire sauter soit même. Ah.. Il allait oublier quelque chose. A quelque mètres de l'armée angélique, il banda ses muscles, et d'un geste leste, puissant, précis, d'une force et d'une dextérité sur-angélique, il renvoya la flèche glacialement mortelle droit vers le coeur de son précédent possesseur elfe. Puis, sans se soucier véritablement de savoir si elle avait touché son but, il repartit à sa surveillance.
Revenir en haut Aller en bas
Melkor
¤ Mercenaire

¤ Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 56
Statut :
Date d'inscription : 03/11/2007

Feuille de personnage
Race: Humain
Grade: Mercenaire
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Ven 15 Fév - 22:16

Melkor participa donc après le carnage, à l'effort de guerre par son plus radical opposé, le soin de blessés. Il ne pouvait pas vraiment user de son don, cela risquait peut-être même d'aggraver les choses. Il aida donc les chérubins, plaçant des bandages, compressant les blessures ouvertes et remettant en place les os fracturés. Calmer les anges? Alors que certains d'entre eux avaient affronté des humains? Cela serait dur, et essayant d'utiliser le plus de temps possible, il évita de la faire, laissant cette tâche qui pour lui était ardue, aux chérubins qui savaient sûrement mieux que lui quoi leur dire.

-C'est bon, je vais me retrousser les manches et faire l'inverse de ce que je faisais tout à l'heure, fermer les plaies au lieu de les ouvrir.

Les mains de Melkor, cependant, furent rapidement tâchés de sang, un sang qu"il avait n'avait pas fait couler, un sang qu'il empêchait le plus possible de le faire. Première fois de sa vie qu'il faisait ce genre de choses, lui qui n'avait vécu que dans la haine des démons se trouvait obliger de vivre dans l'amour des anges. Anges qui avaient presque laisser la Terre aux démons... Mais Melkor ne pensa pas trop à cela et continua son dur labeur en évitant de penser à son passé, se concentrant sur sa tâche.
*
**


Bien loin du carnage de l'arbre des Sephiroth, loin derrières les lignes organisées à présent des forces angéliques, trois groupes d'humains se trouvaient dans Célestia.

Groupe Ψ:

Les hommes d'avant-gardes étaient équipés d'armes à feu, de type desert eagle, modifiés spécialement pour la bataille. Mais ils ne devaient les utilisés qu'en cas d'extrême nécessité, et usaient donc principalement de leurs épées. Cependant, nul besoin de le faire pour l'instant, les rues de la cité céleste étaient vides.

Alpha - "La cible est-elle encore loin, Lambda?"
Lambda - "D'après la carte, encore 1650 mètres"
Alpha - "Equipe Ψ !Nous sommes proches donc, soyez heureux. Adressons nos dernières prières à Loki et Surt, qu'ils soutiennent jusqu'aux bout Dame Fenris."

La troupe faisait environ une centaine de personnes, mais les micro qu'ils avaient dans les oreilles retransmettaient toutes les paroles de leur commandant tandis que celui-ci chuchotait presque dans son col. Quelques soldats regardèrent autours d'eux, inspectant les alentours, puis, tous portèrent la min droite à leur coeur et fermèrent les yeux, et se mirent à remuer les lèvres pour adresser des pensées à leur dieu, qui n'était sûrement pas celui qui habitait au sein de cette cité. Puis, ils finirent par se remettre en marche.

Donc, 1650 mètres plus loin, au sein d'une petite place dont le centre était une fontaine, comme l'avait précisée Fenris, ils déposèrent la caisse à côté. Tous savaient ce qui allaient se passer. Nul ne reculerais devait la tâche. Ceux qui étaient chargés de la caisse l'ouvrir donc, laissant apparaitre aux yeux de tous une arme magique, passive, mais qui en ces lieux feraient beaucoup de dégats au moral adverse. Le second coup, après le virus.
L'Alpha, chef de la troupe, accompagné par Lambda, Espilon, Omicron, et Psi, se rassemblèrent autours de l'arme. C'était en faite, une sorte de tube de verre de 50 centimètres de diamètre et de 1 mètre de long, mais qui était à l'intérieur, noir. Mais ce n'était pas du verre, mais une matière humaine, faite pour résister à bien des choses, presque indestructible. Seul sur le verre, se trouvait une sorte de boitier, que Alpha ouvrit. Il tappa un code, puis ce fut le tours de Omicron, puis de Lambda, et Psi.

Mais à ce moment, une troupe d'anges apparut par surprise, ils devaient être deux ou trois milles. Ils avaient volés pour les attaquer par surprise. Les troupes, très vite, se réorganisèrent, et les armes à feu leur permirent de résister il faut dire avec beaucoup plus de facilité que si ils avaient eu leurs épées à la place. Mais les munitions vinrent à manquer, et les anges maitrisaient beaucoup mieux que les humains l'art de l'escrime. Le groupe Ψ fut assez rapidement détruit, jusqu'a ce qu'il ne reste qu'une dizaine d'humains faces a environ cinq cents anges. Alpha était mort. Les survivants étaient blessés, mais il n'y aurait pas de demande de se rendre.
Epsilon était mourrant, mais fut rapidement emmener à l'arme, et il tappa consciencieusement son code, et appuya sur la touche de validation. Juste à ce moment, une lame le transperça et toucha de la pointe le tube de verre, sans même l'égratigné.

-Qu'est-ce donc que cette chose, Enoriel?
-Je sais pas, mais quoi que ce soit, il ne faut pas qu'elle reste ici si elle ne peut être détruite par l'épée, ça doit être important.

Ils se mirent donc en tête de porter le tube de verre, quand soudain, un long bip sortit du boitier. Le tube de verre explosa une minute après que le dernier code fut rentré.

*
**

Melkor était tout seul, Dayan étant partie chercher quelqu'un. Mais il avait décidé de changer lui aussi d'air, préférant salir ses mains pour l'instant du sang de ses ennemis.
Il avait à peine tués une elfe et quelques démons, ainsi que quelques déchus, que il entendit un bruit assourdissant, qui fit vibrer le sol. Un souffle d'air vint raffaichir la sueur qu'il avait sur le dos, ainsi que le réveiller car le sommeil en retard commençait à se faire sentir. Il put voir, loin, très loin en fait, mais parfaitement visible, une sorte de nuage noire sortir de l'endroit qui avait été l'épicentre de cette explosion. Un nuage noir qui ne se dissipait pas au fur et à mesure qu'il se propageait dans le ciel, un nuage qui au contraire, s'assombrissait de plus en plus. Et il vint à atteindre le soleil, assombrissant par là tout le chant de bataille.

-Quel est donc cette...diablerie!

Cela n'empêcha pas cependant à Melkor de couper quelques têtes de démons en plus, mais il reçut des blessures, ces derniers semblant se nourir de la noirceur...Oui! Exactement, se souvint-il, Dayan le lui avait dit, les anges se nourissent de lumières, les démons de ténèbres. Qu'avaient donc préparés les démons de Fenris? Si ils avaient ce type d'armes, qui n'avaient rien d'humain, et dont il n'avait jamais entendu parlé, que pouvaient ils avoir d'autres? Ce fut la dernière pensée de Melkor avant que celui-ci ne coupe la tête d'un ange déchu.
Revenir en haut Aller en bas
Eyaël
¤ Séraphin de la Sagesse

¤ Séraphin de la Sagesse
avatar

Nombre de messages : 42
Statut :
Date d'inscription : 01/02/2008

Feuille de personnage
Race: ange
Grade: Séraphin de la Sagesse
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 17 Fév - 0:21

Eyaël soupira de soulagement. Ce n’était pas un démon où un quelconque autre montre sanguinaire qui lui faisait face dans l’espoir de mettre fin à son existence. Il s’agissait tout simplement de Dayân, la sœur de Gabriel, le messager de Dieu. Cette dernière lui répondit avec sa verve et sa discourtoisie habituelle, ce qui eu pour effet d’arracher un pâle sourire au séraphin de la Sagesse qui n’était pourtant guère enclin à plaisanter. Surtout lors de situation telle que celle-ci. Toutefois, l’impétuosité de la jeune ange dans cette situation l’amusait. Comme toujours. Il aimait le caractère enjoué, franc et un brin insolent de la sœur de Gabriel qui aimait critiquer toutes choses et particulièrement l’autorité.

Néanmoins, Eyaël reprit rapidement son sérieux. Contrairement à ce qu’il avait crut, l’artiste était beaucoup plus perturbé qu’il l’avait soupçonné. Elle parlait d’une voix grave et paraissait soucieuse. Et dieu sait si il en fallait pour que Dayân s’en fasse. Peut-être que la situation était elle plus désespérée qu’il ne l’avait crût. Toutefois, Eyaël se refusait à croire que l’armée angélique puisse être en déroute. Même si Celestia n’était pas un champ de bataille propice à la défense du fait du labyrinthe gigantesque que formaient les ruelles étroites de Celestia, les anges ne défendraient leur patrie avec une hargne et une bravoure digne des plus hauts-faits d’armes. Cela le séraphin en était intimement convaincu. Aucun ange n’accepterait la défaite. Pas contre les démons. Il ne plierait jamais, cela ne faisait aucun doute. Mais était il suffisamment préparé ? C’était cette question que se posait le séraphin de la Sagesse. Cela faisait un certains temps que les troupes angéliques ne s’étaient plus heurté à leur ennemis des temps immémoriaux. Et en dehors de leurs activités, ils n’effectuaient pas des exercices militaires outre mesure. Eyaël avait d’ailleurs protesté contre cela et avait demandé à ce que des exercices de grand envergure soit effectué plus souvent. Néanmoins, l’ordre avait jugé cette demain stupide et vaine et m’avait catégoriquement refusé. Eyaël avait accepté la décision du conseil avec humilité, mais ne pouvait s’empêcher de redouter une attaque de ce genre. Mais l’heure n’était plus à tergiverser et à se lamenter sur le passé. Eyaël en était parfaitement conscient, et savait que l’on aurait besoin de son aide. Mais pas au combat. En effet, si le Séraphin de la Sagesse savait se battre, son don était le soin. Pas la guerre, et il serait certainement plus utile aux cotés des blessés que sur le champs de bataille où il représenterait un poids plus qu’autres choses.

Aussi, lorsque Dayân eut disparut au coin de la rue, le séraphin décida de se rendre à l’infirmerie la plus proche. Le Séraphin savait parfaitement où se situaient tous les refuges pour les avoir visité à plusieurs reprises. Il se trouvait justement que l’un d’eux se trouvait à quelques rues de là. Eyaël se mit donc en route, et dénicha rapidement le refuge après être passé devant une première fois. En effet, les refuges étaient cachés et disséminés dans tout Celestia pour qu’en cas d’invasion les troupes ennemies ne les repèrent pas. C’était un subterfuge intelligent mais néanmoins à double tranchant. Car si les démons ne pouvaient les voir, il en était de même pour les anges. Néanmoins, le problème n’eut pas de conséquence puisque Eyaël découvrit le refuge.

A son entrée dans la petite pièce, ses occupants levèrent la tête, inquiet. Cependant, en s’apercevant qu’il s’agissait d’un ange, les chérubins se rassurèrent tandis qu’une d’entre eux s’approchait timidement de lui et se planta en face de lui, quémandant quelques choses que le séraphin pouvait lui donner sans oser prendre la parole. Il fallait avouer que le Séraphin de la Sagesse était imposant dans son armure d’or et d’argent finement ciselé, et intimait le respect. Le séraphin se mit à la hauteur de la chérubin et fit un sourire pour la rassurer. Puis, il posa ses mains sur les frêles épaules de celle-ci. Il sentit qu’elle tremblait de tous ses membres. Le séraphin lui adressa la parole d’un ton doux et confiant :

-Que veux tu ma petite ? Je suis là pour t’aider tu sais.

-C’est vrai ? Dit la petite en levant un visage plein d’espoir.

-Bien sur, lui répondit Eyaël de la même voix douce et calme. Je suis Eyaël, le séraphin de la sagesse.

-Vous êtes…Un séraphin ?! S’exclama la petite ange, frappée de stupeur. Un vrai de vrai ? Au fait, moi c'est Nahïe

A ces paroles, le Séraphin ne put s’empêcher de rire malgré la situation terrible :

-Oui, je suis un « vrai » Séraphin comme tu dis. Ai-je l’air de te mentir ?

-Non, c’est vrai, rétorqua la petite d’un air très sérieux, mais qu’est ce qu’un séraphin tel que vous vient faire par ici ? Il paraît que vous êtes inaccessible pour le commun des anges tant votre prestige est grand.

-Les séraphins sont là pour assurer la prospérité de Celestia. Foncièrement, nous ne sommes pas mieux que les autres anges. Quant au fait que nous apparaissons rarement, c’est simplement qu’une charge énorme nous est confiée. Si gigantesque que nous ne pouvons nous permettre de nous laisser aller à divaguer parmi les autres anges de plus bas étage. De ce fait, c’est certes vrai, nous donnons l’impression d’être inaccessible. Toutefois, sache que c’est faux. Ma présence ici te le prouve plus que toutes mes paroles.

La chérubin hocha la tête avec déférence, ses longs cheveux argentés ondulant admirablement le long de son dos. Puis, après avoir fait une moue qu’Eyaël ne sut interpréter, elle lui confia :

-Oui, mais ça doit être embêtant d’avoir tant de responsabilité. Moi, quand je serai grande, je serai aussi libre que l’air, et je ferai ce que je voudrai !

-Je l’espère pour toi ma petite. Soupira l’ange mélancoliquement. Le rêve de la jeune ange ne s’accomplirait sûrement jamais. Sur Celestia, tout n’était que rigueur et discipline. Il n’y avait pas de place pour ceux qui voulaient rêver et mener une vie libre. Ceux-là étaient inexorablement exclus de la société de Celestia. Ils étaient alors contraint d’accepter au contrainte de la vie sur Celestia où alors, il devenait le plus souvent déchue. Néanmoins il y’avait des exceptions. Dayân en était un exemple.

PPuis, Eyaël se releva et présenta sa main à la petite ange qui s’empressa de la prendre. D’un regard, il jaugea la situation. La plupart des groupes semblaient se débrouiller parfaitement et désinfectaient, pansaient et guérissaient avec soin les blessures des blessés. Cependant, un groupe semblait avoir des difficultés avec un ange visiblement blessé au bras.

Sans lâcher la main de Nahïe, il s’approcha de l’ange en question. Celui-ci était effectivement blessé au bras : Une vilaine plaie zigzaguait sur son bras de l’épaule jusqu’au poignet et saignait abondamment déversant sur le sol un liquide écarlate. Eyaël s’agenouilla à côté du blessé, et effleura la plaie du bout des doigts. L’ange se raidit et poussa un petit cri de douleur. Le séraphin ordonna aux chérubins qui étaient pressés autour de lui et de l’ange de s’écarter. Les petits êtres obtempérèrent en chuchotant des paroles qu’Eyaël ne comprit pas.
Le séraphin plaça sa main libre –l’autre tenant toujours celle de la chérubin- au-dessus de la plaie du blessé, en prenant soin et ne surtout pas entrer en contact avec elle. Puis, il laissa la magie affluer en lui et la concentra au-dessus de sa main. Une aura d’un blanc immaculé entoura sa main, et pénétra doucement dans le corps moribond de l’ange, recollant les chairs entre elles ne laissant aucune trace de l’affreuse blessure qui ornait auparavant son bras . Eyaël se releva, et regarda les petits anges qui lui faisaient face. Ils n’avaient pas l’air très a l'aise et se dandinaient gauchement sur leurs petite jambes et agitaient doucement leurs ailes dans un mouvement de va et vient, tout en regardant le séraphin avec des yeux remplis d'admiration.

-Ecoutez moi, je ne serai pas là pour effectuer le soin à votre place la prochaine fois. Vous devrez vous débrouillez seul, et je ne tiens pas à ce que vous soyez inefficace.Celestia à besoin de chacun d'entre vous. Certes, ce n'est pas vous qui irez au combat pour mourir héroïquement en défendant votre patrie. Toutefois, à votre niveau, il y'a quelques choses que vous pouvez faire pour aider à repousser l'invasion. Et si vous ne le faites pas, Qui le fera dites mois? Qui? Personne, et de nombreux anges perdront inutilement la vie alors qu'ils auraient pût être sauvés. Et sauvés par vous.

Le séraphin contempla ses élèves qui le regardait d’un œil attentif, buvant la moindre de ses paroles. Son petit discours faisait vraisemblablement son effet.

-Très bien, pour soigner il faut que vous laissiez affluer la magie en vous. Il faut que vous le sentiez dans chaque parcelle, chaque cellule de votre corps. Ensuite, vous devez concentrer cette énergie dans votre main, et la faire pénétrer dans le corps de celui que vous soignez en pensant à raccorder les chaires entre elles, ressouder les os fracturés, reconstituer les organes touchés. Vous m’avez bien compris ?

Les chérubins hochèrent la tête avec vigueur et Eyaël les laissa s’occuper de leur prochain patient. Il repéra un humain qui aidait un groupe à bander un ange, mais n’y prêta pas plus d’attention. Toute aide était la bienvenue, qu’elle soit angélique où humaine. En outre, le Séraphin de la Sagesse était dépourvu de tout préjugés vis-à-vis des humains qu’il considérait certes comme cupides et stupides pour la plupart, mais qui occupaient une certaine estime dans son esprit pour avoir accomplis certaine oeuvres grandioses.

Le séraphin regarda autour de lui. Les chérubins étaient absorbés par leur tâche, et maintenant, le groupe qui éprouvait des difficultés avait l’air de s’en sortir. Il n’avait donc plus aucune raison de rester ici, il ferait bien mieux de se rendre utile en allant se battre sur le champ de bataille. Oui, c’était sûrement ce qu’il avait de mieux à faire. La petite ange qui était resté à ces côtés lui tapota la main pour attirer son attention. Eyaël se tourna vers elle, et l'observa d’un air inquisiteur :

-Seigneur Eyaël, Dame Dayân n’est toujours pas rentrer, elle avait dit qu’elle serait bientôt de retour. Je suis inquiète pour elle vous savez. Si il lui était arrivée quelque chose, on ferait comment nous ?

Le séraphin réfléchit quelques instants. Dayân ne lui avait dit où elle allait, ni dans quel but, mais la petite avait raison : elle devrait être là depuis longtemps. Eyaël doutait que la jeune ange aie été tué par un ennemi et gisait à terre parmi tant d’autres anges. Malgré tout, cela n'était pas impossible. Ce qui était sur en tout cas, c’est qu’elle avait été retardé par quelque choses d’assez important pour la mettre en difficulté.

-Tu as raison, lui répondit Eyaël, je vais aller la chercher. Il se peut qu’elle ait rencontrée quelques problèmes. Le cas échéant, je l’aiderais à les résoudre et la ramènerait ici le plus vite possible.

La petite ange hocha la tête. Elle avait l’air angoissée et avait les larmes aux yeux. Eyaël la regarda quelques instants, puis sortit furtivement non sans avoir jeté un dernier regard un arrière. Il avait un sombre pressentiment. Comme si un événement terrible venait de se produire qui déciderait du sort de Celestia tout entier. En sortant, le Séraphin remarque que le soleil était voilé par une sorte de brume. Mais au contraire d’une brume ordinaire, on aurait dit qu’elle aspirait la lumière environnante. Ce devait être un artifice d’Uriel. Artifice bien étrange dont Eyaël ne voyait pas l’utilité, mais qui confirmait néanmoins son pressentiment. Son angoisse monta d’un cran, et le cœur battant, Eyaël prit son envol. Du ciel, Le séraphin eut tôt fait de repérer Dayân. Elle se trouvait quelques rues plus loin. Et apparemment, elle n’était pas seul. Une silhouette noire se découpait à ses côtés. De l’endroit où il se trouvait, Eyaël ne pouvait déterminer si il s’agissait d’un ange ou d’un démon.

Le séraphin agita ses puissantes ailes, et en quelques battements, il se retrouva juste au dessus de Dayân. Les battements de son cœur s’accélérèrent. La silhouette n’était pas un ange. Il s’agissait d’un démon d’après ce que pouvait en juger le séraphin. Une démon d’apparence humanoïde, mais la s’arrêtait toute différence avec les humains. Son corps, noir, semblait carboniser et des flammèches dansaient le long de ses bras. Ses cheveux étaient dressés sur sa tête, et des yeux luisants étaient enfoncés dans ses orbites. Ce spectacle révulsa Eyaël qui prit un air de dégoût profond en atterrissant à côté de l’artiste. Celle-ci avait l’air hors d’elle et avait dégainé ses deux katanas en verre offert par son frère Gabriel. Tout son être était tendu et le Séraphin de la sagesse remarqua qu’elle avait pleuré en même temps qu’il avisa un petit tas de cendre non loin du démon. Etait-ce possible que ce petit tas de cendre soit…un ange ? A cette idée, Eyaël sentit la rage le gagner. Une rage froide et meurtrière. D’une geste sans équivoque il dégaina sa lourde épée qui chuinta doucement en sortant de son foureau. Il ne pouvait imaginer qu’une ange puisse être réduit à l’état de vulgaire cendre…Certes, les écritures sacrées avaient dit :

« Poussières tu es, poussière tu redeviendras. »

Mais tout de même ! Il s’agissait d’un de sa propre espèce. Savoir qu’il aie finit sa vie comme..comme…un moins que rien. Ces cendres seraient éparpillés par le vent, et il ne resterait rien de lui ; strictement rien si ce n’est que quelques brides de souvenirs flous vites oubliés. Eyaël se mit en garde en serrant son épée avec tant de vigueur que ses phalanges blanchirent.

Le démon ne semblait pas puissant outre mesure, et possédait, selon tout vraisemblance, le pouvoir de manipuler le feu. C'était du moins ce que pouvait déduire Eyaël de l'aparrence de son ennemi. Outre ce don, le Séraphin remarqua qu'il possédait une espèce de chaîne acérés constitués de pointes en métal. Une arme redoutable qui semblait avoir été créer dans le seul but de faire souffrir. Les pointes acérées de la chaîne déchiquetés les chairs, sans toutefois conduire au trépas le supplicié. Les démons étaient vraiment des monstres qu'il convenait d'éradiquer de tous les mondes. Et ce par n'importe quel moyen. Les démons n'étaient qu'une engeance et n'apportaient que terreur, désespoir et désolation; leur seul but semblait être de tuer, trucider tout être vivant.

Revenir en haut Aller en bas
Eyaël
¤ Séraphin de la Sagesse

¤ Séraphin de la Sagesse
avatar

Nombre de messages : 42
Statut :
Date d'inscription : 01/02/2008

Feuille de personnage
Race: ange
Grade: Séraphin de la Sagesse
Autre:

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Dim 17 Fév - 11:24

[désolé du double post, ça ne tenait pas sur un seul message XD]

Tel le serpent qui tenta Adam dans le Genèse, les démons étaient fourbes et lâches, préférant s'en prendre aux faibles qu'aux fiers guerriers. Se jouant de leurs ennemis par la ruse et par des artifices magiques ô combien pernicieux auxquels l'on ne pouvait répondre que par la même sorte d'artifice. C'était une chose que les anges avaient toujours refusés. Si les démons étaient vils et lâches, ce n'était pas pour autant une raison de se mettre à leur niveau et à faire de même comme le ferait un enfant. Ce serait alors devenir soit même aussi cupide et avide de lâcheté qu'un démon. C'était un acte indigne d'un ange! Eux qui oeuvraient pour que la paix et la prospérité règne partout, ils ne pouvaient se laisser aller à ce genre de choses qui n'engendraient jamais que discorde et haine.
Eyaël en était convaincu. C'était les raisons pour lesquelles ils se battaient et que jamais, ô grand jamais il ne commetrait le crime atroce d'abandonner où de trahir le Tout-puissant. Mais pour que la paix règne, il fallait dabord faire la guerre. Le dicton avait bien raison "si tu veux la paix, prépare la guerre". Une fois de plus, les humains avaient eu raisons. Comme sur de nombreux autres choses que les anges refusaient d'admettre. Et pour avoir cette paix auxquels tous révaient, il allait falloir le sacrifice de millier d'anges. Mais cela ne serait pas vain. Un jour, le soleil se lévera et illuminera l'avenir de toute les races de ses rayons sacrés et purs; Un jour, les torrents et les rivières couleront tantôt rapidement, tantôt lentement, sans jamais être troublé par le sang des combattants; Un jour, une paix sans égale régnera sur tout les pays , sur tous les mondes de l'univers et l'on pourra vivre sans crainte, sans haine, sans peur du désespoir et de la mort. Mais cela passerait par un inéductable combat. Tel étaient les convictions profondes d'Eyaël qui animaient tout son être.

Mais pour l'heure, le séraphin ne pensait plus à cela. L'heure de combattre était arrivé, il n'était plus temps de tergiverser où de philosopher sur l'avenir du monde. Le séraphin fixa son ennemi dans les yeux. Il laissa sa colère et sa rage se calmait en même temps que les battements de son coeur. Puis, il laissa de nouveau la magie entrait en lui et pénétrer chaques parcelles, chaques cellules de son corps comme il l'avait expliqués un peu plus tôt aux chérubins. Il se laissa totalement envahir par cette force dévorante mais terriblement puissante. Lorsque la magie cessa d'affluer en lui, Eyaël fondit sur son adversaire à une vitesse phénoménal. La magie lui permettait d'atteindre cette vitesse en la concentrant dans ses jambes. Le séraphin leva son épée au -dessus de sa tête et l'abattit de toutes ses forces sur le démon. Il eut une dernière pensée pour Celestia, pour tout ses amis qui mourraient au combat et qu'il ne reverrait certainement jamais. L'épée filait vers le cou du démon à une vitesse hallucinante. Imparable pour quelqu'un de normal
Revenir en haut Aller en bas
Elemiah
¤ Séraphin du Blasphème

¤ Séraphin du Blasphème
avatar

Nombre de messages : 135
Statut :
Date d'inscription : 20/10/2007

Feuille de personnage
Race: Ange
Grade: Seraphin
Autre: Utopiste détestant les races ( et même les anges ) ...

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Mar 19 Fév - 20:31

[ HRP : avec autorisation de notre admin préférée, je saute le tour d'Alucard ]

La lutte durait depuis bientôt un jour, et les anges du bataillon du séraphin du blasphème ne faiblissaient presque pas, animés d'une rage immense, néanmoins, le bataillon avait diminué de moitié, et Elemiah était de plus en solicité par les assauts ennemis. Vécël, de son côté, commençait à s'abaisser, et ne pouvait plus tenir longtemps. Son coéquiper s'approcha de lui, et l'aida à se débarasser des démons les plus tenaces qui tentaient de franchier la barrière humaine qui empêchait l'accès aux principaux refuges médicaux et aux refuges militaires qui abritaient les vieillards, les jeunes enfants et les femmes qui ne savaient point se battre ou qui s'occupaient des enfants. Il fallait bien, les démons arrivaient avec une férocité qui laissait libre court à toute pulsions meurtrières. Un bonheur de les soulager en massacrant des faibles. Lorsque le flanc du bataillon dans lequel était Vécël vu moins rempli, Elemiah s'approcha de lui, tendant toujours son épée vers les démons si jamais de nouveaux adversaires se jetaient sur eux.

- Vécël, repose toi, tu ne tiendras pas une telle cadence, s'exclama le séraphin du blasphème, en tuant un démon qui se jetait comme un fou sur lui.
- Non, je ne dois pas abandonner Celestia ! rétorqua le jeune séraphin sur le même ton qu'Elemiah.
- La bataille a duré 23 heures, seuls les anges habitués à la bataille arrivent à supporter tant de temps ! surenchérit le séraphin qui tenait à garder son équipier vivant.
- Peu m'importe, je mourrais pour Celessss ... tttt .... iiii ... aaaa ... conclut le jeune séraphin.

A la fin de la phrase, Elemiah, d'une pirouette agile, s'était déjà écarté de son coéquipier, pour éviter une volée de flèche mortelle. Cependant, son interlocuteur fut largement touché, ce qui expliquait pourquoi la fin du mot était si saccadée. Elemiah accourut vers lui, une fois les tirs finis. Les assauts démoniaques reprirent de plus belles. Le séraphin du blasphème hurla de tirer pour faire reculer la masse de démon. Usé par la fatigue, couvert d'entailles plus ou moins légères, de courbatures plus ou moins gênantes, le séraphin porta Vécêl sur ses épaules, la tête qui dépassait du côté droit, les pieds du côtés gauche. Tandis qu'ils allait mettre Vécël en lieu sur, il demande aux archanges de couvrir son départ.

Il déposa son collègue sur le sol, et suréléva sa tête grâce à une pierre. Puis il ôta la flèche d'un coup sec. Bien qu'il l'ai retiré tôt, la flèche avait commençait à faire son effet, c'est-à-dire qu'elle avait commencé à geler le contour de la plaie. Tandis que Vécël murmurait des choses incompréhensibles, Elemiah tentait de panser la plaie, mais il n'avait pas le matériel adéquat. Il demanda dans son bataillon si quelqu'un savait soigner ou avait un bon matériel. Un des archanges qui était à l'arrière s'approcha d'Elemiah. Il avait de courts cheveux blonds, et des yeux vert clair. Sa silhouette était svelte, et il ne semblait montrer aucune musculature, cependant, sa vitesse et son agilité étaient incroyables.


- Il s'est fait touché par une flèche, un produit étrange répandu dessus a commençait geler la plaie, ce qui la rend plus difficilement soignable, l'informa Elemiah.
- Oui, j'ai entendu parler de cette poudre, j'étais un médecin avant de m'orienter sur une carrière militaire, à l'époque, il y avait des petites bornes médicales contenant une malette à soigner en cas de guerre imprévue ou de pénurie de matériel de soin, répondit l'archange.
- Il y en avait un près d'ici ? s'exclama le séraphin.
- Oui, juste là ! dit simplement l'archange en pointant du doigt un lampadaire à bougie.

L'archange confia une petite clé à Elemiah qui s'empressa au lampadaire. Il en fit le tour et trouve une petite porte. à sa base. Il n'y avait rien, cependant, Elemiah plein d'espoir enfouit sa main dedans et en sortit une petite boîte posée verticalement. Il l'ouvrit et regarda rapidement. Une paire de ciseaux chirurgicales, deux boîtes de dix bandages, et une grande quantité de petites fioles accrochés, toutes rembourrées d'un peu de coton pour réduire les chocs. Le séraphin du blasphème apporta le pack à l'archange qui soignait son coéquipier. Il sortit différents objets et semblait à la recherche d'une fiole particulières.

- Ah, la voilà, la fiole de liquide Braziant, une liquide qui chauffe la plaie, très douloureux, mais ça permet de ne plus ressentir la douleur, dans notre cas, ça devrait permettre de neutraliser l'effet de la poudre, reprit l'archange, sur un ton presque pédagogue.
- Je le met sous vos bons soins, je retourne au champ de bataille, conclut Elemiah. TIREZ !

Il hurla cette phrase qui fut aussitôt executée, les flèches volèrent pour laisser le temps à Elemiah de se replacer. Un démon combattait comme, sans vouloir faire de mauvais jeux de mots, un diable, et voulait s'approcher du leader du bataillon. Sa férocité et sa rage sans limite effrayait les anges qui étaient sous les ordres, et le moral allait moins bien. Cependant, sans doute pris par des pulsions plus sucidaires que meurtrières, un ange s'était précipité sur Akuma. Il s'agit de Gabriel, bien qu'il n'eut que très peu de chance d'être à la hauteur face au démon, le messager divin était considéré comme un combattant hors-pair. Elemiah se dit alors que si les deux serviteurs de Dieu s'alliaient, ils avaient une chance face à ce monstre de la nature, face à cette erreur, face à ce déchet de la création. Il se précipita devant, en veillant d'être couvert par ses subalternes, et il rejoind Gabriel au combat contre cet infâme être.

- Archange Gabriel, vous ne pourrez le vaincre seul, à nous deux, nous avons une chance, s'écria-t-il à l'attention du messager de Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Llya
¤ Hôte d'une âme angélique

¤ Hôte d'une âme angélique
avatar

Nombre de messages : 61
Localisation : Terre, Copenhague
Armes : Asaliah
Pouvoir : Création de fils de lumière
Statut :
Date d'inscription : 02/01/2008

Feuille de personnage
Race: Humain / Ange
Grade: Archange
Autre: Cohabite avec l'âme d'Ashriel

MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   Mar 19 Fév - 21:14

Cela faisait une journée que la bataille était engagée. De ses propres yeux, Ashriel avait vu le Grand Archange Uriel déchoir, pour de vrai. Pourtant, les Séraphins leur avaient affirmé qu'il s'agissait d'un exercice ! Sur le coup, l'Archange avait senti son sang bouillir dans ses veines. Mais réussissant à se maîtriser, il vaiat quitté la place et était retourné aux quartiers inférieurs où la bataille faisait aussi rage à présent. Au début, les Démons n'étaient pas arrivés jusque là, et il avait décidé de partir en reconnaissance vers l'Arbre des Sephiroth pour faire un compte-rendu de la situation à ses camarades qui s'occupaient eux aussi des quartiers inférieurs. Et c'était là qu'il s'était rendu compte du mensonge du Séraphin de la Guerre.

Mais il n'avait pas fait ce reproche lorsqu'il avait fait un rapport de la situation à ses camarades. La situation était asse grave pour ne pas en rajouter par-dessus. Si les troupes angéliques commençaient à douter, ce serait un fiasco total. Or, il était hors de question que cela tourne mal. C'était la première fois qu'il voyait une attaque démoniaque dirigée sur Celestia même, et il était sûr à 90% que si les troupes angéliques échouaient, Celestia tomberait aux mains des Démons. Mais là aussi, c'était hors de question.

Les Anges protégeant les quartiers inférieurs avaient donc attendu nerveusement l'arrivée ds troupes démoniaques jusqu'à eux, n'ayant que les nouvelles inquiétantes d'Ashriel pour se rassurer. Enfin, pas vraiment rassurantes puisque inquiétantes. Puis ils étaient arrivés en une vague, déferlant sur les deux quartiers protégés par plusieurs factions du Séraphin de la Paix. C'était à ce moment que la bataille avait commencé pour eux.

Ashriel essuya une goutte de sueur qui perlait sur sa tempe. Cela n'en finissait pas. Il avait l'impression que tous les Enfers s'étaient mis d'accord pour attaquer Celestia, et qu'ils avaient déserté leur landes infernales. D'autant plus qu'avec le corps humain qu'il avait emprunté à llya, il avait du mal à déployer ses pouvoirs et à résister aux Démons. Heureusement que combattaient à ses côtés plusieurs de ses camarades, sinon il serait déjà six pieds sous terre. Et l'Archange savait que cela devait être pir dans les autres quartiers de Celestia puisque les quartiers inférieurs étaient les qurtiers les plus éloignés de l'Arbre des Sephiroth.

Ashriel s'inquiéta un instant pour tous ses camarades angéliques, surtout pour ceux ui n'étaient pas à ses côtés. Gabriel, Dayân, Eliel... Eux aussi devaient faire face à cette vague de Démons, d'Ange déchus, d'Humains et d'Elfes déferlant sur Celestia. Se retrouvant en face à face avec un Démon, Ashriel entama un duel avec celui-ci. Puis une flèche vint transpercer l'épaule du Démon, suivie d'un éclair s'abattant sur l'être infernal. Ne se posant pas de questions car il savait qui étaient ceux qui l'aidaient depuis une journée, Ashriel trancha la tête du Démon qui roula au sol.

Seulement, c'était un Démon sur le grand nombre qui avait débarqué à Celestia. L'artisan jeta un bref regard à ses camarades qui l'aidaient depuis le début, Aniel et Tzariel. Puis, il e reconcentra sur les Démons qui dférelaient encore une fois sur les quartiers inférieurs... Puis, une sorte de nuage noir vint obscurcir le ciel. Ashriel ne comprit pas tout de suite le phénomène. C'est seulement lorsqu'il vit que les Démons devenaient plus forts et que les Anges s'affaiblissaient qu'il comprit le stratagème d'Uriel, ou plutôt, de Fenris. Les Anges étaient privés de la lumière dont ils se nourissaient, et l'obscurité renforçait es Démons. Ashriel lui-même n'était pas influencé puisqu'il se trouvait dans un corps humain, mais il s'inquiétait d'autant plus pour ses camarades...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Bataille de Célestia   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Bataille de Célestia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Élections-US :La bataille des sondages ?
» rapport de bataille apocalypse
» Règle sur la bataille navale.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les guerres éternelles :: Celestia :: Quartiers supérieurs :: Vestige de l'Arbre des Séphiroth-
Sauter vers: